Le livre-objet, objet fétiche

Le livre-objet est-il aux livres ce que la femme-objet est aux femmes ? C’est la question que je finis par me poser en m’intéressant depuis quelques mois à la manière dont on peut donner accès sur le web à des collections de livres électroniques. Avez-vous remarqué à quel point dans l’environnement numérique il semble presque impossible de désigner un livre autrement que comme un objet physique ?

Le champion toute catégorie du fétichisme du livre est sans doute Apple qui va jusqu’à construire des étagères Ikéa en bois  à l’intérieur des iPads et mimer l’ouverture du livre et la page-qui-se-tourne dans son application iBooks.
Ikéaïpad

Ikéaïpad

Mais sans aller jusqu’à de telles extrémités, je suis frappé de voir, en passant de sites en portails, de plateformes en librairies électroniques (et ici même sur ce blog, regardez à gauche et à droite), qu’il semble impossible de représenter le livre autrement que par….sa couverture ! Qu’est-ce qu’un livre ? Une « réunion de plusieurs cahiers de pages manuscrites ou imprimées » répond très platement le Littré. Qu’est-ce qu’un livre sur le web ? « Une couverture suivie de plusieurs caractères » pourrais-je ajouter dans la même veine.
La-page-qui-se-tourne

La-page-qui-se-tourne

Mais donc ; aurait-il échappé à tout le monde que la couverture, artefact relativement pratique lorsqu’il s’agit de transmettre de l’information au lecteur sur le contenu de l’objet qu’il tient entre les mains, est très peu adaptée à la transmission d’information via l’écran d’un ordinateur…a fortiori d’une tablette électronique voire un smartphone ? Mais peu importe semble-t-il, puisque la fonction de ces couvertures de livres systématiquement mobilisées sur tous les portails, que l’on aligne sur de fausses étagères et que l’on fait tourner sur de faux carrousels ne semble pas de renseigner l’utilisateur sur la nature de l’ouvrage qu’il va lire. Mon hypothèse est que ces couvertures permettent de faire fonctionner une magnifique illusion référentielle : « ceci est un vrai livre » (et pas un site, un blog, un twitt, un « mur », une page web) semblent-elles toutes dire, y compris lorsqu’audit livre, purement électronique, ne correspond parfois aucun objet imprimé mais un simple fichier pdf. La couverture confère alors au texte qu’elle désigne toute l’aura du livre, son prestige et son importance, elle le hisse au dessus du babillage quotidien du web, avec lequel il ne saurait être confondu.
Couv'titres

Couv'titres : le duo infernal

Que c’est compliqué pourtant de présenter des livres sur une page web lorsqu’on a la seule pauvre couverture pour tout outil sémiotique : on est alors replacé dans le dilemme classique du libraire qui doit mettre en valeur le maximum d’ouvrages sur un espace limité : la table de présentation. Pour que la table soit efficace, il faut qu’elle présente très peu de titres ; on dira entre 9 et 12. Mais alors, que faire des autres ? Le libraire les placera debout dans ses rayonnages où ils ne seront vus que de ceux qui connaissent ce qu’ils viennent chercher. Le portail web renverra via un lien « tous les ouvrages » à une liste textuelle classée, un catalogue, à peu près aussi efficace pour mettre en valeur les titres que le rayonnage sous la table du libraire.

Générateur automatique d'aura

Générateur automatique d'aura

La référence à la couverture du livre est parfaitement justifiée lorsque l’interface renvoie justement à des ouvrages physiques : portails de livres numérisés comme Gallica ou outils de gestion de bibliothèque personnelle comme Librarything. Mais dans les autres cas ? Il me semble qu’il serait temps de commencer à se détacher de la référence à l’objet, qui sera de moins en moins pertinente, et de commencer à utiliser de manière plus massive, moins marginale d’autres modes de présentation ou de représentation du livre : illustration, portrait de l’auteur, 

extraits, selon le résultat qu’on cherchera à obtenir. J’aurais tendance à penser que, libéré du carcan référentiel, le livre pourrait avantageusement profiter de l’expérience acquise par le Web dans le domaine de la presse et des magazines en ligne, voire des blogs en matière de présentation et de valorisation de l’information : bannières tournantes, nuages de mots-clés, classements multiples et variés, systèmes de rebonds. Et ce ne serait pas forcément très difficile, car certains éditeurs font déjà un travail d’illustration et de mise en valeur iconographique sur leurs ouvrages. Mais alors pourquoi diable faut-il laisser enfermées ces illustrations dans le cadre pré-contraint de la couverture en mode portrait ? Contrairement à la couverture, la page web donne de la place, elle permet de disposer l’information différemment ; elle permet de respirer, et d’inventer aussi. Je trouve dommage que si peu de ces possibilités soient effectivement exploitées, et d’abord, me semble-t-il, parce que nous sommes tous soumis à la tyrannie de la couverture, qui plaque perpétuellement le livre sur son actualisation physique. Cette fiction du livre-comme-livre-objet que nous avons acceptée jusqu’à présent est de moins en moins tenable. Il faudra bien qu’elle vole en éclat un de ces jours.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Vous aimerez aussi...

38 réponses

  1. Bruno Rives dit :

    Hum… Oserais-je l’écrire…
    La couverture de mon PRS350 est en maroquin rouge, et il m’arrive de le nourrir à la cire 213… Vous verriez, c’est un autre reader.

  2. Bruno Rives dit :

    Hum… Oserais-je l’écrire…
    La couverture de mon PRS350 est en maroquin rouge, et il m’arrive de le nourrir à la cire 213… Vous verriez, c’est un autre reader.

  3. Magron dit :

    Ce billet m’en a rappelé un autre qui avait dégoté des essais de couvertures animées : http://bookstory.over-blog.com/article-les-livres-numeriques-habilles-d-animations-teasers-decisifs-55238296.html

  4. Omer Pesquer dit :

    Magnifique commentaire de @Marin Dacos – « Vivent les couvertures ! »
    Les couvertures pour les livres numérique pourraient prendre modèle sur les principes compositions graphiques utilisés pour les affiches de films, de spectacles ou de jeux vidéos.
    Pour exemple ici, les visuels de L.A. Noire
    – format vertical http://goo.gl/WTMcP
    – horizontal http://goo.gl/pXqSX
    – carré http://goo.gl/w8pu5
    Toutefois la mise en place de ces principes s’accompagne souvent malheureusement de visuels « caricaturaux » (par exemple pour L.A. Noire). Il faudrait aussi plus de « création » sur ce point !

  5. Omer Pesquer dit :

    Magnifique commentaire de @Marin Dacos – « Vivent les couvertures ! »
    Les couvertures pour les livres numérique pourraient prendre modèle sur les principes compositions graphiques utilisés pour les affiches de films, de spectacles ou de jeux vidéos.
    Pour exemple ici, les visuels de L.A. Noire
    – format vertical http://goo.gl/WTMcP
    – horizontal http://goo.gl/pXqSX
    – carré http://goo.gl/w8pu5
    Toutefois la mise en place de ces principes s’accompagne souvent malheureusement de visuels « caricaturaux » (par exemple pour L.A. Noire). Il faudrait aussi plus de « création » sur ce point !

  6. Alain Pierrot dit :

    @Hubert

    La couverture, une métadonnée fonctionnelle (aussi) ?

  7. Marin Dacos dit :

    Il faut bien distinguer le fétichisme du livre, dupliquant avec peu/pas d’invention des tics du livre, et le mimétisme du livre, transposant des dispositifs puissants qui ne perdent rien en passant du côté numérique… voire qui sont confortés par ce passage. L’armoire en faux bois me semble relever du fétichisme. La couverture me paraît relever du mimétisme.

    En effet, la couverture a une fonction d’identification qui me paraît imbattable, en raison de ses caractéristiques iconiques. Bien sûr, ça ne fonctionne pas avec les couvertures austères, et se ressemblant toutes, d’une certaine édition d’un certain quartier latin fétichisant ses couvertures NRF/début du siècle précédent. Mais cela fonctionne bien avec toutes les couvertures travaillées par des créateurs, associant une forme à un message. Les exemples magnifiques proposés dans les commentaires de ce billet me paraissent le démontrer.

    Bien sûr, on pourrait aussi bien faire ce travail en format carré ou en format paysage, plutôt qu’avec le format portrait. Le format carré présenterait bien des avantages pour composer une page d’accueil composée de livres… Le format portrait s’adapterait bien à d’autres compositions (cf. Deezer qui l’utilise en lieu et place des couvertures carrées des CD). Cela constituera un archaïsme. En l’occurrence, une contrainte oulipienne comme une autre, présentant l’énorme avantage de fonctionner sur de nombreux supports, sans avoir à investir sur plusieurs créations graphiques pour plusieurs variantes de formats.

    Si la fonction d’identification est opérante, alors la fonction mémorielle peut opérer. On ne peut que s’en féliciter, je trouve, car il faut bien que la mémoire s’accroche à quelque chose, et pas seulement à des mots. Le message visuel de la couverture a une puissance synthétique étonnante, qui mérite une attention particulière.

    Vivent les couvertures !

  8. Marin Dacos dit :

    Il faut bien distinguer le fétichisme du livre, dupliquant avec peu/pas d’invention des tics du livre, et le mimétisme du livre, transposant des dispositifs puissants qui ne perdent rien en passant du côté numérique… voire qui sont confortés par ce passage. L’armoire en faux bois me semble relever du fétichisme. La couverture me paraît relever du mimétisme.

    En effet, la couverture a une fonction d’identification qui me paraît imbattable, en raison de ses caractéristiques iconiques. Bien sûr, ça ne fonctionne pas avec les couvertures austères, et se ressemblant toutes, d’une certaine édition d’un certain quartier latin fétichisant ses couvertures NRF/début du siècle précédent. Mais cela fonctionne bien avec toutes les couvertures travaillées par des créateurs, associant une forme à un message. Les exemples magnifiques proposés dans les commentaires de ce billet me paraissent le démontrer.

    Bien sûr, on pourrait aussi bien faire ce travail en format carré ou en format paysage, plutôt qu’avec le format portrait. Le format carré présenterait bien des avantages pour composer une page d’accueil composée de livres… Le format portrait s’adapterait bien à d’autres compositions (cf. Deezer qui l’utilise en lieu et place des couvertures carrées des CD). Cela constituera un archaïsme. En l’occurrence, une contrainte oulipienne comme une autre, présentant l’énorme avantage de fonctionner sur de nombreux supports, sans avoir à investir sur plusieurs créations graphiques pour plusieurs variantes de formats.

    Si la fonction d’identification est opérante, alors la fonction mémorielle peut opérer. On ne peut que s’en féliciter, je trouve, car il faut bien que la mémoire s’accroche à quelque chose, et pas seulement à des mots. Le message visuel de la couverture a une puissance synthétique étonnante, qui mérite une attention particulière.

    Vivent les couvertures !

  9. Fournier dit :

    Dans quelques mois sortira un catalogue raisonné des romans de gare des années 6O. L’auteur se fout des textes, des auteurs, du succès, ne compte que les couvertures dessinées par deux ou trois illustrateurs de renom pour certaines.
    Il n’est pas seul, sur ebay ou dans des librairies spécialisées les prix atteignent des centaines ou milliers d’euros pour une couverture et accessoirement son ouvrage.
    Dans un autre registre Mariane Faithfull recommande d’acheter des CD dont la jaquette vous inspire.
    Alors je vous le demande pourquoi se creuser la tête ?
    Mais ce n’est peut-être pas le sujet.

  10. Omer Pesquer dit :

    @Virginie, les icônes d’application sous Androïd ne sont pas toutes un « petit carré au coins arrondis », beaucoup d’icône joue sur la transparence et présente un « objet » flottant sur le fond. D’ailleurs, les applis utilisant pour icône la représentation graphique popularisée par l’iPhone ont souvent été développé initialement sur cette plateforme. Par ailleurs il se dégage toute de même des types d’application ne serait-ce que par leur couleurs. Par exemple, et est-ce un hasard, les icônes de Facebook, Twitter, Foursquare, Layar, Kindle, Qype et la recherche Google ont un fond bleu !

  11. Omer Pesquer dit :

    @Virginie, les icônes d’application sous Androïd ne sont pas toutes un « petit carré au coins arrondis », beaucoup d’icône joue sur la transparence et présente un « objet » flottant sur le fond. D’ailleurs, les applis utilisant pour icône la représentation graphique popularisée par l’iPhone ont souvent été développé initialement sur cette plateforme. Par ailleurs il se dégage toute de même des types d’application ne serait-ce que par leur couleurs. Par exemple, et est-ce un hasard, les icônes de Facebook, Twitter, Foursquare, Layar, Kindle, Qype et la recherche Google ont un fond bleu !

  12. Omer Pesquer dit :

    Le travail graphique sur les couvertures est important pour une identification spécifique.
    Malheureusement, en France, les couvertures de romans et d’essais ne sont souvent aujourd’hui qu’un assemblage à la vite d’une image issue d’un stock (le plus souvent une photo ou une peinture) avec du texte (inscrit dans une typo quelconque).
    Aux U.S.A. l’approche pour les livres ayant une certaine portée est bien différente, avec le travail de « graphic designers » reconnus sur les couvertures. Voir par exemple les sélections de http://bookcoverarchive.com/ & http://www.faceoutbooks.com/ (par ex : http://goo.gl/sFPfj).
    En France, Clément Buée avec Booketing effectue ce travail de repérage de couvertures sortant de l’ordinaire (et l’oubliable) : http://booketing.blogspot.com/

  13. Omer Pesquer dit :

    Le travail graphique sur les couvertures est important pour une identification spécifique.
    Malheureusement, en France, les couvertures de romans et d’essais ne sont souvent aujourd’hui qu’un assemblage à la vite d’une image issue d’un stock (le plus souvent une photo ou une peinture) avec du texte (inscrit dans une typo quelconque).
    Aux U.S.A. l’approche pour les livres ayant une certaine portée est bien différente, avec le travail de « graphic designers » reconnus sur les couvertures. Voir par exemple les sélections de http://bookcoverarchive.com/ & http://www.faceoutbooks.com/ (par ex : http://goo.gl/sFPfj).
    En France, Clément Buée avec Booketing effectue ce travail de repérage de couvertures sortant de l’ordinaire (et l’oubliable) : http://booketing.blogspot.com/

  14. Un autre signe icônique que l’on n’interroge pas beaucoup s’est imposé, le petit carré au coins arrondis qui matérialise une application sur les smartphones, le même qu’on soit sous iOS ou androïd. La surface en est très réduite, il est inséparable d’une mention écrite en dessous qui l’accompagne toujours, et il fonctionne aussi comme signal, aide-mémoire. A la différence de la vignette de couverture, il conduit vers une grande variété d’objets numériques très différents les uns des autres, y compris des livres, des librairies, des collections de livres, mais aussi des jeux, des services etc. Cette minuscule image en elle-même ne dit rien sur la nature du contenu de l’objet quelle représente, sinon : « ceci est une appli mobile. »

  15. Un autre signe icônique que l’on n’interroge pas beaucoup s’est imposé, le petit carré au coins arrondis qui matérialise une application sur les smartphones, le même qu’on soit sous iOS ou androïd. La surface en est très réduite, il est inséparable d’une mention écrite en dessous qui l’accompagne toujours, et il fonctionne aussi comme signal, aide-mémoire. A la différence de la vignette de couverture, il conduit vers une grande variété d’objets numériques très différents les uns des autres, y compris des livres, des librairies, des collections de livres, mais aussi des jeux, des services etc. Cette minuscule image en elle-même ne dit rien sur la nature du contenu de l’objet quelle représente, sinon : « ceci est une appli mobile. »

  16. @Omer : très intéressant d’observer que les livres qui utilisent la même image de couverture (comme signalés sur Caustic Cover Critic) paraissent être les mêmes.
    @Lozeau : et de voir également qu’on se demande ce que sont les objets qui ont une icône sans mots, sans marques qui permette de les identifier comme des livres…

  17. @Omer : très intéressant d’observer que les livres qui utilisent la même image de couverture (comme signalés sur Caustic Cover Critic) paraissent être les mêmes.
    @Lozeau : et de voir également qu’on se demande ce que sont les objets qui ont une icône sans mots, sans marques qui permette de les identifier comme des livres…

  18. Je suis parfaitement en accord avec le questionnement et la remise en question des transpositions d’éléments physiques du livre dans le monde numérique. Surtout de la page qui peut être tournée en me disant qu’on n’a pas conservé les rouleaux du papyrus en passant au codex, pourquoi conserver un « flip » de page numérique?
    J’aime les alternatives que m’offre Instapaper avec un déroulement automatique quand j’incline la tablette ou l’application Kobo qui reproduit l’écran à encre électronique.

    Pour ce qui est de l’utilisation de couverture, je crois que Seth Godin a déjà commencé des réflexions qui méritent d’être lues :
    http://www.thedominoproject.com/2011/02/why-arent-there-words-on-the-cover-of-our-books.html

  19. Je suis parfaitement en accord avec le questionnement et la remise en question des transpositions d’éléments physiques du livre dans le monde numérique. Surtout de la page qui peut être tournée en me disant qu’on n’a pas conservé les rouleaux du papyrus en passant au codex, pourquoi conserver un « flip » de page numérique?
    J’aime les alternatives que m’offre Instapaper avec un déroulement automatique quand j’incline la tablette ou l’application Kobo qui reproduit l’écran à encre électronique.

    Pour ce qui est de l’utilisation de couverture, je crois que Seth Godin a déjà commencé des réflexions qui méritent d’être lues :
    http://www.thedominoproject.com/2011/02/why-arent-there-words-on-the-cover-of-our-books.html

  20. Omer Pesquer dit :

    1) Je suis très honoré par votre utilisation de #UnTitre pour une des illustrations de votre article : http://www.omerpesquer.info/untitre/

    2) Couverture, affiche, avatar, logo – une « création » visuelle fixe demeure la meilleure porte d’entrée dans un univers (dans une œuvre même si celle-ci est textuelle ou musicale) – Comme l’indique avec beaucoup plus intelligence que moi le commentaire d’Hubert Guillaud.

    3) A ce propos, j’attire votre attention sur un phénomène qui ne passionne, ce sont les livres différents qui affichent la même illustration pour leurs couvertures. Ici les référents sont brouillés. Caustic Cover Critic en liste plusieurs cas (mais il y en a d’autres). A voir sur cette page et les suivantes : http://goo.gl/YA9Ip

    4) Pour le reste, je n’ai jamais compris cette obstination dans le numérique grand public à présenter les livres sur de fausses étagères en bois, et les effroyables tourne-pages (sonorisés) pour la lecture (déjà présents à l’époque des cédéroms).

    5) Je profite aussi de mon passage ici pour évoquer un autre de mes projets que je vous laisse découvrir « de par sa couverture » : http://www.outrepart.com/bookcovers/

  21. Omer Pesquer dit :

    1) Je suis très honoré par votre utilisation de #UnTitre pour une des illustrations de votre article : http://www.omerpesquer.info/untitre/

    2) Couverture, affiche, avatar, logo – une « création » visuelle fixe demeure la meilleure porte d’entrée dans un univers (dans une œuvre même si celle-ci est textuelle ou musicale) – Comme l’indique avec beaucoup plus intelligence que moi le commentaire d’Hubert Guillaud.

    3) A ce propos, j’attire votre attention sur un phénomène qui ne passionne, ce sont les livres différents qui affichent la même illustration pour leurs couvertures. Ici les référents sont brouillés. Caustic Cover Critic en liste plusieurs cas (mais il y en a d’autres). A voir sur cette page et les suivantes : http://goo.gl/YA9Ip

    4) Pour le reste, je n’ai jamais compris cette obstination dans le numérique grand public à présenter les livres sur de fausses étagères en bois, et les effroyables tourne-pages (sonorisés) pour la lecture (déjà présents à l’époque des cédéroms).

    5) Je profite aussi de mon passage ici pour évoquer un autre de mes projets que je vous laisse découvrir « de par sa couverture » : http://www.outrepart.com/bookcovers/

  22. Difficile de mettre dans la surface réduite d’un ongle de pouce grand chose de plus qu’un signe distinctif, un petit blason, qui vaut surtout d’identifier par différence un objet particulier dans une liste ou une rangée d’objets analogues.

    Et quant au fétichisme du livre, n’est-il pas beaucoup mieux servi par le livre lui-même plutôt que par ce qui serait son imitation digitale? Comme tu le dis bien, les simulations d’étagères Ikea d’iBooks et autres tournés de page paraissent bien misérables et inaptes à susciter le frisson fétichiste. N’est-ce pas ce que nous disons tous lorsque nous évoquons notre goût de la texture du papier, des nuances de ses couleurs et de ses odeurs, voire du toucher des reliures anciennes, etc., n’y a-t-il pas là les vrais accents du fétichisme? Et si les manières un peu ridicules qu’ont les plateformes de livres électroniques de simuler l’univers matériel du livre étaient moins un essai, évidemment vain, de combler ce fétichisme, qu’une façon de pointer vers des modes de lecture (linéaire, suivie, attentive, close), mal servis voire mis en danger par le web et qu’il n’est illégitime d’estimer utiles voire nécessaires,  par des allusions aux caractéristiques matérielles et aux modes d’emploi de ce qui reste dans l’opinion commune le meilleur support de ces modes de lecture?

  23. Difficile de mettre dans la surface réduite d’un ongle de pouce grand chose de plus qu’un signe distinctif, un petit blason, qui vaut surtout d’identifier par différence un objet particulier dans une liste ou une rangée d’objets analogues.

    Et quant au fétichisme du livre, n’est-il pas beaucoup mieux servi par le livre lui-même plutôt que par ce qui serait son imitation digitale? Comme tu le dis bien, les simulations d’étagères Ikea d’iBooks et autres tournés de page paraissent bien misérables et inaptes à susciter le frisson fétichiste. N’est-ce pas ce que nous disons tous lorsque nous évoquons notre goût de la texture du papier, des nuances de ses couleurs et de ses odeurs, voire du toucher des reliures anciennes, etc., n’y a-t-il pas là les vrais accents du fétichisme? Et si les manières un peu ridicules qu’ont les plateformes de livres électroniques de simuler l’univers matériel du livre étaient moins un essai, évidemment vain, de combler ce fétichisme, qu’une façon de pointer vers des modes de lecture (linéaire, suivie, attentive, close), mal servis voire mis en danger par le web et qu’il n’est illégitime d’estimer utiles voire nécessaires,  par des allusions aux caractéristiques matérielles et aux modes d’emploi de ce qui reste dans l’opinion commune le meilleur support de ces modes de lecture?

  24. La couverture a un avantage indéniable. Elle est une image et donc en tant que telle, elle réfère à un objet (à un contenu) spécifique identifié par un nom, un titre, un éditeur et une image. Tu as raison de le dire, c’est en partie une technonostalgie, qui rappelle le cadre de référence culturel dont il est issue : http://www.internetactu.net/2010/08/24/technostalgie-ou-pas/

    Mais en même temps, l’image porte sa force évocatrice. Plus qu’une référence à l’objet, elle désigne quelque chose de spécifique, un contenant, une forme particulière : le magazine, le livre, le film ou l’album sont bien des contenants normés, clairement délimités, des objets marketing et sociaux. Je ne suis pas persuadé que la couverture qu’on affiche partout serve vraiment à l’illusion référentielle, car bien souvent elle pointe vers un contenant spécifique (plus qu’une illusion de contenant). On a exactement la même chose dans le domaine du film ou de la musique d’ailleurs. C’est bien souvent l’image qui prédomine. L’affiche, la couverture… est la porte d’entrée sur un contenu spécifique. Mubi.com, qui prend une image du film, est plutôt original dans le paysage (mais le film est générateur de plus d’images que le livre ou l’album). La plupart du temps : c’est l’affiche du film qui prédomine, tout comme la couverture du livre, qui fait référence à un objet/contenu particulier. On pourrait tout à fait utiliser des photos d’auteurs mais c’est vers lui que les contenus feraient références, pas nécessairement vers le livre. On peut tout à fait imaginer un matériel illustrant qui soit une déclinaison d’un site plutôt que d’un livre…

    Il est encore rare que le visuel fasse lien communicationnel entre différents médias. Parfois, c’est le même visuel qui est utilisé pour le livre, le site, l’identifiant Facebook, etc. C’est l’icône identifiante. Mais cet identifiant à plusieurs norme : on repère Publie.net à sa police, à la disposition de sa typo, même si elle illustre seulement un avatar sur Twitter.

    Sur la presse en ligne, très souvent, un article n’est signalé que par un titre, voir par une image générique qui indique son statut plus que sa nature. Avec Facebook, c’est d’abord le nom de nos amis qui précède le titre d’un lien. Mais un article n’a souvent pas d’image en soi, comme l’explique bien André Gunthert quand il décode la manière dont la presse utilise de fausses images pour illustrer ses papiers en ligne. Il me semble plutôt que l’image est une force évocatrice et que les contenus des industries culturelles savent plutôt en tirer partie en ligne. Sur une page web, je vois souvent bien plus de titres que je n’en vois sur une table de librairie. A mon avis, tout cela doit plutôt nous interroger dans l’autre sens ? Quelle est l’image, l’icône, de ma présence en ligne, de la présence de mon contenu en ligne ? Qu’elle est l’image générique qui fait référence à Homo-numericus et qui permettrait de savoir partout que c’est un site dont il est question plutôt qu’un autre objet ?

  25. Frederic_L dit :

    En fait, je suis assez étonné de la question.
    Si l’on parle de « livre » (liber), la question ne se pose pas vraiment de savoir pourquoi on utilise la couverture comme référence parlante à l’objet en matière ligneuse. De même que pour les VHS ou les DVD, on utilise l’affiche du film (à peine modifiée). Le support n’y fait rien.

    Pour s’affranchir de la couverture comme point d’entrée synthétique, il faut aussi s’affranchir de la référence au livre, donc du mot lui-même. Et là, c’est peut-être plus compliqué.

    Même en admettant une rédaction tout en html/css (j’ai essayé), la référence aux lectures sur papier est tellement forte, que franchement, il est difficile de s’en sortir, car finalement, on est tenté de reproduire le concept d’entrée dans le livre (et même des pages), comme un générique de début.

    On a aisément le même problème avec la musique, très souvent, c’est la pochette du CD qui est utilisée pour proposer un lien de téléchargement et si par hasard, elle n’y est pas, c’est souvent que le lien n’est pas tout à fait légal…

    Ensuite, pour la navigation dans le contenu, je suis assez d’accord pour dire que la reproduction du « mouvement » page n’apporte rien, sinon pour dire « on peut le faire ». Comme beaucoup de pages utilisant flash, javascript et tutti quanti, c’est beaucoup d’esbroufe…

    Bref, pour revenir à l’idée d’un livre sans page, on quitterait presque le codex pour revenir à l’idée de volumen, un volumen d’une longueur que seules permettent les technologies informatiques…

  26. Frederic_L dit :

    En fait, je suis assez étonné de la question.
    Si l’on parle de « livre » (liber), la question ne se pose pas vraiment de savoir pourquoi on utilise la couverture comme référence parlante à l’objet en matière ligneuse. De même que pour les VHS ou les DVD, on utilise l’affiche du film (à peine modifiée). Le support n’y fait rien.

    Pour s’affranchir de la couverture comme point d’entrée synthétique, il faut aussi s’affranchir de la référence au livre, donc du mot lui-même. Et là, c’est peut-être plus compliqué.

    Même en admettant une rédaction tout en html/css (j’ai essayé), la référence aux lectures sur papier est tellement forte, que franchement, il est difficile de s’en sortir, car finalement, on est tenté de reproduire le concept d’entrée dans le livre (et même des pages), comme un générique de début.

    On a aisément le même problème avec la musique, très souvent, c’est la pochette du CD qui est utilisée pour proposer un lien de téléchargement et si par hasard, elle n’y est pas, c’est souvent que le lien n’est pas tout à fait légal…

    Ensuite, pour la navigation dans le contenu, je suis assez d’accord pour dire que la reproduction du « mouvement » page n’apporte rien, sinon pour dire « on peut le faire ». Comme beaucoup de pages utilisant flash, javascript et tutti quanti, c’est beaucoup d’esbroufe…

    Bref, pour revenir à l’idée d’un livre sans page, on quitterait presque le codex pour revenir à l’idée de volumen, un volumen d’une longueur que seules permettent les technologies informatiques…

  27. Suis totalement d’accord : étagère pathétique et effet page qui tourne exaspérant. Dans le même ordre d’idée, référence bien souvent encore au nombre de pages, alors que ne signifie plus rien avec des formats comme l’epub et la fin de l’idée de page. Il faut passer au nombre de mots ou de caractères.

    La question est : pour « faciliter » le passage au livre numérique, faut-il conserver quelques codes du livre papier pour faciliter la transition ou les casser totalement pour éviter un parallèle qui n’existe pas sur la forme. Heureusement reste le point le plus important : ce que chantent les mots.

  28. Suis totalement d’accord : étagère pathétique et effet page qui tourne exaspérant. Dans le même ordre d’idée, référence bien souvent encore au nombre de pages, alors que ne signifie plus rien avec des formats comme l’epub et la fin de l’idée de page. Il faut passer au nombre de mots ou de caractères.

    La question est : pour « faciliter » le passage au livre numérique, faut-il conserver quelques codes du livre papier pour faciliter la transition ou les casser totalement pour éviter un parallèle qui n’existe pas sur la forme. Heureusement reste le point le plus important : ce que chantent les mots.

  29. F Bon dit :

    contrairement à Alain, j’abonde dans ton sens, Piotrr

    c’est ce qu’on essaye de faire avec la page sommaire de notre « librairie » publie.net/immatériel (reconfiguration selon dimension fenêtre écran, et tout le dispositif des marges qui change selon la page et le livre, y compris articles web lié au titre)

    pendant un temps j’essayais d’insérer texte genre « IV de couv » directement sur la « couv » icône, et noter la belle idée de Studio Walrus qui met une vidéo comme couverture, là ça va dans ton sens

    mais de la même façon que je préfère intégrer les librairies en ligne existantes (iTunes, KindleStore, FeedBooks, ePagine/Fnac…) plutôt que créer une « app » dédiée, je tolère cette contrainte en me disant que sous l’icône on met le contenu qu’on veut, et là ça commence quand même à déménager un peu plus sec depuis quelques mois

    notamment l’effort qu’on a dû progressivement faire pour se débarrasser de l’idée d’une « table des matières » et concevoir nativement la navigation, la linéarité de lecture n’étant pas forcément la linéarité de l’objet

    me retient aussi dans ton article le permanent glissement eBook/page web – plus que jamais l’instance de la création pour moi c’est le web, finalité et moyen de cette diffusion, la notion de « livre numérique » juste une sorte d’état plus dense en ergonomie, et provisoirement plus stable, des mêmes contenus

    perspectives encore, si l’iPad (pas du tout ta réserve, en tout cas comparé à ce qu’on peut faire sur autres appareils, c’est quand même celui qui tolère le plus) nous permet d’insérer aussi des scripts natifs (pour l’instant, interdits par iBooks)

    idem, sur l’iPad, je préfère nettement lire via app Kindle (pages juste translation, accès dico simple pression) et ça conditionne en bonne partie mes préférences d’achat

    reste après, mais ça va encore dans ton sens, le fait qu’on ait tous peut-être intérieurement déjà abandonné le livre : les très minces résultats qu’on obtient sur notre plateforme, en tout cas pour les textes qui nous tiennent le plus à coeur, sont pour moi une sorte de claque quotidienne, prouvant que la route n’est pas là, même si on s’y obstine, ne serait-ce que pour apprendre

    pas possible d’apprendre à dépasser le site web de l’intérieur si on ne fait pas aujourd’hui cette expérience de la clôture et de la transportabilité via des plateformes comme eBooks ou KindleStore, parce qu’il s’agit de politique du texte : lieu où on lui permet de résonner, bien au-delà de nos sites, et susceptible d’y ramener

    questions qui brassent lourdement dans la tête, et dans la vie

    merci de pas effacer ce comment avant le 14 septembre, aurai besoin d’y revenir avant le RV CLEO !

    et amitié

  30. F Bon dit :

    contrairement à Alain, j’abonde dans ton sens, Piotrr

    c’est ce qu’on essaye de faire avec la page sommaire de notre « librairie » publie.net/immatériel (reconfiguration selon dimension fenêtre écran, et tout le dispositif des marges qui change selon la page et le livre, y compris articles web lié au titre)

    pendant un temps j’essayais d’insérer texte genre « IV de couv » directement sur la « couv » icône, et noter la belle idée de Studio Walrus qui met une vidéo comme couverture, là ça va dans ton sens

    mais de la même façon que je préfère intégrer les librairies en ligne existantes (iTunes, KindleStore, FeedBooks, ePagine/Fnac…) plutôt que créer une « app » dédiée, je tolère cette contrainte en me disant que sous l’icône on met le contenu qu’on veut, et là ça commence quand même à déménager un peu plus sec depuis quelques mois

    notamment l’effort qu’on a dû progressivement faire pour se débarrasser de l’idée d’une « table des matières » et concevoir nativement la navigation, la linéarité de lecture n’étant pas forcément la linéarité de l’objet

    me retient aussi dans ton article le permanent glissement eBook/page web – plus que jamais l’instance de la création pour moi c’est le web, finalité et moyen de cette diffusion, la notion de « livre numérique » juste une sorte d’état plus dense en ergonomie, et provisoirement plus stable, des mêmes contenus

    perspectives encore, si l’iPad (pas du tout ta réserve, en tout cas comparé à ce qu’on peut faire sur autres appareils, c’est quand même celui qui tolère le plus) nous permet d’insérer aussi des scripts natifs (pour l’instant, interdits par iBooks)

    idem, sur l’iPad, je préfère nettement lire via app Kindle (pages juste translation, accès dico simple pression) et ça conditionne en bonne partie mes préférences d’achat

    reste après, mais ça va encore dans ton sens, le fait qu’on ait tous peut-être intérieurement déjà abandonné le livre : les très minces résultats qu’on obtient sur notre plateforme, en tout cas pour les textes qui nous tiennent le plus à coeur, sont pour moi une sorte de claque quotidienne, prouvant que la route n’est pas là, même si on s’y obstine, ne serait-ce que pour apprendre

    pas possible d’apprendre à dépasser le site web de l’intérieur si on ne fait pas aujourd’hui cette expérience de la clôture et de la transportabilité via des plateformes comme eBooks ou KindleStore, parce qu’il s’agit de politique du texte : lieu où on lui permet de résonner, bien au-delà de nos sites, et susceptible d’y ramener

    questions qui brassent lourdement dans la tête, et dans la vie

    merci de pas effacer ce comment avant le 14 septembre, aurai besoin d’y revenir avant le RV CLEO !

    et amitié

  31. Alain Pierrot dit :

    Pas totalement convaincu qu’il s’agisse uniquement du fétichisme du « livre objet »…

    La (re)présentation d’un texte suivi, complexe et composite, avec nombre de métadonnées utiles à l’identification et/ou au choix est remarquablement condensée dans la création de la couverture, depuis la généralisation de l’impression quadri.

    L’empan de vision comparée sur une table de libraire (plutôt 20/24 titres [à vérifier auprès des professionnels]), thématique, me paraît bien faiblement concurrencé par l’arsenal d’outils sur écran, qui peinent à présenter plus de quatre titres simultanément.

  32. Alain Pierrot dit :

    Pas totalement convaincu qu’il s’agisse uniquement du fétichisme du « livre objet »…

    La (re)présentation d’un texte suivi, complexe et composite, avec nombre de métadonnées utiles à l’identification et/ou au choix est remarquablement condensée dans la création de la couverture, depuis la généralisation de l’impression quadri.

    L’empan de vision comparée sur une table de libraire (plutôt 20/24 titres [à vérifier auprès des professionnels]), thématique, me paraît bien faiblement concurrencé par l’arsenal d’outils sur écran, qui peinent à présenter plus de quatre titres simultanément.

  1. 20/06/2011

    […] web : Le livre-objet et l’importance de la couverture du livre : plus d’explications ici Le bouleversement des canaux de diffusion du livres ou la vente de livre dans les supermarchés […]

  2. 20/06/2011

    […] web : Le livre-objet et l’importance de la couverture du livre : plus d’explications ici Le bouleversement des canaux de diffusion du livres ou la vente de livre dans les supermarchés […]

  3. 28/10/2012

    […] per­sistent (le tra­vail sur le texte). Par­fois, la pro­fes­sion a ten­dance à cal­quer un peu méca­ni­que­ment sa tra­di­tion sur le sup­port élec­tro­nique, mais c’est inévi­table, dans la longue […]

  4. 28/10/2012

    […] per­sistent (le tra­vail sur le texte). Par­fois, la pro­fes­sion a ten­dance à cal­quer un peu méca­ni­que­ment sa tra­di­tion sur le sup­port élec­tro­nique, mais c’est inévi­table, dans la longue […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *