Faire converger le web et le livre numérique, tout un programme !

 Aldus 2006 signale la disponibilité en ligne d’une traduction de la présentation réalisée par Ivan Hermann, membre du bureau du W3C (World Wide Web Consortium), lors des dernières Assises du livre numérique organisées par le Syndicat national de l’édition (SNE).  Ivan Hermann présente le groupe « Digital Publishing Interest Group » du W3C, présenté ici : http://www.w3.org/dpub/IG/wiki/Main_Page
Ce groupe a pour le moment les sous-groupes suivants (tout un programme !) :
  • Annotations : dirigé par Rob Sanderson, Library of Stanford
  • Mise en page et Styles (Pagination) : dirigé par Dave Cramer, Hachette
  • Métadonnées : dirigé par Bill Kasdorf (Apex) et Madi Solomon (Pearson)
  • Contenus et typographies : dirigé par Tzviya Siegman (Wiley)
  • Accessibilité : dirigé par Deborah Kaplan (O‘Reilly) et Charles LaPierre (Benetech)
  • STEM : dirigé par Peter Krautzberger (MathJax)

Un des objectifs du groupe est de faire converger livres numériques et web : « La séparation entre les formats « en ligne » (c-à-d sur le Web) et « à télécharger » (comme EPUB) deviennent obsolète. »

Cela présente les avantages suivants : « Sur un ordinateur, je veux lire un livre à la manière d‘une page du Web :

  • liens hypertextes pour « sortir » facilement du livre ;
  • créer un marque-page « à l‘intérieur » du livre ;
  • utiliser des outils installés dans mon navigateur ;
  • ajouter des annotations. »

A l’inverse, lors d’un usage offline, le groupe réfléchit à des solutions permettant une synchronisation d’annotations : « Je voudrais que mes annotations atterrissent en ligne quand je me reconnecterai au Web. » Cela fait longtemps qu’on y pense en se rasant le matin… !

 

​Ivan Hermann appele donc à une forte convergence livres/web. Et y voit des avantages pour les éditeurs :

  • « Les éditeurs désirent se concentrer sur ce qu‘ils savent faire de mieux : produire et éditer un contenu de qualité.
  • Les éditeurs ne sont pas des entreprises technologiques, et n‘entendent pas le devenir : ils veulent en revanche s‘appuyer sur le dynamisme de la communauté du Web !« 

​Mais aussi pour la communauté du web :

  • « Les éditeurs ont une longue expérience à partager sur l‘ergonomie, la pagination, l’esthétique, les mises en page complexes, etc. ;
  • La communauté du Web peut tirer profit de leur expertise en matière de publication de textes ;
  • La maîtrise des éditeurs de la chaîne complète de production de contenus peut devenir un atout pour la conception des pages Web. »

C’est bien d’une évolution du standard Epub qu’il s’agit, sous le nom d’Epub-web. Cela implique pas mal d’évolutions, au nombre desquelles, probablement :

– changement de méthode de compression de l’epub (actuellement zip)

– travail sur les identifiants uniques du document et dans le document
– et pas mal d’autres enjeux technologiques, évoqués dans la présentation qui se trouve ici : http://w3c.github.io/dpub/salon-du-livre-20

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. tibibou dit :

    J’aime bien cette approche qui, pour une fois, fait converger deux mondes plutôt que l’habituelle rengaine qui consiste à tout opposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *