Pacte autoblographique

Faut-il qu’un blog commence nécessairement en se justifiant d’exister ? Qui parle, pour qui, pour dire quoi, sur quel mode, pourquoi, etc. ? Un roman, un poème, un article de journal ou de revue, et même parfois un rapport rendent rarement des comptes à ce point. Pourquoi faut-il qu’un blog explicite presque systématiquement son contrat de lecture ? rende à ce point raison de sa parole ?

A bien y regarder, le pacte autoblographique apparaît rarement au premier billet ; la plupart du temps, c’est au troisième ou quatrième qu’il finit par être scellé. Comme si ce qu’on avait à dire devait sortir immédiatement, sous le coup d’un désir impérieux, ce dont il fallait se justifier, ensuite seulement : mais au fait…

Qu’est-ce que c’est un « pacte autoblographique » ? Ceux qui réduisent le blog à une autobiographie en ligne en sont pour leur frais ; car cela n’a rien à voir avec le pacte autobiographique ; c’est même quasiment le contraire. Alors que ce dernier joue le rôle d’un opérateur d’absorption de la personnalité par l’écriture (c’est tout moi qui se trouve là-dedans, totalement, dans mon entière vérité), le pacte autoblographique cloisonne : attention, je ne suis pas tout entier dans mon blog (même si je peux y être à tout instant). Ce n’est qu’une partie de moi, une facette, voire une partie de mes activités ; et même, parfois, je m’y exprime sous pseudo, afin de redoubler le cordon sanitaire ; ce qui ne veut pas nécessairement dire que je me cache, mais plus simplement que je ne souhaite pas nécessairement devoir assumer complètement, en tous lieux et perpétuellement ce que j’avance, en particulier par le biais du Google everywhere

Menace d’invasion totale de la personnalité, le blog fournit dans le même temps les outils pour résoudre le problème qu’il pose : en jouant le rôle d’un démultiplicateur de personnalités, en ajoutant de nouveaux rôles aux rôles existants. Il faut donc inverser la menace en libération : ce qui est là-dedans, c’est vraiment moi, mais seulement une partie ; c’est vraiment du moi, mais pas la totalité.

Pas facile.

Technorati Profile


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. julie70 dit :

    Dans le journal intime, nous avons aussi des personnalités divers, comme nous avons diverses facettes et moments. Mais le fait de savoir qu’on le lira (eventuellement) aussitôt, peut influencer ce qu’on écrit, je crois positivement. Plus d’idées d’écrire me sont venus depuis les quelques jours que j’ai commencé.

    Il ne faut croire qu’en autobiographie, ou journal intime on écrit « tout » non plus, et même on ne reconnais pas à soi même certains choses certains moments. On ne peut pas écrire de ce qu’on se cache à soi, déjà.

  2. sioran dit :

    Je pense que de toute façon on se voit comme on veut se voir et pas nécessairement comme les autres vous appréhendent…même dans la dérision de soi , il y a toujours du narcissisme…et que ce soit un livre autobiographique ou un blog, pour moi c’est kif kif…tout en étant intègre, celà ne restera qu’une facette, on se voit sans se voir..vraiment..

  1. 30/04/2012

    […] donc – absolument pas secondaire pour moi dans ma pratique du carnet [↩]Après tout, le pacte autoblographique n’engage-t-il pas seulement l’auteur du blog avec lui-même ? [↩] Imprimer […]

  2. 07/05/2012

    […] Mounier Pierre, « Pacte autoblographique », [En ligne] Blogo-Numericus, 2005. URL : http://blog.homo-numericus.net/article5.html. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.