Captain Bill Gray collecting crabs and other marine specimens - Dinner Key. No know copyright restriction. https://www.flickr.com/photos/floridamemory/13902347193/

Bibliodiversité et accès ouvert

Les enjeux des infrastructures numériques d’édition électronique ouverte en sciences humaines et sociales

Marin Dacos[1]

A l’heure du cloud, du software as a service (SAS), du big data et des géants mondiaux du numérique, il semble impossible d’éviter le débat sur les iniatives européennes en matière d’infrastructures numériques de recherches. Dans ce domaine, la prise de conscience date de 2006 et a été… américaine[2]. Depuis, elle s’est étendue à des acteurs européens, notamment à travers la feuille de route ESFRI[3], qui a introduit le numérique dans son agenda. Se pencher sur la situation des sciences humaines et sociales (SHS) dans ce domaine revient à constater une modestie des moyens mobilisés, qui reste hors de proportion des enjeux scientifiques mobilisés. La lecture du Strategy report on research infrastructures (2010) est, à ce titre, particulièrement éclairante. En se concentrant sur les coûts de construction des infrastructures européennes ESFRI toutes disciplines confondues, on constate que les SHS représentent seulement 1% de ce coût[4]. Or, les enjeux de construction, de mobilisation et de réutilisation, d’interconnexion, de conservation, de diffusion et de valorisation des données, résultats et publications des SHS sont majeurs[5], tant d’un point de vue scientifique (mettre à profit le numérique pour augmenter le caractère cumulatif des résultats) que d’un point de vue sociétal. Ce n’est pas par hasard si H2020 identifie la culture comme une axe structurant de développement de l’Europe.

Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010).

Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010). CC BY Marin Dacos, 2014. 

Construction costs

Bibliodiversité vs monoculture

Si on s’attarde un instant sur la spécificité de l’Europe face à d’autres continents économiquement développés, il faut insister sur la diversité culturelle et linguistique, résumée par la citation attribuée à Umberto Eco : “la langue de l’Europe, c’est la traduction”[6]. Si cette diversité linguistique constitue un obstacle aux échanges scientifiques entre pays voisins, elle représente finalement une chance historique, donnant à l’Europe une place spécifique. Le continent européen est, d’une certaine manière, un laboratoire condensé de la diversité culturelle mondiale… c’est-à-dire de la diversité du Web lui-même. Le World Wide Web fondé par Tim Berners Lee n’est pas, contrairement à ce que certains pourraient penser, un océan anglophone. La diversité linguistique est devenue une caractéristique du Web en pleine expansion[7].

Allant plus loin, l’association internationale des éditeurs indépendants se propose de cultiver et conforter ce qu’elle appelle la bibliodiversité[8]. Définissons sommairement la bibliodiversité comme la diversité dans le monde du livre et de la culture, à l’image de la biodiversité, qui s’applique, elle, au monde biologique. La diversité en matière de culture, comme en matière écologique, est source de fonctionnement créatif et de robustesse des écosystèmes concernés. On opposera la bibliodiversité à la monoculture, ce dernier terme fonctionnant, en français, autant pour la sphère culturelle que pour le monde agricole. La bibliodiversité concentre le potentiel heuristique des diversités de langues et de cultures. On ne la résumera pas à une volonté de construire une tour de Babel où les peuples en général, et les chercheurs en particulier, ne parviendraient pas à échanger entre eux. La bibliodiversité pouvait très bien s’accomoder de l’usage d’une langue orale commune, en l’occurrence l’anglais, ou plus précisément le globish, cette lingua franca parfaitement efficace pour véhiculer et échanger, mais sans doute pas aussi pertinente pour penser dans une langue autre que sa langue maternelle[9].

La maladie des core journals

La bibliodiversité dans le domaine scientifique s’entend comme une diversité des langues, une diversité des disciplines, une diversité des types de publications et une diversité des acteurs qui les publient. Elle va à l’encontre d’un monde scientifique qui serait quasiment monolingue (dominé par l’anglais), focalisé sur quelques disciplines (concentrant ses investissements sur les STM), qui ne donnerait sens qu’à une forme de publication, l’article (au détriment du livre, pourtant souverain en SHS, ou de formes nouvelles qui sont en train d’émerger sur le Web), et qui mettrait tous son argent dans quelques rares paniers, les oligopoles éditoriaux que nous connaissons tous et qui dictent leur loi aux bibliothèques[10]. Allons droit au but : le développement d’une monoculture articulée autour du seul facteur d’impact[11] va clairement à l’encontre de la bibliodiversité. Elle constitue un facteur puissant d’appauvrissement scientifique et disciplinaire si nous n’y prenons pas garde.

Pour le Web of science, les SHS n’existent pas

Un petit détour par le Web of science de la société Thomson Reuters confirme cette hypothèses. Si on en croit Thomson Reuters, le WOS est une référence majeure : “The world’s most trusted citation index”, notamment car elle couvre la “crème de la littérature scientifique mondiale” (“covering the leading scholarly literature”). Il y a quinze ans, Jean-Claude Guédon soulignait déjà le caractère stérilisant de cette notion de core journal[12]. Penchons-nous, en 2014, sur la situation pour les SHS francophone, pour observer le secteur que je connais le mieux. En 2013, le Web of science indexe le magazine de cinéma Positif, que l’on trouve en kiosque et qui couvre avec sérieux l’actualité cinématographique, mais qui n’est, ni de près, ni de loin, une publication scientifique. De même, le WOS indexe Historia, lecture historique favorite de mon fils de 13 ans, qui s’achète sur les quais de gare et qui est un magazine de vulgarisation historique ne publiant aucun articles de recherche. Ce sont là deux exemples qui ne sont malheureusement pas isolés. A l’inverse, 99% des 1000 revues françaises les plus importantes sont totalement ignorées, à quelques (arbitraires) exceptions près. Prenons deux exemples. Les Annales, revue fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre en 1929, qui a donné naissance à l’école historique du même nom[13] qui a un rayonnement mondial, est strictement ignorée par le WOS. Il est en de même pour la revue Études photographiques, incontournable, à l’échelle internationale, dans son champ de spécialité. Nous pourrions multiplier les exemples de lacunes flagrantes du WOS. Or, c’est le WOS qui préside à la constitution du facteur d’impact.

"Covering the leading scholarly litterature"

“Covering the leading scholarly litterature” 

Le slogan “Covering the leading scholarly literature” est donc contrefait. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir gentiment, et de façon répétée, demandé à Thomson d’ajouter les revues françaises les plus importantes. Le WOS se comporte, face aux SHS non anglophones, avec une attitude d’ignorance, de mépris et peut-être même, dirons certains, de protectionnisme géographique, linguistique et disciplinaire.

Is Historia a top level french research journal ?

Is Historia a top level french research journal ? 

Les Annales are not listed in WOS...

Les Annales are not listed in WOS… 

Ainsi, l’essentiel des SHS est ignoré par le WOS. Par voie de conséquence, les organismes de recherche qui se sont habitués, par résignation, inertie ou manque de moyens, à utiliser le facture d’impact comme instrument principal -pour ne pas dire unique- d’évaluation sont amenés à penser que les SHS n’existent pas (je ne m’attarde pas, ici, sur l’autre problème posé par le facteur d’impact[14], qui est celui de la constitution d’un indicateur mesurant l’impact des revues, qui est répercuté par une transitivité artificielle vers l’article, puis vers l’auteur du même article. Ce problème est parfaitement identifié et largement connu).

Les Sciences humaines et sociales accepteront-elles de devenir attractives?

Il est difficile de dire si c’est la faiblesse de la présence des SHS dans le WOS qui explique la marginalité des budgets des SHS dans les infrastructures européennes, ou si c’est la faiblesse des investissements lors des dernières décennies qui expliquent l’incapacité des SHS à briser leur plafond de verre dans l’indicateur qui fait la loi dans le monde scientifique.

Le nécessaire tournant sociétal

Il faut dire que les sciences humaines et sociales n’ont sans doute pas pris la mesure du tournant sociétal du financement de la recherche, ce que d’autres disciplines ont parfaitement compris, bien avant elles. Ces dernières sont parvenues à rendre attractifs et à peu près compréhensible des questionnements extrêmement abstraits sur l’infiniment petit ou l’infininement grand. Les exemples éclatants de la NASA et du CERN, qui ont chacun su sensibiliser le public à leurs recherches doivent nous amener à interroger la façon dont les SHS se positionnent face aux enjeux de société et au sens potentiel de leurs recherches pour nos contemporains. Il semble pourtant beaucoup moins difficile d’expliquer pourquoi il est intéressant d’interroger le fonctionnement des sociétés touchées par les “printemps arabes”[15], d’approfondir le rapport de nos sociétés au vieillissement[16], de comprendre les mécanismes de l’exclusion sociale[17] ou les processus socio-historiques de création et d’évolution des langues[18] que d’expliquer le Boson de Higgs… Persiste une pudeur voire, parfois, un snobisme empêchant les SHS de se tourner vers le public et de prendre le temps de faire comprendre leurs questionnements et leurs résultats au-delà du cercle des collègues.

Un succès planétaire pour les sciences humaines et sociales, dont elles ne sont pas toujours conscientes

En réalité, les exemples sont nombreux de pans entiers des sciences humaines et sociales qui ont quitté leur tour d’ivoire et ont décidé de s’adresser au citoyen, avec succès. Les travaux de la Digital public library of america (DPLA) ou celui d’Hypothèses, plateforme de carnets de recherches[19], montrent qu’il est possible de s’adresser avec succès au public, non seulement en anglais, mais également dans un environnement multilingue.

Digital public library of America homepage

Digital public library of America homepage 

Hypotheses homepage

Hypotheses homepage 

Pages d’accueil de DPLA et Hypothèses. On y note un effort d’éditorialisation, c’est-à-dire de mise en avant de contenus spécifiques, choisis parmi des milliers de ressources, et de mise en valeur à travers un travail sur la titraille, la maquette et l’iconographie.

 La lecture des cartes d’Hervé Théry sur la répartition géographique des contenus du portail OpenEdition, issu de France et encore largement marqué par des contenus francophones, montre que le bassin de lecture de ses contenus ne se limite pas à la France ni même à la francophonie. On trouverait sans doute des résultats similaires en étudiant géographiquement les lectorats de Redalyc[20], Scielo[21] ou Persée[22]. Le classement des portails scientifiques réalisé par Webometrics montre également une place majeure occupée par les portails en sciences humaines et sociales[23].

OpenEdition visits from the World - 2013

OpenEdition visits from the World – 2013 

OpenEdition visits from Europe in 2013

OpenEdition visits from Europe in 2013 

En valeur absolue, le nombre de visites et de visiteurs des grands portails de contenus en sciences humaines et sociales indique que ce type de contenu intéresse très largement au-delà du seul cercle académique. Les chiffres consolidés d’OpenEdition (en retirant le bruit issu des bots des moteurs de recherche) montrent en effet une consultation massive, dont la croissance est extrêmement forte. Les 37,5 millions de visites par an d’OpenEdition correspondent à 20 millions de visiteurs uniques, sans doute des chercheurs, professeurs, étudiants, mais aussi des journalistes, professionnels, élèves, citoyens… Qui a dit que les SHS n’intéressaient que quelques érudits sorbonnards en voie de disparition?

OpenEdition. Number of annual visits by the million

OpenEdition. Number of annual visits by the million 

Atténuer le Matthew effect grâce à l’open access

C’est à nous, et à nous seuls, de convaincre les autorités universitaires, nationales et européennes que l’édition est le coeur battant de la relation entre la recherche en SHS et la société. L’édition est le chaînon manquant, touché par une baisse des ventes des ouvrages papiers depuis des décennies, et pourtant bien vivant à travers le Web en général, et l’open access en particulier. Pour maximiser l’efficacité des financements de la recherche, il est en effet évident qu’il faut en diffuser les résultats en accès ouvert. Si cela pose d’évidentes questions sur les modalités de financement de l’édition électronique, le gain en termes d’impact est tel qu’il ne s’agit plus de se demander si nous nous engageons vers l’open access, ou même quand, mais comment et à quelle vitesse[24].

L’open access à la fois une façon de toucher plus de public et une opportunité historique de sortir du Matthew effect[25], ce mécanisme qui permet aux dominants de conforter leur position de force, et qui affaiblit les faibles. En économie, ce type de mécanisme est combattu, car il n’est pas propice à une compétition équilibrée. C’est la raison de l’existence de lois antitrust. En science, l’open access apparaît comme une opportunité pour faire émerger un nouveau rapport de force géographique et de nouveaux acteurs. Le Ranking web of respositories de Webometrics ne classe-t-il pas, dans les cinq premiers portails mondiaux, cinq initiatives non anglo-américaines? Dans l’ordre, le Brésil (Scielo), l’Espagne (Dialnet), la France (HAL), les pays du Nord de l’Europe (DIVA) et la France (Revues.org). Il y a fort à parier que les puissances dominantes historiquement, surreprésentées dans le WOS, et sous-représentées dans le monde de l’open access, vont opérer un tournant, pour prendre pied dans cette nouvelle compétition. L’Europe serait bien inspirée de comprendre qu’elle dispose-là d’un levier majeur de valorisation de sa recherche. Et qu’il ne faut plus tergiverser, car la fenêtre de tir permettant de s’implanter durablement ne durera pas.

Top Portals by Webometrics - Ranking Web of Repositories

Top Portals by Webometrics – Ranking Web of Repositories 

Le classement de Webometrics pour l’année 2013. http://repositories.webometrics.info/en/top_portals

Convaincre

Pour développer le rapport entre sciences et sociétés, l’open access n’est cependant pas suffisant. Il faut accepter de rendre nos disciplines attractives et lisibles. Il ne s’agit pas, ici, de simplifier et appauvrir nos recherches en leur demandant de renoncer à leur technicité, à leur vocabulaire et à leur rigueur scientifique. En revanche, nous peuvons nous inspirer de disciplines aussi abstraites et techniques que celles de la NASA et du CERN, qui se sont dotées d’une claire et profonde volonté de communication scientifique. Or, cela ne s’improvise pas.

Cela passera par de véritables infrastructures européennes d’édition électronique, valorisant un volume considérable de contenus, qui constitueront autant de portes d’entrée pour une meilleure compréhension de la complexité du monde dans lequel nous vivons. Cette conclusion n’est qu’un prolongement du Manifeste des Digital Humanities (2010) qui appelle à la création d’infrastructures numériques (« We call for the creation of scalable digital infrastructures responding to real needs. These digital infrastructures will be built iteratively, based upon methods and approaches that prove successful in research communities. »)[26].

Digital humanities manifesto. In various languages.

Digital humanities manifesto. In various languages. 

La Manifeste des humanités numériques (2010), conçu lors de THATCamp Paris, a été traduit en de nombreuses langues.

Si les investissements publics dans ce domaine sont nécessaires, c’est une condition de base, mais non suffisante : il faut dès à présent se mettre au travail pour améliorer la lisibilité, la compréhension et la perception de l’apport des sciences humaines et sociales. Dans ce domaine, les pistes sont nombreuses[27]. On compte parmi elles des orientations diverses, liées à des objets, des publics ou des temporalités spécifiques. Le systèmes d’information géographiques et la cartographie constituent des atouts permettant de produire de nouveaux savoirs synthétiques et lisibles facilement. De même, les Digital humanities dans leur ensemble expérimentent depuis quelques années des outils de visualisation et d’écriture plus accessibles. Les géographes ont montré la voie en développant une expertise dans le domaine du langage cartographique. D’une façon plus générale, c’est l’éditorialisation qui sera au coeur de chacune de ces stratégies, pour que la médiation scientifique réussisse à dépasser les seuls spécialistes d’un champ, c’est-à-dire pour que, dans le domaine des sciences humaines et sociale, le couple science et société ressemble plus à un mariage qu’à un divorce[28].



[1] CNRS, Aix Marseille Université, EHESS, Avignon université, CLEO UMS 3287, 13284 Marseille, France.

[2] Our Cultural Commonwealth. The Report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences. New York: American Council of Learned Societies, 2006, 51 p.

[3] European Roadmap for Research Infrastructures. Report 2006. Luxembourg: European Commission, 2006. http://ec.europa.eu/research/infrastructures/pdf/esfri/esfri_roadmap/roadmap_2006/esfri_roadmap_2006_en.pdf

[4] Strategy Report on Research Infrastructures – Roadmap 2010. Luxembourg: Publications Office of the European Union, 2011. http://ec.europa.eu/research/infrastructures/pdf/esfri-strategy_report_and_roadmap.pdf

[5] Pour plus de détails, voir Dacos, Marin. « Cyberclio. Vers une Cyberinfrastructure au coeur de la discipline historique ». In L’histoire contemporaine à l’ère numérique  Contemporary History in the Digital Age, édité par Clavert, Frédéric et Noiret, Serge, 29‑43. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, 2013.

[7] Le Crosnier, Hervé, et Vannini, Laurent, éd. « Net.lang. Réussir le cyber-espace multilingue ». 477. Caen: C&F éditions, s. d. http://cfeditions.com/NetlangFR/.

[7]Le Crosnier, Hervé, et Vannini, Laurent, éd.. , éd. « Net.lang. Towards the Multilingual Cyberspace ». 477. Caen: C&F éditions, s. d. http://cfeditions.com/NetlangEN/.

[9] Dacos, Marin. « La stratégie du Sauna finlandais. Les frontières de Digital Humanities. Essai de Géographie politique d’une communauté scientifique », mai 2013, 13.

[10] Voir, par exemple : http://thecostofknowledge.com/

[11] Campbell P (2008), Escape from the impact factor. Ethics Sci Environ Polit 8:5-7. doi:10.3354/esep00078

[12] Guédon, Jean-Claude. « In Oldenburg’s Long Shadow: Librarians, Research Scientists, Publishers, and the Control… » In ARL membership meeting proceedings. Toronto: Association of research libraries, 2001. http://www.arl.org/storage/documents/publications/in-oldenburgs-long-shadow.pdf.

[13] Burguière André, L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006.

[13]Burke Peter, The French Historical Revolution. The Annales School 1929-89, Polity Press, Key Contemporary Thinkers, Stanford University Press, March 1991. (ISBN 0-8047-1837-7)

[13]Dosse François, L’Histoire en miettes : des Annales à la “nouvelle histoire”, La Découverte, 1987.

[14] Voir à ce sujet : http://sparceurope.org/citations/

[15] Éric Gobe, « Un printemps arabe ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 22 mars 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1370  ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1370

[16] Thibauld Moulaert et Jean-Philippe Viriot Durandal, « De la notion au référentiel international de politique publique. Le savant, l’expert et le politique dans la construction du vieillissement actif », Recherches sociologiques et anthropologiques[En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 22 mars 2014. URL : http://rsa.revues.org/904  ; DOI : 10.4000/rsa.904 Ingrid Voléry et Monique Legrand, « L’autonomie au grand-âge : corporéisation du vieillissement et distinctions de sexe », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 mars 2014. URL : http://sociologies.revues.org/4128

[17] Michel Messu, « Les politiques publiques de lutte contre la pauvreté. Variation sur l’approche française », Forum Sociológico [Online], 20 | 2010, posto online no dia 05 Setembro 2012, consultado o 22 Março 2014. URL : http://sociologico.revues.org/152  ; DOI : 10.4000/sociologico.152

[18] Hombert, Jean-Marie. Aux origines des langues et du langage. Paris: Fayard, 2005.

[19] Disclaimer : je suis directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte, qui  développe le portail OpenEdition, qui comporte quatre plateformes, dont Hypothèses fait partie. Les trois autres plateformes sont Revues.org, Calenda et OpenEdition Books.

[24] Voir Suber, Peter. Open Access. MIT Press Essential Knowledge Series. Cambridge, Mass: MIT Press, 2012. http://mitpress.mit.edu/books/open-access

[24]Swan, Alma. Policy guidelines for the development and promotion of open access. Paris: UNESCO, 2012.

[24]Willinsky, John. The access principle : the case for open access to research and scholarship. Cambridge  Mass.: MIT Press, 2006.

[24]Bailey, Jr., Charles W. 2010. Transforming Scholarly Publishing through Open Access: A Bibliography. Digital Scholarship.

[25] Robert K. Merton, « The Matthew Effet », Science, vol. 159, no 3810, 1968, pp. 56-63. Voir aussi

[25]Margaret W. Rossiter, « L’effet Matthieu Mathilda en sciences », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, Consulté le 22 mars 2014. URL : http://cedref.revues.org/503

[27] Voir, par exemple, http://4humanities.org/

[28] Voir Marin Dacos, « Vers des médias numériques en sciences humaines et sociales : une contribution à l’épanouissement de la place des sciences humaines et sociales dans les sociétés contemporaines », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 22 mars 2014. URL : http://traces.revues.org/5534  ; DOI : 10.4000/traces.5534

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Seulement 25000 revues scientifiques dans le monde, vraiment ?

Eye exam (no. 2)

Image by Noir Imp, licence CC.

Dans son livre sur l’accès ouvert  (MIT Press), Peter Suber affirme qu’il y a un consensus pour dire que, toutes disciplines et toutes langues confondues, le nombre de revues dans le monde, quel que soit leur mode de diffusion (accès restreint ou accès ouvert), s’élève à 25 000.

Je ne peux pas m’empêcher de penser que cette évaluation ne s’appuie sur aucun élément fondé. Disposez-vous d’éléments qui permettraient de consolider cette estimation?

***

Premiers éléments

En fait, le livre donne deux éléments qui semblent contradictoires entre eux :

  • Thèse des 25 000 

« http://www.doaj.org Most observers estimate that there are about 25,000 peer-reviewed journals in all fields and languages, making the OA portion about 26 percent of the total. There’s some evidence that the average OA journal publishes fewer articles/year than the average toll-access journal, making the OA portion (by articles rather than journals) even smaller than 26 percent. If we supplement the number of peer-reviewed articles published by OA journals with the number of peer-reviewed OA articles published by toll-access journals but disseminated with permission by OA repositories, the portion goes up again. »

Source : Peter Suber, Open access.

  • Dans les faits, “plus de 100 000″ titres en accès restreint (sans compter, donc, les revues en accès ouvert

« In 2008, Harvard subscribed to 98,900 serials and Yale to 73,900. The best-funded research library in India, at the Indian Institute of Science, subscribed to 10,600. Several sub-Saharan African university libraries subscribed to zero, offering their patrons access to no conventional journals except those donated by publishers. »

Source : Peter Suber, Open access.

 

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Il neige sur les nuages

J’utilise Dropbox pour synchroniser mes terminaux numériques. Je considère cet outil comme un excellent instrument pour poursuivre mon travail d’écriture d’un poste à l’autre, domicile, travail, trajets… Je l’utilise également comme une excroissance numérique de mon bureau du moment, c’est-à-dire comme un outil de sauvegarde de mes données. Cela ne peut fonctionner que si le service dans les nuages est fiable. C’est là que le principal risque réside.

Car si le nuage se troue alors mon patrimoine numérique devient poreux. C’est le cas depuis dix jours sur mon compte Dropbox premium. Dropbox récupère automatiquement les photographies que je prends dans mon téléphone riche (smartphone en anglais). C’est pratique. Sauf quand on reçoit les images de quelqu’un d’autre sur son ordinateur!

Il importe à la félicité du genre humain que soit fondée une Encyclopédie…

Leibniz_Monadology_2

Leibniz_Monadology_2

« Il importe à la félicité du genre humain que soit fondée une Encyclopédie, c’est-à-dire une collection ordonnée de vérités suffisant, autant que faire se peut, à la déduction de toutes choses utiles. » Initia et specimina scientiae generalis1679-1680.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gottfried_Wilhelm_Leibniz

Yes We Digital

#dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?

YesWeDigital“Chez nous – chacun le sait – le jeune homme qui se consacre à la science commence normalement sa carrière par le poste de Privatdozent. Après avoir conféré avec le spécialiste de la discipline qu’il a choisie et après avoir obtenu son consentement, il se fait habiliter pour l’enseignement supérieur en présentant un ouvrage et en se soumettant aux épreuves d’un examen, le plus souvent formel, devant le jury de la faculté d’une université. Désormais il pourra donner des cours en choisissant lui-même son sujet dans le cadre de sa venia legendi. Mais il ne perçoit aucun traitement, il n’a d’autre rémunération que la contribution des étudiants. En Amérique on débute d’une tout autre façon dans la carrière : on y est d’abord engagé comme « assistant ». D’une manière assez voisine, par exemple, de celle qui a ordinairement cours dans nos grands Instituts des Facultés des sciences et de médecine où l’habilitation formelle comme Privatdozent n’est convoitée que par une fraction des assistants et souvent tardivement.
Continue la lecture
Cottage in lapponia 02 by Benoit Mouren (licence CC)

La stratégie du Sauna finlandais

La stratégie du Sauna finlandais.

Les frontières de Digital Humanities. Essai de Géographie politique d’une communauté scientifique

Marin Dacos – Mai 2013 – Version 1.0

Résumé

Les Digital Humanities, on en parle ! Mais existent-elles comme une communauté, unie et cohérente ? Le gouvernement de cette communauté est-il équilibré et démocratique ? Aucune étude n’avait, jusque-là, exploré une telle communauté à travers une enquête concernant ses membres, au prisme du multilinguisme et de la géographie. L’enquête « Who are you, Digital Humanists ? » lancée à l’issue de THATCamp Luxembourg (2012) et promue au cours de DH2012 (Hambourg), a permis de récolter un échantillon incomplet, mais déjà significatif, de 850 personnes, qui ont accepté de se prêter au jeu du questionnaire. On y découvre une très grande diversité linguistique et géographique, l’existence d’un hors-monde qui n’a pas vu l’enquête ou n’y a pas prêté attention, la marginalité de l’anglais comme première langue, mais sa domination comme second idiome. S’y révèlent des Digital Humanities fortement marquées par l’Histoire et les études classiques, mais très peu, beaucoup trop peu, connectées aux disciplines s’intéressant au monde contemporain, d’une part, et au sciences du Web, à la fouille de données, à la fouille de textes, d’autre part. On y découvre également un événement majeur, les rencontres Digital Humanities 2012, dont le thème était la diversité culturelle, gouverné par l’Europe et l’Amérique du Nord, et plus précisément par le Royaume-Uni et ses anciennes colonies (Irlande, Canada, Etats-Unis d’Amérique, Australie). L’anglophonie a encore frappé, dira-t-on. Afin de mesurer les progrès de la diversité au cœur du pouvoir de notre communauté, cet article propose la création d’un indicateur, le Digital Humanities Decision Power (DHDP), qui permet de mesurer l’écart entre la taille des bassins de Digital Humanists et leur pouvoir dans l’expertise et les procédures de sélection scientifiques. Sur la base de cet indicateur, un débat collectif est nécessaire pour rendre notre communauté plus ouverte à la diversité linguistique et géographique. Nous appelons cela la stratégie du Sauna finlandais.

Appel à traduction

Après les échanges en ligne avec les lecteurs, cet article sera proposé à la publication dans une revue spécialisée. Je cherche des volontaires pour la traduction en anglais/espagnol/italien/allemand/… de cet article.

Version espagnole : La estrategia de la sauna finlandesa

Traducción de José López Villanueva (josemlv@msn.com), Universidad Nacional Autónoma de México – UNAM, RedHD).

Continue la lecture

Donner un visage à l’open access : les lecteurs

Julien Sicot a publié sur YouTube une vidéo sous-titrée en français expliquant très simplement et plutôt avec efficacité ce qu’est l’open access. On notera, dans cette vidéo :

- une approche très pragmatique et sans agressivité, ce qui est toujours agréable

- une vision associant les deux voies de l’open access, c’est-à-dire les archives ouvertes et les revues en accès ouvert

- une pédagogie montrant que les montants des abonnements liés aux oligopoles grippent tout le système (sous-entendu : investis dans l’open access, ces montants pourraient changer le monde)

- une volonté de donner un visage à tous ceux qui peuvent profiter de l’open access. Trop souvent, les chercheurs ont tendance à considérer que les personnes pouvant profiter de l’open access sont des collègues et, secondairement, des étudiants. La réalité est très différente, car beaucoup de lecteurs inattendus sont possibles. Ne décidons pas a priori du groupe de personnes qui pourra être intéressé par nos productions scientifiques. En établir une typologie serait déjà terriblement réducteurs. Laissons-nous surprendre par la curiosité des lecteurs. C’est aussi important d’un point de vue scientifique que d’un point de vue culturel.

- que, depuis 2009, date de la réalisation de la vidéo, on est passés de 4000 revues en OA identifiées à 8800. Nous savons que ce chiffre sous-estime la réalité, car toutes ne candidatent pas à un référencement dans le DOAJ, mais aussi parce que le DOAJ a du mal à suivre le rythme, tant la croissance est rapide. Pas encore assez rapide? Ca vient!

Humanités numériques et patrimoine

En compagnie d’Aurélien Berra et Bjorn-Olav Dozo, je suis en train de rédiger un petit ouvrage de vulgarisation “Qu’est-ce que les Digital Humanities ?” pour OpenEdition Press. Je publierai ici les premières versions des textes formant ma contribution à cet ouvrage. N’hésitez pas à commenter et corriger, j’intégrerai les suggestions à la version définitive du texte.  Celui qui suit constitue un bout de chapitre consacré aux relations entre les humanités numériques et la société. Il traite de l’aspect patrimonial. Le prochain traitera des applications industrielles en matière de traitement de l’information.

Continue la lecture

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Gratuité ou libre accès? Poser les termes du débat, c’est déjà y répondre en partie

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Les mots sont très importants, nous le savons. Ils sont les vecteurs que nous utilisons pour poser les débats et changer le monde. Celui qui défini le vocabulaire du débat détient les termes de l’alternative. Il détient, finalement, les clés du futur. Il faut donc que nous soyons particulièrement méticuleux lorsque nous choisissons les mots que nous employons pour défendre une cause. Il est frappant de noter que, parfois, deux parties semblent s’entendre entre elles pour fixer une discussion binaire qui résume le débat à leurs irréductibles position. Élégante façon de jeter hors du bateau la diversité des solutions, et de simplifier la décision politique, en la ramenant à une option “noire” et une option “blanche”. Cette alliance objective entre ennemis est à l’oeuvre sur la question du libre accès aux résultats de la recherche scientifique.

Continue la lecture

Engagement et articulation

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je serai candidat aux élections législatives du 10 juin 2012 dans le 20e arrondissement de Paris où j’habite (15e circonscription) sous les couleurs du Parti Pirate. J’ai mûri cet engagement depuis un certain temps (cf. mon billet précédent intitulé “Un pique-nique pour les pirates“). Évidemment, il est dans la continuité de l’enquête que j’ai menée depuis 2001 sur les enjeux sociaux et politiques des technologies numériques avec Homo Numericus. Il est aussi en cohérence avec mon engagement professionnel du côté du libre accès, de l’édition électronique libre et ouverte, et plus largement des humanités numériques.  Ces trois volets (activité professionnelle, travail d’écriture et engagement militant) sont donc cohérents et articulés. Je dis bien articulés, et non fusionnés. La relation entre eux ne doit pas aboutir à la confusion. C’est pour cette raison que vous ne verrez pas ici, sur ce blog ou sur Homo Numericus d’autre texte que j’aurais écrit en tant que candidat ou militant déclaré, que ce billet de mise au point.

Pour ceux qui seraient intéressés, mon blog de candidat est disponible ici : http://www.candidatscitoyens.org/mounier2012/ et un groupe de soutien à cette candidature existe sur Facebook

Pour ceux qui ne le sont pas, je continuerai à parler ici, de manière non-militante, aux côtés de Marin, d’édition électronique, de libre accès et d’humanités numériques.

Crédit photographique : “Levels of Transport” par Ecstaticist en CC by-nc-sa 2.0 sur Flickr

 

 

OpenEdition lauréat des équipements d’excellence

 

OpenEdition lauréat des équipements d'excellence

OpenEdition lauréat des équipements d'excellence

Ce n’est pas pour me vanter, mais, OpenEdition est désormais un Equipement d’excellence, ouvert à la communauté scientifique dans son ensemble :

Le projet Digital Library for Open Humanities (DILOH) a reçu le 14 février 2012 le Label Equipex des investissements d’avenir. Le jury et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche reconnaissent ainsi OpenEdition comme domaine stratégique de la recherche et l’innovation. OpenEdition sera doté de 7 millions d’euros sur 8 ans, et construira une bibliothèque internationale pour l’édition en libre accès et les humanités numériques.
Le projet est porté par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, Marseille, Paris et Lisbonne), en partenariat avec le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD, Lyon), le Laboratoire des sciences de l’information et des systèmes (LSIS-CNRS, Marseille), le Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, Washington) et Open Access Publishing in European Networks (Oapen, La Haye).

Lire la suite…

OpenEdition Facility of Excellence Awards (Equipex)

14 February 2012, the Digital Library for Open Humanities(DILOH) received the Label Equipex future investment award. The jury and French Higher Education and Research Ministry issued the award in recognition of OpenEdition’s role as a strategic platform for research and innovation. OpenEdition is set to 7 million euros over 8 years, with which it intends to build an online open-access international library for the digital humanities.

The project is backed by the Centre for Open Electronic Publishing (Cléo, Marseilles, Paris and Lisbon), in partnership with the Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD, Lyon), the Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes (LSIS-CNRS, Marseille), the Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, Washington) and the Open Access Publishing in European Networks (Oapen, the Hague).

Read…

 

Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith

L’automne dernier, j’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres stimulantes dans le domaine de l’édition électronique, du libre accès et des digital humanities. J’en rendrai compte à travers une série de billets consacrés aux idées, histoires, personnes, projets qui m’ont le plus marqués. Attention, subjectivité assumée.

Lorsqu’on se trouve à devoir défendre le libre accès devant un auditoire non spécialisé, lorsqu’il s’agit d’expliquer de manière accessible et marquante pourquoi c’est un mouvement important qui mérite d’être soutenu, il n’est pas toujours évident de trouver les bons arguments. Le bon argument, c’est le magnifique cadeau que Phil Bourne, professeur à l’Université de Californie San Diego a apporté à tous les partisans du libre accès qui assistaient à la conférence Berlin 9  à Bethesda du 9 au 10 novembre dernier.

Phil Bourne raconte en effet qu’en tant que rédacteur en chef de la revue Plos Computational Biology, il reçut un jour le manuscrit d’un article particulièrement innovant  sur les questions de modélisation des pandémies qui était proposé par une certaine Meredith. Lorsqu’il voulut discuter de son travail avec l’auteure, c’est à sa grande surprise une lycéenne âgée de 15 ans qui se présenta. Celle-ci avait rédigé son article parce qu’elle s’était passionnée pour le sujet à la suite d’une fête de la science. Elle s’était alors renseignée en utilisant Wikipedia puis la littérature spécialisée en libre accès. Enfin, pour établir son modèle, elle avait demandé et obtenu du temps de calcul sur les ordinateurs du San Diego Supercomputer Center ainsi que l’accès à des bases de données.

Après avoir rencontré Meredith, Bourne lui conseilla de soumettre son article à la revue Science et l’invita à présenter son travail dans un séminaire de son laboratoire. Pour lui, le “cas Meredith” est une illustration d’un phénomène qu’il qualifie de ” lecteur inattendu” (unexpected reader) : lorsqu’une information est publiée, que ce soit des données ou un article de revue, même si l’auteur et l’éditeur ont un lectorat cible en vue (ici les collègues et étudiants spécialisés), il existe probablement quelque part un “lecteur inattendu” qui pourrait en tirer profit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou apporter sa pierre à l’édifice. Le phénomène du lecteur inattendu est un puissant argument en faveur du libre accès  car il montre que les modèles de diffusion en accès restreint, en réservant l’information aux seules personnes autorisées, en diminuent la fécondité potentielle.

Plus encore, l’histoire des sciences et des techniques montre que pour une bonne part, les innovations et ruptures qui conduisent à un renouvellement profond d’un domaine viennent d’acteurs marginaux, qui, parce qu’ils ne sont pas tenus et n’ont pas d’intérêt à la reproduction des modèles établis, peuvent avancer des propositions alternatives radicales qui permettent de changer de paradigme. Le seul moyen de préserver des chances pour l’avènement de telles innovations futures, est de miser sur une ouverture complète de la dissémination de l’information, à l’image de la devise “Je sème à tout vent” que Pierre Larousse choisit au XIXe siècle pour son célèbre dictionnaire.

Le cas Meredith est une confirmation de la justesse de l’engagement d’OpenEdition pour le libre accès ; en particulier à travers son modèle économique innovant OpenEdition freemium. Pour chaque nouvel article, nouveau livre, nouveau billet de blog que j’y vois “libéré” et diffusé sans restriction,  j’aime à m’imaginer quelque Meredith inconnue derrière son écran, jeune étudiante, activiste engagée ou chercheuse confirmée, entrepreneuse ou future leader politique – pourquoi pas ? – à Poitiers, Nantes ou Marseille, à Toronto, Rio ou Beyrouth, enthousiasmée, illuminée ou destabilisée par ce qu’elle parcourt des yeux, et qui est peut être en train de faire la rencontre de sa vie, de ces rencontres qui mettent ceux qui ont la chance de les faire sur la voie de réalisations exceptionnelles. Il y a beaucoup d’excellentes raisons qui justifient qu’on défende le libre accès. Mais toutes ces raisons dussent-elles être démenties, la jeune Meredith seule suffit à me donner l’énergie dont j’ai besoin pour servir dans la mesure de mes moyens cette magnifique idée.

L’exposé de Ph. Bourne a fait l’objet d’un compte rendu par K. Smith dans son blog.

CNRS

Le comité d’éthique du CNRS se prononce pour le libre accès et dresse un portrait édifiant du secteur de l’édition scientifique

Le CNRS dispose d’un Comité d’éthique (COMETS) qui émet des avis sur des questions aussi importantes et complexes que :

  • Les aspects éthiques de la controverse sur le changement climatique : avis (30 juin 2011 – pdf), résumé (pdf)
  • Aspects éthiques du financement public de la recherche sur projet : avis (28 juin 2010 – pdf 235 ko), autosaisine (septembre 2008 – pdf 19 ko)
  • Ethique de la recherche dans l’expérimentation sociale : avis (19 janvier 2010 – pdf 158 ko)

En juin 2011, le COMETS a publié un avis sur les relations entre chercheurs et maisons d’édition scientifique (30 juin 2011 – pdf, résumé  – pdf). Cet avis “se propose d’analyser quelques-uns des problèmes actuellement rencontrés par les chercheurs dans leurs relations avec les maisons d’édition scientifiques, d’en étudier les conséquences et d’envisager des mesures qui pourraient être prises pour y remédier.

Continue la lecture

Cette année la pkp conference se déroule à la Freie Universität de Berlin

Open Access in Berlin !

Cette année la pkp conference se déroule  à la Freie Universität de Berlin

Cette année la pkp conference se déroule à la Freie Universität de Berlin

Cette semaine, je suis à Berlin pour la session 2011 des Scholarly Publishing Conferences organisées par le Public Knowledge Project. Le PKP est un consortium porté par l’Université Simon Fraser à Vancouver au Canada, qui a pour objectif d’aider les communautés scientifiques à diffuser leurs publications en libre accès. Ils ont développé toute une palette d’outils très simples d’utilisation, distribués sous licence libre, comme Open Journal System (un CMS pour les revues scientifiques), Open Conference System (même chose, mais pour les colloques), Lemon8 (un convertisseur de documents), et, tout récemment, Open Monograph Press, une chaîne de production de livres électroniques pour les presses universitaires.

La conférence de Berlin sera pour moi l’occasion de mieux connaître ce dernier logiciel encore dans la forge et qui fera l’objet d’une présentation publique dès le premier jour. J’aurai pour ma part la possibilité de présenter notre offre OpenEdition freemium aux participants. J’essaierai en particulier de montrer que le freemium tel que le conçoit le Cléo est une piste intéressante pour le financement de la voie dorée du libre accès (ie les revues et les livres diffusés en libre accès, par opposition à la voie verte qui concerne les archives ouvertes) et constitue surtout une alternative au modèle auteur-payeur qui est en train de se généraliser et est aujourd’hui utilisé par les acteurs commerciaux dominants pour contrer le développement du libre accès.

Je ne pense pas que la PKP Conference ait la portée politique  des Conférences Berlin, celle de cette année, Berlin 9, se déroulant dans quelques semaines à Washington (donc si je me résume, cette année la conférence de Vancouver se déroule à Berlin et celle de Berlin à Washington ; vous suivez ?).  Malgré tout, le programme est très alléchant.  Voici les premières interventions qui ont excité ma curiosité et auxquelles j’assisterai :

OJS Workshop (une présentation des fonctionnalités d’OJS, toujours utile ; je pourrai sans doute découvrir quelques astuces qui m’auraient échappé)

OMP Workshop ( autrement appelé le “Tadaa ! workshop”. Je découvrirai donc cet outil prometteur et rendrai compte de ce que j’y ai appris)

Je ne manquerai évidemment la Keynote de John Willinsky, The Intellectual Properties of Learning, Part II: The Medieval Monastic Legacy (J. Willinsky est le fondateur de PKP et une figure importante et visionnaire du mouvement pour le libre accès)

Demain, j’entendrai Eelco Ferwerda (OAPEN Foundation), Open Access for Books et Sigi Jottkandt (Open Humanities Press), On Approaching Orbis Tertius: Open Humanities Press  qui portent deux initiatives très intéressantes de publication en libre accès de livres de sciences humaines et sociales. C’est quand même un vrai plaisir de voir que le récent basculement des livres vers le numérique n’a pas laissé en retard les partisans du libre accès qui se portent sur ce secteur avec autant de dynamisme que pour les revues.

Ensuite, je ne manquerai pas une présentation qui s’annonce passionnante d’un certain Pierre Mounier sur le  Freemium as a sustainable economic model for Open Access publications in the humanities and social sciences ;-)

Pour la suite, je n’ai pas encore totalement fait mon choix. Il y a énormément de présentations en parallèle et je sens la frustration de ne pas avoir le don d’ubiquité commencer à poindre. J’irai en tout cas aux quatre plénières, d’Anurag Acharya (Google Scholar), Google Scholar: The Adventure Continues, de Ray Siemens (Electronic Textual Cultures Lab, University of Victoria), Interventions in the Confluence of Open Access and Social Engagement, de Lars Björnshauge (SPARC Europe), We have won the argument about Open Access – now we have to bring things together and make it work! et de Gustavo E. Fischman (Arizona State University), Transforming the invisible visibility of Latin America’s Scholarly Work: The Good, the Ugly and the Challenging

J’essaierai de faire passer le maximum d’informations sur ce que j’entendrai ici à Berlin, via Twitter (@piotrr70 #pkp2011) et ce blog.

 

 

 

Deuxième Université d’été de l’édition électronique ouverte : c’est parti !

Cela fait plusieurs mois qu’on y travaille en tâche de fond et ces dernières semaines, le fond est remonté à la surface avec une finalisation de préparation plutôt fébrile. Mais ça y est, nous sommes prêts à accueillir lundi les cent et quelques inscrits à notre Deuxième Université d’été à Marseille, sur le campus Saint Charles de l’Université de Provence : les salles sont réservées,  les intervenants sont en route, les petits plats mijotent, le wifi et les prises électriques seront au rendez-vous, les sacs d’accueil -vert pomme – pour les

Robe rouge et sac vert

Rouge cerise et vert pomme

stagiaires remplis de goodies, l’équipe du Cléo est gonflée à bloc pour accueillir tout le monde.

Qu’allons nous faire tout au long de cette semaine ? Nous allons construire une communauté éphémère de 150 personnes (participants, intervenants et équipe) qui se rassemblent pour apprendre, réfléchir, échanger ensemble pendant une semaine sur tous les aspects de l’édition électronique. Il s’agit d’une université d’été ; c’est le seul dispositif qui permet de “croiser” : croiser les gens (qui viennent de tous les métiers concernés : chercheurs, éditeurs, informaticiens, documentalistes et bibliothécaires), croiser les thématiques (juridique, technique, économique, scientifique), croiser les approches (conférences, cours de deux heures, ateliers, événements sociaux) pour activer le bouillon de culture au sein duquel les idées circulent.

Cette année, nous avons un peu modifié notre formule en introduisant quelques innovations : tout d’abord, les ateliers sont ressérés, plus court, donc plus nombreux et plus nerveux : pas moins de 17 ateliers différents sont proposés : outre les formations que nous proposons à nos propres plateformes (OpenEdition, Lodel pour Revues.org, WordPress pour Hypothèses ou le webservice de Calenda), nous avons demandé à des spécialistes de venir animer des ateliers sur des sujets aussi pointus que la veille thématique sur Internet, la XML TEI pour l’édition, l’optimisation des données pour Isidore, la conservation du patrimoine scientifique avec Persée, l’enrichissement automatique des métadonnées, les outils de développement d’une “lecture sociale” ou encore l’édition de livres au format Epub.

Goodies

Goodies

Autre nouveauté, de taille, nous commençons à introduire une dose d’internationalisation dans notre dispositif : nous avons demandé à quatre experts reconnus de venir faire un cours ou une conférence sur leur sujet de prédilection : il s’agit de Chris Meade qui dirige l’Institute for the Future of the Book à Londres, de Janneke Adema, jeune chercheuse britannique elle aussi qui a réalisé une étude très intéressante sur l’édition de livres électroniques de sciences humaines et libre accès, de Cornelius Puschman, jeune chercheur allemand, organisateur du ThatCamp Cologne l’année dernière et spécialiste des réseaux sociaux scientifiques, et enfin d‘Octavio Kulesz, éditeur argentin qui a réalisé une passionnante étude sur l’édition électronique dans les pays du sud. Guy Teasdale viendra pour sa part du Canada pour nous parler de la situation du libre accès dans son pays. Il est responsable de tout ce qui concerne le numérique à la bibliothèque de l’Université Laval. Par ces invitations, nous cherchons là encore à croiser les perspectives, à resituer notre expérience dans un contexte plus large, ce qui implique un effort particulier (linguistique en particulier, plusieurs cours sont en anglais). Nous espérons beaucoup de cette évolution qui, si elle est un succès, nous encouragera à accentuer cet aspect pour les prochaines éditions.

"Nous attaquerons par là"

"Nous attaquerons par là"

Mais que serait l’Université d’été sans ses hapennings ? Outre le bookcamp suivi d’un pique nique du mardi soir et la sortie en mer du mercredi (une nouveauté là aussi), nous invitons Alain Pierrot et Samuel Petit à venir présenter et lancer leur nouvel institut if:lire vendredi soir en conclusion de l’Université d’été. Nous avons organisé une conférence publique à la bibliothèque de l’Alcazar (tous les renseignements ici), ouverte à tous.

Il y a deux ans, la secte drupalienne avait hacké l’Université d’été. Cette année, j’ai le sentiment que les gazouilleurs virtuels nous préparent quelque chose au cours de la semaine. A suivre.

Je ne veux pas terminer sans parler du partenariat que nous avons conclu avec l’éditeur Publie.net à cette occasion. Non seulement François Bon nous fait l’amitié d’intervenir dans notre Université d’été, mais en plus il offre onze livres électroniques personnalisés issus du catalogue de Publie.net à l’ensemble des participants ! Ceux-ci les trouveront lundi dans leur sac à surprises sur une clé USB, mais pas n’importe quelle clé : il s’agit de la Framakey proposée par Framasoft, la célèbre association de promotion du logiciel libre. Cette clé est lourde de symbole pour moi : elle fusionne dans un objet matériel l’association du logiciel libre et de l’édition numérique de qualité, c’est-à-dire, très exactement, l’ADN du Centre pour l’édition électronique ouverte : le Cléo.


Carnets de recherche