Pourquoi le Peer to peer n’est pas nécessairement le diable dénoncé par les inquiets et les chagrins


Que choisir et le Laboratoire ADIS de l’Université Paris XI ont publié une étude qui met à mal bien des certitudes sur le Peer to peer (P2P). Si on résume cette étude, on dira que :

- le P2P ne fait pas baisser les ventes. En réalité, le phénomène est bien plus complexe. Une forme d’écosystème se met en place : certains MP3 téléchargés auraient pu être achetés, mais des CD sont achetés en magasin car il ne s’agit pas du tout du même objet, et d’autre part la découverte d’oeuvres et d’artistes constitue une formidable chambre d’écho permettant de diffuser de la culture musicale (exactement comme pourrait le faire la radio si elle ne se cantonnait pas à quelques dizaines de titres diffusés en boucle), ce qui produit par contrecoup des pratiques d’achat (en magasin ou en boutique en ligne).

- Il est faux de penser que le P2P fait croire à ses utilisateurs que la musique n’a pas de valeur. Le succès des disquaires en ligne est d’ailleurs une preuve éclatante de cette affirmation.

- Les gros consommateurs de MP3 via P2P sont également de gros acheteurs.

- Les adaptes du P2P ne sont pas seulement de jeunes déliquants. Ils sont répartis dans toutes les catégories sociales.

La conclusion de l’étude est que l’industrie du disque (et, avec elle, des dizaines d’artistes ayant du mal à comprendre ce qui se passe, et qui s’inquiètent au sujet des traites de leur trois-mâts) cherche à figer et à renforcer une position dominante sans se donner la peine de comprendre la logique du phénomène P2P ni de s’en saisir pour inventer de nouvelles formes de diffusion, de commercialisation et de valorisation qui soient adaptées au nouveau médium. Et rentables.

Soyons inventifs et allons de l’avant, que diable.

Référence : Que choisir – Une étude inédite des comportements des internautes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *