Un répertoire collaboratif


Par Aaronk
La constitution d’un répertoire de liens est une œuvre complexe et de longue haleine. Des dizaines de milliers de rédacteurs, dont je fais partie, tentent d’y parvenir dans Dmoz, le gigantesque répertoire de liens réalisé bénévolement. Il donne des résultats inégaux, mais reste malgré tout le moins mauvais des répertoires généralistes au monde.

La problématique est simple. Soit on fédère une équipe de rédacteurs qui adhèrent au projet, et on leur propose de fait de renoncer à leur propre répertoire, soit on constitue une sorte de fédération de projets imbriqués comme autant de poupées russes. Le premier modèle est une aberration, car il est impératif que chacun s’y retrouve. Respecter les intérêts particuliers de chaque partenaire est en effet indispensable pour que la dynamique collective s’enclenche et puisse durer. La deuxième option est adoptée par Virtual Library (Vlib), structure hyper-fédérative fondé par Tim Berners Lee, qui fonctionne à l’échelle mondiale en raison de la diversité des langues et des disciplines. Mais ce méga-répertoire, très distribué et trop disparate, souffre de handicaps excessifs lorsqu’on cherche à le reconduire à l’intérieur d’un champ disciplinaire et linguistique cohérent. En effet, le travail de L’Album des sciences sociales et de Bibenligne ne concerne pas des corpus similaires, mais ces répertoires spécialisés en Sciences humaines et sociales disposent d’un nombre considérable de références communes. Dans cet univers, il est possible d’empiler les répertoires les uns à côté des autres. Mais cela impose, de fait, de multiplier les redondances, même si celles-ci ne s’inscrivent pas dans le même classement thématique. Donc de multiplier les heures de repérage, description, classement.

En 2004-2005, j’avais imaginé un système de « synchronisation de contenu », qui permettait à un réseau de répertoires de partager des notices via un échange de fichiers XML. Ce système semblait pertinent car il est horizontal. Chaque répertoire choisit, notice par notice, ce qu’il emprunte au partenaire. Peut le reclasser. Faire évoluer le commentaire. Remettre dans le pot commun son amélioration. Si la réalisation technique demandait quelques efforts de conception et de développement, deux problèmes n’ont pas permis d’aboutir. Tout d’abord, en l’absence d’un standard de synchronisation de contenu qui soit implémenté dans de nombreux CMS, l’adhésion au réseau des répertoires imposait une adaptation technique probablement lourde. Il y avait donc un « ticket d’entrée » dans le système trop élevé. Alors qu’un réseau de ce type n’a d’intérêt que s’il est capable de fonctionner dans un univers technologiquement hétérogène. En gros, s’intégrer facilement à Typo3, Dotclear, Zope, Lodel, Spip ou ASPNuke, pour citer des outils très différents. Ensuite, il fallait prévoir un temps de gestion éditoriale assez élevé : la maintenance d’une telle quantité de notices s’annonçait longue, voire laborieuse. La mutualisation présentait ici ses limites, car chaque répertoire allait passer plus de temps à digérer les notices des voisins qu’à alimenter ou à maintenir les notices collectives. En somme, la gestion du flux des entrées allait consommer un temps excessif, dont l’utilisation aurait été mieux employée à la rédaction de notices.

C’est pourquoi j’ai renoncé à un tel modèle et proposé quelque chose de plus souple et de plus opératoire. Il s’agit d’un système s’appuyant sur la syndication de contenus. Chaque répertoire partenaire pioche librement dans l’Album des sciences sociales, via des flux RSS/ATOM, le contenu de chaque rubrique qui l’intéresse. Il peut en répercuter la totalité sur son site (sauf le commentaire, qui peut poser des problèmes en raison de son caractère volontairement subjectif). Mieux : pour éviter que le rubriquage de L’Album soit imposé à chaque partenaire alors qu’il est le résultat de choix contestables et d’orientations propres à Revues.org, le système permet à chaque collaborateur de construire sa propre arborescence et d’y affecter des notices de site. Construisant ainsi un répertoire pensé selon une logique spécifique, dont le contenu et l’arborescence peuvent être très simplement répercutés sur le site du répertoire partenaire. Ce que le système perd en horizontalité (car l’Album devient central alors qu’il aurait été préférable qu’il soit un élément du réseau), il le gagne en liberté éditoriale et en souplesse technologique : le « ticket d’entrée » est très faible et l’ensemble assez configurable pour permettre la cohabitation de technologies très différentes, voire la constitution d’un répertoire mixant des données en provenance d’un CMS « maison » et de flux venant de l’Album des sciences sociales. Si ce système ne correspond pas à 100% des besoins d’un idéal réseau des répertoires de liens en Sciences humaines et sociales, il permet la convergence d’un nombre non négligeable d’initiatives. Plusieurs partenaires ont entamé l’expérience avec nous ; ses effets devraient être visibles dans les semaines à venir.

Afin de mettre en valeur la contribution de chacun, chaque notice peut être signée. Chaque notice ainsi signée pourra comporter un lien vers l’annuaire d’origine. Les accords formalisés pourront également faire l’objet d’un affichage via des logos d’institutions partenaires (nous l’avons déjà fait pour Calenda avec l’Université d’Avignon).

La base constituée permettra d’alimenter un moteur de recherche qui s’appellera In-extenso et qui aura pour particularité d’indexer, d’une part, des dépôts OAI, et d’autre part l’ensemble des sites sélectionnés par l’équipe de l’Album des sciences sociales. Il est pour l’instant opérationnel dans l’arrière-cour de Revues.org mais nous n’avons pas encore eu le temps de lui donner la robe qui lui a été dessinée. De ce fait, pour l’instant, vous ne pouvez utiliser qu’une version vieille comme Hérode, qui n’a pas d’intérêt réel (le moteur qui l’anime est ancien, tout autant que sa liste de liens). Mais lorsqu’il sortira, il s’agit d’un moteur de recherche d’origine collaborative, hautement spécialisé. Une expérience amusante à mener, me semble-t-il.

La mise en oeuvre concrète d’un tel système rencontrera probablement des difficultés et nous affronterons ses limites structurelles. Nous vous tiendrons alors au courant des conclusions que nous en tirons. La vie est mouvement, n’est-ce pas ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search