Un angle mort ? Les infrastructures pour les SHS en général et pour les carnets de recherche en particulier

A blind spot ?

cette image a été conçue par Elodie Faath. Elle représente les sites cités par les carnetiers d’Hypothèses.

J’ai récemment organisé un panel sur le blogging scientifique (qu’on pourra appeler carnetage scientifique si on veut) au Forum mondial des sciences sociales, qui se tenait cette année à Montréal. Nous faisions le voyage pour le compte d’HESAMAndré Gunthert, Loïc le Pape et Arthur Charpentier étaient de l’aventure, qui avait pour titre « Minor forms of academic communication: revamping the relationship between science and society? « . Deux contributions ont été publiées en ligne (Texte et suite d’Arthur Charpentier et André Gunthert). Ma contribution avait pour titre « A blind spot? Digital infrastructures for digital publishing, and for academic blogging in particular ».

Une forme conversationnelle

The missing linkJ’y ai défendu l’idée (que j’emprunte, me semble-t-il, à Pierre Mounier) que le blogging scientifique se situe à l’intersection des formes classiques de communication scientifique. Il n’est pas exactement une conférence (oral public), ni une publication (écrit public), ni une correspondance (écrit privé), ni une conversation (oral privé), mais un assemblage de toutes ces dimensions, pour produire une forme que j’appelle mineure de communication scientifique. Cette forme est mineure car elle n’entre pas dans les formes canoniques (conférence, publication) qui sont évaluées.

Woodcut carved by Johann von Armssheim (1483). Portays a disputation between Christian and Jewish scholars (Soncino Blaetter, Berlin, 1929. Jerusalem, B. M. Ansbacher Collection). http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Disputation.jpg

Woodcut carved by Johann von Armssheim (1483). Portays a disputation between Christian and Jewish scholars (Soncino Blaetter, Berlin, 1929. Jerusalem, B. M. Ansbacher Collection). http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Disputation.jpg

Ce statut de micro-publication (terme utilisé par André Gunthert dans sa présentation) constitue une chance, car elle réduit la pression académique pesant sur l’objet, ce qui permet de s’ouvrir à des expressions moins formelles et lissées. Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire. Ces points ont été plus longuement développés dans « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée  notre contribution (Pierre et moi) au deuxième tome des Lieux de savoir dirigés par Christian Jacob. Le caractère conversationnel du carnet de recherche, paraît essentiel au développement d’une pensée collective.

Nombre moyens de commentaires par billet sur Hypothèses (octobre 2013)

Nombre moyens de commentaires par billet sur Hypothèses (octobre 2013)

La conversation prend diverses formes. La plus évidente de ces formes est le commentaire. En 2009, la plateforme Hypothèses comptabilisait plus de 3 commentaires par billets. Depuis, le nombre a baissé, pour atteindre un peu plus d’un commentaire par billet. Il faudrait ici affiner la mesure, afin d’éliminer les carnets qui se concentrent sur de la communication, par opposition à la conversation scientifique. En effet, le succès de la plateforme Hypothèses a vu se diversifier le type de carnets de recherches et émerger des carnets plus officiels et institutionnels. Or, les carnets qui sont des canaux de diffusion venant d’organisations plus que des espaces d’échanges attirent peu les commentaires, ce qui paraît normal. Dans ces conditions, le nombre de commentaires par billet me paraît toujours relativement élevé.

Nombre moyen de twitts par documents présents sur les plateformes d'OpenEdition (en septembre 2014)

Nombre moyen de twitts par documents présents sur les plateformes d’OpenEdition (en septembre 2014)

Avec l’aide d’Elodie Faath (coordinatrice d’OpenEdition Lab), j’ai comparé l’écho conversationnel des quatre plateformes d’OpenEdition sur le réseau Twitter. Il apparaît clairement que les billets s’intègrent beaucoup plus dans les échanges sur Twitter que les autres types de contenus que sont les articles, les chapitres et les programmes d’événements scientifique. Cela est probablement dû au fait que Twitter est un dispositif conversationnel, de la même façon que les carnets de recherches.

Score de fidélité des plateformes d'OpenEdition en septembre 2013

Score de fidélité des plateformes d’OpenEdition en septembre 2013

J’ai proposé, en 2009, la notion de conversation silencieuse pour décrire le mécanisme invisible qui mène les lecteurs à être plus fidèles à des carnets de recherches qu’à des revues. J’ai testé la proposition avec les données de septembre 2013, mais cette fois en me penchant non pas sur le carnet ou la revue, mais sur la plateforme. On y découvre un score de fidélité se situant entre 1,5 et 2 pour Revues.org et Calenda, et un score atteignant 2,5 pour Hypothèses. Plus intéressant encore, la fidélité des utilisateurs des carnets anglophones et germanophones est plus élevée (valeur : 3). Il semble donc possible d’identifier des comportements linguistiques spécifiques. Ils s’expliquent sans doute par le fait que les communautés de carnetiers germanophones et anglophones d’Hypothèses sont plus récentes, et donc probablement plus enthousiastes et proches des Digital humanities. Si ce décalage est bien lié à la jeunesse des communautés germanophone et anglophone sur Hypothèses, il devrait se résorber au fur et à mesure que celles-ci se développent. Il reste que la conversation silencieuse est nettement plus forte autour des carnets, quelle que soit leur langue, qu’autour des revues.

Affluents d'Hypothèses entre septembre 2012 et septembre 2013. Les moteurs de recherches sont retirés

Affluents d’Hypothèses entre septembre 2012 et septembre 2013. Les moteurs de recherches sont retirés

Observons à présent les affluents (en anglais, referrers) qui apportent des visites à Hypothèses. En dehors des moteurs de recherches, les cinq premiers affluents sont Facebook, Twitter, Hypothèses, OpenEdition et Scoop.it. Trois des cinq premiers affluents sont donc des réseaux sociaux, de nature conversationnelle. Les deux autres sont Hypothèses (plateforme nativement conversationnelle) et OpenEdition. Restent 1500 autres affluents, qui apportent, de façon cumulée, autant de fréquentation à Hypothèses que les cinq premiers affluents. Ils ne sont donc pas secondaires. Ils constituent même l’armature distribuée du réseau.

Emergence et rôle des plateformes

L'émergence des plateformes

L’émergence des plateformes

A ce premier phénomène conversationnel, qui se joue à l’échelle des individus, s’ajoute un phénomène industriel, qui se joue à l’échelle des infrastructures. Depuis une dizaine d’années, les plateformes se sont développées et jouent un rôle de plus en plus important. C’est le cas à l’échelle générale du Web (Facebook, Yahoo, Twitter, Bing sont des plateformes), mais aussi dans de l’édition (Wikipédia) et dans celui de l’édition universitaire. ArXiv, HAL, Scielo, Plos, Persée et OpenEdition sont des plateformes. Elles se caractérisent par une masse critique de documents, de partenaires, de moyens et de technologies et de fonctionnalités, qui leur permettent de s’appuyer sur des effets d’échelles et sur des effets de réseaux qui consolident leurs positions. Hypothèses, qui est une des plateformes d’OpenEdition, ne fait pas exception.

Hypothèses, une plateforme

Hypothèses, une plateforme

Le nom « Hypothèses » a été choisi car il s’agit d’un espace où chaque peut tester ses hypothèses dans la chambre d’écho (ou même le gueuloir flaubertien) que constitue le carnet de recherches.

Nombre de carnets sur Hypothèses

Nombre de carnets sur Hypothèses

Le nombre de carnets présents sur Hypothèses ne cesse de croître. Le graphique montre clairement une croissance très forte : nous venons d’atteindre le 700e carnet. En réalité, nous en avons créé environ 1400, mais tous les carnets ne sont pas ajoutés au catalogue. Il s’agit, ici, seulement des carnets qui sont ajoutés au catalogue d’OpenEdition. Ceux-ci reçoivent alors un ISSN et sont intégrés dans le moteur de recherche d’OpenEdition.

En millions

En millions

La demande sociale venant de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche est donc très forte. La fréquentation de la plateforme est, elle aussi, significative, montrant l’intérêt d’un lectorat étendu pour ce type de contenus.

La plateforme ne se contente pas d’accueillir des carnets de recherches. Elle réalise un travail de valorisation éditoriale qui a pour objectif d’apporter une valeur ajoutée aux lecteurs, en hiérarchisant l’information.

Schéma simplifié des cinq étapes du workflow d'Hypothèses

Schéma simplifié des cinq étapes du workflow d’Hypothèses

Ce travail de valorisation se construit grossièrement par cinq étapes d’un workflow éditorial. Le carnetier dépose une candidature (1) qui, si elle est retenue, fait l’objet d’une création technique (2). Si le carnet montre une activité réelle et conforme aux objectifs de recherches d’Hypothèses, celui-ci est ajouté au catalogue (3) et un ISSN lui est attribué (ce point a fait l’objet de longues discussions avec le bureau français des ISSN et des discussions sont en cours avec le bureau de nombreux autres pays). L’histoire ne s’achève pas là.

Des billets placés en bandeau

Des billets placés en bandeau

Le conseil scientifique d’Hypothèses (en fait, les conseils scientifiques) sélectionne des billets en fonction de leur caractère remarquable et les place soit :

à la Une d’une des plateformes ou de la plateforme générale.

en bandeau d’une des plateformes ou de la plateforme générale. En général, seul un billet est mis en bandeau par jour. Un travail iconographique et de titraille est réalisé.

La visibilité et la valeur ajoutée apportée par la plateforme au carnet et/ou au billet augmentent à mesure de la progression dans le processus, de la phase 1 à la phase 5.

Billets à la une

Billets à la une

Nous réalisons également diverses activités de community management, sur les listes de discussion linguistiques des carntiers, et de documentation, sur les espaces dédiés à cet effet : Maison des carnets, Bloghaus, La casa de los blogs. Ces espaces et ces animations de communautés sont réalisés dans la langue des carnetiers, par nos partenaires (UNED pour l’espagnol, Fondation Max Weber pour l’allemand) ou par OpenEdition (pour le français). Nous sommes en train de construire un conseil scientifique, une liste de discussions et une documentation anglophones (partenaires welcome !).

Ceci n’est ni facile ni gratuit. Cela coût de l’argent et c’est un point sur lequel je voudrais insister. Car, pour faire fonctionne une plateforme comme Hypothèses, il faut quelques moyens. Il faut des personnes qui gèrent le workflow, qui répondent aux questions des utilisateurs, qui rédigent de la documentation,  qui traduisent, qui testent et retestent des fonctionnalités nouvelles, qui mettent à jour la plateforme, qui coordonnent et réalisent les développements, qui assurent la maintenance système, la haute disponibilité et la sauvegarde des données. Cet ensemble de fonctionnalités constituent une infrastructure.

The digital infrastructures gap

Par chance, l’Europe a décidé de se doter d’infrastructure pour la recherche. Ces infrastructures intègrent le programme ESFRI. Le Strategy Report on Research Infrastructures – Roadmap 2010 est éclairant sur les infrastructures existantes et sur la place des Sciences humaines et sociales (SHS) en leur sein. On y découvre des montants précis relatifs aux coûts de construction puis de fonctionnement des infrastructures concernées. On y découvre ce qui était à craindre : les sciences humaines et sociales ne sont présentes qu’à la marge (1% du coût total de construction), avec des projets comme DARIAH et CLARIN…

Coût de construction des infrastructures ESFRI

Pourtant, ces infrastructures joueront demain un rôle dépassant celui que jouaient hier les bibliothèques et les archives. L’affaire est d’importance. Elle est, pour l’instant, terriblement sous-estimée par les politiques publiques.

Coût de construction des infrastructures ESFRI

Coût de construction des infrastructures ESFRI

Pourtant, l’édition électronique en accès ouvert, que ce soit sous la forme de livres et d’articles diffusés en ligne, ou de nouvelles formes de communication scientifique (wiki et carnets de recherches, notamment), constitue une opportunité unique de rapprocher (d’autres diront réconcilier) les sciences humaines et sociales et la société. C’est ce que nous avons appelé, avec Pierre Mounier, le canon à idées (dans Moritz Hunsmann, Sébastien Kapp (dir), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales, Éditions de l’EHESS, collection Cas de figure, 10 octobre 2013, p. 251. ISBN 978-2-7132-2416-4.). Il serait bien triste que le tournant numérique ne soit pas pleinement négocié par les SHS en raison d’une perception incomplète des enjeux et perspectives de l’accès ouvert et des humanités numériques.

Image cc par edbrambley

Image cc par edbrambley

Abstract

After several centuries of development, knowledge technologies today form a highly organised ecosystem, structured around books and journals and with its own clearly identified professions, infrastructures and actors. From publishers to librarians, authors to booksellers, a book industry has emerged and encourages the circulation of ideas. With the rise of the network, these roles are slowly being redefined and new actors are rapidly emerging. The 2006 ACLS report (“Our Cultural Commonwealth: The Report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences”) is one of the first signs of recognition of the need for digital infrastructures. These infrastructures are not simply confined to “noble” publications i.e. books and journals. They also concern the so-called minor forms of academic communication. Yet developing such infrastructures requires much more than simply installing a server under a desk. On the contrary, digital infrastructures necessitate the creation of platforms, which in turn entail the emergence of new teams and new professions – those of digital publishing. These platforms are often developed or bought up by predatory multinationals (for example, Mendeley absorbed by Elsevier). Academic-led alternatives do exist (Zotero for bibliographies, Hypotheses for blogs), yet the academic community has failed to fully recognise the associated opportunities and risks. The academy has every interest in making sure it does not become marginalised within its own infrastructures. The alternative is to reproduce the vagaries of the extraordinarily concentrated global publishing system, which has stripped the research sector of some of its intellectual and budgetary initiative-taking capacities.

Résumé

Voici son résumé en français : « Après plusieurs siècles de développement, les technologies du savoir ont abouti à un écosystème très structuré autour du livre et de la revue, avec des métiers, des infrastructures et des acteurs clairement identifiés. De l’éditeur à la bibliothèque, de l’auteur à la librairie, un monde du livre s’est développé et a favorisé la circulation des idées. Avec l’avènement du réseau, ces rôles se redéfinissent lentement et de nouveaux acteurs émergent rapidement. Le rapport de l’ACLS en 2006 (Our Cultural Commonwealth, The report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences) est une des premières prises de conscience de ce besoin d’infrastructures numériques. Celles-ci ne concernent pas que les objets nobles, comme la revue et le livre. Elles concernent également les formes dites mineures. Or, il ne suffit pas pas de poser un serveur sous un bureau pour développer de telles infrastructures. Au contraire, elles nécessitent la création de plateformes, qui occasionnent la naissance de nouvelles équipes et de nouveaux métiers, ceux de l’édition électronique. Ces plateformes sont souvent proposées ou rachetées par des multinationales prédatrices (Mendeley absorbé par Elsevier). Les alternatives issues du monde universitaire existent (Zotero pour les bibliographies, Hypothèses pour les blogs), mais sans que la communauté universitaire ait pris la pleine mesure des opportunités et des risques que cela représente. L’université aurait intérêt à ne pas se laisser marginaliser dans ses propres infrastructures, au risque de reproduire les errements liés au système éditorial mondial, extraordinairement concentré, qui a largement dépossédé le monde de la recherche de capacités d’initiatives intellectuelles et budgétaires.

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fort intéressant. Mais je serais également très curieux d’en savoir plus sur la distinction que vous établissez entre les blogues à l’intention d’un public plus spécialisé, comme ceux d’Hypothèses, et ceux qui se donnent pour vocation de rejoindre un public plus large (les plateformes anglophones comme celles du Scientific American ou du National Geographic, ou francophones comme l’Agence Science-Presse ou Café des sciences). Il serait intéressant en particulier de savoir si on peut découvrir des différences sur l’utilisation, la fidélité, le nombre de commentaires…

  1. 27/10/2013

    […] academic communication: revamping the relationship between science and society?“, dirigé par Marin Dacos, avec Arthur Charpentier et Loïc Le Pape, Forum mondial des sciences sociales, Montréal, 14 […]

  2. 23/05/2016

    […] « Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *