Think different

Nous connaissons tous la blague du « si windows/unix/mac était un avion, alors… ».

Peut-être très amusante, cette sorte de plaisanterie repose sur l’idée que ce sont les systèmes informatiques qui possèdent, intrinsèquement, des qualités ou défauts que l’on peut comparer.

En fait, les choses ne sont pas si simples, car il faut prendre en compte les comportements que l’éditeur (de logiciel, de système) induit, par la manière dont il présente son produit aux utilisateurs. Typiquement, l’unixien est un type sérieux, qui a appris par coeur l’intégralité des O’Reilly sur le sujet avant de lancer sa première commande. Il a un côté psycho-rigide qui lui interdira d’aboutir au résultat qu’il souhaite sans comprendre comment il y est arrivé. Le windowsien est l’exact opposé : la fin justifie les moyens. Le windowsien est un intuitif qui coche et décoche les (nombreuses) options de son système sans trop comprendre de quoi il retourne. C’est un ennemi de la ligne de code.

Et le macounet ? <troll> Le macounet quant à lui est le plus souvent un ennemi de l’informatique ; c’est très souvent quelqu’un qui ne s’intéresse pas du tout au sujet et pour qui l’achat d’un ordinateur équivaut à celui d’un jouet ou d’une machine à laver selon les cas</troll>.

Cette semaine, deux projets grillés à cause de macounets : l’un n’a pas su installer un plugin dans son navigateur ; l’autre ne comprenait pas qu’il soit difficile d’obtenir un affichage optimal avec son macos 8. L’essentiel n’est pourtant pas le manque de compétence ; c’est bien plutôt l’attitude de l’utilisateur face à la difficulté technique qui pose problème : le problème ne peut venir que d’ailleurs, puisqu’Apple serine à longueur de temps que son système est parfait. Résultat : le macounet ne dit pas qu’il n’arrive pas à afficher un site (et ne cherche donc pas à résoudre le problème) ; le macounet dit : « le site est illisible »…

Surtout, Apple a pour particularité de faire disparaître toute dimension technique de l’utilisation. On reste au niveau de l’usage pur « dé-technologisé » ; du coup, il ne viendrait pas à l’idée du macounet que son système est obsolète, qu’il peut mettre à jour son système, son navigateur, ou même, pourquoi pas, lire un bout de documentation pour manipuler correctement ses outils ; d’ailleurs, il me semble bien qu’un certain nombre d’utilisateurs ne sont même pas au courant que le navigateur, et même le système d’exploitation sont, dans une certaine mesure, indépendants de la machine sur laquelle ils travaillent. Avec Apple, on est dans l’ère du pré-software ; du coup, on se retrouve avec des masses de gens utilisant des antiquités (ce qui est leur droit), et ne comprenant pas pourquoi ils ne peuvent afficher du xhtml 1.0 avec du grec accentué sur leur petit bijou du siècle dernier.

Je suis assez remonté contre les utilisateurs, mais c’est la firme que je vise ; car c’est elle qui est responsable de cette contre-pédagogie qui consiste à faire croire qu’on peut utiliser un outil informatique sans le connaître un minimum. De ce point de vue, le « user-friendly » est un véritable piège : mieux vaut demander de fournir un effort dès le départ, plutôt que générer des comportements qui peuvent être très pénalisants par la suite, simplement parce qu’on se retrouve face des personnes qui se trouvent à 0 sur l’échelle de la computer litteracy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.