Une informatique « pretty cool »

Quelque chose est en train de changer dans l’informatique personnelle (et bientôt, espérons le, professionnelle). Enfin, après des années de souffrances et de difficultés, accéder, manipuler et produire des objets numériques devient facile, simple, agréable, sympa, en un mot prettycool (le mot que j’ai le plus entendu et lu depuis ces dernières semaines).

On commence en effet à voir se dessiner une certaine logique dans la multiplicité des objets et supports numériques qui ont fait leur apparition ces dernières années : le bien nommé ordinateur de bureau devient une base permanente, une sorte de centre de ressources autour duquel tourne une multitude d’objets branchés sur lui en continu ou de manière temporaire.

Cet ordinateur de bureau, relié au réseau par une connexion haut débit devient un véritable media center, mais pas du tout au sens où Microsoft le comprend : pas question en effet de visionner des vidéos, d’écouter des fichiers audio (musicaux mais pas seulement) ou de lire en profondeur ou dans la durée par l’intermédiaire de cet ordinateur. Car, posé sur le bureau, avec son clavier posé en premier plan et son écran juste en face, il est encore totalement marqué par le monde du bureau dont il est issu. De ce point de vue, il impose une discipline du corps qui l’enferme dans l’univers et les pratiques professionnelles (donc astreignantes et répressives).

Toutes les expérimentation et tentatives d’innovation que l’on a pu voir depuis la naissance de l’ordinateur personnel tournent autour de ce problème : depuis l’invention de la souris jusqu’au concept d’ordinateur de salon, en passant par les tablets pc (aujourd’hui bradées, ce qui n’est pas un bon signe), les claviers sans fil ou les tentatives désepérées de renouveler le concept d' »espace de travail » dans les interfaces graphiques, les écrans (plus ou moins) mobiles, les efforts de design, les e-books et bien d’autres choses, on tente de toujours de réponde à la même question : comment s’affranchir enfin du modèle (technologique, esthétique, comportemental, politique (?)) de la machine à écrire de la secrétaire des années 50 ?

Il semble bien que tout le monde commence à comprendre aujourd’hui qu’il est vain de vouloir s’en affranchir totalement, qu’il est possible de conserver ce modèle pour le pilotage d’un centre de commandement des flux d’informations vers ou à partir de périphériques adaptés à un seul usage : camescope, appareil photo numérique, balladeur mp3, smartphone éventuellement, et bientôt papier électronique, site web personnel…

Et la grande nouveauté, c’est que la manipulation de tout cela devient véritablement prettycool, c’est-à-dire à la fois simple et agréable aussi bien pour recevoir l’information, que l’agréger, la transformer et la publier.

Difficile de ne pas voir qu’Apple a, une fois de plus, montré le chemin dans ce domaine, par exemple avec l’ipod et sa capacité à « monter » tout seul sur le bureau au branchement, obligeant l’univers pc (et singulièrement Windows) à réagir très vite en supportant mieux et surtout de manière plus transparente les connexions usb.

Le protocole RSS (ou son concurrent) est aussi au coeur de la question, en développant les usages autour du push – qui constituait le saint graal de tous les acteurs du web il y a quelques années -, mais un push « à la carte », qui dépasse pour ainsi dire la vieille opposition entre le pull/actif et et le push/passif. Aujourd’hui, en agrégeant des contenus multimédias, les systèmes d’information RSS/atom élargissent et affermissent leur espace d’usages.

Dernier levier de ces nouveaux usages de l’informatique, la généralisation de ce qu’on va appeler les « CMS personnels » qui permettent aujourd’hui à tout un chacun de publier avec une facilité déconcertante. Quelques grands anciens ont ouvert la voie : Phpnuke, Spip. Ils sont aujourd’hui relayés auprès de nouveaux publics par les hébergeurs et gestionnaires de blogs d’un côté, par les wikis de l’autre.

Facilité et à obtenir l’information, facilité à la transférer d’un support sur l’autre, facilité et plaisir à la modifier, puis à la publier, il me semble que de belles années informatiques s’ouvrent potentiellement devant nous, à moins que toutes ces virtualités ne soient détruites par un contre-courant puissant s’exerçant à un autre niveau.

C’est tout l’enjeu, bien au delà des problématiques de pure consommation musicale que l’on entend en permanence, des débats actuels. Car il semble assez évident que le moteur essentiel de ce mouvement n’est autre que l’utilisateur, et sa capacité à tisser de nouvelles relations, à imaginer de nouvelles hybridations, qui ne peut s’exercer que sur des objets ouverts, qu’il s’agisse de hardware, de software, ou de contenu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search