Creative Commons & business


A quel modèle économique de création et distribution des biens culturels peuvent bien correspondre les licences Creative Commons ?

Plusieurs indices montrent que la question gagne progressivement en importance. Un peu partout, les discussions se multiplient sur les conditions d’utilisation de contenus couverts par la version “non commerciale” des licences CC. Peut-on, par exemple, reproduire in extenso un texte diffusé sous licence “nc” dans une newsletter distribuée – gratuitement – par une société commerciale au titre de son activité marketing ?

Au delà de ces questions de “frontière” entre le commercial et le non-commercial, il semble qu’un nombre croissant d’entrepreneurs tentent de démarrer une activité économique sur la base de ces licences. Et deux exemples récents viennent ilustrer cette tendance, il me semble, mais en laissant ouvertes un certain nombre de questions :

- Jamendo, tout d’abord, est un service offert par une start-up luxembourgeoise proposant à de jeunes artistes de distribuer leurs albums sous licence Creative Commons. Plutôt en retrait par rapport à Magnatune en ce qui concerne son modèle d’affaires (il n’y a pas de système d’achat de droits commerciaux en ligne), Jamendo se distingue par le recours aux réseaux P2P (Bittorent et eDonkey) pour distribuer les albums. Question : comment sont rémunérés les artistes ? Ils peuvent être soutenus par des dons de leur fans ; “parainés” par leur public. Cela peut-il être suffisant ? J’en doute ; mais je serais très intéressé d’apprendre le contraire.

- In Libro Veritas est un service d’autopublication proposé par l’agence Reverbere.net. Le principe est simple : il permet à tout auteur potentiel de déposer sur le site ses textes, qu’il donnera à lire directement sur le site au format html, au format pdf, ou encore sous forme de livre papier. Evidemment, le système fait immanquablement penser à Manuscrit.com, avec quelques différence notables (il n’y a pas de système de construction de communautés de lecture en particulier, ce qui le rend intellectuellement moins intéressant). La principale différence est pourtant l’utilisation systématique de licences Creative Commons pour la distribution d’ouvrages qui ne sont pas dans le domaine public. L’originalité du système repose, à mon avis, dans la manière dont les ouvrages sont distribués : si on veut les lire sur le site, l’accès est gratuit ; on feuillette alors page après page l’ouvrage. Si on souhaite télécharger tout le livre au format pdf, il faut obtenir un code d’accès en appelant un numéro surtaxé. Enfin, on peut commander l’ouvrage et l’ajoutant à un livre papier que l’on compose via un panier de la ménagère (le “livre” peut alors comporter plusieurs ouvrages). C’est assez astucieux à mon avis. Il reste à voir si cette articulation fine des différentes modes de distribution connaîtra un succès. Pour l’instant, l’essentiel du catalogue est constitué d’ouvrages du domaine public (le téléchargement du pdf est alors gratuit) ; le reste est un peu n’importe quoi. Surtout, on se demande en quoi In Libro Veritas a plus de chance de survivre que Manuscrit.com. L’usage des licences CC, fort sympathique au demeurant, risque de ne pas y changer grand-chose.

Il est très possible que l’environnement permettant de construire un modèle d’affaires à partir de la distribution de biens culturels sous licences CC ne soit pas encore sufisamment mûr. C’est en tout cas ce que laissent penser les questions posées par les exemples précédents. Mais c’est encourageant de constater qu’un nombre croissant d’acteurs s’y consacre, preuve, s’il en était besoin, que l’initiative déclenche tout un tas d’envies et d’initiatives.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.