Le comble de l’amateurisme


Dans la nouvelle querelle des Anciens et des Modernes qui se poursuit aujourd’hui sur internet, les Anciens dénoncent le Culte de l’amateur (Andrew Keen) et « notre décadence » [58]. Les modernes essaient de changer de lunettes pour découvrir et comprendre le monde contemporain qui s’invente chaque jour. Ils tentent de comprendre, parfois de deviner, souvent d’explorer, ce qui change avec le numérique et avec le web. Ils ne se précipitent pas sur les nombreux exemples de médiocrité qui s’étalent sur internet. Ils pourraient, pourtant, égréner les absurdités lues dans des ébauches inachevées sur fr.wikipedia.net, les vidéos egocentrées dignes de vidéo gag sur Youtube, les fautes de français accumulées dans les blogs d’adolescents ne traitant d’aucune question d’importance géostratégique… Ils pourraient plaquer l’ancien monde sur le nouveau et s’écrier : « ça ne colle pas ! ». En effet, une encyclopédie collaborative n’est pas une encyclopédie traditionnelle. En effet, Dailymotion n’est pas la chaîne de télévision Arte… En effet, flickR n’est pas une exposition de Depardon… Qui a dit aux Anciens que Wikipedia était une encyclopédie traditionnelle, que Dailymotion était une chaîne de télévision culturelle, que FlickR était une exposition d’artistes aboutis ? Au lieu de jeter l’anathème, tentons de comprendre ce que sont ces sites et leurs services, ce qu’ils peuvent apporter à la culture commune et à l’humanité. Faisons-le modestement, en ne leur demandant pas de remplacer les établissements culturels mûrs et légitimes qui les ont précédé, et qui conservent souvent toute leur légitimité, tout leur intérêt, tout leur sens.

Les amateurs de FlickR avec les professionnels de la Library of Congress

Haut lieu du règne de l’amateur, FlickR a vu, récemment, émerger des tentatives d’utilisation de la part de nobles institutions culturelles. Figoblog a récemment rendu compte d’une expérience intéressante, celle de la Library of Congress (LOC), institution parmi les institutions [59]. La gachette d’un Ancien pourra facilement être déclenchée. « Quoi, une institution mélange-t-elle ses collections vénérables, sélectionnées, précieusement conservées, sérieusement documentées, savamment cataloguées, avec le vil produit de la culture commune du web 2.0 ? » Il ne s’agit pas de reproduire le catalogue de la LOC sur FlickR, mais de tenter une expérience. Aller à la rencontre du public, là où il est, en se donnant deux objectifs très simples :

« 1. augmenter l’accès aux classeurs tenus par un établissement public ;

2. permettre au grand public d’apporter des informations et des connaissances. » [60]

Cette initiative, lancée le 16 janvier 2008 conjointement par FlickR et par la LOC, a donné naissance au projet « Flickr commons », traduit en français par « Organismes publics ». <http://flickr.com/commons>. La célèbre George Eastman House <http://flickr.com/photos/george_eastman_house/> a suivi le mouvement, de même que le Powerhouse Museum <http://flickr.com/photos/powerhouse_museum/>, la Biliothèque de Toulouse <http://flickr.com/photos/bibliothequedetoulouse/>, The Smithsonian <http://flickr.com/photos/smithsonian/> et le Brooklyn museum <http://flickr.com/photos/brooklyn_museum/>.

Paléogéolocalisation et datation 2.0 ?

Ayant été historien de la photographie amateur dans une autre vie, je dois dire que cette initiative vient apporter une méthode de collecte d’informations inédite, inimaginable en 1999, lorsque je lançais mon enquête de terrain dans le Vaucluse et l’Hérault, autour d’environ 3000 photographies familiales. Comme tout témoignage, les contributions obtenues sur FlickR par la LOC devront être traitées, étudiées, nettoyées et confrontées. Elles ne constituent pas une vérité en soi, pas plus que les témoignages patiemment collectés auprès des familles dont provenaient les albums de familles que j’étudiais… Elles représentent, cependant, un élargissement du panel de collecte d’informations sur des photographies souvent difficiles à dater, à localiser, à identifier. C’est particulièrement le cas pour les collections en provenance de collections populaires du XXe siècle. On peut notamment espérer localiser géographiquement une partie des images. Assiste-t-on à la naissance de la « paléogéolocalisation » ? La « datation 2.0 » est-elle en train de faire ses premiers pas ?

Par ailleurs, la valorisation de vastes collections de photographies est un problème important pour toute institution disposant de telles richesses. Attirer puis fidéliser un public intéressé par ces questions est une avancée certaine en ce domaine. Elle ne règle pas, bien entendu, les problèmes de conservation, de stockage, d’exposition. Mais elle contribue à l’amélioration de la visibilité de magnifiques corpus. Et au progrès de la science qui, comme chacun le sait, est lent et minutieux.

A suivre…

On ne s’étonnera guère que la Société française de photographie (SFP) ait eu une telle intuition il y a bien longtemps déjà, à l’échelle du temps internet, c’est-à-dire en 2006. Elle avait tenté une apparition sur FlickR en publiant quelques photographies. <http://www.flickr.com/people/sfp/> L’intégration d’une telle initiative dans le mouvement FlickR commons permettrait de lui donner une nouvelle impulsion. Nous sommes curieux de savoir si, ainsi fédérées grâce à FlickR, les institutions patrimoniales disposant d’archives photographiques améliorent significativement et durablement la qualité de l’information sur leur coprus et la visibilité de leurs collections. Amis de la SFP, tenez-nous au courant !

NB : Hubert me rappelle le lien suivant, qui traite du même sujet : http://www.bibliobsession.net/2008/07/23/exclusif-la-troisieme-bibliotheque-au-monde-partenaire-de-flickr/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *