#dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?

YesWeDigital“Chez nous – chacun le sait – le jeune homme qui se consacre à la science commence normalement sa carrière par le poste de Privatdozent. Après avoir conféré avec le spécialiste de la discipline qu’il a choisie et après avoir obtenu son consentement, il se fait habiliter pour l’enseignement supérieur en présentant un ouvrage et en se soumettant aux épreuves d’un examen, le plus souvent formel, devant le jury de la faculté d’une université. Désormais il pourra donner des cours en choisissant lui-même son sujet dans le cadre de sa venia legendi. Mais il ne perçoit aucun traitement, il n’a d’autre rémunération que la contribution des étudiants. En Amérique on débute d’une tout autre façon dans la carrière : on y est d’abord engagé comme « assistant ». D’une manière assez voisine, par exemple, de celle qui a ordinairement cours dans nos grands Instituts des Facultés des sciences et de médecine où l’habilitation formelle comme Privatdozent n’est convoitée que par une fraction des assistants et souvent tardivement.
Cette différence avec le système américain signifie pratiquement que chez nous la carrière d’un homme de science est édifiée somme toute sur des bases ploutocratiques. En effet, il est extrêmement risqué pour un jeune savant sans fortune personnelle d’affronter les aléas de la carrière universitaire. Il doit pouvoir subsister par ses propres moyens, du moins pendant un certain nombre d’années, sans être aucunement assuré d’avoir un jour la chance d’occuper un poste qui pourra le faire vivre décemment. Aux États-Unis par contre règne le système bureaucratique. Dès son entrée dans la carrière, le débutant touche un traitement, il est vrai médiocre, puisque la plupart du temps il correspond à peine au salaire d’un ouvrier non qualifié. Néanmoins il débute en occupant une situation apparemment stable, étant donné qu’il touche un traitement fixe. Il est toutefois de règle qu’on peut lui donner congé, comme à nos assistants en Allemagne, s’il ne répond pas aux espoirs mis en lui; il doit même s’y attendre assez souvent, sans compter sur aucun ménagement. Que signifient ces « espoirs »? Tout simplement qu’il fasse « salle pleine ». Pareille mésaventure ne menace point le Privatdozent. Une fois en place, on ne peut l’en déloger. Certes, il ne formule aucune revendication. Mais il pense pourtant, chose humainement compréhensible, qu’il possède une sorte de droit -moral à des ménagements lorsqu’il a exercé des années durant. On tient également compte de cette situation acquise – et cela est souvent important – au moment de l’«habilitation » éventuelle d’autres Privatdozenten. D’où le problème : faut-il en principe accorder l’« habilitation » à tout jeune savant ayant donné les preuves de ses capacités ou bien faut-il prendre en considération les «besoins de l’enseignement » et donner ainsi aux Dozenten en place le monopole de l’enseignement? Cette question pose un pénible dilemme qui est lié au double aspect de la vocation universitaire dont nous parlerons tout à l’heure. La plupart du temps on se décide en faveur de la seconde solution. Mais elle ne fait qu’augmenter certains dangers. En effet, en dépit de la plus grande probité personnelle, le professeur titulaire spécialiste de la discipline en question est malgré tout tenté de donner la préférence à ses propres élèves. Si je me réfère à mon expérience, j’avais adopté le principe suivant : je demandais à l’étudiant qui avait fait sa thèse sous ma direction d’aller se faire agréer et « habiliter » par un professeur d’une autre université. Il en est résulté qu’un de mes élèves, et des plus méritants, a été éconduit par mes collègues parce qu’aucun n’ajoutait foi aux motifs allégués.”
Max Weber, Le Métier et la vocation de savant, 1919 http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.html

Les 10 et 11 juin prochains, un nouveau colloque sur les humanités numériques se déroulera à l’Institut Historique Allemand à Paris.  Yet Another DH Conference ? Pas tout à fait. Car cette fois-ci, il ne s’agit pas de discuter des promesses que les technologies numériques apportent aux recherches en sciences humaines ; il ne s’agit pas de faire la démonstration de beaux projets ni même de réfléchir aux standards, outils, infrastructures que ce nouveau champ de recherche nécessite.

Cette fois, il s’agit de lever le voile sur les questions pas toujours agréables à aborder d’insertion professionnelle, de carrière, de reconnaissance, de compétences et de formation, mais aussi de financement de la recherche qui accompagne le développement des humanités numériques. Les organisateurs, allemands, du colloque ont choisi un terme particulier pour cristalliser cette problématique : Nachwuchs. Terme que l’on essaie de traduire en français par “jeune chercheur”. Mais la traduction est en l’occurrence une trahison car ce terme prend un sens particulier dans le contexte de la recherche germanique que n’a pas celui de “jeune chercheur” dans le contexte français. Cette différence de sens a d’ailleurs été à l’origine de bien des difficultés dans la préparation du colloque. Je ne m’étendrai pas sur ce sujet car d’autres sont bien plus compétents que moi pour le faire et je me contenterai de renvoyer au billet très intéressant publié par l’IHA sur le sujet :

Que l’on parle de Nachwuchs ou de “jeunes chercheurs” pourtant, c’est bien à une réalité générationnelle que l’on renvoie, sans doute à raison. Nous ne possédons malheureusement pas encore de données chiffrées sur cette question (et il est difficile d’en avoir dans la mesure où le milieu n’est pas vraiment structuré). L’enquête en ligne réalisée par Marin Dacos “Who are you Digital Humanists ?” donne tout de même quelques indications. Sur un peu plus de 800 réponses, environ 600 comportent des indications de position du répondant. Comme l’enquête est internationale et assez large, les intitulés de position sont assez dispersés. Un petit travail de réduction et de mise en équivalence des intitulés permet toutefois de voir que le nombre le plus grand de répondants (environ 160) sont sur des positions précaires de recherche (postdocs, lecteurs, chercheurs contractuels, assistants), suivis de près par les étudiants, essentiellement doctorants (140), puis par les chercheurs en poste mais en début de carrière (145). Le nombre de chercheurs “seniors” (directeurs d’études ou de recherche, professeurs titulaires de chaire) est quant à lui largement minoritaire avec moins d’une centaine de réponses. Environ 80 personnes déclarant une position d’”ingénieur” semblent avoir répondu au questionnaire. Parmi eux, on peut en classer environ 60 qui sont en position de “receveurs d’ordres” (ingénieurs contractuels, ingénieurs d’études, consultants) et une quinzaine peuvent être à coup sûr identifiés comme des donneurs d’ordre (ingénieurs de recherche, directeurs de structure ou de projets). Que peut-on en déduire ? D’abord, que l’immense majorité des répondants à l’enquête sont ou bien en situation d’apprentissage, ou bien de précarité, ou bien en début de carrière, ou bien en position de receveur d’ordre. C’est normal, jusqu’à un certain point et reflète en partie la manière dont la recherche est elle-même structurée en général (avec quelques accentuations malgré tout si je compare avec l’état des lieux de l’enseignement supérieur en France de 2009)

Mais il faut surtout voir, en regardant de plus près ces statistiques, l’effet de concentration que représente l’ensemble des statuts précaires. Ainsi, les 160 réponses correspondant à ces positions représentent 26% de l’ensemble, plus de 30% de l’ensemble de la population “professionnelle” (en mettant de côté les étudiants donc) et quasiment 40% de la population de chercheurs et enseignants (en écartant les ingénieurs cette fois-ci). Il est donc possible que l’on puisse montrer que cette proportion n’a objectivement rien d’extraordinaire par rapport à l’ensemble de la population académique (et ce serait une gageure ne serait-ce que d’arriver à comptabiliser l’emploi précaire dans l’enseignement supérieur). Il n’en reste pas moins vrai qu’elle prend une signification particulière au sein d’une communauté comme celle qui rassemble les acteurs des humanités numériques.

Comme le reste de la population académique donc, la communauté des humanités numériques connaît des problèmes de recrutement, de précarité, et sans doute de progression sur l’échelle académique. Mais, à la différence du reste de la population académique, les acteurs des de ce champ en font une question et une proposition scientifiques en proposant et promouvant des pratiques en rupture avec une tradition académique installée. Les linéaments de cette rupture, on les connaît bien et ils sont résumés par exemple dans le Manifeste des DH. Cette rupture se manifeste de manière très visible dans des méthodes de recherche, des modes de structuration (les centre de DH), des pratiques de recherche (par projets) et de communication (en recourant aux médias sociaux). Les questions de formation, de reconnaissance, de carrière et de financement, qui n’ont pas de signification particulière pour toute autre discipline, ou sont éventuellement interprétées selon un vocabulaire politique ou syndical généraliste prennent ici un sens particulier et viennent alimenter un débat interne à la vie académique sur les pratiques de recherche elles-mêmes.

En 2001 Igor Babou et Joëlle Le Marec publiaient dans la revue Alliage un article formidable, qui, quoique ne se situant pas dans le mouvement des humanités numériques devraient retenir l’attention de ceux qui s’en réclament. Intitulé “Nova Atlantis – Manifeste pour une utopie baconienne en sciences humaines et sociales”, ce texte renvoie dos-à-dos les deux frères ennemis de l’étude de la construction des sciences, la pureté épistémologique et le déterminisme sociologique pour en faire apparaître la dimension politique y compris dans son horizon utopique, en revenant à ses origines modernes, telles que Francis Bacon les pose dans sa Nova Atlantis. Publié il y a plus de 10 ans, le Manifeste ne semble pas vieillir, en particulier lorsqu’il s’interroge sur la capacité des sciences humaines et sociales à construire une organisation collective de la recherche. Poser la question du collectif, c’est poser la question politique non seulement des rapports de pouvoir à l’intérieur du champ académique, mais aussi de la place des sciences dans la Cité. Il serait souhaitable que les débats qui animeront les deux journées du colloque #dhiha5, et qui tourneront autour des questions très précises de carrière, reconnaissance, formation et financement ne perdent pas de vue cette double question fondamentale.

De quel inconscient politique les humanités numériques sont-elles porteuses ? Cette question est encore loin d’être résolue et mérite, au delà des manifestes qui n’en sont que l’expression explicite, d’être creusée : openness, collaboration, collegiality, connectedness, diversity, experimentation, liste Lisa Spiro dans les Debates in the Digital Humanities. Tout observateur du développement des usages des technologies numériques reconnaîtra des similitudes fortes avec des valeurs portées par un certain nombre d’acteurs au sein de champs qui peuvent paraître très éloignés : au sein des entreprises, de la vie politique, des médias et de manière plus générale des industries culturelles, voir des relations interpersonnelles. Dans bien des domaines, le “paradigme du réseau” vient bousculer les structurations institutionnelles, les pratiques traditionnelles et les antiques hiérarchies en reconfigurant les collectifs autour de la notion problématique de “communauté”. Il semble difficile de faire abstraction de ce contexte lorsqu’on étudie le développement des humanités numériques, tant elles se présentent comme la manifestation localisée d’un déploiement idéologique global, d’une “utopie politique”, pour reprendre les termes de Joëlle Le Marec et Igor Babou, qui reste à définir et à discuter.

Deux pistes de réflexion mériteraient d’être explorées :

– jusqu’à quel point les humanités numériques, dont tout nous indique qu’elles naissent et se développent continument à partir de la seconde guerre mondiale, importent-elles dans le champ des humanités “la science et la technique comme “idéologie””, en particulier lorsqu’elles s’appuient massivement sur la théorie des systèmes et la cybernétique pour promettre une rupture épistémologique à partir des big data ? Dans quelle mesure les humanités numériques, dans leur forme la plus contemporaine et “communautaire”, représentent-elles l’implémentation locale d’un “nouvel esprit du capitalisme” qui fait la part belle à la collaboration horizontale, à la connexion en réseau, à la créativité, mais aussi, finalement, à l’individualisme entrepreneurial et à la structuration en mode projet ?

– dans quelle mesure représentent-elles une menace pour ce qu’en Allemagne on nomme “liberté académique” (Akademische Freiheit) et qu’en France, on qualifie parfois d’”autonomie du champ scientifique” ? Cette autonomie qui définit la manière singulière dont précisément les hiérarchies, les sanctions et les récompenses norment le comportement des acteurs à l’intérieur du champ, qui en définit les moeurs dans leur particularité par rapport à d’autres secteurs d’activité subit depuis plusieurs décennies les coups de boutoir de l’idéologie normalisatrice du new public management. La bataille qui se joue n’implique donc pas seulement deux jeux de valeurs (la tradition académique et verticale d’une société à ordres contre la promesse démocratique d’une communauté ouverte, fluide et horizontale), mais au moins trois avec la perspective d’un pilotage de la recherche par l’extérieur, au moyen de ratings, indicateurs, tableaux de bord et in fine, par le modèle du marché.

Voilà quelques une des enjeux que j’aimerais voir débattre au cours de ce colloque, préalablement aux questions de formation, financement, carrière qui me semblent en découler. Ce sont donc des questions que je porte aux intervenants du premier panel qui traitera de “culture académique et scientifique”.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marion Lamé dit :

    Merci de ce billet d’autant plus apprécié que son caractère tardif le faisait désirer, Pierre ! Il est à la fois rassurant et triste de lire le témoignage de Max Weber et la constance, sans la moindre surprise, de certaines dynamiques économiques. Particulièrement délicat, voire douloureux – pour ces raisons je n’ai pas eu de mon côté le courage de l’aborder dans ma contribution – est la « dimension politique y compris dans son horizon utopique » que tu pointes en référence à l’article-manifeste « Nova Atlantis » ; oser affronter l’inconscient – même collectif en ce que cela peut générer un rejet collectif et remettre en cause le lien d’appartenance – peut faire peur et comporter des risques. Plus d’une dizaine de points m’ont interpelée dans ta contribution au #dhiha5. En vue de laisser un peu de clarté, ce commentaire fait le focus sur un seul de ces nombreux points d’intérêt – pour le moment – et il s’agit de la première partie de la question adressée au panel I, concernant l’idéologie – non sans rapport avec la seconde partie de cette question.

    Pour ma part, je tente encore d’avoir confiante en la composante « humaine » des humanités numériques et dans les méthodologies en SHS pour accueillir tout en maintenant la juste distance critique, les sciences et les techniques dites dures, comme instruments fondamentaux et indispensables, mais non essentiels (cf. l’analogie avec la médecine). Le mot « idéologie » que tu emploies et avec les conséquences que tu décris – les promesses (utopiques?) de ruptures épistémologiques à partir d’un certain seuil de traitement quantitatif de données au moyen d’une artillerie technique et technologique lourde – est exactement le type d’exemples que j’espérais et attendais de ces échanges #dhiha5. En effet, ce phénomène illustre correctement l’emprunt, à ajuster au contexte des DH, que je fais, avec ce qu’il y a de bon et de moins bon dans cet emprunt, à G. Canguilhelm au travers du concept d’« idéologie scientifique » : entre autres le fait de prendre modèle de manière idéologique, jusque dans les méthodes, les objectifs à atteindre et les valeurs, sur des démarches, pratiques, sciences, disciplines – la terminologie serait à ajuster – déjà constituées, approche idéologique qui vient gauchiser, galvauder, troubler, confondre la démarche nouvelle – ici les humanités numériques – qui elle, a des difficultés à être distinguée et à se faire reconnaître. L’auteur peut être ancien et d’actualité, tout comme le texte de Weber, pourquoi la parole la plus ancienne, au regard de son manque d’actualisation – ce qui n’est même pas le cas ici – aurait-elle tort ? En tout cas, le caractère idéologique qui, pour moi, conditionne la dynamique économique générale, à savoir les relations professionnelles, les publications et les formations en DH, serait un point passionnnant à aborder, par le panel I ou un autre. Alors, encore merci !

  1. 10/06/2013

    […] Pierre Mounier, #dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?, in: blogo numericus, 10.06.2013, http://blog.homo-numericus.net/article11179.html. […]

  2. 10/06/2013

    […] Pierre Mounier, #dhiha5 Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ?, in: blogo numericus, 10/06/2013, http://blog.homo-numericus.net/article11179.html. […]

  3. 12/06/2013

    […] Frédéric Clavert – Antonin Dubois – Franziska Heimburger – Marion Lamé – Pierre Mounier – Tis 1 / 2  – et moi-même Martin Grandjean. En anglais : Anne Baillot – Lucas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *