Read/Write Book

Read/Write Book. Le livre inscriptible

Read/Write Book. Le livre inscriptible

En entrant dans l’ère de l’informatique en réseau, le livre devient réinscriptible/inscriptible. Son développement ne suit plus la ligne droite de la traditionnelle chaîne du livre, mais se diffuse par ramifications réticulaires. Comme un oignon, il se pare de multiples couches d’informations, ajoutées par des différents métiers et par des lecteurs. Ensemble, ils participent à une vaste entreprise d’enrichissement documentaire qui multiplie les grilles de lecture du texte et en fait miroiter les multiples sens. Réinscriptible/Inscriptible, le livre s’insère désormais dans un système d’information riche, polymorphe, mouvant et encore très fragile. C’est le Read/Write Book.

Read/Write Book. Le livre inscriptible, paraît en HTML en libre accès, en format PDF et Epub chez Immateriel.fr et en impression à la demande (POD, début avril). L’ensemble est publié aux Éditions du Cléo.

Table des matières

  • Le livre électronique est un texte

    Le livre est nu. On découvre derrière ses habits tombés que sa nature première est d’être un texte. Un texte dont la lecture, l’écriture, la granularité et la circulation vont devenir plurielles. Il ne faut pas compter sur nous pour crier au loup. Pas plus que pour annoncer une révolution idéale, annonçant des lendemains radieux pour la pensée, l’alphabétisation des masses, la démocratisation de la lecture, le débat d’idées, le transport littéraire. En revanche, on peut compter sur nous pour faire l’économie des postures… morale, passéiste ou futuriste. Car il faut comprendre ce que devient le texte lorsqu’il s’inscrit dans un univers numérique complexe. On retiendra notamment la formule fulgurante d’Hubert Guillaud selon lequel le livre, désormais, est lisible et inscriptible, c’est le Read/Write Book. De Bob Stein, on retiendra que le livre « is a place » : le livre est un lieu, lieu de parcours, parcouru, parcourant. Et, pour finir, que le livre résiste avec vitalité, puisqu’à force de dire que le livre est un texte, on continue à parler de lui comme d’un livre, au moment où sa dématérialisation frappe les esprits. Immatériel, vraiment, le livre électronique ?

    • Alain Pierrot et Jean Sarzana
      Le livre en tant qu’œuvre • Le livre imprimé • Le livre numérique
    • Hubert Guillaud
      Nouveau support, nouvelle culture • Lequel nous rend plus intelligent ? • Vers de nouvelles manières de lire • Qu’est-ce que lire ?
    • Hubert Guillaud
      Qu’est-ce qu’un livre ? • Tout change • Autant de formes de lecture, autant de supports • Le livre électronique, nouveau continent documentaire • De l’intelligence des données • Brouillage des questions d’accès • L’économie de l’attention • Brouillage des modèles économiques : l’éclatement du modèle unitaire • Brouillage des contenus ? Tout est livre, le web comme livre • Du livre personnalisable au livre service • Des services aux nouvelles interactions • Nouvelles interactions entre le livre et les lecteurs : le livre social • La lecture en réseau • Le livre dans l’écosystème des livres • L’analyse documentaire du contenu • La mémorisation des lectures • Conclusion
    • Bob Stein
      Preface • So… • Key questions a unified field theory has to answer: • So how exactly did I get here? • (An anecdotal report regarding reading in the networked era) • Continuing… • Other thoughts/questions
    • Nova Spivack
      Histoire du web • Définir le Flux • L’esprit global • Le « maintenant » est devenu plus bref • Comment allons-nous nous accommoder du Flux ? • Un Flux de défis et d’opportunités
  • Monopolivre

    La bataille est lancée, et elle prend des allures de plus en plus industrielles. Alors que la concentration du secteur de l’édition paraît ne pas se démentir, l’essentiel semble désormais ailleurs. Les fabricants de machines, de logiciels et de services se sont rués dans l’industrie de la culture numérique, cherchant à y prendre une place de choix. Si possible, avec monopole à tous les étages, formats propriétaires, goulets d’étranglement incontournables avec péages et octrois, police de la pensée, création artificielle de rareté, vente donnant droit à des usages restrictifs et provisoires, privatisation du patrimoine culturel de l’humanité. Le livre n’est qu’un secteur de la grande bataille engagée, à laquelle il pensait pouvoir échapper. Désormais, le terrain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-delà.

    Le monopolivre n’est pas une fatalité. Nombreux sont ceux qui cherchent à penser un nouveau monde, dans lequel circulerait harmonieusement la culture tout en permettant aux créateurs de vivre. C’est tout l’enjeu de la contribution créative et des règles qui la réguleront. La captation de cette nouvelle manne attise l’appétit de puissants lobbies, ceux-là même qui la refusent aujourd’hui. Mais la licence globale, même intelligemment mise au point, ne suffira sans doute pas. Il faudrait également que les détenteurs de la tradition du livre renoncent à la triple tentation du repli tétanisé, de la naïveté historique et de l’inertie épuisée, dans un monde où les entreprises pharaoniques visant à investir des places fortes se lancent à la vitesse du galop d’un cheval…

    Pendant ce temps, le législateur criminalise des millions de Français téléchargeurs et focalise l’attention sur une vraie-fausse répression des auditeurs et des lecteurs. Ce faisant, il rallie à sa cause une partie significative des artistes dits de gauche, avec Juliette Gréco, Maxime Le Forestier, Pierre Arditi et Michel Piccoli à leur tête. Lorsque le barrage rompt, arrêter le déluge à mains nues relève de la démagogie ou d’une totale incompréhension des mouvements tectoniques en cours. Détourner à ce point l’attention des citoyens revient à défendre les moines copistes face à Gutenberg, ce criminel, en oubliant que l’imprimerie n’a pas seulement permis une fabuleuse progression de la culture, de la pensée et de la vie en société… elle a aussi créé de la richesse et des emplois ! Et si nous accompagnions le changement, pour forger le futur de la culture, pour inventer l’avenir de la lecture et gagner ensemble la bataille de l’intelligence ?

  • Édition électronique scientifique

    Les scientifiques ont, pour l’essentiel, forgé le réseau tel qu’il existe, avec son principe de neutralité, ses standards ouverts (RFC), son absence de centre, antithèse du verticalissime Minitel. Ils ont inventé les licences libres et promu la circulation des idées. Inventif, le monde académique est également très conservateur. Parcouru de tensions contradictoires, l’académie cherche à conforter des procédures et une tradition éditoriale anciennes, tout en tâtonnant à la recherche de nouvelles façons d’administrer la preuve et de créer un bouillonnement intellectuel propre à la découverte.

    • Janet Stemwedel
    • Pierre Mounier
      Qu’est-ce que l’édition ? • La dimension économique d’abord • Quelles sont donc les conséquences pour le secteur qui nous occupe ? • Les relations entre l’édition électronique et le fonctionnement du champ scientifique • L’édition électronique et l’inscription sociale de la recherche scientifique • Conclusion
    • Antoine Blanchard
    • André Gunthert
      Why Blog ? [Texte intégral]
      Du « nous » au « je » • Deadline is dead • Le séminaire permanent • Culture de l’expérience • Qui lit les Annales ? • Une science aimable
  • Conclusion

    • Pierre Mounier
      Transformations du travail éditorial • Le livre-réseau • Discours, programme, réseau • Deux exemples • Le retour du Cyberespace • Menace sur la culture ?
  • Orientations bibliographiques

    • Marin Dacos
      Actualités de l’édition électronique • Sur l’écrit, la lecture et l’édition • Mutations de l’édition • Édition électronique scientifique • Libre accès, archives ouvertes, nouveaux modèles juridiques • Économie du numérique • Propriété intellectuelle • Sciences de l’information et de la communication • Culture numérique • Intelligence collective • Normes et technologies

Une réflexion sur “ Read/Write Book ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche