Le manifeste de Leiden pour la mesure de la recherche

Face aux dérives de la bibliométrie dans de nombreuses communautés scientifiques, des spécialistes ont souhaité clarifier les bonnes pratiques dans un document synthétique et explicite, qui a pour nom Manifeste de Leiden pour la mesure de la recherche.

  • Le site du Manifeste : http://www.leidenmanifesto.org/
  • La liste des traductions : http://www.leidenmanifesto.org/translations.html
  • La traduction française est le fait de l’Observatoire des sciences et des techniques (OST) :  http://www.obs-ost.fr/manifesto
  • Article publié dans Nature à ce sujet : http://www.nature.com/news/bibliometrics-the-leiden-manifesto-for-research-metrics-1.17351

Ce type de document ayant vocation à circuler le plus largement possible, je le reproduis ci-dessous, non sans un certain inconfort, car aucune mention de licence, de copyright ou de droit d’auteur n’est associée à ce manifeste. Par conséquent, pour être totalement respectueux du droit, je ne devrais pas le reproduire dans ce carnet de recherche. Il me semble que les auteurs pourraient diffuser le manifeste en licence creative commons, pour éviter tout malentendu et toute prévention dans la diffusion.

Inutile d’en dire plus : place au Manifeste de Leiden!


 

Le manifeste de Leiden pour la mesure de la recherche

The Leiden manifesto for research Metrics, Nature, 520, 429-431

by Diana Hicks, Paul Wouters, Ludo Waltman, Sarah de Rijcke & Ismael Rafols.

http://www.leidenmanifesto.org/

Diana Hicks est professeur de politique publique au Georgia Institute of Technology d’Atlanta (Géorgie) aux États-Unis. Paul Wouters est professeur de scientométrie et directeur, Ludo Waltman est chercheur et Sarah de Rijcke est ‘assistant professor’ au Centre for Science and Technology Studies de l’université de Leiden, aux Pays-Bas. Ismael Rafols est chercheur en politique scientifique au Conseil supérieur de la recherche scientifique, à l’Université polytechnique de Valence, en Espagne et à l’Observatoire des Sciences et Techniques du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES-OST), à Paris.

Version française par Ghislaine Filliatreau, directrice de l’Observatoire des Sciences et Techniques du HCERES. (télécharger en PDF)

Les chiffres sont de plus en plus utilisés pour piloter la recherche. Les évaluations de la recherche qui étaient auparavant faites « à façon » par des pairs sont aujourd’hui routinisées et s’appuient sur des mesures1. Le problème est qu’à présent ces évaluations ne sont plus fondées sur des réflexions mais sur des indicateurs. Et les indicateurs utilisés se sont multipliés : des indicateurs généralement bien intentionnés, pas toujours bien renseignés et souvent mal appliqués. Nous risquons de nuire au système en utilisant les outils mêmes qui ont été conçus pour l’améliorer, car les évaluations sont de plus en plus souvent réalisées par des structures qui n’en ont aucune connaissance ou ne bénéficient d’aucun conseil en matière de bonnes pratiques et d’interprétation.

Avant 2000, on s’appuyait sur le Science Citation Index via un CD-ROM de l’Institute for Scientific Information (ISI), utilisé par les experts pour des analyses spécialisées. En 2002, Thomson Reuters a lancé une plateforme en ligne, qui rend la base de données Web of Science accessible au plus grand nombre. Depuis lors, deux autres sources de citation sont apparues : Scopus de Elsevier (lancé en 2004), et Google Scholar (version bêta lancée en 2004). Des outils en ligne permettant de comparer facilement la productivité et l’impact de la recherche institutionnelle ont été introduits, comme InCites (utilisant le Web of Science) et SciVal (utilisant Scopus), ainsi qu’un logiciel permettant d’analyser les profils de citation des auteurs à l’aide de Google Scholar (Publish or Perish, lancé en 2007).

En 2005, Jorge Hirsch, un physicien de l’université de San Diego en Californie a proposé le « h-index » popularisant ainsi le comptage de citations pour les chercheurs. De même, l’intérêt pour le facteur d’impact des revues scientifiques n’a cessé d’augmenter depuis 1995 (voir encart « L’obsession pour le facteur d’impact »).

Plus récemment, les mesures liées à l’usage social et aux commentaires en ligne ont pris de l’ampleur : F1000Prime a été créé en 2002, Mendeley en 2008 et Altmetric.com (soutenu par Macmillan Science and Education, qui détient le groupe Nature Publishing) en 2011.

En tant que scientomètres, spécialistes des sciences sociales et administrateurs de la recherche, nous avons observé avec une inquiétude grandissante le mauvais usage des indicateurs dans l’évaluation de la performance scientifique. Les exemples qui suivent ne sont qu’une fraction de ce que l’on peut observer. Les universités du monde entier sont devenues obsédées par leur position dans les classements académiques internationaux (comme le classement de Shanghai et la liste du Times Higher Education), même si celles-ci sont basées, selon nous, sur des données inexactes et des indicateurs arbitraires. Certains recruteurs exigent que les candidats fournissent leur h-index.

Des universités basent leurs décisions de promotion sur des valeurs-seuils de h-index, et sur le nombre d’articles publiés dans des revues scientifiques « à fort impact ». Les CV des chercheurs sont devenus l’occasion de se vanter de ces scores, particulièrement en biomédecine. Partout, les directeurs de thèse demandent à leurs doctorants de publier dans des revues « à fort impact » et d’obtenir des financements externes avant même d’y être prêts.

Dans les pays scandinaves et en Chine, certaines universités allouent des subventions de recherche ou des primes sur la base d’un indicateur: par exemple, en utilisant le score d’impact individuel pour affecter des « financements à la performance », ou en accordant une prime aux chercheurs qui publient dans une revue ayant un facteur d’impact supérieur à 152.

Dans de nombreux cas, les chercheurs et les évaluateurs continuent à faire preuve de discernement. Pour autant, l’abus d’indicateurs concernant la recherche est devenu trop répandu pour être ignoré.

Nous présentons donc le Manifeste de Leiden, du nom de la conférence au cours de laquelle il a vu le jour (voir http://sti2014.cwts.nl). Ses dix principes ne sont pas nouveaux pour les scientomètres, même si aucun d’entre nous n’avait jusqu’ici pu les énoncer aussi clairement, faute de langage commun. D’éminents chercheurs dans ce domaine, comme Eugene Garfield (fondateur de l’ISI), ont déjà énoncé certains de ces principes3,4. Mais ces experts ne sont pas là quand les évaluateurs rédigent leur rapport d’évaluation à l’attention d’administrateurs qui, eux-mêmes, ne sont pas des experts de la méthodologie. Et les chercheurs qui cherchent des textes de référence pour contester une évaluation ne trouvent que des informations éparses dans ce qui est, pour eux, des revues aux contenus complexes auxquelles ils n’ont pas forcément accès.

Aussi nous proposons ici un condensé des bonnes pratiques en matière d’évaluation de la recherche basée sur les indicateurs, afin que les chercheurs puissent demander des explications aux évaluateurs, et que les évaluateurs puissent interroger l’exactitude de leurs indicateurs.

 

LES DIX PRINCIPES

 

1. La description quantitative doit servir d’appui à une évaluation qualitative par des experts. Les indicateurs quantitatifs permettent de contrebalancer les biais liés aux évaluations par les pairs, et ils facilitent les délibérations. Ce qui devrait améliorer l’évaluation par les pairs, dans la mesure où il est difficile de porter un jugement sur les travaux de ses collègues sans disposer d’un certain nombre d’informations pertinentes. Cependant, les évaluateurs ne doivent pas céder à la tentation de laisser de simples chiffres dicter leurs décisions. Les indicateurs ne doivent pas se substituer à des réflexions éclairées. Chacun reste responsable de ses jugements.

 

2. Mesurer la performance au regard des missions de recherche de l’institution, du groupe ou du chercheur. Les objectifs assignés à un programme de recherche doivent être énoncés dès le départ, et les indicateurs utilisés pour évaluer leur performance doivent être clairement en lien avec ces objectifs. Le choix des indicateurs, et la manière dont ils sont utilisés, devraient tenir compte du contexte socio-économique et culturel. Les scientifiques peuvent avoir des missions de recherche diverses et variées. La recherche qui repousse les limites des connaissances scientifiques diffère de la recherche qui vise à fournir des solutions à des problèmes sociétaux. L’évaluation peut être davantage basée sur la pertinence des recherches pour les politiques publiques, l’industrie ou la société que sur une notion d’excellence académique. Il n’existe aucun modèle d’évaluation qui puisse s’appliquer à tous les contextes.

 

3. Protéger l’excellence dans les domaines de recherche importants à l’échelle locale. Dans de nombreuses parties du monde, l’excellence en matière de recherche sous-entend des publications en anglais. La loi espagnole, par exemple, fait explicitement mention du souhait que les chercheurs espagnols publient dans des revues à fort impact. Le facteur d’impact est calculé pour les revues indexées dans la base de données Web of Science, maintenue depuis les États-Unis et toujours principalement en anglais. Ces biais sont particulièrement problématiques pour les sciences sociales et humaines, pour lesquelles les recherches sont principalement menées à l’échelle régionale ou nationale. De nombreux autres domaines de recherche ont une dimension nationale ou régionale, par exemple, l’épidémiologie du VIH en Afrique subsaharienne.

Ce pluralisme et cette importance sociétale tendent à être minorés en faveur de la rédaction d’articles n’intéressant que les « gardiennes des publications à fort impact » : les revues anglophones. Les sociologues espagnols les plus cités dans le Web of Science ont travaillé sur des modèles abstraits ou étudié des données américaines. Sont ainsi perdus de vue des travaux spécifiques menés par des sociologues publiant dans des revues à fort impact hispanophone, sur des sujets tels que le droit du travail local, les soins de santé en milieu familial ou l’emploi des immigrés5. Les indicateurs fondés sur des revues de haute qualité non anglophones devraient servir à identifier et à récompenser l’excellence dans des domaines de recherche d’intérêt local.

 

4. Maintenir une collecte de données et des processus d’analyse ouverts, transparents et simples. La construction des bases de données nécessaires aux évaluations doit suivre des règles claires, formulées avant que le travail ne soit terminé. C’était la pratique commune en recherche et dans les structures privées qui ont mis au point, sur plusieurs décennies, les méthodologies d’évaluation bibliométrique. Ces groupes ont publié leurs protocoles dans des revues examinées par des collègues, une transparence qui permettait un examen approfondi. En 2010 par exemple, un débat public sur les propriétés techniques d’un indicateur important utilisé par l’un des groupes du Manifeste (le Centre for Science and Technology Studies de l’université de Leiden, aux Pays-Bas) a conduit à une révision du calcul de cet indicateur6. Les nouveaux entrants issus du secteur privé devraient suivre les mêmes standards ; personne ne devrait accepter d’être évalué par une boîte noire.

La simplicité est une vertu pour un indicateur, parce qu’elle renforce la notion de transparence. Mais des indicateurs simplistes peuvent déformer les choses (voir le principe 7). Les évaluateurs doivent s’efforcer de trouver un équilibre en s’appuyant sur des indicateurs simples reflétant fidèlement la complexité du processus de recherche.

 

5. Permettre aux chercheurs évalués de vérifier les données et analyses. Afin de garantir la qualité des données, tous les chercheurs concernés par des études bibliométriques devraient pouvoir vérifier que leurs productions ont été correctement identifiées. Toute personne responsable de la direction et de la gestion des processus d’évaluation devrait pouvoir garantir l’exactitude des données, vérifiée par le biais d’une auto-vérification ou d’un audit externe. Les universités devraient pouvoir appliquer ces règles à leurs systèmes d’information, et elles devraient constituer pour eux un principe directeur dans le choix des fournisseurs de ces systèmes. La collecte et le traitement de données précises et de haute qualité requièrent du temps et de l’argent. Ils doivent être budgétés.

 

6. Tenir compte des différences entre disciplines en matière de publication et de citation. Une bonne pratique consiste à sélectionner un ensemble d’indicateurs possibles pour permettre aux différentes disciplines de recherche de choisir les plus adaptés à leur champ de recherche. Il y a quelques années de cela, un groupe européen d’historiens avait reçu une note relativement faible dans le cadre d’une évaluation nationale par leurs pairs, car ils avaient écrit des livres et non des articles indexés par le Web of Science. Ces historiens avaient la malchance de faire partie d’un département de psychologie. Les historiens et les chercheurs en sciences sociales souhaitent que les livres et les articles publiés dans les revues nationales soient pris en compte dans le décompte de leurs publications ; de même, les chercheurs en sciences informatiques souhaitent que les textes de leurs conférences soient pris en compte.

Les taux de citations varient selon les domaines : les revues mathématiques les mieux classées ont un facteur d’impact d’environ 3 ; les revues de biologie cellulaire les mieux classées ont un facteur d’impact d’environ 30. Il est donc nécessaire d’utiliser des indicateurs normalisés. La méthode de normalisation la plus fiable est basée sur les percentiles : chaque article est pondéré sur la base du percentile dans lequel il se trouve dans la répartition des citations de ce domaine (les top 1 %, 10 % ou 20 %, par exemple). Une seule publication à fort taux de citation améliore légèrement la position d’une université dans un classement basé sur des indicateurs en percentile, mais dans le cas d’un classement basé sur des moyennes de citations, la même publication peut faire passer l’institution du milieu au haut du classement7.

 

7. Baser les évaluations des chercheurs sur un jugement qualitatif de leurs travaux. Plus vous êtes âgé, plus votre indice h est élevé, même si vous ne publiez pas de nouveaux articles. Le h-index varie selon les domaines : celui des chercheurs en science de la vie atteint 200, celui des physiciens 10 et celui des chercheurs en sciences sociales 20-308. Il dépend également des bases de données : certains chercheurs en sciences informatiques se voient attribués un indice h d’environ 10 dans le Web of Science, et de 20-30 dans Google Scholar9. Lire et juger les travaux d’un chercheur est toujours plus pertinent que se baser uniquement sur un chiffre. Même lorsque l’on compare un grand nombre de chercheurs, il est toujours préférable d’adopter une approche tenant compte d’informations complémentaires relatives à l’expertise, à l’expérience, aux activités et à l’influence de chaque individu.

 

8. Éviter les simplifications abusives et les fausses précisions. Les indicateurs en science et technologie présentent une certaine tendance à l’ambiguïté conceptuelle et à l’incertitude, et nécessitent des hypothèses fortes qui ne sont pas forcément acceptées par l’ensemble de la communauté. La signification des décomptes de citations, par exemple, est débattue depuis longtemps. C’est pourquoi une bonne pratique consiste à utiliser plusieurs indicateurs afin d’aboutir à une description plus précise et transversale. Dans les cas où les incertitudes et erreurs peuvent être quantifiées, par exemple à l’aide de barres d’erreur, les valeurs d’indicateurs publiées devraient être accompagnées de ce type d’informations. Dans le cas contraire, les personnes calculant les indicateurs devraient au moins veiller à éviter les fausses précisions. Par exemple, le facteur d’impact d’une revue est publié à trois décimales près pour éviter les ex-æquo. Cependant, étant donné l’ambiguïté conceptuelle et la variabilité aléatoire des décomptes de citations, cela n’a aucun sens de distinguer deux revues sur la base de leur très faible différence de facteur d’impact. Il faut éviter toute fausse précision : une précision à plus d’une décimale près n’est pas justifiée.

 

9. Reconnaître les impacts systémiques des évaluations et des indicateurs. Les indicateurs impactent le système par les pratiques qu’ils encouragent. Ces impacts doivent être anticipés. Cela signifie qu’il est toujours préférable d’utiliser un ensemble d’indicateurs : un seul indicateur risque de conduire à des comportements de triche ou d’altération de l’objectif poursuivi (la mesure devenant le nouvel objectif). Dans les années 1990 par exemple, l’Australie a subventionné la recherche universitaire en utilisant une formule basée en grande partie sur le nombre d’articles publiés par les institutions. Les universités pouvaient calculer la « valeur » d’un article dans une revue référencée ; en 2000, cette subvention était fixée à  800 dollars australiens (480 dollars US). Comme on pouvait s’y attendre, le nombre d’articles publiés par les chercheurs australiens a augmenté, mais il s’agissait de revues moins citées, suggérant une baisse de la qualité de ces articles10.

 

10. Réévaluer régulièrement et faire évoluer les indicateurs. Les missions de la recherche et les objectifs des évaluations évoluent, entraînant la transformation du système de recherche lui-même. Des mesures autrefois utiles deviennent obsolètes, et de nouvelles les remplacent. Les systèmes d’indicateurs doivent être révisés et parfois modifiés. S’étant rendu compte des effets de sa formule trop simpliste, l’Australie a adopté, en 2010, un programme plus complexe, Excellence in Research for Australia, qui met l’accent sur la qualité.

 

 

PROCHAINES ÉTAPES

Guidée par ces dix principes, l’évaluation de la recherche devrait pouvoir jouer un rôle important dans le développement de la science et de ses interactions avec la société. Les indicateurs sur la recherche peuvent fournir des informations essentielles qu’il serait difficile de collecter ou de comprendre par des expertises individuelles. Mais il faut veiller à ne pas faire de l’instrument que constituent ces informations quantitatives un objectif, une fin en soi.

Les meilleures décisions sont prises en associant des méthodes de calcul fiables et une capacité à apprécier la portée et la nature des recherches évaluées. Des éléments d’appui à la fois quantitatifs et qualitatifs sont nécessaires ; chacun est objectif à sa façon. La décision en matière de science doit être fondée sur des processus rigoureux, renseignés par des données de qualité.

 


Références :

1.   Wouters, P. dans Beyond Bibliometrics: Harnessing Multidimensional Indicators of Scholarly Impact
(Éds Cronin, B. & Sugimoto, C.) 47–66 (MIT Press, 2014).

2.   Shao, J. & Shen, H. Learned Publishing 24, 95–97 (2011).

3.   Seglen, P. O. Br. Med. J. 314, 498–502 (1997).

4.   Garfield, E. J. Am. Med. Assoc. 295, 90–93 (2006).

5.   López Piñeiro, C. & hicks, D. Res. Eval. 24, 78–89 (2015).

6.   van Raan, A. F. J., van Leeuwen, T. N., Visser, M. S., van Eck, N. J. & Waltman, L. J. Informetrics 4, 431–435 (2010).

7.   Waltman, L. et al. J. Am. Soc. Inf. Sci. Technol. 63, 2419–2432 (2012).

8.   Hirsch, J. E. Proc. Natl Acad. Sci. USA 102, 16569–16572 (2005).

9.   Bar-Ilan, J. Scientometrics 74, 257–271 (2007).

10. Butler, L. Res. Policy 32, 143–155 (2003).

Illustration :

Encart : L'obsession pour le facteur d'impact

SOURCE DES DONNÉES : THOMSON REUTERS, WEB OF SCIENCE ;

ANALYSE : D.H., L.W.

 

 

 

 

 

 

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Faire converger le web et le livre numérique, tout un programme !

 Aldus 2006 signale la disponibilité en ligne d’une traduction de la présentation réalisée par Ivan Hermann, membre du bureau du W3C (World Wide Web Consortium), lors des dernières Assises du livre numérique organisées par le Syndicat national de l’édition (SNE).  Ivan Hermann présente le groupe “Digital Publishing Interest Group” du W3C, présenté ici : http://www.w3.org/dpub/IG/wiki/Main_Page
Ce groupe a pour le moment les sous-groupes suivants (tout un programme !) :
  • Annotations : dirigé par Rob Sanderson, Library of Stanford
  • Mise en page et Styles (Pagination) : dirigé par Dave Cramer, Hachette
  • Métadonnées : dirigé par Bill Kasdorf (Apex) et Madi Solomon (Pearson)
  • Contenus et typographies : dirigé par Tzviya Siegman (Wiley)
  • Accessibilité : dirigé par Deborah Kaplan (O‘Reilly) et Charles LaPierre (Benetech)
  • STEM : dirigé par Peter Krautzberger (MathJax)

Un des objectifs du groupe est de faire converger livres numériques et web : “La séparation entre les formats « en ligne » (c-à-d sur le Web) et « à télécharger » (comme EPUB) deviennent obsolète.”

Cela présente les avantages suivants : “Sur un ordinateur, je veux lire un livre à la manière d‘une page du Web :

  • liens hypertextes pour « sortir » facilement du livre ;
  • créer un marque-page « à l‘intérieur » du livre ;
  • utiliser des outils installés dans mon navigateur ;
  • ajouter des annotations.”

A l’inverse, lors d’un usage offline, le groupe réfléchit à des solutions permettant une synchronisation d’annotations : “Je voudrais que mes annotations atterrissent en ligne quand je me reconnecterai au Web.” Cela fait longtemps qu’on y pense en se rasant le matin… !

 

​Ivan Hermann appele donc à une forte convergence livres/web. Et y voit des avantages pour les éditeurs :

  • Les éditeurs désirent se concentrer sur ce qu‘ils savent faire de mieux : produire et éditer un contenu de qualité.
  • Les éditeurs ne sont pas des entreprises technologiques, et n‘entendent pas le devenir : ils veulent en revanche s‘appuyer sur le dynamisme de la communauté du Web !

​Mais aussi pour la communauté du web :

  • Les éditeurs ont une longue expérience à partager sur l‘ergonomie, la pagination, l’esthétique, les mises en page complexes, etc. ;
  • La communauté du Web peut tirer profit de leur expertise en matière de publication de textes ;
  • La maîtrise des éditeurs de la chaîne complète de production de contenus peut devenir un atout pour la conception des pages Web.”

C’est bien d’une évolution du standard Epub qu’il s’agit, sous le nom d’Epub-web. Cela implique pas mal d’évolutions, au nombre desquelles, probablement :

– changement de méthode de compression de l’epub (actuellement zip)

– travail sur les identifiants uniques du document et dans le document
– et pas mal d’autres enjeux technologiques, évoqués dans la présentation qui se trouve ici : http://w3c.github.io/dpub/salon-du-livre-20

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bibliodiversité et accès ouvert

Les enjeux des infrastructures numériques d’édition électronique ouverte en sciences humaines et sociales

Marin Dacos[1]

A l’heure du cloud, du software as a service (SAS), du big data et des géants mondiaux du numérique, il semble impossible d’éviter le débat sur les iniatives européennes en matière d’infrastructures numériques de recherches. Dans ce domaine, la prise de conscience date de 2006 et a été… américaine[2]. Depuis, elle s’est étendue à des acteurs européens, notamment à travers la feuille de route ESFRI[3], qui a introduit le numérique dans son agenda. Se pencher sur la situation des sciences humaines et sociales (SHS) dans ce domaine revient à constater une modestie des moyens mobilisés, qui reste hors de proportion des enjeux scientifiques mobilisés. La lecture du Strategy report on research infrastructures (2010) est, à ce titre, particulièrement éclairante. En se concentrant sur les coûts de construction des infrastructures européennes ESFRI toutes disciplines confondues, on constate que les SHS représentent seulement 1% de ce coût[4]. Or, les enjeux de construction, de mobilisation et de réutilisation, d’interconnexion, de conservation, de diffusion et de valorisation des données, résultats et publications des SHS sont majeurs[5], tant d’un point de vue scientifique (mettre à profit le numérique pour augmenter le caractère cumulatif des résultats) que d’un point de vue sociétal. Ce n’est pas par hasard si H2020 identifie la culture comme une axe structurant de développement de l’Europe.

Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010).
Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010). CC BY Marin Dacos, 2014. 

Construction costs

Lire la suite Bibliodiversité et accès ouvert

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Seulement 25000 revues scientifiques dans le monde, vraiment ?

Eye exam (no. 2)
Image by Noir Imp, licence CC.

Dans son livre sur l’accès ouvert  (MIT Press), Peter Suber affirme qu’il y a un consensus pour dire que, toutes disciplines et toutes langues confondues, le nombre de revues dans le monde, quel que soit leur mode de diffusion (accès restreint ou accès ouvert), s’élève à 25 000.

Je ne peux pas m’empêcher de penser que cette évaluation ne s’appuie sur aucun élément fondé. Disposez-vous d’éléments qui permettraient de consolider cette estimation?

Lire la suite Seulement 25000 revues scientifiques dans le monde, vraiment ?

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Il neige sur les nuages

J’utilise Dropbox pour synchroniser mes terminaux numériques. Je considère cet outil comme un excellent instrument pour poursuivre mon travail d’écriture d’un poste à l’autre, domicile, travail, trajets… Je l’utilise également comme une excroissance numérique de mon bureau du moment, c’est-à-dire comme un outil de sauvegarde de mes données. Cela ne peut fonctionner que si le service dans les nuages est fiable. C’est là que le principal risque réside.

Car si le nuage se troue alors mon patrimoine numérique devient poreux. C’est le cas depuis dix jours sur mon compte Dropbox premium. Dropbox récupère automatiquement les photographies que je prends dans mon téléphone riche (smartphone en anglais). C’est pratique. Sauf quand on reçoit les images de quelqu’un d’autre sur son ordinateur!

Il importe à la félicité du genre humain que soit fondée une Encyclopédie…

Leibniz_Monadology_2
Leibniz_Monadology_2

« Il importe à la félicité du genre humain que soit fondée une Encyclopédie, c’est-à-dire une collection ordonnée de vérités suffisant, autant que faire se peut, à la déduction de toutes choses utiles. » Initia et specimina scientiae generalis16791680.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gottfried_Wilhelm_Leibniz

#dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?

YesWeDigital“Chez nous – chacun le sait – le jeune homme qui se consacre à la science commence normalement sa carrière par le poste de Privatdozent. Après avoir conféré avec le spécialiste de la discipline qu’il a choisie et après avoir obtenu son consentement, il se fait habiliter pour l’enseignement supérieur en présentant un ouvrage et en se soumettant aux épreuves d’un examen, le plus souvent formel, devant le jury de la faculté d’une université. Désormais il pourra donner des cours en choisissant lui-même son sujet dans le cadre de sa venia legendi. Mais il ne perçoit aucun traitement, il n’a d’autre rémunération que la contribution des étudiants. En Amérique on débute d’une tout autre façon dans la carrière : on y est d’abord engagé comme « assistant ». D’une manière assez voisine, par exemple, de celle qui a ordinairement cours dans nos grands Instituts des Facultés des sciences et de médecine où l’habilitation formelle comme Privatdozent n’est convoitée que par une fraction des assistants et souvent tardivement.
Lire la suite #dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?

La stratégie du Sauna finlandais

La stratégie du Sauna finlandais.

Les frontières de Digital Humanities. Essai de Géographie politique d’une communauté scientifique

Marin Dacos – Mai 2013 – Version 1.0

Résumé

Les Digital Humanities, on en parle ! Mais existent-elles comme une communauté, unie et cohérente ? Le gouvernement de cette communauté est-il équilibré et démocratique ? Aucune étude n’avait, jusque-là, exploré une telle communauté à travers une enquête concernant ses membres, au prisme du multilinguisme et de la géographie. L’enquête « Who are you, Digital Humanists ? » lancée à l’issue de THATCamp Luxembourg (2012) et promue au cours de DH2012 (Hambourg), a permis de récolter un échantillon incomplet, mais déjà significatif, de 850 personnes, qui ont accepté de se prêter au jeu du questionnaire. On y découvre une très grande diversité linguistique et géographique, l’existence d’un hors-monde qui n’a pas vu l’enquête ou n’y a pas prêté attention, la marginalité de l’anglais comme première langue, mais sa domination comme second idiome. S’y révèlent des Digital Humanities fortement marquées par l’Histoire et les études classiques, mais très peu, beaucoup trop peu, connectées aux disciplines s’intéressant au monde contemporain, d’une part, et au sciences du Web, à la fouille de données, à la fouille de textes, d’autre part. On y découvre également un événement majeur, les rencontres Digital Humanities 2012, dont le thème était la diversité culturelle, gouverné par l’Europe et l’Amérique du Nord, et plus précisément par le Royaume-Uni et ses anciennes colonies (Irlande, Canada, Etats-Unis d’Amérique, Australie). L’anglophonie a encore frappé, dira-t-on. Afin de mesurer les progrès de la diversité au cœur du pouvoir de notre communauté, cet article propose la création d’un indicateur, le Digital Humanities Decision Power (DHDP), qui permet de mesurer l’écart entre la taille des bassins de Digital Humanists et leur pouvoir dans l’expertise et les procédures de sélection scientifiques. Sur la base de cet indicateur, un débat collectif est nécessaire pour rendre notre communauté plus ouverte à la diversité linguistique et géographique. Nous appelons cela la stratégie du Sauna finlandais.

Appel à traduction

Après les échanges en ligne avec les lecteurs, cet article sera proposé à la publication dans une revue spécialisée. Je cherche des volontaires pour la traduction en anglais/espagnol/italien/allemand/… de cet article.

Version espagnole : La estrategia de la sauna finlandesa

Traducción de José López Villanueva (josemlv@msn.com), Universidad Nacional Autónoma de México – UNAM, RedHD).

Lire la suite La stratégie du Sauna finlandais

Donner un visage à l’open access : les lecteurs

Extrait de la vidéo Youtube http://www.youtube.com/watch?v=m6wjh2I2Ggg&feature=player_embedded
Extrait de la vidéo sur l’open access 

Julien Sicot a publié sur YouTube une vidéo sous-titrée en français expliquant très simplement et plutôt avec efficacité ce qu’est l’open access. On notera, dans cette vidéo :

– une approche très pragmatique et sans agressivité, ce qui est toujours agréable

– une vision associant les deux voies de l’open access, c’est-à-dire les archives ouvertes et les revues en accès ouvert

– une pédagogie montrant que les montants des abonnements liés aux oligopoles grippent tout le système (sous-entendu : investis dans l’open access, ces montants pourraient changer le monde)

– une volonté de donner un visage à tous ceux qui peuvent profiter de l’open access. Trop souvent, les chercheurs ont tendance à considérer que les personnes pouvant profiter de l’open access sont des collègues et, secondairement, des étudiants. La réalité est très différente, car beaucoup de lecteurs inattendus sont possibles. Ne décidons pas a priori du groupe de personnes qui pourra être intéressé par nos productions scientifiques. En établir une typologie serait déjà terriblement réducteurs. Laissons-nous surprendre par la curiosité des lecteurs. C’est aussi important d’un point de vue scientifique que d’un point de vue culturel.

– que, depuis 2009, date de la réalisation de la vidéo, on est passés de 4000 revues en OA identifiées à 8800. Nous savons que ce chiffre sous-estime la réalité, car toutes ne candidatent pas à un référencement dans le DOAJ, mais aussi parce que le DOAJ a du mal à suivre le rythme, tant la croissance est rapide. Pas encore assez rapide? Ca vient!

Humanités numériques et patrimoine

En compagnie d’Aurélien Berra et Bjorn-Olav Dozo, je suis en train de rédiger un petit ouvrage de vulgarisation “Qu’est-ce que les Digital Humanities ?” pour OpenEdition Press. Je publierai ici les premières versions des textes formant ma contribution à cet ouvrage. N’hésitez pas à commenter et corriger, j’intégrerai les suggestions à la version définitive du texte.  Celui qui suit constitue un bout de chapitre consacré aux relations entre les humanités numériques et la société. Il traite de l’aspect patrimonial. Le prochain traitera des applications industrielles en matière de traitement de l’information.

Lire la suite Humanités numériques et patrimoine

Gratuité ou libre accès? Poser les termes du débat, c’est déjà y répondre en partie

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)
Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Les mots sont très importants, nous le savons. Ils sont les vecteurs que nous utilisons pour poser les débats et changer le monde. Celui qui défini le vocabulaire du débat détient les termes de l’alternative. Il détient, finalement, les clés du futur. Il faut donc que nous soyons particulièrement méticuleux lorsque nous choisissons les mots que nous employons pour défendre une cause. Il est frappant de noter que, parfois, deux parties semblent s’entendre entre elles pour fixer une discussion binaire qui résume le débat à leurs irréductibles position. Élégante façon de jeter hors du bateau la diversité des solutions, et de simplifier la décision politique, en la ramenant à une option “noire” et une option “blanche”. Cette alliance objective entre ennemis est à l’oeuvre sur la question du libre accès aux résultats de la recherche scientifique.

Lire la suite Gratuité ou libre accès? Poser les termes du débat, c’est déjà y répondre en partie

Engagement et articulation

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je serai candidat aux élections législatives du 10 juin 2012 dans le 20e arrondissement de Paris où j’habite (15e circonscription) sous les couleurs du Parti Pirate. J’ai mûri cet engagement depuis un certain temps (cf. mon billet précédent intitulé “Un pique-nique pour les pirates“). Évidemment, il est dans la continuité de l’enquête que j’ai menée depuis 2001 sur les enjeux sociaux et politiques des technologies numériques avec Homo Numericus. Il est aussi en cohérence avec mon engagement professionnel du côté du libre accès, de l’édition électronique libre et ouverte, et plus largement des humanités numériques.  Ces trois volets (activité professionnelle, travail d’écriture et engagement militant) sont donc cohérents et articulés. Je dis bien articulés, et non fusionnés. La relation entre eux ne doit pas aboutir à la confusion. C’est pour cette raison que vous ne verrez pas ici, sur ce blog ou sur Homo Numericus d’autre texte que j’aurais écrit en tant que candidat ou militant déclaré, que ce billet de mise au point.

Pour ceux qui seraient intéressés, mon blog de candidat est disponible ici : http://www.candidatscitoyens.org/mounier2012/ et un groupe de soutien à cette candidature existe sur Facebook

Pour ceux qui ne le sont pas, je continuerai à parler ici, de manière non-militante, aux côtés de Marin, d’édition électronique, de libre accès et d’humanités numériques.

Crédit photographique : “Levels of Transport” par Ecstaticist en CC by-nc-sa 2.0 sur Flickr

 

 

OpenEdition lauréat des équipements d’excellence

 

OpenEdition lauréat des équipements d'excellence
OpenEdition lauréat des équipements d'excellence

Ce n’est pas pour me vanter, mais, OpenEdition est désormais un Equipement d’excellence, ouvert à la communauté scientifique dans son ensemble :

Le projet Digital Library for Open Humanities (DILOH) a reçu le 14 février 2012 le Label Equipex des investissements d’avenir. Le jury et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche reconnaissent ainsi OpenEdition comme domaine stratégique de la recherche et l’innovation. OpenEdition sera doté de 7 millions d’euros sur 8 ans, et construira une bibliothèque internationale pour l’édition en libre accès et les humanités numériques.
Le projet est porté par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, Marseille, Paris et Lisbonne), en partenariat avec le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD, Lyon), le Laboratoire des sciences de l’information et des systèmes (LSIS-CNRS, Marseille), le Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, Washington) et Open Access Publishing in European Networks (Oapen, La Haye).

Lire la suite…

OpenEdition Facility of Excellence Awards (Equipex)

14 February 2012, the Digital Library for Open Humanities(DILOH) received the Label Equipex future investment award. The jury and French Higher Education and Research Ministry issued the award in recognition of OpenEdition’s role as a strategic platform for research and innovation. OpenEdition is set to 7 million euros over 8 years, with which it intends to build an online open-access international library for the digital humanities.

The project is backed by the Centre for Open Electronic Publishing (Cléo, Marseilles, Paris and Lisbon), in partnership with the Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD, Lyon), the Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes (LSIS-CNRS, Marseille), the Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, Washington) and the Open Access Publishing in European Networks (Oapen, the Hague).

Read…

 

Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith

L’automne dernier, j’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres stimulantes dans le domaine de l’édition électronique, du libre accès et des digital humanities. J’en rendrai compte à travers une série de billets consacrés aux idées, histoires, personnes, projets qui m’ont le plus marqués. Attention, subjectivité assumée.

Lorsqu’on se trouve à devoir défendre le libre accès devant un auditoire non spécialisé, lorsqu’il s’agit d’expliquer de manière accessible et marquante pourquoi c’est un mouvement important qui mérite d’être soutenu, il n’est pas toujours évident de trouver les bons arguments. Le bon argument, c’est le magnifique cadeau que Phil Bourne, professeur à l’Université de Californie San Diego a apporté à tous les partisans du libre accès qui assistaient à la conférence Berlin 9  à Bethesda du 9 au 10 novembre dernier.

Phil Bourne raconte en effet qu’en tant que rédacteur en chef de la revue Plos Computational Biology, il reçut un jour le manuscrit d’un article particulièrement innovant  sur les questions de modélisation des pandémies qui était proposé par une certaine Meredith. Lorsqu’il voulut discuter de son travail avec l’auteure, c’est à sa grande surprise une lycéenne âgée de 15 ans qui se présenta. Celle-ci avait rédigé son article parce qu’elle s’était passionnée pour le sujet à la suite d’une fête de la science. Elle s’était alors renseignée en utilisant Wikipedia puis la littérature spécialisée en libre accès. Enfin, pour établir son modèle, elle avait demandé et obtenu du temps de calcul sur les ordinateurs du San Diego Supercomputer Center ainsi que l’accès à des bases de données.

Après avoir rencontré Meredith, Bourne lui conseilla de soumettre son article à la revue Science et l’invita à présenter son travail dans un séminaire de son laboratoire. Pour lui, le “cas Meredith” est une illustration d’un phénomène qu’il qualifie de ” lecteur inattendu” (unexpected reader) : lorsqu’une information est publiée, que ce soit des données ou un article de revue, même si l’auteur et l’éditeur ont un lectorat cible en vue (ici les collègues et étudiants spécialisés), il existe probablement quelque part un “lecteur inattendu” qui pourrait en tirer profit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou apporter sa pierre à l’édifice. Le phénomène du lecteur inattendu est un puissant argument en faveur du libre accès  car il montre que les modèles de diffusion en accès restreint, en réservant l’information aux seules personnes autorisées, en diminuent la fécondité potentielle.

Plus encore, l’histoire des sciences et des techniques montre que pour une bonne part, les innovations et ruptures qui conduisent à un renouvellement profond d’un domaine viennent d’acteurs marginaux, qui, parce qu’ils ne sont pas tenus et n’ont pas d’intérêt à la reproduction des modèles établis, peuvent avancer des propositions alternatives radicales qui permettent de changer de paradigme. Le seul moyen de préserver des chances pour l’avènement de telles innovations futures, est de miser sur une ouverture complète de la dissémination de l’information, à l’image de la devise “Je sème à tout vent” que Pierre Larousse choisit au XIXe siècle pour son célèbre dictionnaire.

Le cas Meredith est une confirmation de la justesse de l’engagement d’OpenEdition pour le libre accès ; en particulier à travers son modèle économique innovant OpenEdition freemium. Pour chaque nouvel article, nouveau livre, nouveau billet de blog que j’y vois “libéré” et diffusé sans restriction,  j’aime à m’imaginer quelque Meredith inconnue derrière son écran, jeune étudiante, activiste engagée ou chercheuse confirmée, entrepreneuse ou future leader politique – pourquoi pas ? – à Poitiers, Nantes ou Marseille, à Toronto, Rio ou Beyrouth, enthousiasmée, illuminée ou destabilisée par ce qu’elle parcourt des yeux, et qui est peut être en train de faire la rencontre de sa vie, de ces rencontres qui mettent ceux qui ont la chance de les faire sur la voie de réalisations exceptionnelles. Il y a beaucoup d’excellentes raisons qui justifient qu’on défende le libre accès. Mais toutes ces raisons dussent-elles être démenties, la jeune Meredith seule suffit à me donner l’énergie dont j’ai besoin pour servir dans la mesure de mes moyens cette magnifique idée.

L’exposé de Ph. Bourne a fait l’objet d’un compte rendu par K. Smith dans son blog.

Le comité d’éthique du CNRS se prononce pour le libre accès et dresse un portrait édifiant du secteur de l’édition scientifique

Le CNRS dispose d’un Comité d’éthique (COMETS) qui émet des avis sur des questions aussi importantes et complexes que :

  • Les aspects éthiques de la controverse sur le changement climatique : avis (30 juin 2011 – pdf), résumé (pdf)
  • Aspects éthiques du financement public de la recherche sur projet : avis (28 juin 2010 – pdf 235 ko), autosaisine (septembre 2008 – pdf 19 ko)
  • Ethique de la recherche dans l’expérimentation sociale : avis (19 janvier 2010 – pdf 158 ko)

En juin 2011, le COMETS a publié un avis sur les relations entre chercheurs et maisons d’édition scientifique (30 juin 2011 – pdf, résumé  – pdf). Cet avis “se propose d’analyser quelques-uns des problèmes actuellement rencontrés par les chercheurs dans leurs relations avec les maisons d’édition scientifiques, d’en étudier les conséquences et d’envisager des mesures qui pourraient être prises pour y remédier.

Lire la suite Le comité d’éthique du CNRS se prononce pour le libre accès et dresse un portrait édifiant du secteur de l’édition scientifique