Bibliodiversité et accès ouvert

Les enjeux des infrastructures numériques d’édition électronique ouverte en sciences humaines et sociales

Marin Dacos[1]

A l’heure du cloud, du software as a service (SAS), du big data et des géants mondiaux du numérique, il semble impossible d’éviter le débat sur les iniatives européennes en matière d’infrastructures numériques de recherches. Dans ce domaine, la prise de conscience date de 2006 et a été… américaine[2]. Depuis, elle s’est étendue à des acteurs européens, notamment à travers la feuille de route ESFRI[3], qui a introduit le numérique dans son agenda. Se pencher sur la situation des sciences humaines et sociales (SHS) dans ce domaine revient à constater une modestie des moyens mobilisés, qui reste hors de proportion des enjeux scientifiques mobilisés. La lecture du Strategy report on research infrastructures (2010) est, à ce titre, particulièrement éclairante. En se concentrant sur les coûts de construction des infrastructures européennes ESFRI toutes disciplines confondues, on constate que les SHS représentent seulement 1% de ce coût[4]. Or, les enjeux de construction, de mobilisation et de réutilisation, d’interconnexion, de conservation, de diffusion et de valorisation des données, résultats et publications des SHS sont majeurs[5], tant d’un point de vue scientifique (mettre à profit le numérique pour augmenter le caractère cumulatif des résultats) que d’un point de vue sociétal. Ce n’est pas par hasard si H2020 identifie la culture comme une axe structurant de développement de l’Europe.

Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010).

Construction costs of European ESFRI infrastructures in all disciplines (2010). CC BY Marin Dacos, 2014. 

Construction costs

Bibliodiversité vs monoculture

Si on s’attarde un instant sur la spécificité de l’Europe face à d’autres continents économiquement développés, il faut insister sur la diversité culturelle et linguistique, résumée par la citation attribuée à Umberto Eco : “la langue de l’Europe, c’est la traduction”[6]. Si cette diversité linguistique constitue un obstacle aux échanges scientifiques entre pays voisins, elle représente finalement une chance historique, donnant à l’Europe une place spécifique. Le continent européen est, d’une certaine manière, un laboratoire condensé de la diversité culturelle mondiale… c’est-à-dire de la diversité du Web lui-même. Le World Wide Web fondé par Tim Berners Lee n’est pas, contrairement à ce que certains pourraient penser, un océan anglophone. La diversité linguistique est devenue une caractéristique du Web en pleine expansion[7].

Allant plus loin, l’association internationale des éditeurs indépendants se propose de cultiver et conforter ce qu’elle appelle la bibliodiversité[8]. Définissons sommairement la bibliodiversité comme la diversité dans le monde du livre et de la culture, à l’image de la biodiversité, qui s’applique, elle, au monde biologique. La diversité en matière de culture, comme en matière écologique, est source de fonctionnement créatif et de robustesse des écosystèmes concernés. On opposera la bibliodiversité à la monoculture, ce dernier terme fonctionnant, en français, autant pour la sphère culturelle que pour le monde agricole. La bibliodiversité concentre le potentiel heuristique des diversités de langues et de cultures. On ne la résumera pas à une volonté de construire une tour de Babel où les peuples en général, et les chercheurs en particulier, ne parviendraient pas à échanger entre eux. La bibliodiversité pouvait très bien s’accomoder de l’usage d’une langue orale commune, en l’occurrence l’anglais, ou plus précisément le globish, cette lingua franca parfaitement efficace pour véhiculer et échanger, mais sans doute pas aussi pertinente pour penser dans une langue autre que sa langue maternelle[9].

La maladie des core journals

La bibliodiversité dans le domaine scientifique s’entend comme une diversité des langues, une diversité des disciplines, une diversité des types de publications et une diversité des acteurs qui les publient. Elle va à l’encontre d’un monde scientifique qui serait quasiment monolingue (dominé par l’anglais), focalisé sur quelques disciplines (concentrant ses investissements sur les STM), qui ne donnerait sens qu’à une forme de publication, l’article (au détriment du livre, pourtant souverain en SHS, ou de formes nouvelles qui sont en train d’émerger sur le Web), et qui mettrait tous son argent dans quelques rares paniers, les oligopoles éditoriaux que nous connaissons tous et qui dictent leur loi aux bibliothèques[10]. Allons droit au but : le développement d’une monoculture articulée autour du seul facteur d’impact[11] va clairement à l’encontre de la bibliodiversité. Elle constitue un facteur puissant d’appauvrissement scientifique et disciplinaire si nous n’y prenons pas garde.

Pour le Web of science, les SHS n’existent pas

Un petit détour par le Web of science de la société Thomson Reuters confirme cette hypothèses. Si on en croit Thomson Reuters, le WOS est une référence majeure : “The world’s most trusted citation index”, notamment car elle couvre la “crème de la littérature scientifique mondiale” (“covering the leading scholarly literature”). Il y a quinze ans, Jean-Claude Guédon soulignait déjà le caractère stérilisant de cette notion de core journal[12]. Penchons-nous, en 2014, sur la situation pour les SHS francophone, pour observer le secteur que je connais le mieux. En 2013, le Web of science indexe le magazine de cinéma Positif, que l’on trouve en kiosque et qui couvre avec sérieux l’actualité cinématographique, mais qui n’est, ni de près, ni de loin, une publication scientifique. De même, le WOS indexe Historia, lecture historique favorite de mon fils de 13 ans, qui s’achète sur les quais de gare et qui est un magazine de vulgarisation historique ne publiant aucun articles de recherche. Ce sont là deux exemples qui ne sont malheureusement pas isolés. A l’inverse, 99% des 1000 revues françaises les plus importantes sont totalement ignorées, à quelques (arbitraires) exceptions près. Prenons deux exemples. Les Annales, revue fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre en 1929, qui a donné naissance à l’école historique du même nom[13] qui a un rayonnement mondial, est strictement ignorée par le WOS. Il est en de même pour la revue Études photographiques, incontournable, à l’échelle internationale, dans son champ de spécialité. Nous pourrions multiplier les exemples de lacunes flagrantes du WOS. Or, c’est le WOS qui préside à la constitution du facteur d’impact.

"Covering the leading scholarly litterature"

« Covering the leading scholarly litterature » 

Le slogan “Covering the leading scholarly literature” est donc contrefait. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir gentiment, et de façon répétée, demandé à Thomson d’ajouter les revues françaises les plus importantes. Le WOS se comporte, face aux SHS non anglophones, avec une attitude d’ignorance, de mépris et peut-être même, dirons certains, de protectionnisme géographique, linguistique et disciplinaire.

Is Historia a top level french research journal ?

Is Historia a top level french research journal ? 

Les Annales are not listed in WOS...

Les Annales are not listed in WOS… 

Ainsi, l’essentiel des SHS est ignoré par le WOS. Par voie de conséquence, les organismes de recherche qui se sont habitués, par résignation, inertie ou manque de moyens, à utiliser le facture d’impact comme instrument principal -pour ne pas dire unique- d’évaluation sont amenés à penser que les SHS n’existent pas (je ne m’attarde pas, ici, sur l’autre problème posé par le facteur d’impact[14], qui est celui de la constitution d’un indicateur mesurant l’impact des revues, qui est répercuté par une transitivité artificielle vers l’article, puis vers l’auteur du même article. Ce problème est parfaitement identifié et largement connu).

Les Sciences humaines et sociales accepteront-elles de devenir attractives?

Il est difficile de dire si c’est la faiblesse de la présence des SHS dans le WOS qui explique la marginalité des budgets des SHS dans les infrastructures européennes, ou si c’est la faiblesse des investissements lors des dernières décennies qui expliquent l’incapacité des SHS à briser leur plafond de verre dans l’indicateur qui fait la loi dans le monde scientifique.

Le nécessaire tournant sociétal

Il faut dire que les sciences humaines et sociales n’ont sans doute pas pris la mesure du tournant sociétal du financement de la recherche, ce que d’autres disciplines ont parfaitement compris, bien avant elles. Ces dernières sont parvenues à rendre attractifs et à peu près compréhensible des questionnements extrêmement abstraits sur l’infiniment petit ou l’infininement grand. Les exemples éclatants de la NASA et du CERN, qui ont chacun su sensibiliser le public à leurs recherches doivent nous amener à interroger la façon dont les SHS se positionnent face aux enjeux de société et au sens potentiel de leurs recherches pour nos contemporains. Il semble pourtant beaucoup moins difficile d’expliquer pourquoi il est intéressant d’interroger le fonctionnement des sociétés touchées par les “printemps arabes”[15], d’approfondir le rapport de nos sociétés au vieillissement[16], de comprendre les mécanismes de l’exclusion sociale[17] ou les processus socio-historiques de création et d’évolution des langues[18] que d’expliquer le Boson de Higgs… Persiste une pudeur voire, parfois, un snobisme empêchant les SHS de se tourner vers le public et de prendre le temps de faire comprendre leurs questionnements et leurs résultats au-delà du cercle des collègues.

Un succès planétaire pour les sciences humaines et sociales, dont elles ne sont pas toujours conscientes

En réalité, les exemples sont nombreux de pans entiers des sciences humaines et sociales qui ont quitté leur tour d’ivoire et ont décidé de s’adresser au citoyen, avec succès. Les travaux de la Digital public library of america (DPLA) ou celui d’Hypothèses, plateforme de carnets de recherches[19], montrent qu’il est possible de s’adresser avec succès au public, non seulement en anglais, mais également dans un environnement multilingue.

Digital public library of America homepage

Digital public library of America homepage 

Hypotheses homepage

Hypotheses homepage 

Pages d’accueil de DPLA et Hypothèses. On y note un effort d’éditorialisation, c’est-à-dire de mise en avant de contenus spécifiques, choisis parmi des milliers de ressources, et de mise en valeur à travers un travail sur la titraille, la maquette et l’iconographie.

 La lecture des cartes d’Hervé Théry sur la répartition géographique des contenus du portail OpenEdition, issu de France et encore largement marqué par des contenus francophones, montre que le bassin de lecture de ses contenus ne se limite pas à la France ni même à la francophonie. On trouverait sans doute des résultats similaires en étudiant géographiquement les lectorats de Redalyc[20], Scielo[21] ou Persée[22]. Le classement des portails scientifiques réalisé par Webometrics montre également une place majeure occupée par les portails en sciences humaines et sociales[23].

OpenEdition visits from the World - 2013

OpenEdition visits from the World – 2013 

OpenEdition visits from Europe in 2013

OpenEdition visits from Europe in 2013 

En valeur absolue, le nombre de visites et de visiteurs des grands portails de contenus en sciences humaines et sociales indique que ce type de contenu intéresse très largement au-delà du seul cercle académique. Les chiffres consolidés d’OpenEdition (en retirant le bruit issu des bots des moteurs de recherche) montrent en effet une consultation massive, dont la croissance est extrêmement forte. Les 37,5 millions de visites par an d’OpenEdition correspondent à 20 millions de visiteurs uniques, sans doute des chercheurs, professeurs, étudiants, mais aussi des journalistes, professionnels, élèves, citoyens… Qui a dit que les SHS n’intéressaient que quelques érudits sorbonnards en voie de disparition?

OpenEdition. Number of annual visits by the million

OpenEdition. Number of annual visits by the million 

Atténuer le Matthew effect grâce à l’open access

C’est à nous, et à nous seuls, de convaincre les autorités universitaires, nationales et européennes que l’édition est le coeur battant de la relation entre la recherche en SHS et la société. L’édition est le chaînon manquant, touché par une baisse des ventes des ouvrages papiers depuis des décennies, et pourtant bien vivant à travers le Web en général, et l’open access en particulier. Pour maximiser l’efficacité des financements de la recherche, il est en effet évident qu’il faut en diffuser les résultats en accès ouvert. Si cela pose d’évidentes questions sur les modalités de financement de l’édition électronique, le gain en termes d’impact est tel qu’il ne s’agit plus de se demander si nous nous engageons vers l’open access, ou même quand, mais comment et à quelle vitesse[24].

L’open access à la fois une façon de toucher plus de public et une opportunité historique de sortir du Matthew effect[25], ce mécanisme qui permet aux dominants de conforter leur position de force, et qui affaiblit les faibles. En économie, ce type de mécanisme est combattu, car il n’est pas propice à une compétition équilibrée. C’est la raison de l’existence de lois antitrust. En science, l’open access apparaît comme une opportunité pour faire émerger un nouveau rapport de force géographique et de nouveaux acteurs. Le Ranking web of respositories de Webometrics ne classe-t-il pas, dans les cinq premiers portails mondiaux, cinq initiatives non anglo-américaines? Dans l’ordre, le Brésil (Scielo), l’Espagne (Dialnet), la France (HAL), les pays du Nord de l’Europe (DIVA) et la France (Revues.org). Il y a fort à parier que les puissances dominantes historiquement, surreprésentées dans le WOS, et sous-représentées dans le monde de l’open access, vont opérer un tournant, pour prendre pied dans cette nouvelle compétition. L’Europe serait bien inspirée de comprendre qu’elle dispose-là d’un levier majeur de valorisation de sa recherche. Et qu’il ne faut plus tergiverser, car la fenêtre de tir permettant de s’implanter durablement ne durera pas.

Top Portals by Webometrics - Ranking Web of Repositories

Top Portals by Webometrics – Ranking Web of Repositories 

Le classement de Webometrics pour l’année 2013. http://repositories.webometrics.info/en/top_portals

Convaincre

Pour développer le rapport entre sciences et sociétés, l’open access n’est cependant pas suffisant. Il faut accepter de rendre nos disciplines attractives et lisibles. Il ne s’agit pas, ici, de simplifier et appauvrir nos recherches en leur demandant de renoncer à leur technicité, à leur vocabulaire et à leur rigueur scientifique. En revanche, nous peuvons nous inspirer de disciplines aussi abstraites et techniques que celles de la NASA et du CERN, qui se sont dotées d’une claire et profonde volonté de communication scientifique. Or, cela ne s’improvise pas.

Cela passera par de véritables infrastructures européennes d’édition électronique, valorisant un volume considérable de contenus, qui constitueront autant de portes d’entrée pour une meilleure compréhension de la complexité du monde dans lequel nous vivons. Cette conclusion n’est qu’un prolongement du Manifeste des Digital Humanities (2010) qui appelle à la création d’infrastructures numériques (« We call for the creation of scalable digital infrastructures responding to real needs. These digital infrastructures will be built iteratively, based upon methods and approaches that prove successful in research communities. »)[26].

Digital humanities manifesto. In various languages.

Digital humanities manifesto. In various languages. 

La Manifeste des humanités numériques (2010), conçu lors de THATCamp Paris, a été traduit en de nombreuses langues.

Si les investissements publics dans ce domaine sont nécessaires, c’est une condition de base, mais non suffisante : il faut dès à présent se mettre au travail pour améliorer la lisibilité, la compréhension et la perception de l’apport des sciences humaines et sociales. Dans ce domaine, les pistes sont nombreuses[27]. On compte parmi elles des orientations diverses, liées à des objets, des publics ou des temporalités spécifiques. Le systèmes d’information géographiques et la cartographie constituent des atouts permettant de produire de nouveaux savoirs synthétiques et lisibles facilement. De même, les Digital humanities dans leur ensemble expérimentent depuis quelques années des outils de visualisation et d’écriture plus accessibles. Les géographes ont montré la voie en développant une expertise dans le domaine du langage cartographique. D’une façon plus générale, c’est l’éditorialisation qui sera au coeur de chacune de ces stratégies, pour que la médiation scientifique réussisse à dépasser les seuls spécialistes d’un champ, c’est-à-dire pour que, dans le domaine des sciences humaines et sociale, le couple science et société ressemble plus à un mariage qu’à un divorce[28].



[1] CNRS, Aix Marseille Université, EHESS, Avignon université, CLEO UMS 3287, 13284 Marseille, France.

[2] Our Cultural Commonwealth. The Report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences. New York: American Council of Learned Societies, 2006, 51 p.

[3] European Roadmap for Research Infrastructures. Report 2006. Luxembourg: European Commission, 2006. http://ec.europa.eu/research/infrastructures/pdf/esfri/esfri_roadmap/roadmap_2006/esfri_roadmap_2006_en.pdf

[4] Strategy Report on Research Infrastructures – Roadmap 2010. Luxembourg: Publications Office of the European Union, 2011. http://ec.europa.eu/research/infrastructures/pdf/esfri-strategy_report_and_roadmap.pdf

[5] Pour plus de détails, voir Dacos, Marin. « Cyberclio. Vers une Cyberinfrastructure au coeur de la discipline historique ». In L’histoire contemporaine à l’ère numérique  Contemporary History in the Digital Age, édité par Clavert, Frédéric et Noiret, Serge, 29‑43. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, 2013.

[7] Le Crosnier, Hervé, et Vannini, Laurent, éd. « Net.lang. Réussir le cyber-espace multilingue ». 477. Caen: C&F éditions, s. d. http://cfeditions.com/NetlangFR/.

[7]Le Crosnier, Hervé, et Vannini, Laurent, éd.. , éd. « Net.lang. Towards the Multilingual Cyberspace ». 477. Caen: C&F éditions, s. d. http://cfeditions.com/NetlangEN/.

[9] Dacos, Marin. « La stratégie du Sauna finlandais. Les frontières de Digital Humanities. Essai de Géographie politique d’une communauté scientifique », mai 2013, 13.

[10] Voir, par exemple : http://thecostofknowledge.com/

[11] Campbell P (2008), Escape from the impact factor. Ethics Sci Environ Polit 8:5-7. doi:10.3354/esep00078

[12] Guédon, Jean-Claude. « In Oldenburg’s Long Shadow: Librarians, Research Scientists, Publishers, and the Control… » In ARL membership meeting proceedings. Toronto: Association of research libraries, 2001. http://www.arl.org/storage/documents/publications/in-oldenburgs-long-shadow.pdf.

[13] Burguière André, L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006.

[13]Burke Peter, The French Historical Revolution. The Annales School 1929-89, Polity Press, Key Contemporary Thinkers, Stanford University Press, March 1991. (ISBN 0-8047-1837-7)

[13]Dosse François, L’Histoire en miettes : des Annales à la « nouvelle histoire », La Découverte, 1987.

[14] Voir à ce sujet : http://sparceurope.org/citations/

[15] Éric Gobe, « Un printemps arabe ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 22 mars 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1370  ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1370

[16] Thibauld Moulaert et Jean-Philippe Viriot Durandal, « De la notion au référentiel international de politique publique. Le savant, l’expert et le politique dans la construction du vieillissement actif », Recherches sociologiques et anthropologiques[En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 22 mars 2014. URL : http://rsa.revues.org/904  ; DOI : 10.4000/rsa.904 Ingrid Voléry et Monique Legrand, « L’autonomie au grand-âge : corporéisation du vieillissement et distinctions de sexe », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 mars 2014. URL : http://sociologies.revues.org/4128

[17] Michel Messu, « Les politiques publiques de lutte contre la pauvreté. Variation sur l’approche française », Forum Sociológico [Online], 20 | 2010, posto online no dia 05 Setembro 2012, consultado o 22 Março 2014. URL : http://sociologico.revues.org/152  ; DOI : 10.4000/sociologico.152

[18] Hombert, Jean-Marie. Aux origines des langues et du langage. Paris: Fayard, 2005.

[19] Disclaimer : je suis directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte, qui  développe le portail OpenEdition, qui comporte quatre plateformes, dont Hypothèses fait partie. Les trois autres plateformes sont Revues.org, Calenda et OpenEdition Books.

[24] Voir Suber, Peter. Open Access. MIT Press Essential Knowledge Series. Cambridge, Mass: MIT Press, 2012. http://mitpress.mit.edu/books/open-access

[24]Swan, Alma. Policy guidelines for the development and promotion of open access. Paris: UNESCO, 2012.

[24]Willinsky, John. The access principle : the case for open access to research and scholarship. Cambridge  Mass.: MIT Press, 2006.

[24]Bailey, Jr., Charles W. 2010. Transforming Scholarly Publishing through Open Access: A Bibliography. Digital Scholarship.

[25] Robert K. Merton, « The Matthew Effet », Science, vol. 159, no 3810, 1968, pp. 56-63. Voir aussi

[25]Margaret W. Rossiter, « L’effet Matthieu Mathilda en sciences », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, Consulté le 22 mars 2014. URL : http://cedref.revues.org/503

[27] Voir, par exemple, http://4humanities.org/

[28] Voir Marin Dacos, « Vers des médias numériques en sciences humaines et sociales : une contribution à l’épanouissement de la place des sciences humaines et sociales dans les sociétés contemporaines », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 22 mars 2014. URL : http://traces.revues.org/5534  ; DOI : 10.4000/traces.5534

Cite this article as: Marin Dacos, "Bibliodiversité et accès ouvert," in Blogo-numericus, 11/06/2014, https://bn.hypotheses.org/11585.


Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/11/2016

    […] 2014. « Bibliodiversité et accès ouvert ». Blogo-numericus. 11 juin 2014. http://bn.hypotheses.org/11585. Consulté le 25 novembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *