Gratuité ou libre accès? Poser les termes du débat, c’est déjà y répondre en partie

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Flying Hearts V, by Stefan Georgi (Creative commons licence)

Les mots sont très importants, nous le savons. Ils sont les vecteurs que nous utilisons pour poser les débats et changer le monde. Celui qui défini le vocabulaire du débat détient les termes de l’alternative. Il détient, finalement, les clés du futur. Il faut donc que nous soyons particulièrement méticuleux lorsque nous choisissons les mots que nous employons pour défendre une cause. Il est frappant de noter que, parfois, deux parties semblent s’entendre entre elles pour fixer une discussion binaire qui résume le débat à leurs irréductibles position. Élégante façon de jeter hors du bateau la diversité des solutions, et de simplifier la décision politique, en la ramenant à une option « noire » et une option « blanche ». Cette alliance objective entre ennemis est à l’oeuvre sur la question du libre accès aux résultats de la recherche scientifique.

Les voies « Gold » et « Green », une métaphore qui réduit le débat sur le libre accès aux résultats de la recherche scientifique

Steven Harnad, grand défenseur du libre accès, et figure de proue hyper-connue de ce mouvement, a défini lui-même les termes « green » et « gold ». Dans un article de 2007, The Green Road to Open Access: A Leveraged Transition, il définit comme green road:

This is why we should be focussing far more of our attention and effort on the far less radical transition from a « Gray » to a « Green » TA journal policy, whereby the journal stops short of converting to gold, but gives its « green light » to authors who wish to provide OA for their own articles by self-archiving them in their own university’s online « eprint » archives.

Et il définit ensuite la « Gold road » :

Open Access (OA) is: immediate, permanent, toll-free online access to the full-texts of peer-reviewed research journal articles. A great deal of the research community’s attention to OA today is focussed exclusively on the prospect of a direct transition from Toll Access (TA, « Gray ») journal publishing to OA journal publishing (the « Gold » road to OA). This golden road is the more radical of the two roads to OA, and hence the slower and more uncertain one

On comprend, donc, que la « voie verte » est une solution « article par article » et la « voie dorée » est une solution « revue par revue », la « voie verte » une solution dans laquelle ce sont les auteurs qui sont à la manoeuvre, la « voie dorée » une solution dans laquelle ce sont les éditeurs qui réalisent le mouvement vers le libre accès.

Je veux bien qu’on m’explique comment nous sommes passés de cette équation simple à une équation simpliste : le « Gold » serait une solution dans laquelle les éditeurs feraient payer aux auteurs pour publier (modèle dit « auteur-payeur »). Les « articles processing charge » (APC) (exemple : http://www.biomedcentral.com/about/apcfaq). Comme s’il n’y avait qu’une solution!

Plutôt que deux voies, il y a plusieurs modèles

Consultons le travail de l’Open Access Directory pour en savoir plus et constatons, ensemble, qu’il y a seize (16) modèles économiques pour l’open access des revues qui sont répertoriés (et 13 modèles pour les livres en libre accès).

Bien sûr, on nous rétorquera que plusieurs de ces modèles ne sont pas vraiment de l’open access au sens qui lui est donné par des définitions canoniques (la plus marquante étant la Budapest Open Access Initiative). Le propos, ici, n’est pas de défendre un modèle en particulier, d’autant qu’il y a des modèles exposés dans cette liste qui ne me paraissent pas réalistes (« e-commerce ») ou ne relevant pas de l’open access (« temporary OA »), mais d’affirmer qu’il n’est pas souhaitable d’enfermer le débat dans une opposition binaire. C’est pourquoi le Conseil scientifique d’OpenEdition a relayé la proposition d’une voie de platine (« platinum road »), déjà proposée par d’autres, qui se définit par une absence de paiement pour l’auteur comme pour le lecteur, charge aux porteurs du projet de trouver d’autres financements1.

Au passage, il faut que je mette à contribuer à cet excellent répertoire qu’est l’OAD, car il faut mettre à jour les modèles et enrichir l’information. Les exemples sont parfois un peu datés, se concentrent sur l’univers anglo-américain et oublient souvent les sciences humaines et sociales. De plus, de nouveaux modèles émergent et méritent une présentation. Il est inutile de se plaindre du degré d’incomplétude de cet instrument, il faut se retrousser les manches et contribuer.

Ni gratuité, ni bénévolat…

Vous l’aurez noté, je n’utilise pas le mot « gratuité », car la gratuité sous-entend, me semble-t-il, une absence de modèle économique. Or, le libre accès doit bien avoir un modèle économique. Que ce soit dans le secteur public, privé ou associatif, les gens qui travaillent mangent, se logent, s’habillent, se déplacent, et cela se paie en général avec de l’argent, sonnant et trébuchant.

C’est aussi pourquoi je m’oppose à l’expression de « bénévolat » lorsqu’un chercheur s’implique dans une revue. Comme si le chercheur renvoyait une partie de sa paie, à la fin du mois, pour couvrir les heures de semaine passées à s’occuper de la revue. En fait, l’enseignant-chercheur n’a pas que des missions éthérées et abstraites, il a des missions pédagogiques, administratives et intellectuelles. Faire fonctionner une revue entre dans ses missions. Si le travail se fait, comme souvent, le soir, la nuit ou les week-end, cela n’est toujours pas du bénévolat, car ce travail n’est possible que parce que les heures de semaine sont bel et bien payées. D’ailleurs, les enseignants-chercheurs travaillent plutôt 70 heures, cela est connu, et ne disent pas qu’ils ont rédigé un livre de façon bénévole, même lorsqu’ils l’ont écrit le week-end. J’en profite pour préciser que je suis conscient qu’existe un véritable bénévolat, et c’est pour cela que je ne veux pas dire que je suis bénévole quand je travaille le week-end, alors que le CNRS me donne un salaire me permettant de me loger et de me nourrir. Je ne deviens véritablement bénévole, à mes yeux, que lorsque je ne travaille pas dans le périmètre de mes missions professionnelles. On sait que les frontières sont floues, mais je préfère un peu de rigueur. Par exemple, j’ai une collègue qui ne travaille qu’à 80% de son temps pour pouvoir donner, gratuitement, des cours d’informatique à des personnes en grande précarité. That’s bénévolat.

Et si une revue publiée avec l’aide d’un mi-temps de secrétaire de rédaction payé par le CNRS est diffusée en libre accès, elle n’est pas gratuite, car elle coûte au CNRS. Elle lui coûte, au moins, ce mi-temps. Bien sûr, on trouvera beaucoup de revues pour lesquelles le CNRS ne donne rien, ou seulement 2000€ par an, soit 10 jours ouvrables de travail d’un ingénieur d’études, peu ou prou.  Il faut élargir le débat sur les modèles économiques et accepter de parler d’argent, car quand je fais mes courses au Super-U du coin, fonctionnaire ou pas, je paie mes oranges avec des euros, de même que mes stylos et le vinaigre qui agrémente mes salades. Allons, mettons à plat nos comptabilités et disons ce que les choses coûtent, vraiment. Faisons le aussi pour le secteur privé, parce qu’il n’y a pas de raison. Et trouvons les mécanismes vertueux qui permettront de financer cela. Car il faut professionnaliser nos pratiques éditoriales, ce qui impose de disposer de véritables compétences et de faire cela dans un espace-temps idoine, c’est-à-dire, si possible pas avant que les enfants soient levés, sur un coin de table à la maison, entre la table à repasser et la pile de papiers EDF/assurances/opérateur télécom/impôts/sécurité sociales/… que vous devez traiter de toute urgence… Bref. On parle d’une profession, pas d’un hobby.

L’édition, c’est un métier

L'édition scientifique, un sacré business

L’édition scientifique, un sacré business. Source.

On rencontre parfois des gens qui pensent qu’on peut se passer des éditeurs. J’entends leur colère, lorsque l’on voit que quelques géants de l’édition scientifique ont des taux de profit qui égalent et dépassent des géants comme Coca-Cola, Rio Tinto ou Apple. Il ne faudrait pas confondre ceux qui font de l’édition un business avec les autres. Ce serait un très mauvais service à rendre à la science que de considérer que la médiation éditoriale n’a plus de sens, plus d’utilité, plus de valeur ajoutée. Elle n’a, au contraire, jamais été aussi indispensable. Et je crains que certains projets éditoriaux se lancent sans connaissance ou respect de l’importance, de la technicité et de l’utilité de ce travail strictement éditorial. C’est le cas pour l’édition papier comme pour l’édition électronique. Pour le dire de façon simple et forte, l’édition électronique, ce n’est pas poser un fichier PDF quelque part sur le Web. Nous avons essayé de le montrer, avec Pierre Mounier, dans un petit livre (L’édition électronique, 2010) et dans le premier Read/Write Book.2 J’ai proposé de considérer que l’édition électronique dispose de cinq piliers :

– Structuration de l’information

– Documentation de l’information

– Optimisation des conditions de lecture

– Appropriation par les lecteurs

– Développement des interopérabilités

Et nous avons également proposé que celle-ci soit conforme à des principes fondamentaux. L’édition électronique ouverte, l’édition électronique idéale selon nous, se doit d’être lisible, manipulable et citable. Sur cette base, il faut bien constater que nous avons besoin de professionnels de l’édition pour faire de l’édition, dont les métiers appartiennent aux cinq familles correspondant aux cinq piliers, qui ne se substituent pas, Ô grand jamais, aux métiers de l’édition, dits aussi métiers du monde du livre, qui évoluent avec l’arrivée du numérique, mais dont les fondamentaux persistent (le travail sur le texte). Parfois, la profession a tendance à calquer un peu mécaniquement sa tradition sur le support électronique, mais c’est inévitable, dans la longue période transitoire qui s’est engagée au début du siècle.

Tout ceci a un coût, et il serait suicidaire de le nier. C’est ainsi que la « gratuité » a un coût, ainsi que le montre le budget d’OpenCourseWare, l’initiative de cours en ligne en libre accès du MIT (3,7 millions de dollars).

Du point de vue de l’expertise et de la technicité, la situation va s’aggraver. Il sera peu à peu impossible de diffuser un article sans les corpus et données qui les sous-tendent. Il faudra, non seulement, les exposer proprement au public, mais le faire durablement, de façon lisible, exploitable, réexploitable, etc. C’est tout l’enjeu des données de la recherche, dont Elsevier a compris qu’il s’agissait de sa nouvelle frontière, de son nouveau business-graal. Il n’a jamais été aussi urgent de structurer la question des données dans des infrastructures publiques de haut niveau, flexibles et fortement corrélées aux usages de la recherche de terrain.

Revenons à la question du modèle économique idéal pour le libre accès aux résultats de la recherche

C'est la semaine du libre accès !

C’est la semaine du libre accès !

Rien ne serait pire qu’une solution unique à un problème complexe. Je voudrais que, comme cela se passe dans la vie (la « vraie vie » allais-je dire), une diversité de modèles puissent cohabiter, ce qui garantirait une robustesse et une richesse de ce qui ne serait pas un monolithe, mais un écosystème. Notez que je plaide aussi pour l’abandon de la notion de chaîne du livre, chère à la profession du même livre, terriblement linéaire et XXe siècle, pour l’adoption de la notion d’écosystème du livre, qui reflète à mon sens bien plus fidèlement le siècle qui s’annonce3.

La solution unique, par exemple le « Gold » réduit à la notion d’auteur-payeur, c’est une solution de type monopolistique, même si plusieurs organisations portent ce modèle.

Je préfère, vous l’avez compris, parler de libre accès que de gratuité. Et il suffirait de faire un peu d’histoire culturelle pour se rendre compte que la radio et la télévision sont en libre accès. Pas gratuites. Elles ont un sacré modèle économique en place. Mais elles ne font pas payer les auteurs des oeuvres (en général, elles les paient, même), et elles ne font pas payer les lecteurs des oeuvres non plus (sauf les télévisions cryptées ; je ne crois pas que des radios cryptées existent). Elles utilisent un modèle qui est publicitaire, pour les uns, ou hybride publicité/redevance, pour les autres. On pourra discuter des conséquences de ce modèle de financement sur les contenus, et déposer sa télévision au pied de son immeuble en la dénonçant comme un modèle d’abrutissement des foules. Mais on ne pourra pas dénier que la télévision est en libre accès.

Financement invisible ?

André Gunthert parle de financement invisible, mais je ne suis pas sûr que la proposition fonctionne, car le financement publicitaire est très visible, il transpire même au-delà des séquences publicitaires elles-mêmes. Et même lorsque le financement est vraiment invisible, c’est presque pire, car il devient opaque. Or, il est important de savoir qui finance. Ainsi, la revue SAPIENS est en libre accès, financée par l’Institut Veolia Environnement. On pourra critiquer ce mode de financement et avancer qu’il peut avoir un impact sur les contenus de la revue. Mais on ne pourra pas critiquer la transparence du modèle. Et aucun modèle de financement ne me paraît neutre en ce qui concerne l’édition ou les médias.

C’est bien de cette neutralité qu’il faut parler. Évaluons et débattons des avantages et des inconvénients de chaque modèle, en termes clairs. Et évitons, si possible, les guerres de religion (ton gold est moins gold que le mien ; ton green n’est pas si green ; ton open access n’est pas vraiment open access). Définissons les critères qui paraissent importants :

1. Est-ce que le modèle peut fonctionner? C’est-à-dire : est-ce qu’il est en mesure d’apporter le financement nécessaire à la qualité scientifique du livre / de la revue, dans une perspective durable, sans inféoder le chercheur, c’est-à-dire sans altérer l’indépendance intellectuelle de celui-ci ?

2. Est-ce que le modèle est conforme aux attendus de qualité éditoriale définis par des siècle de construction professionnelle? Je distingue la qualité scientifique, brute, de la qualité éditoriale, qui est le produit raffiné (lisible, citable, manipulable) et à haut potentiel de diffusion, c’est-à-dire non seulement déposé mais puissamment exposé et diffusé.

3. Est-ce que le contenu est vraiment en libre accès? Est-ce que tous peuvent y avoir accès? Facilement? Peuvent-ils faire un copier-coller d’un paragraphe? Peuvent-ils imprimer? Revenons aux fondamentaux : libre et accès ont un sens bien précis. Il n’y a pas de barrière à l’accès au texte, point. Je suis personnellement favorable aux licences libres, mais pas favorable à rendre obligatoires les licences libres pour accorder à un contenu en libre accès le statut d’oeuvre en libre accès. C’est un abus de langage. Certains proposent de parler de libre Open Access, ce qui, en français, se dirait « libre libre accès » 🙁

On défendra, ici, l’idée d’infrastructures publiques inscrivant la recherche sur le long terme, comme le font depuis des siècles les bibliothèques. Les infrastructures doivent garantir la pérennité, mais il ne s’agit pas de nationaliser le savoir. Là encore, l’exemple du Minitel, stérile, centralisé, fermé, doit nous appeler à la vigilance. Les logiques monopolistiques, qu’elles soient privées ou publiques, débouchent sur des machins. Nous pouvons éviter d’inventer un Minitel 2.0 en continuant à nous inspirer des fondateurs d’Internet puis du Web, ces universitaires (et non ces militaires) qui avaient l’égalité et l’ouverture rivés au corps et à l’âme. L’innovation, quoi qu’on en dise, vient souvent, beaucoup, énormément, passionnément de l’université, cette institution publique libre et universelle.

Post-Scriptum

Comme toujours, une seule personne tient la plume ou le clavier, mais ce texte est le résultat de nombreuses discussions. Je voudrais donc remercier ceux qui ont contribué à nourrir mes connaissances et la discussion sur cette question de la gratuité et du libre accès. Dans le désordre. Pierre Mounier, Philippe Aigrain, Lionel Maurel, Jean-Claude Guédon, Sylvain Piron (qui me rappelle amicalement à l’ordre chaque fois que j’oublie les guillemets sur « Gold » et « Green ») et Peter Suber. Je ne suis pas toujours d’accord avec eux, mais avec il est toujours possible d’échanger en écoutant l’autre, et c’est un plaisir rare.

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Le Freemium d’OpenEdition est donc une modalité de libre accès Platinum  []
  2. Dans l’édition publique, nous avons notamment un réseau professionnel (réseau Médici), une association des presses universitaires (AEDRES), qui contribuent à la structuration du paysage, et même une médiatrice de l’édition publique, et je voulais profiter de cet article pour vous en parler.  []
  3. Et puisque j’y suis, la notion de livre homothétique me paraît réduire les termes du débat. []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Alexandre dit :

    Excellent post. On en arrive à l’idée qu’un tel choix est purement politique. L’open access permet d’abattre les barrières qui privent le public du contact avec la pensée en train de se faire. La gratuité est aussi une manière de ne pas savoir exactement à qui s’adressent les textes, d’ouvrir le champ des lecteurs possibles, ou du public possible, au-delà du seul champ des spécialistes, ou des pairs, ou des gens qui sont intéressés et qui peuvent débourser de l’argent. C’est ainsi que nous avons conçu, au Collège international de philosophie, la sortie de notre livre numérique, Intersections : consultable dans une trentaine de lieux (médiathèques, centres culturels, etc.) et offert au public en téléchargement gratuit, il repose à sa manière la question de la gratuité et du libre accès au savoir. (30ansciph.org)

  2. Marc dit :

    Post utile. Merci. Question : les infrastructures publiques sont-elles plus garantes de pérennité que des structures privées ? J’en doute. Il suffit de regarder l’histoire des bibliothèques (bibliothèques auxquelles vous vous référez… les véritables bibliothèques publiques ne sont pas plu ou beaucoup plus vieilles qu’un éditeur comme Elsevier qui garantit aujourd’hui l’archivage et la conservation de ses fonds grâce à sa puissance financière.). Débat ouvert…

  3. Excellent article – merci!
    Pour une modeste contribution personnelle au sujet: http://www.ledevoir.com/culture/livres/362200/de-l-avenir-des-revues-dites-savantes

    MP

  1. 06/11/2012

    […] on blog.homo-numericus.net Évaluez ceci :Share this:TwitterFacebookEmailGoogle +1PrintJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier […]

  2. 06/11/2012

    […] on blog.homo-numericus.net Share this:J'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Cette entrée a été publiée […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *