Connaissez-vous le livre scolaire ?*

La semaine dernière, j’ai rencontré  le directeur d’une petite société, Le Livre scolaire,  née il y quelques mois, mais qui se développe à grande vitesse. Leur objectif est de développer des manuels numériques pour l’enseignement secondaire, avec un modèle s’appuyant de manière complémentaire sur l’imprimé et la diffusion en ligne.  Ils ont démarré en ligne cette année avec deux manuels pour la 5ème, l’un en Français, l’autre en histoire-géographie. Intéressant pourrait-on dire, mais rien de bien révolutionnaire. Un nombre croissant d’éditeurs scolaires propose ce type de dispositifs.

Oui mais attention, un coup d’oeil à la quatrième de couverture fait apparaître un petit logo généralement absent des manuels scolaires :

Il s’agit bien d’une licence Creative Commons By-sa, qui indique que ce manuel peut être librement reproduit et distribué, librement modifié et même faire l’objet d’une exploitation commerciale par une autre société que Le Livre scolaire. Pas mal, non ? Mais le logo au dos de l’ouvrage n’est que le sommet de l’iceberg car c’est en réalité la totalité du manuel (et non de simples extensions) qui est librement téléchargeable en ligne. Mieux encore, ce manuel a fait l’objet d’une élaboration collaborative menée par plusieurs dizaines d’auteurs qui ont travaillé ensemble en ligne au moyen d’un outil spécialement conçu par la société gérant à la fois l’édition de contenus, mais aussi  les discussions internes à l’équipe permettant d’obtenir un processus de correction itératif. Certaines des illustrations se trouvant dans le manuel proviennent enfin de Wikimedia Commons, dont la richesse des collections numériques est ainsi mise à contribution.

Enfin, lorsqu’une classe achète l’ouvrage, professeur et élèves ont des accès individualisés à la version en ligne permettant au premier de personnaliser les contenus et de concevoir des exercices, aux seconds de répondre aux questions qui leur sont posées. L’étape suivante, à mon avis, et je me suis permis d’en faire part à mes deux interlocuteurs, serait bien sûr de brancher la plateforme sur un outil d’impression à la demande permettant au professeur ayant personnaliser son manuel en ligne, d’en effectuer un tirage à trente exemplaires pour les élèves de sa classe. On aurait là une fonctionnalité extrêmement attractive et puissante il me semble.

Voilà, c’était simplement un coup de projecteur sur une initiative que je trouve intéressante parce qu’elle positionne l’activité très traditionnelle d’édition de manuels scolaires sur la création communautaire de contenus (et en cela, elle se rapproche de Sesamath), et qu’elle produit des contenus en Creative Commons tout en ne perdant pas de vue la dimension commerciale. Voilà donc un exemple supplémentaire de modèle économique freemium qui nous occupe beaucoup en ce moment au Cléo.

PS : mes interlocuteurs du jour, des américains qui animent une ONG prometteuse – Digital Divide Data –  de formation aux nouvelles technologies au Cambodge (encore de nouvelles figures de la citoyenneté numérique), me font remarquer que Le Livre Scolaire ressemble beaucoup à Flat World qui développe lui aussi un modèle freemium pour les manuels.

* : hommage à l’excellent blog de Jean-Michel Billaut bien sûr. Moi aussi, de temps en temps, je « billautise »…


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Quant au levier financier dont parle Tredok, il faut croire que les mécènes manquent. Pourtant, dans les années 80, des grands hommes tels le présentateur François Ganuchaud contribuait à l’équilibre financier d’établissements scolaires (l’école Sainte-Heugnette dans le cas de Ganuchaud).

    On attend de nouvelles initiatives similaires !

  2. DM dit :

    N’est-ce pas cette société qui ne crédite pas les photographes des publications de Commons au motif que les pseudonymes ce la ne fait pas sérieux? Ou je confonds?

  3. Tredok dit :

    Reste un dernier levier à tirer, et pas des moindre : l’argent. Beaucoup d’écoles n’ont pas les moyens d’investir dans ces équipements.

  4. Pierre Mounier dit :

    Bonjour Eric, même constat avec ma fille qui entre en 6e. Son prof d’histoire-géo (ce qui devrait t’intéresser) a un tableau interactif avec le manuel en ligne (il n’a pas eu à le retaper je pense). Tout le monde est assez enthousiaste et je pense qu’il use et abuse des cartes animées 😉 Bref, un mouvement est en cours….enfin.

  5. eric verdeil dit :

    Bonjour
    les usages numériques se répandent dans l’univers scolaire et vont certainement conduire à des mutations importantes, dont celle que tu décris est une illustration. Lors de la réunion de rentrée de ma fille en CM2 l’instituteur était comme un jeune chien trop heureux de nous montrer l’usage qu’il faisant d’une tablette interactive couplée à un dispositif de vidéo-projection. Les exercices « au tableau » sont faits par un élève depuis sa place. Mais l’intéressant est surtout que le support de l’exercice est tiré du manuel ou du livre d’exercice. Pour l’instant, cet instituteur a retapé avec une collègue tous les exercices du livre pendant l’été pour pouvoir les exploiter ainsi. Je ne sais pas s’ils ont utilisé un système d’OCR mais dans les deux cas, c’est impressionnant. Bref, à très court terme, des initiatives visant à livrer des supports en CC trouveront un public nombreux d’utilisateurs. Les éditeurs vont devoir s’adapter sinon ils seront vite marginalisés.

  1. 29/09/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Silvae, memosnack. memosnack said: RT @Silvae: Connaissez-vous le livre scolaire ?* http://ping.fm/cl81r […]

Répondre à DM Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search