Gallia, terra incognita

En ce moment, je cogite pas mal sur la mise en place de nouveaux services qui répondent à des besoins criants. Hier, j’ai passé une partie de la journée à voir comment ils pourraient être mis en oeuvre par l’intermédiaire de ces fameux web services, API et autres mashups dont on nous dit qu’il révolutionnent Internet. Je me penche donc sur Ning, un système extrêmement ingénieux permettant de fabriquer par clônage et personnalisation de kits de base de nouvelles applications « sociales » en ligne, connectées aux bases de données et services offerts par les Amazon, Flickr, Google et autres Del.icio.us. Pour un projet en particulier, j’ai besoin d’utiliser des cartes interactives de type Google maps. Je dis bien de type Google maps pour bien montrer que je suis un garçon ouvert, large d’esprit et pas du tout googlomaniaque. Malgré tout, le premier service accessible, c’est Google maps, quoiqu’on en dise.

Comme le service que je veux mettre en place est français, qu’il s’adresse à des gens qui vivent en France, c’est bien d’une carte de France dont j’ai besoin. Voici ce que me montre Google maps :


Où sont les villes et villages, où sont les routes ? Peut-être qu’il n’y en a pas… Notons que pour les explorateurs audacieux, les voies de pénétration en pirogue au sein d’un vaste territoire dangereux et inexploré sont indiquées. Qu’ils n’en demandent pas plus ! [20]

Ne soyons pas paranoïaques et ne pensons pas que Google cherche à rayer de la carte (au sens propre) un pays qui lui tient tête par le truchement de sa bibliothèque nationale et de son président charismatique. En fait, nous sommes dans la même situation que les trois quarts de la planète à l’exception des Etats-Unis bien sûr, du Royaume-Uni évidemment, du Japon pourquoi pas, et de…Turin ! Pourquoi Turin ? Sans doute à cause des Jeux Olympiques ? Si c’est le cas je commence déjà à regretter ma joie lorsque la candidature parisienne fut rejetée et suis prêt à m’asseoir sur ma sportiphobie naturelle : Vive Paris 2056 !

D’ici là, je tente de trouver un substitut à Google maps. Je cherche du côté de Yahoo maps, mais c’est encore pire : on ne peut même pas sortir des Etats-Unis. Je me tourne ensuite vers MSN, et découvre ceci :

Gallia, playmobilorum terra

Joie ! Momentanée…car lorsque je cherche plus d’information sur l’API que peut m’offir MSN maps, je tombe sur un produit commercial intitulé Microsoft MapPoint&registered; qui me demande de contacter un vendeur si je veux connaître les tarifs d’achat du logiciel me permettant d’accéder au web service. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens immédiatement que ce n’est pas pour moi…Microsoft sera toujours Microsoft.

Mais après tout, pourquoi s’inféoder à l’Empire du Mal ? patriotisme économique et pragmatisme dépité oblige, me voici en train de fureter du côté des cartographes français : Michelin en premier lieu, puis Mappy par exemple. Mappy n’offre pas ce que je cherche (en fait, il faudrait remonter à son fournisseur de service de géolocalisation : Tele Atlas) ; pour Michelin en revanche, c’est le cas. L’offre est même alléchante : téléchargement d’un SDK, fourniture d’API dans tous les langages imaginables, support conséquent, et même ouverture gratuite d’un compte d’essai pour 45 jours. Le problème est qu’encore une fois, le service n’est pas gratuit. Mais là n’est presque pas le problème en fait ; car je peux très bien comprendre que le modèle économique de Michelin n’est pas similaire à celui de Google. A partir du moment où la vente de cartes et de services de cartographie constitue leur coeur de métier, il n’y a pas de raison qu’ils offrent ce service gratuitement. Et d’ailleurs, les cartes qu’ils mettent à disposition sont évidemment de bien meilleure qualité que celle qu’offre Google. Le problème est qu’on voit bien que le service, à l’instar de celui offert par Microsoft est à destination des entreprises uniquement. Est-ce que moi, pauvre particulier qui veut mettre en place rapidement un service dont je ne sais même pas s’il tiendra la route j’entre dans le cadre ? Je ne le crois pas [21]. Et d’ailleurs, je ne le sais même pas car les prix ne sont pas publics. Là encore, il faut contacter un commercial pour les connaître.

Reste le très attendu Géoportail promis pour cet été par l’IGN. On discute beaucoup, à propos de ce portail, d’une comparaison en terme de qualité d’image avec Google maps, du caractère récent des photographies qui y seront exposées. Très bien, mais moi maintenant je pose la seule question qui m’intéresse aujourd’hui : fourniront-ils une API libre d’accès permettant de construire des services, non commerciaux cela va de soi, à partir de ces cartes ?

Edit : tiens, Microsoft semble virer sa cuti et s’adonner aux joies du Web2.0 et des API ouvertes : http://local.live.com/. Il y a la France et en plus les cartes sont superbes ! Je fonce, je regarde et vous tiens au courant au prochain numéro.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *