Fautographie et libraires en lignes


On a dit ailleurs les dangers que les libraires en ligne font peser sur les libraires traditionnels, déjà concurrencés par les grandes surfaces. On a aussi décrit l’intérêt que représentent les Amazon.fr, Fnac.com et autres Alapage.com pour apporter une visibilité aux catalogues complets des éditeurs, permettant ainsi l’émergence de micro-machés qui, cumulés, sont susceptibles de représenter un énorme potentiel économique. Permettant de contourner la visibilité réduite sur les surfaces de vente traditionnelles, n’imposant de frais de transport qu’à coup sûr (lorsqu’une vente est réalisée), les libraires en ligne sont une véritable aubaine pour qui cherche à contourner l’inertie et la myopie de la chaine traditionnelle du livre. La librairie en ligne ne serait pas que cet ogre anonyme, froid et inhumain qui remplace les libraires en cher et en os, avec leur nez, leurs lectures, leurs conseils et la dose de hasard qu’ils introduisent dans l’itinéraire du lecteur. Elle permettrait également de relier de micro-consommateurs avec de micro-producteurs. Un peu d’humanité dans les tuyaux du réseau mondial.

Mais le meilleur des mondes électroniques est-il tout blanc, ou tout noir ? Passons de la théorie à la pratique. Cherchons par exemple à acheter le livre de Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique, publié en Belgique par les éditions Yellow Now en 2003. Amazon.fr annonce que l’ouvrage est « Actuellement indisponible » et que « L’éditeur est en rupture de stock. ». Alapage.com déclare que l’ouvrage est « définitivement épuisé ». Fnac.com ignore jusqu’à son existence ; on ne s’en étonnera guère, tant la librairie en ligne de l’agitateur d’idées est médiocre. Déception du doctorant, qui considère le sujet de l’ouvrage comme une excellente voie de renouvellement des approches en histoire de la photographie. S’il n’habite pas à deux cents mètres de la Bibliothèque nationale ou de la Société française de photographie, il s’apprête à un petit parcours du combattant pour trouver le livre.

Cependant, le fait que ce livre soit épuisé est une bonne nouvelle. Cela signifie que le micro-marché a fonctionné et que l’ouvrage a trouvé son public. A fonctionné ? Voire. Il suffit d’aller à la librairie parisienne « La chambre claire », spécialisée dans le domaine de la photographie, pour constater que le libraire accepte de prendre commande du livre épuisé. Un peu ironique, le doctorant se dit qu’on verra ce qu’on verra, car lui, qui est connecté, il sait que l’ouvrage est épuisé. Mais rien ne remplace l’expérience. Et la sanction tombe : « Monsieur, votre ouvrage est arrivé ». Fautographie n’est pas épuisé. Les éditions Yellow Now sont une petite maison, mais néanmoins ambitieuse, qui perd des ventes à chaque fois qu’un internaute se fie à la seule base de données commerciale d’un libraire en ligne. Faudra-t-il des libraires en ligne spécialisés ? Faut-il imposer plus de prudence aux officines qui annoncent qu’un ouvrage est épuisé ? Quoi qu’il en soit, le compte-rendu de l’ouvrage est publié par la revue Etudes photographiques dans son numéro 14 et celui-ci est immédiatement accessible. Une veine.

La référence

Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique, Crisnée (Belgique), Yellow Now, 2003, 192 p., ill. NB et coul.,19 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.