La magie d’Internet (from Sweden)


Enseveli sous la masse des choses à faire dont les échéances se succèdent à une vitesse sidérante, je n’ai guère eu le temps de mener à bien les billets qui sont en attente en interface privée du blog. Un mot tout de même pour célébrer un instant de magie arrivé ce matin.

Il y a deux mois, je découvre via l’excellentissime podcast Aurgasm, deux groupes très différents, mais également impressionnants : The Cat Empire d’un côté, dont l’énergique Sly (mp3) suffit à remonter le moral de tout être humain normalement constitué pendant au moins une semaine, mais aussi The Tiny, un groupe stockholmois, avec la chanson titre de son album Closer (mp3). Si vous écoutez ces deux chansons, ne cherchez pas une quelconque cohérence (sinon dans le sujet, universel, de la rencontre amoureuse), tant leurs styles et manière d’aborder le sujet sont aux antipodes l’un de l’autre. Cela dit, et bizarrement, cela vaut quand même le coup de les enchaîner à l’écoute comme je l’ai fait pendant les dernières semaines. Passer ainsi d’un coup de la décontradiction rigolarde de l’un (bâtie sur une très forte immersion latino-cubaine) à l’angoisse douloureuse du ravissement amoureux de l’autre fait un drôle d’effet, mais pas fondamentalement inesthétique.

Bref. Au bout de la 857ème écoute des singles, je cherche à me procurer les albums correspondants. Côté feu cubain, pas de problème : via Marketplace d’Amazon, je commande chez un importateur américain qui m’envoie en une semaine Two shoes, que je recommanderais chaudement si le disque n’était DRMisé jusqu’à la gueule (merci Emimusic Australia). Un petit tour sur le disque par l’explorateur Windows ne me montre même plus les pistes correspondant aux morceaux de musique, mais seulement un lecteur tout intégré qui se lance automatiquement à l’insertion du disque. Incroyable ! Ce n’est pas un disque que j’ai acheté, mais un cd-rom. M’enfin, je le recommande quand même. C’est un très très bon album à mon avis, qui bouge énormément.

Côté glace suédoise, c’est tout différent. Un seul album, pas de distributeur en France. En revanche, je peux commander le disque directement sur le site du groupe. Le paiement s’effectue via Paypal vers le compte du label suédois (DetErMine records) accessible par une adresse en yahoo.se (? ??). Je passe l’ordre de virement, sans recevoir de confirmation autre que celle de Paypal qui me dit que j’ai bien payé… A ce moment, je reste un peu dans l’expectative. Où est partie ma commande ? y a-t-il encore quelqu’un de l’autre côté, dans la nuit polaire ? Un coup d’oeil sur l’historique du groupe m’apprend que DetErMine records est en fait un auto-label, monté par Ellekari Larsson, la chanteuse du groupe, dont le siège social est chez Leo Svensson, le violoncelliste. Inquiétude…

Deux semaines passent. Je m’apprête à reprendre contact, lorsqu’arrive ce matin donc, une enveloppe en provenance de Stockholm. J’ouvre fébrilement, c’est bien le disque ! avec un poster du groupe, et dédicacé de la main d’Ellekari Larsson en plus ! (cela dit, c’était promis sur la page d’achat du site, mais je ne l’avais pas vu). En tout cas, on a là un mode de distribution assez artisanal, sans intermédiaire, avec un petit service personnalisé, qui donne une richesse supplémentaire à l’échange économique pur. Loin de désincarner la relation entre l’auteur et son public, comme le prétend le sens commun, la transaction par Internet la repersonnalise au contraire via la micro-auto-distribution [12], à l’opposé de celle prise en charge par les supermarchés culturels du type Fnac.

Du coup, j’ai envie, à mon tour, d’entretenir la qualité de cette relation, par exemple en célébrant la voix et la prononciation très particulières d’Ellekari Larrson, chanteuse phare du groupe The Tiny, qui prépare d’ailleurs un nouvel album.

Hej Ellekari ! Tacka för anslag !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *