Improbable révolte


Je viens de terminer la lecture de La révolte du pronétariat, écrit par Joël de Rosnay et Carlo Revelli, et je dois avouer ici toute ma déception.

L’idée de base de l’ouvrage n’est pourtant pas inintéressante, et c’était la première fois, me semble-t-il, qu’elle était exprimée à travers un livre, en France tout du moins [22]. Il s’agit simplement de dire que nous sommes en train d’assister à un changement d’organisation médiatique, qui nous fait passer d’un mode de diffusion unilatéral de l’information d’un petit nombre de sources vers un grand nombre de destinataires qui n’en sont que le réceptacle passif (organisation top-down, few-to-many), à un mode d’organisation où chacun est autant source que destinataire de l’information. Pour illustrer son idée, Joël de Rosnay choisit d’utiliser la métaphore de la lutte des classes : d’un côté une classe d’infocapitalistes, concentrant les moyens de production et de diffusion de biens informationnels propriétaires ; de l’autre, une masse de prolétaires de l’information, qui sont acteurs d’un nouveau mode de circulation de l’information, horizontal, décentralisé, et qui ne disposent que du réseau, outil collectif dont ils n’ont pas la propriété, pour le faire.

Il faudrait d’abord relativiser une opposition qui mériterait d’être précisée ; car si, d’un côté, la représentation du fonctionnement de médias traditionnels comme étant purement verticaux et induisant une passivité des destinataires de l’information a pu être largement remise en cause (par les études de réception par exemple), de l’autre il ne faudrait pas croire que les conversations horizontales et de pair-à-pair que la masse des pronétariens entretient de blog à blog n’a rien à voir avec l’actualité telle qu’elle est sélectionnée et présentée par la presse et les médias radio-télévisés classiques. Il existe au contraire une articulation qui doit être examinée avec attention. On pourrait évoquer, à titre d’exemple, une récente discussion polémique entre Cyrille Fiévet et Gilles Klein sur le rôle de l’un ou l’autre des types de médias dans la résolution d’une affaire récente.

Il faudrait interroger la notion de “révolte” aussi, présente dans le titre, mais qui me semble très mal décrire la situation actuelle. Car s’il y a révolution, c’est bien d’une révolution sans révolte qu’il s’agit, marquée par le déploiement rapide de nouveaux usages à côté, et non contre les anciens, sans qu’il soit nécessaire de surdéterminer ce mouvement par un sens politique qu’il n’a pas nécessairement. En faisant des blogs, en partageant leurs photos et vidéos, et même en alimentant Agoravox, les individus n’ont pas nécessairement en tête de déboulonner la dictature du 20 heures, comme on pourrait le croire. Il font simplement autre chose à côté, et souvent en s’alimentant aux sujets que les mass média proposent.

La question n’est peut-être donc pas, finalement, dans une opposition aussi frontale entre deux modèles, contrairement à ce que laisse croire le titre et l’introduction du livre (opposition qui et ensuite nuancée plus loin (p. 123). L’articulation/opposition entre, d’un côté un mode vertical de difussion de l’information et de l’autre des pratiques de communication horizontales, pervasives et intersubjectives a finalement toujours existé. Plutôt que d’opposer les deux et faire croire qu’on passe de l’un à l’autre, il serait peut-être plus pertinent de se demander quelle forme précise, singulière, et donc nouvelle finalement, cette articulation prend aujourd’hui.

Et pour cela, il faudrait évoquer un certain nombre de phénomènes précis et les analyser de manière plus approfondie que ce qui est ici fait. Car La révolte du Pronétariat a cet autre défaut qu’il évoque à peu près tous les phénomènes dont on parle en ce moment [23], depuis les blogs jusqu’aux imprimantes 3D, en passant par les podcast, le web 2.0, le RSS, FLickr, les wikis et j’en passe, sans qu’on sache toujours bien quel est le rapport avec la question qu’est censé traiter le livre. Cette énumération « tendance » est d’autant plus dommageable, qu’elle n’est pas véritablement appuyée sur une analyse du champ de bataille économique qui sous-tend la mise en oeuvre de ces services. Car la mise en place de la « nouvelle nouvelle économie », comme on l’appelle, signifie la montée en charge de nouveaux acteurs industriels érigeant leur puissance sur la dépouille d’anciens empires médiatiques qui ont formidablement souffert de la conflagration due à l’éclatement de la bulle Internet. Il n’y donc pas que des citoyens contre des chaînes de télévision dans cette histoire, et il aurait été bon de refaire un panorama complet de la situation.

Pour finir, les passages portant sur Agoravox et les conseils en matière de validation de l’information sur Internet, qui sont de la promotion à peine déguisée pour le portail Agoravox et la société Cybion, sont assez déplorables, à mon avis.

Bref, ce livre est un peu une occasion ratée, il me semble, parce qu’au delà de l’identification très générale d’un phénomène dont tout le monde commence à prendre conscience, il échoue à en décrire avec précision les ressorts, comme s’il avait été écrit trop rapidement et en survol.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.