Téléchargement gratuit-payant

Depuis la condamnation d' »Alexis », on ne parle que du piratage et des réseaux P2P. Il est agaçant tout de même que tout le monde, y compris les défenseurs de ces pratiques d’échanges évoquent le « téléchargement gratuit ».

Gratuit ! Quand on ajoute le prix d’achat de l’ordinateur (et de son renouvellement ultra-rapide), le prix des périphériques (disque dur, graveur de cd, cd eux-mêmes), le prix des logiciels, le prix de la connexion haut-débit et le temps passé à télécharger, filtrer, classer, jeter, configurer, etc., on finit par se dire que le gratuit ressemble furieusement au payant. C’est une des rares qualités du rapport produit par Bomsel et Leblanc que d’avoir montré qu’il y avait clairement un mécanisme de transfert d’utilité dans le déploiement rapide des réseaux P2P. (le problème, c’est qu’il ne s’agit pas que de cela, a-t-on rétorqué ).

Que les sommes récoltées ne finissent pas par rémunérer les bonnes personnes, c’est une autre question (qu’il faut d’ailleurs poser aux producteurs aussi). Mais tous les débats qui partent de la question de la gratuité du téléchargement font fausse route.

Si on agrandit la profondeur du champ historique, on constate que l’auditeur prend de plus en plus en charge les moyens et techniques de « représentation » de l’oeuvre musicale, par rapport au créateur et aux intermédiaires. Au dix-huitième siècle, il ne fallait que ses oreilles pour écouter de la musique. Au XXème, il faut une chaîne hi-fi. Aujourd’hui, il faut un ordinateur, une connexion haut-débit, éventuellement un graveur et des cd.

La mise en place du droit de propriété intellectuelle moderne correspond à une double revendication : des auteurs pour que leurs oeuvres soient protégées du plagiat ; mais surtout des imprimeurs-libraires pour que les investissement financiers qu’ils consentent pour porter une oeuvre au public puissent fructifier sans craindre de concurrence déloyale. Dans les arguments avancés aujourd’hui par le Snep, on n’entend bizarrement que la défense des auteurs. Comme si les éditeurs craignaient qu’on évoque la question de la légitimité de leur propre rémunération.

Intéressant de constater que les industries de l’informatique, du logiciel et des télécoms sont parmi les plus lucratives aujourd’hui, et que cette question du « téléchargement gratuit » prend une acuité toute particulière au moment où une véritable industrie du divertissement cherche à se constituer sur la base des nouvelles enclosures de la propriété intellectuelle. Finalement, les internautes semblent faire les frais de l’antagonisme qui oppose deux secteurs d’activité pour emporter le morceau dans la nouvelle révolution industrielle qui est en train de se dérouler autour des technologies numériques.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. sam dit :

    sans oublié les telechargements dit gratuits et tout de suite apres on vous demande d’appelé un numero surtaxé ,exemple le site mille telechargements .com ,je ne comprend rien a internet on dirai que tous les escrocs sy sont donné rdv .

  2. esethi dit :

    Gratuit : effectivement, pas vraiment, surtout qu’aux différents coûts que tu listes, il ne faut pas oublier d’ajouter les taxes payées sur tous les disques durs et sur les CDRoms vierges.

    Il me semble aussi que vouloir freiner, voire faire disparaître totalement les échanges de fichiers serait dangereux pour l’avenir d’Internet, puisque chacun sait que c’est en partie grâce aux P2P que s’est développé et démocratisé l’accès au Net pour de nombreuses personnes.

    A ce sujet, une prise de position intéressante, celle de l’UFC Que Choisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *