Les moteurs de recherche en Sciences humaines et sociales (1)


Brazil
Les chercheurs du CNRS, grâce à BiblioSHS, ont accès à de gigantesques bases de données scientifiques, essentiellement en langue anglaise. Les chercheurs d’établissements d’enseignement et de recherche peuvent profiter d’accès achetés pour les étudiants et les chercheurs. Par exemple, Jstor, est proposé par l’Ecole des hautes études en sciences sociales. L’Université Paris 7 propose de nombreuses ressources [26]. L’ENS-LSH propose notamment l’accès à JSTOR et à PIO-chadwyck. Parfois, ces accès ne sont disponibles qu’à l’intérieur du campus. Les chercheurs commettant l’erreur de travailler en bibliothèque ou chez eux devront se débrouiller.

Si l’on n’appartient pas à une institution de ce type, il faut faire avec les moyens du bord, ou se tourner vers le web. De fait, si l’on cherche sur Internet des informations au sujet de Jeanne d’Arc, on n’aura pas de mal à trouver des sites non scientifiques sur le sujet, qui disposent de la même pertinence, du point de vue de Google, que des articles scientifiques. Sur la question de l’avortement, des religions ou du terrorisme, on devine que la réseau fourmille de documents de statut très divers et qu’aucun moteur généraliste ne va distinguer les documents scientifiques des des documents politiques, activistes ou tout simplement manipulateurs. On comprend, dès lors, l’importance des moteurs de recherche dédiés à des corpus scientifiques. Or, dans ce domaine, le paysage est confus.

On a d’abord constaté la disparition progressive de presque toutes les initiatives de constitution de moteurs de recherche scientifiques. En Sciences humaines, c’est Argos qui, je crois, fait figure de pionnier. Lancé en 1996, ce moteur indexait les sites concernant l’Antiquité et le Moyen-Age. Mais il a dû fermer ses portes en 2003. C’est dommage, mais on comprend pourquoi : il faut des moyens humains pour maintenir une liste de sites à indexer. Et il faut des moyens financiers pour maintenir une application capable d’indexer des millions de page et de répondre à des requêtes d’internautes toujours plus nombreux. En France, c’est Aleph qui fait figure de pionnier. Lancé par Fabula, rejoint par Marges-Linguistiques et par Revues.org, ce moteur était composé de trois sections : une dédiée à la recherche en Littérature, une à la Linguistique et l’autre à l’Histoire et aux sciences sociales. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Aleph a disparu, quasiment dans l’indifférence générale.

Dans le monde, trois titans ont pris position. A ma gauche, Elsevier, l’ogre des sciences dures, qui s’appuie sur son immense portefeuille de revues pour prendre pied dans le gotha des moteurs de recherche scientifiques. A ma droite, Google, le champion du monde des moteurs de recherche grand public. Elsevier a lancé Scirus et Google a lancé Google scholar, qui est, à l’heure actuelle, toujours en version beta. Et dans mon dos, Live Academic Search : de Microsoft (actuellement accessible seulement aux anglophones) vient de prendre place.

Ces moteurs, surtout Google scholar, ont fait couler beaucoup d’encre. Pour diverses raisons que j’analyserai sans doute dans un autre billet, ils ne présentent en réalité que peu d’intérêt pour nous, chercheurs ou enseignants en Sciences humaines. Ils indexent en effet avant tout des sciences dures anglophones et leurs résultats comportent énormément de bruit, en raison d’une politique de sélection très délicate à mener, qui aboutit parfois à des résultats proches de l’absurde, voire de la désinformation. Pourtant, du point de vue des fonctionnalités offertes, de nombreux efforts ont été consentis. Et pourraient faire mouche, à l’avenir. Mais pour l’instant, le corpus indexé est très largement décevant ; trop anglophone ; trop tourné vers les sciences dures ; trop inégal en qualité et en nature, c’est-à-dire, finalement, en pertinence.

Pourquoi une telle déception ? Il faut probablement en chercher l’explication dans les motivations des acteurs : il s’agit avant tout de prendre position sur un marché en devenir, sans se laisser déborder par l’émergence des moteurs de recherche issus de la communauté universitaire elle-même, qui aura tendance à préconiser le libre accès. Peu importe, donc, que Scirus soit pollué de milliers de sites non scientifiques. Peu importe, également, que Google Scholar soit encore en version beta, et que Live Academic Search soit actuellement non consultable depuis un navigateur francophone. Ce qui compte, surtout, c’est de prendre date. Marquer son territoire. Comme au bon vieux temps du vaporware,, serions-nous entrés dans l’ère des webware (si on me permet un tel néologisme) ? Pas vraiment, si l’on songe que ces services existent bel et bien, sont testables et utilisables. On pourra même penser que leur sortie précoce, donc prématurée, permet de déploier un peu plus la logique du Web 2.0, qui veut que les nouveaux outils soient le fruit d’un interaction intense avec une masse d’utilisateurs éclairés.

Quoi qu’il en soit, un énorme marché s’annonce. Celui de la mise en ordre du savoir mondial. Celui de l’indexation des ressources payantes et des ressources en libre accès, dans un joyeux mélange qui profitera au commerce. Celui qui mène l’internaute au plus près des articles qui l’intéressent et finit par lui en refuser l’accès au dernier moment, en lui demandant de régler une facture. Un modèle, on le devine, dans lequel les mutlinationales ont intérêt à ne pas voir se développer l’accès ouvert, déjà activement porté par des répertoires, des moteurs de recherches et des déclarations publiques.

Et en France, où en sommes-nous ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *