Figures de la citoyenneté numérique

Modèle économique, modèle économique, modèle économique. En ces temps de crise, la dimension financière et commerciale de la révolution numérique focalise l’attention : les stratégies de Google, Apple, Facebook, les problèmes de revenus des industries de contenu, les luttes sourdes entre opérateurs de télécommunication, on ne parle que de cela. La révolution numérique, c’est pourtant bien autre chose ; elle est d’abord portée par tout un ensemble d’acteurs non marchands, engagés pour un développement des usages citoyens sur les réseaux. J’ai eu la chance de faire récemment de belles rencontres qui en sont des illustrations très diverses mais toujours passionnantes.

J’ai d’abord rencontré Pascal, qui est conseiller en insertion à l’Institut Informatique Sud Aveyron : 2isa, à Millau. Cet institut, association à but non lucratif, a pour mission de permettre aux personnes handicapées de bénéficier d’une formation aux métiers de l’informatique et de faciliter à l’issue de leur cursus leur insertion professionnelle. Pascal m’a expliqué que la loi de 2003 qui avait durci les obligations des entreprises (et de l’Etat employeur) en matière de recrutement des personnes handicapées avait beaucoup fait pour le développement de son activité. Son travail consiste à accompagner les personnes dans la construction de leur projet professionnel et à mettre en place des partenariats avec des entreprises partout en France (et bientôt en Europe semble-t-il). Il faut savoir qu’un bon nombre des personnes qui sont accueillies à l’Institut viennent d’horizons très divers et ont déjà une expérience professionnelle avant d’entamer leur formation.

Techniciens réseaux, techniciens de gestion de ressources informatiques, développeurs ou même concepteurs développeurs de logiciels, ils présentent souvent un profil plus riche que d’autres du fait de la diversité des expériences qu’ils ont pu vivre au cours de leur vie, ainsi qu’une bonne dose d’engagement et de volonté car celle-ci est de toute façon nécessaire pour rebondir après un « accident de vie », quelle qu’en soit la nature, et faire repartir une vie professionnelle sur des bases complètement nouvelles.  Pascal m’a expliqué pour finir que le recrutement de personnes handicapés n’est pas aussi lourd pour une entreprise qu’on le croit souvent. Il existe d’ailleurs des soutiens financiers s’il est besoin de concevoir un poste de travail adapté. Si certains lecteurs de Blogo Numericus sont intéressés, que ce soit pour une entreprise ou une administration publique, il est possible d’accueillir des stagiaires de fin de cursus, ou de recruter directement.

Plus récemment, j’ai été invité par Théo à participer à un forum qu’il organisait à Lausanne sur la citoyenneté numérique. Théo est un garçon incroyable, animé par une énergie et un enthousiasme assez communicatifs. Il préside la fondation Ynternet.org qui est engagée dans mille et un projets de développement des usages citoyens des technologies de l’information : il s’agit de construire des centre de formation en Afrique et partout dans le monde, de mettre en place des plateformes de e-learning ou des cursus de formation aux usages des nouvelles technologies, ou encore de développer les eportfolio.  J’ai été invité dans sa « maison communautaire » magnifiquement située dans les coteaux qui donnent sur le lac à quelques kilomètres de Lausanne. Maison « communautaire » parce qu’outre son appartement familial, il y a logé les bureaux de la fondation adjoints de plusieurs chambres d’amis recevant en permanence salariés de l’association en télétravail et membres de réseaux partenaires. Bref, une ruche hyper-active où l’on croise ces citoyens du Réseau qui donnent une autre visage à la révolution numérique. J’ai ainsi eu l’occasion de discuter longuement avec Rémi, de Tours, qui est engagé dans un projet de réalisation d’une plateforme communautaire de formation et de ressources pour des réseaux d’agriculteurs bio en vente directe. J’y ai aussi croisé Florence Devouard, l’ancienne présidente de la fondation Wikimédia, invitée en tant que keynote speaker du forum, mais avec qui je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de discuter. J’ai en revanche longuement parlé de « cyber-bullying » avec des universitaires de Coimbra au Portugal engagé dans un projet européen sur ce thème.

Au cours du forum, je participais à une table-ronde sur les questions de responsabilité citoyenne des journalistes et des blogueurs. Cela m’a donné l’occasion de rencontrer  Samuel Dixneuf, alias @Heraclite sur Twitter, rédacteur en chef du Bondyblog et journaliste à Médiapart. Longue discussion à la tribune et dans les couloirs sur les notions d’espace public et de blogosphère. Tandis que de mon côté je défendais l’idée du webmestre, du blogueur, du journaliste comme législateur d’un petit espace public construit autour du dispositif de communication dont il a la responsabilité – j’ai présenté Solon comme le premier des community managers – Raphaël Rousseau proposait d’adjoindre une dimension pédagogique à ces rôles.  Il y eut un moment assez magique au cours de cette table-ronde, lorsque Théo a demandé impromptu à son community manager, Dushan Jancik en l’occurrence, de définir son métier. Confronté à la difficulté de devoir répondre spontanément sans préparation, Dushan en a donné une très belle représentation il me semble : pour lui, le rôle du community manager est d’abord de travailler pour permettre aux voix faibles, à ceux qui ne s’expriment pas facilement et qui restent en retrait, de participer d’avantage au débat ou à la vie de la communauté.  J’ai beaucoup apprécié cette approche redistributrice de la parole qui me semble en effet essentielle. C’est pour moi tout simplement une approche civilisatrice qui n’entérine pas la loi du plus fort (du plus visible, de la plus grande gueule, du mieux doté) au sein des espaces publics numériques et permet à tous de prendre la parole, même ceux pour qui ce n’est pas facile. Il y a d’ailleurs une parfaite continuité de vue entre cette conception du community manager, celle qui lui donne un rôle de pédagogue ou de formateur et celle qui en fait un législateur solonien (quelqu’un a justement fait remarquer que Solon en établissant les institutions de la démocratie athénienne avait donné la parole à ses concitoyens).

Je finirai en disant que Théo, Raphaël et Samuel sont en train de préparer un ouvrage collectif intitulé Citoyens du Net, pratiques responsables sur Internet au travail, à l’école, en famille…. Je suis assez fier que mon billet « Habiter Genève » y soit publié, ainsi que les deux autres textes lauréats du concours organisé à cette occasion. Je vous incite d’ailleurs à les lire : » Lettre d’une netizen en 2025 » et « Soirée angoissante d’un citoyen du numérique« .


Netizenship
envoyé par Kaos-movies. – Découvrez les dernières tendances en vidéo.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 11/09/2010

    […] than that, as argued over at the Homo Numericus blog, new forms of citizenship, that is new forms of participation to social life can emerge through the […]

  2. 11/09/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Pierre Mounier. Pierre Mounier said: Figures de la citoyenneté numérique | Blogo-Numericus: Modèle économique, modèle économique, modèle économique. En… http://bit.ly/ceQi5n […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *