«Club des blogueurs de mon coeur»


Je ne sais plus si j’en ai parlé récemment, mais j’adore de plus en plus les blogs BD. J’ai découvert ce genre récemment, à l’occasion du premier festival qui s’est déroulé à Bercy en septembre, et depuis je ne décroche plus.

Autant les blogs classiques me semblent intéressants quand ils sont très pointus sur une activité, un domaine de compétence, lorsqu’ils apportent des connaissances et plus ennuyeux lorsqu’ils sont purement autobiographiques (avec des exceptions bien sûr), autant la situation est exactement inverse lorsqu’on regarde la plupart de leurs équivalents en BD. Pourtant, traditionnellement, la BD est un art qui est rarement autobiographique (il répond souvent aux genres de la fiction d’aventure, de science-fiction, historique, humoristique, etc.).

L’excellente idée qu’ont eu les organisateurs du festival, a été d’organiser des séries d’interview avec la plupart des dessinateurs invités, interview ensuite publiés sur un blog ad hoc. Ce fut un bon moyen pour moi de découvrir toute une brochette de jeunes talents.

Comme le dit Cha, l’un d’eux justement (l’une d’elles plutôt ; la proportion de filles me semble plus importante qu’ailleurs), c’est bien d’autobiographie retravaillée qu’il s’agit et on voit bien comment ces dessinateurs jouent le jeu ambigü du dévoilement et du travestissement qui, apparemment, est aussi jouissif pour eux que pour leurs lecteurs. Ce qui est fascinant, c’est la manière dont ils se sont « communautarisés » en quelque sorte : ils s’interpellent s’invitent régulièrement d’un blog à l’autre, se font souvent des clins d’oeil graphiques, et ont même développés des pratiques communautaires comme les cadavres exquis ou les fan arts. On sent beaucoup d’amitié et de reconnaissance réciproque entre eux, et cette atmosphère participe aussi à la magie du genre.

Le style propre à ces blogs BD, c’est l’autodérision le plus souvent ; représentant avec humour les micro-événements de leur petite vie quotidienne, ces dessinateurs adoptent une posture assez opposée à la tendance naturelle du blogeur textuel, dont la tête a naturellement tendance à enfler de manière proportionnelle à ses statistiques de fréquentation (je ne citerai pas de nom, même sous la torture). Et cela aussi, c’est assez rafraichissant.

Le public ne s’y trompe pas d’ailleurs, qui, si j’en crois le nombre très important de commentaires que reçoit chaque planche, est très fidèle et s’identifie facilement au dessinateur tel qu’il se représente dans son personnage principal. Tout ce passe comme si ces blogs construisaient ensemble une sorte de petit monde parallèle au nôtre, une comédie humaine déroulant avec simplicité son spectacle sous nos yeux.

Cha, Laurel, Delfine, Melaka, Boulet, Simon, Thomas, Poipanda et ceux que je ne connais pas encore, continuez, car nous vous aimons !


© Cha 2006 pour l’illustration. Merci à elle de nous autoriser à la reproduire ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search