Deuxième Université d’été de l’édition électronique ouverte : c’est parti !

Cela fait plusieurs mois qu’on y travaille en tâche de fond et ces dernières semaines, le fond est remonté à la surface avec une finalisation de préparation plutôt fébrile. Mais ça y est, nous sommes prêts à accueillir lundi les cent et quelques inscrits à notre Deuxième Université d’été à Marseille, sur le campus Saint Charles de l’Université de Provence : les salles sont réservées,  les intervenants sont en route, les petits plats mijotent, le wifi et les prises électriques seront au rendez-vous, les sacs d’accueil -vert pomme – pour les

Robe rouge et sac vert

Rouge cerise et vert pomme

stagiaires remplis de goodies, l’équipe du Cléo est gonflée à bloc pour accueillir tout le monde.

Qu’allons nous faire tout au long de cette semaine ? Nous allons construire une communauté éphémère de 150 personnes (participants, intervenants et équipe) qui se rassemblent pour apprendre, réfléchir, échanger ensemble pendant une semaine sur tous les aspects de l’édition électronique. Il s’agit d’une université d’été ; c’est le seul dispositif qui permet de « croiser » : croiser les gens (qui viennent de tous les métiers concernés : chercheurs, éditeurs, informaticiens, documentalistes et bibliothécaires), croiser les thématiques (juridique, technique, économique, scientifique), croiser les approches (conférences, cours de deux heures, ateliers, événements sociaux) pour activer le bouillon de culture au sein duquel les idées circulent.

Cette année, nous avons un peu modifié notre formule en introduisant quelques innovations : tout d’abord, les ateliers sont ressérés, plus court, donc plus nombreux et plus nerveux : pas moins de 17 ateliers différents sont proposés : outre les formations que nous proposons à nos propres plateformes (OpenEdition, Lodel pour Revues.org, WordPress pour Hypothèses ou le webservice de Calenda), nous avons demandé à des spécialistes de venir animer des ateliers sur des sujets aussi pointus que la veille thématique sur Internet, la XML TEI pour l’édition, l’optimisation des données pour Isidore, la conservation du patrimoine scientifique avec Persée, l’enrichissement automatique des métadonnées, les outils de développement d’une « lecture sociale » ou encore l’édition de livres au format Epub.

Goodies

Goodies

Autre nouveauté, de taille, nous commençons à introduire une dose d’internationalisation dans notre dispositif : nous avons demandé à quatre experts reconnus de venir faire un cours ou une conférence sur leur sujet de prédilection : il s’agit de Chris Meade qui dirige l’Institute for the Future of the Book à Londres, de Janneke Adema, jeune chercheuse britannique elle aussi qui a réalisé une étude très intéressante sur l’édition de livres électroniques de sciences humaines et libre accès, de Cornelius Puschman, jeune chercheur allemand, organisateur du ThatCamp Cologne l’année dernière et spécialiste des réseaux sociaux scientifiques, et enfin d‘Octavio Kulesz, éditeur argentin qui a réalisé une passionnante étude sur l’édition électronique dans les pays du sud. Guy Teasdale viendra pour sa part du Canada pour nous parler de la situation du libre accès dans son pays. Il est responsable de tout ce qui concerne le numérique à la bibliothèque de l’Université Laval. Par ces invitations, nous cherchons là encore à croiser les perspectives, à resituer notre expérience dans un contexte plus large, ce qui implique un effort particulier (linguistique en particulier, plusieurs cours sont en anglais). Nous espérons beaucoup de cette évolution qui, si elle est un succès, nous encouragera à accentuer cet aspect pour les prochaines éditions.

"Nous attaquerons par là"

"Nous attaquerons par là"

Mais que serait l’Université d’été sans ses hapennings ? Outre le bookcamp suivi d’un pique nique du mardi soir et la sortie en mer du mercredi (une nouveauté là aussi), nous invitons Alain Pierrot et Samuel Petit à venir présenter et lancer leur nouvel institut if:lire vendredi soir en conclusion de l’Université d’été. Nous avons organisé une conférence publique à la bibliothèque de l’Alcazar (tous les renseignements ici), ouverte à tous.

Il y a deux ans, la secte drupalienne avait hacké l’Université d’été. Cette année, j’ai le sentiment que les gazouilleurs virtuels nous préparent quelque chose au cours de la semaine. A suivre.

Je ne veux pas terminer sans parler du partenariat que nous avons conclu avec l’éditeur Publie.net à cette occasion. Non seulement François Bon nous fait l’amitié d’intervenir dans notre Université d’été, mais en plus il offre onze livres électroniques personnalisés issus du catalogue de Publie.net à l’ensemble des participants ! Ceux-ci les trouveront lundi dans leur sac à surprises sur une clé USB, mais pas n’importe quelle clé : il s’agit de la Framakey proposée par Framasoft, la célèbre association de promotion du logiciel libre. Cette clé est lourde de symbole pour moi : elle fusionne dans un objet matériel l’association du logiciel libre et de l’édition numérique de qualité, c’est-à-dire, très exactement, l’ADN du Centre pour l’édition électronique ouverte : le Cléo.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 15/09/2011

    […] de l’Université d’été de d’édition électronique ouverte organisée par le Cléo à Marseille seront mises en ligne ici. On vous en reparle… Cette entrée a été publiée […]

  2. 07/10/2011

    […] de l’édition électronique ouverte : c’est parti ! », Homo Numericus, 5 octobre 2011,  http://blog.homo-numericus.net/article10952.html [consulté 7 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *