Blogs de journalistes : deux traitements

Ce matin, le journal Libération donnait un aperçu intéressant de deux des façons dont la presse écrite peut utiliser les blogs comme outils d’information.

Premier cas : Fillon l’entarteur. Cette nouvelle fracassante, selon laquelle François Fillon aurait (selon des sources bien informées) envoyé (attention tenez-vous bien) une boule de neige au visage de Michel Barnier (le Ministre de l’Agriculture selon les mêmes sources bien informées). Cette nouvelle fracassante donc, se retrouve en page d’accueil du site Liberation.fr, au milieu d’autres nouvelles rédigées par la rédaction du journal.


Celle-ci pourtant provient du dernier billet d’un blog, celui d’Alain Auffray, journaliste du quotidien, qui y dévoile les coulisses de la vie quotidienne des membres du gouvernement. Le mélange sur la page d’accueil de titres renvoyant à des documents dont les statuts sont très différents et aux modes d’écriture très différents aussi m’a toujours paru problématique. On en voit ici les limites. C’est d’ailleurs pire lorsqu’on regarde ce qui se passe dans les flux RSS. Voici la manière dont apparaîssait le flux de Libération ce matin dans Netvibes.


Toutes les différences éditoriales sont écrasées et toutes les informations, quelle que soit leur provenance, sont mélangées. C’est assez désastreux pour un flux RSS dont on attend qu’il soit homogène, car c’est ce qui permet de l’utiliser efficacement pour un repérage rapide de l’actualité. Pour ma part, en m’abonnant au flux en provenance de Liberation.fr, je m’attends à être guidé vers les articles du journal, et non, vers…je ne sais pas quoi en fonction des hasards de la syndication automatique. Remarquons pour finir sur ce premier exemple, que la provenance de l’information est au moins très légèrement marquée sur la page web du journal (« blogs » en grisé) et pas du tout dans le flux RSS.

La question n’est pas celle du sérieux ou de la frivolité de l’information. C’est assez intéressant aussi d’avoir un aperçu de ce qui se passe loin des caméras (en, si on lit bien Auffray, cet incident dit quelque chose des relations entre les deux ministres). Le problème réside plutôt dans le manque de qualification de l’information, présentée en flux hétérogène, sans séparation, sans hiérarchisation sur une page web et dans un flux RSS.

Deuxième cas : la prise d’otages sur Le Ponant. Dimanche, Jean-Dominique Merchet, journaliste de Libération spécialiste des questions militaires expliquait sur son blog Secret Défense, pourquoi les autorités cherchent à éviter à tout prix une intervention armée pour libérer les otages. Ce matin, un article du même auteur, paru dans le journal cette fois, fait le point sur la situation qu’il contextualise, tout en expliquant, avec les mêmes arguments, pourquoi il n’y aurait pas, sauf cas d’extrême urgence, d’assaut sur le navire. Deuxième cas donc, deuxième traitement : le spécialiste analyse sur son blog l’aspect purement militaire de l’affaire. L’information est publiée rapidement, rapidement rédigée. Elle fournira ensuite un élément d’un article plus large paru dans le journal deux jours plus tard.

Nettement plus intéressant, à mon avis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.