Connais-toi toi-même


Pas si inintéressant que cela, finalement, le débat sur le Web 2.0. Depuis quelque temps, il a dépassé le premier cercle des professionnels, geeks et autres passionnés du réseau, pour être évoqué de manière de plus en plus fréquente par la presse généraliste. Libération par exemple a demandé à Pierre Chappaz de lui livrer une chronique sur ce thème. Le Monde a publié au début de l’été une série de papiers expliquant de quoi il s’agissait. Et ainsi de suite.

Il ressort de la plupart de ces articles que le Web 2.0 constitue une révolution de l’Internet, caractérisée par la place centrale qu’y prend l’utilisateur et l’interactivité. Évidemment, les vieux routiers du réseau de se moquer, en disant qu’il n’y a là rien de révolutionnaire et que c’est ce qui caractérise le système depuis les premières minutes de son existence. [28]. D’où les interminables débats : s’agit-il d’une véritable révolution ? d’un nouvel Internet ? ou d’un buzz idiot comme il en fleurit tous les 15 jours dans ce secteur ? Pour ma part, j’aurais tendance à dire que l’un et l’autre camps ont parfaitement raison. Et c’est cette contradiction qui m’intéresse, parce qu’elle me semble révéler un trait caractéristique de l’histoire du réseau.

En gros, l’idée est que chacun des grand soubresauts qui ont changé quelque chose d’important sur le réseau depuis qu’il existe (je sélectionne par exemple : le mail, Usenet, le Web, Mosaic, les CMS, la bulle de 2000, le Web 2.0) constitue à la fois une étape classique de la diffusion d’une innovation auprès de nouveaux cercles d’utilisateurs, et en même temps une manière pour tous de (re)découvrir et l’approfondissant ce qui en constitue l’essence singulière. Internet est un instrument de communication multilatéral de pair à pair. Cette définition est totalement banale, et pourtant il semble bien que nous ayons tous besoin d’en expérimenter la réalité à l’occasion de chacune des « révolutions » qui émaillent son histoire , ou, plus exactement, d’imaginer à chaque fois, pour de nouveaux utilisateurs, de nouveaux usages qui ne font pourtant qu’en actualiser l’essence de manière nouvelle. Autrement dit, tout se passe comme si Internet était dans un état de perpétuelle redécouverte de ce qu’il est, à travers la mise en place de technologies, de formes et d’usages différents.

Dire que le Web 2.0 est une révolution est à la fois vrai et faux. C’est faux parce que l’interactivité et la place centrale de l’utilisateur dans le processus de communication constituent l’essence même d’Internet depuis ses débuts. Mais c’est vrai parce que les services qualifiés de « Web 2.0 » constituent une nouvelle manière d’actualiser cette essence pour de nouveaux utilisateurs. Et si on veut raffiner, on peut dire que jusqu’à présent ces utilisateurs se servaient du réseau, mais d’une manière non conforme à son essence particulière ; par exemple comme une télévision, un journal ou une boutique. Le Web 2.0, c’est ce qui leur permet de découvrir une nouvelle dimension d’un outil technique dont ils se servent déjà, et d’en exploiter à leur tour toute la puissance, en mode lecture/écriture, c’est-à-dire très exactement pour y agir au même titre que les autres. Et de ce point de vue, on peut dire que cette « révolution » a bien des points communs avec celles qui l’ont précédée dans l’histoire d’Internet (c’est par exemple l’histoire de Usenet dont le développement tient en partie à l’impossibilité pour un certain nombre d’universités de poster sur Arpanet, tout en étant autorisé à lire).

Qu’est-ce qui caractérise cette évolution ? Tout simplement la disparition progressive de l’obstacle technique, avec la multiplication d’outils intuitifs permettant aujourd’hui de faire sans apprentissage ce qui nécessitait autrefois de passer de longues heures les mains dans le cambouis des lignes de code.

Cette idée est féconde, je trouve, mais elle suscite aussi des interrogations. Côté fécondité, elle me fournit une pierre de touche me permettant de révéler l’adéquation de tels ou tels innovations, gadgets, législations dans le domaine. Je peux dire aujourd’hui avec une relative assurance qu’Internet ne constitue pas seulement un outil technique qui n’aura pour effet que d’améliorer l’efficacité des pratiques dans les domaines où il est utilisé. C’est au contraire une véritable techno-logie qui imprime sa forme particulière à une société entière, au même titre que la télévision [29] ou l’automobile, étant entendu que plusieurs technologies peuvent modeler de manière concurrente les sociétés, et non une seule à son tour, successivement. Internet n’est donc pas la plus grande bibliothèque du monde, ou la télévision numérique de demain, ni même le téléphone sur IP, etc. Le Réseau a une logique propre, une dynamique interne, une constitution technique, dit Lessig, qui s’actualise sous différentes formes au cours de son développement. Il y a là, pour moi, une certitude grandissante.

A l’inverse, la disparition progressive de l’obstacle technique que je vois à l’oeuvre suscite pour moi beaucoup d’interrogations ; d’abord comme professionnel, et formateur, où je me pose très concrètement la question de l’utilité de faire des cours sur le html, voire sur la manipulation de tel ou tel outil. Je me demande s’il ne vaudrait pas mieux orienter ces formations vers une meilleure connaissance de ce que c’est que la communication en ligne, de l’exploration des conséquences de tel ou tel type d’action dans ce contexte, de l’acquisition d’une vue panoramique de la société (presque au sens de sociabilité) de l’Internet. Je me pose des questions pour mes enfants aussi, qui commencent à arriver à l’âge de la manipulation des outils informatiques. Il y a une chose dont je suis certain, c’est que tous les jeux et autres logiciels plus ou moins ludo-éducatifs spécialement conçus pour eux sont à mettre au placard car ils ne sont jamais, pour ceux que j’ai vus du moins, que des sortes de films interactifs qui placent l’enfant dans le carcan d’un scénario pré-établi extrêmement contraint. Ces jeux, pour moi sont mensongers en laissant croire que l’enfant est actif alors qu’il ne doit le plus souvent que réagir aux sollicitations du logiciel. Au contraire, je suis à la recherche d’outils tout à fait similaires à ceux que nous utilisons, nous les adultes. Tuxpaint est de ce point de vue un véritable modèle du genre en ce qui concerne le dessin. J’aimerais bien connaître un traitement de texte du même acabit. Mais mes interrogations ne sont pas vraiment là. Hier, j’ai regardé la présentation par Steve Jobs de la future version, Leopard, de Mac OS X. J’avoue en être resté un peu baba ; on voit bien qu’il y a une énorme différence avec des environnements du type windows ou Linux où la moindre manipulation demande des compétences techniques non négligeables. Sous Mac OS, un nombre incroyable d’entre elles (sur du texte, du web, de l’image, de la vidéo) se fait de manière totalement intuitive, et ne nécessité même pas la maîtrise des notions de base (le copier-coller, qu’est-ce qu’un fichier, redimensionner une image, local/distant, etc.). Comme je suis sur le point d’acheter un ordinateur pour les enfants, je me vois très bien lancer sans effort mes petits bouts sur la retouche photo, la création de pages Web, la composition de mails sophistiqués sans effort, avec un tel outil. Mais en même temps, j’ai quelques scrupules à les installer dans un environnement que j’estime opaque (où sont mes fichiers ? je n’ai jamais compris avec Mac) et cadenassé et dont je ne veux pas pour moi (dans l’état actuel de ma réflexion, mais je peux changer, à force de regarder les shows de Steve).

Qu’en pensez-vous ?


Crédit photo : Me and my camera, par Striatic, CC-2006


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.