Étiqueté : Observatoire des usages

La conversation silencieuse 18

La conversation silencieuse

Dans mon intervention « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ? », donnée à l’ENSSIB au début du mois, dans le cadre de la journée "Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques (INTD – enssib – URFIST)", j’ai commencé à tirer quelques enseignements de l’enquête actuellement en cours auprès des lecteurs de Revues.org (il est toujours temps d’y répondre !). J’ai également formulé quelques (…)

Do we speak blog? 8

Do we speak blog?

Préparant une formation sur la plateforme Hypothèses, je suis à nouveau confronté au problème de la formulation en français de termes issus de pratiques en anglais. Il me semble que je ne suis pas très maniéré concernant cette question et je n’en fais pas une question de principes. En revanche, j’en fais une question d’usages, et il me semble important de disposer d’un corpus de termes clairs et non ambigus, de façon à accompagner et développer les usages sans confusion.

Comment écrire blog ?

Je fais (…)

La confusion des documents 20

La confusion des documents

J’observe chaque jour les progrès d’une maladie rampante : la confusion entre le formulaire de recherche de Google et la barre d’adresse du navigateur.

Aux débuts d’Internet, les technologies utilisées étaient rudimentaires. Cependant, elles avaient le mérite d’être explicites dans le domaine des URL, c’est-à-dire des adresses de pages web. [50] Le navigateur Netscape 1.0 proposait « d’aller à » (« Go to ») et Internet explorer 2.0 proposait de renseigner une « adresse ». Rien de plus explicite et de plus (…)

Les dépôts OAI francophones en SHS 3

Les dépôts OAI francophones en SHS

En 2005, j’ai commencé sur ce blog, dans le cadre de la rubrique « Observatoire des sciences humaines et sociales », à faire un point sur les dépôts OAI francophones. Il y a quinze jours, j’ai fait quelques nouveaux comptages, qui confirment la tendance à la croissance, régulière et soutenue, du nombre de documents disponibles.

Du côté des portails de revues, on trouve :

– Cairn

2006 : 16 251 enregistrements

2007 : 27 580 enregistrements

– Persée

2005 : 12 262 enregistrements

2006 : 55 881 (…)

L’information scientifique en Sciences humaines et sociales : un angle mort? 3

L’information scientifique en Sciences humaines et sociales : un angle mort?

« Evaluation et validation de l’information sur Internet »

Journée d’étude des URFIST

31 janvier 2007, Paris

http://urfistreseau.wordpress.com/

Les sciences humaines et sociales sont à un moment particulier de leur histoire. Traditionnellement, le processus qui menait le lecteur à la littérature scientifique passait par des circuits très verticaux. Avec l’introduction d’Internet, c’est désormais une nébuleuse d’autorités qui guide le lecteur.

Si ce n’est pas le far-west sans foi ni loi que certains (…)

L’information scientifique en Sciences humaines et sociales : un angle mort? 3

L’information scientifique en Sciences humaines et sociales : un angle mort?

« Evaluation et validation de l’information sur Internet »

Journée d’étude des URFIST

31 janvier 2007, Paris

http://urfistreseau.wordpress.com/

Les sciences humaines et sociales sont à un moment particulier de leur histoire. Traditionnellement, le processus qui menait le lecteur à la littérature scientifique passait par des circuits très verticaux. Avec l’introduction d’Internet, c’est désormais une nébuleuse d’autorités qui guide le lecteur.

Si ce n’est pas le far-west sans foi ni loi que certains (…)

L’open archives initiative (octobre 2006) 14

L’open archives initiative (octobre 2006)

. Photographie par bitmapr. Licence CC.

En Octobre 2005, j’avais fait un bilan sur le paysage des archives ouvertes.

Dans la francophonie et en sciences humaines et sociales, voici les dépôts ouverts au public et que j’ai pu identifier et moissonner sans problème. Le total est de 145 124 enregistrements. Il y avait 55 000 documents l’année dernière. Même si le corpus observé n’est pas constant, de toute évidence, il se passe quelque chose dans le domaine de la mise en ligne des documents (…)

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (2) 6

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (2)

La situation des moteurs de recherche en sciences humaines et sociales en France est simple, puisqu’elle se résume à deux initiatives.

Mister est un moteur de recherche de l’Institut national de l’information scientifique et technique (INIST). Il semble prendre la suite du moteur de l’UREC qui a fermé ses portes, lui aussi. La spécificité de ce moteur était d’indexer surtout les sites institutionnels, au détriment de certains sites à fort contenus mais moins clairement rattachés à une institution (…)

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (2) 6

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (2)

La situation des moteurs de recherche en sciences humaines et sociales en France est simple, puisqu’elle se résume à deux initiatives.

Mister est un moteur de recherche de l’Institut national de l’information scientifique et technique (INIST). Il semble prendre la suite du moteur de l’UREC qui a fermé ses portes, lui aussi. La spécificité de ce moteur était d’indexer surtout les sites institutionnels, au détriment de certains sites à fort contenus mais moins clairement rattachés à une institution (…)

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (1) 2

Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (1)

Les chercheurs du CNRS, grâce à BiblioSHS, ont accès à de gigantesques bases de données scientifiques, essentiellement en langue anglaise. Les chercheurs d’établissements d’enseignement et de recherche peuvent profiter d’accès achetés pour les étudiants et les chercheurs. Par exemple, Jstor, est proposé par l’Ecole des hautes études en sciences sociales. L’Université Paris 7 propose de nombreuses ressources [27]. L’ENS-LSH propose notamment l’accès à JSTOR et à PIO-chadwyck. Parfois, ces accès ne sont (…)

La syndication de contenus : ça progresse (janvier 2006) 0

La syndication de contenus : ça progresse (janvier 2006)

Le 29 août dernier, je publiais un premier billet sur la syndication de contenu. J’y évoquais les progrès et, surtout, les limites des usages de ce type d’outil de veille en sciences humaines et sociales. Etant par ailleurs chargé, entre autres, de la constitution d’une archive ouverte dédiée à l’EHESS, je me suis penché sur HAL-SHS.

Il n’était pas question de constituer une archive concurrente, mais plutôt de travailler avec l’équipe de Franck Laloë et Daniel Charnay, qui travaillent depuis des années (…)

L’open archives initiative (octobre 2005) 5

L’open archives initiative (octobre 2005)

Le mouvement des archives ouvertes est décisif pour la diffusion des résultats de la recherche scientifique. Sa réussite est possible car elle fait converger une volonté des chercheurs et des institutions. Ce mouvement est en train de toucher les sciences humaines et sociales françaises, avec l’ouverture d’HALSHS. Il reste cependant encore peu connu, malgré les prises de position officielles de grands organismes de recherche internationaux (voir la déclaration de Berlin), CNRS en tête.

Dans la (…)

L’open archives initiative (octobre 2005) 5

L’open archives initiative (octobre 2005)

Le mouvement des archives ouvertes est décisif pour la diffusion des résultats de la recherche scientifique. Sa réussite est possible car elle fait converger une volonté des chercheurs et des institutions. Ce mouvement est en train de toucher les sciences humaines et sociales françaises, avec l’ouverture d’HALSHS. Il reste cependant encore peu connu, malgré les prises de position officielles de grands organismes de recherche internationaux (voir la déclaration de Berlin), CNRS en tête.

Dans la (…)

SHS 2.0 20

SHS 2.0

Depuis quelque temps, je m’intéresse à ce qu’on appelle un peu pompeusement le Web 2.0. Comme cela a été dit, la notion est assez floue et recouvre plein de choses assez différentes. Ou plutôt, on voit bien qu’il s’agit d’un même phénomène, mais aux multiples dimensions. Certains insistent sur la dimension technique, d’autre sur les pratiques éditoriales, d’autre encore sur la dimension sociologique.

Plus récemment, j’ai suivi attentivement ceux qui essayaient d’imaginer ce que pouvait donner le Web 2.0 (…)

Création d’un observatoire des usages en sciences humaines et sociales 4

Création d’un observatoire des usages en sciences humaines et sociales

Une des difficultés du numérique réside dans la partition entre pratiquants et non pratiquants. Les uns se plaignent sempiternellement du (faible) nombre des autres. Les autres ignorent totalement que des usages utiles existent, ou peuvent exister, et se concentrent sur leur métier, qui les occupe largement. Or, bien souvent, les usages n’ont d’intérêt que lorsqu’une masse critique de contenu et d’usagers est atteinte. Mais pour atteindre cette masse critique, la machine doit être initiée, ce qui se (…)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search