Le matériel, mon général


A picture of my camera
Les progrès du logiciel libre sont époustouflants. Un système d’exploitation (GNU Linux), des outils bureautiques à foison (Openoffice.org, Openoffice.org Base, Firefox, Thunderbird, Gimp) et, bien sûr, d’excellents outils professionnels (Apache). Pour le quidam, tout semble donc prêt à une migration de masse vers Linux. En fait, l’équation est plus compliquée qu’il n’y paraît. Les logiciels seraient-ils immatures, les fonctionnalités manquantes, l’innovation absente ? Que nenni. On pourrait nuancer, bien entendu, en indiquant que les outils destinées aux créateurs (graphisme, vidéo, son) qui se trouvent sur les Macintosh sont supérieur à ceux qu’on trouve sur Linux. Soit. Mais pour un usage dit « bureautique », ce n’est pas le cas. Mais alors, qu’est-ce qui coince ?

Le matériel, mon général. Plus précisément, le pilote, c’est-à-dire ce qui permet au logiciel de parler au matériel, et au matériel de parler au logiciel. Il s’agit d’un logiciel indispensable au bon fonctionnement d’une carte vidéo, d’une souris ou d’une tablette graphique. Or, nous apprenons tous les jours à nos dépends que les constructeurs de périphériques et de matériels informatiques n’aiment pas créer de pilotes pour Linux. Pire, ils rechignent à divulguer le langage qui permettrait à un développeur de créer un pilote pour ce matériel. Les exemples sont nombreux et connus. En ce qui me concerne, mon Fujifilm E900 flambant neuf n’est pas (encore) reconnu par Linux, alors qu’un ensemble logiciel pachydermique le pilote sur Windows XP. Apple a compris depuis longtemps qu’en conservant le contrôle du matériel, elle conservait une exclusivité sur un marché global, qu’il soit matériel ou logiciel. L’alliance objective entre constructeurs de matériel et vendeurs de logiciels propriétaires risque d’ailleurs de se renforcer si, comme on le craint, les processeurs de nos ordinateurs intègrent un jour des numéros de série uniques ou des systèmes de DRM. 

Bref, la clé de la liberté n’est plus le logiciel, c’est le matériel. Ou plutôt : le logiciel du matériel. Peut-on légiférer à ce sujet, Messieurs les députés ? Suis-je obligé d’utiliser Windows XP parce que j’achète une machine truffée d’éléments électroniques pensés pour un système d’exploitation unique ?

Du point de vue du consommateur, comment agir ? Je ne vois qu’une solution : diffuser de l’information sur l’attitude des constructeurs et pousser à la création d’une sorte de label « Linux-ready » ou « Linux-friendly ». Ou plus précisément, un label « Spécifications publiques : prêt pour un monde coloré »… Il y a sans doute des initiatives de ce type sur le réseau. En connaissez-vous ? J’ai trouvé par hasard cette liste de constructeurs d’appareils photos qui n’ont pas accepté de contribuer au développement de pilotes Linux ou, plus simplement, de publier de la documentation sur la façon dont fonctionne leur bouzin. En un mot, Kodak et Konica ont collaboré, dans le passé, vaguement. Canon, Epson, Olympus et Nikon ne collaborent pas du tout. Passons-nous le mot. Il paraît que le pouvoir est logé dans notre portefeuille. Et si on le vérifiait ?

Image par mpmb, licence CC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.