Un pique-nique pour les pirates

Mais il y a une autre raison qui explique cet engagement. Il m’apparaît de plus en plus que si les technologies numériques impactent l’ensemble des secteurs d’activité dans toutes ses dimensions – et c’est le postulat sur lequel Homo Numericus a été construit, alors il est nécessaire qu’émergent des propositions politiques articulées qui soient adaptées au nouveau contexte global. Autrement dit, la société change à tous les niveaux ; les relations que les gens établissent entre eux, le rapport que les individus établissent avec le collectif, dans tous les domaines, est en train de changer. Or, je suis absolument effaré de constater à quel point notre système politique, et la classe politique qui l’entretient, reste globalement scotché sur un mode de fonctionnement en décalage complet, fossilisé sur des héritages du siècle dernier qui n’ont plus aucune pertinence.

Franchement, je ne me retrouve plus du tout dans le petit théâtre politique qui se joue devant nous, non pas même en ce qui concerne les propositions qui sont faites, mais même du point de vue des procédures par lesquelles elles sont élaborées. Les conditions dans lesquelles nous autres citoyens sommes informés par exemple, avec le journalisme en ligne, les blogs, des initiatives comme Wikileaks, l’open data, mais aussi les conditions dans lesquelles nous participons au débat public via les forums, les sites personnels, les commentaires, les réseaux sociaux, tout cela a complètement changé au cours des dernières années et désamorce aujourd’hui absolument le discours politique traditionnel. C’est quand même un phénomène majeur : Lorsqu’un homme politique fait une déclaration aujourd’hui, il ne convainc à peu près que les militants de son propre parti (et encore). Et on sait à quel point ils sont, en France, peu nombreux, quel que soit le parti considéré.

En un mot, je n’attends plus aujourd’hui des hommes politiques qu’ils trouvent « la » bonne idée, qu’ils formulent « la » bonne proposition pour résoudre tel ou tel problème ; je n’attends pas d’eux qu’ils me disent ce que je dois penser de tel ou tel sujet, et il me semble que c’est le cas aussi d’une part croissante de la population ; car nous avons accès à de tels moyens d’information et d’expression que nous sommes désormais autonomes sur ce point. Ce qui manque désormais, c’est un cadre politique qui permette à cette nouvelle manière de faire citoyenneté de prendre sa place.

Alors, quel rapport avec le Parti Pirate ? Mon opinion est que ce parti est porteur d’un nouveau modèle de citoyenneté même s’il n’est pas encore assez établi et ancien pour l’avancer de manière aussi explicite. Pourquoi ? parce qu’il émane fondamentalement d’une génération qui pour l’essentiel a fait son éducation politique dans les communautés de développement de logiciels libres ou au sein de collectifs collaboratifs et de partage en ligne qui reposent très peu sur la délégation de pouvoir et beaucoup sur une culture démocratique radicale fondée sur la participation et l’échange. Pour le dire autrement, une nouvelle culture politique s’est élaborée depuis vingt ans je dirais, autour de la gestion technique d’Internet, des communautés de logiciel libre comme Linux, de communautés en ligne pour le partage du savoir comme Wikipédia, parmi bien d’autres exemples. Je pense que cette culture politique nouvelle (et qu’on voit émerger dès le début d’ailleurs au sein du Network Working Group avec les RFC) a percolé année après année auprès d’une population toujours plus large. Or, dans la mesure où les technologies et les usages sur lesquels elle repose ont eu une influence considérable dans tous les domaines, il est nécessaire que cette culture politique nouvelle émerge à son tour, sorte du ghetto geek dans lequel on essaie de la maintenir et s’assume à un niveau plus global. C’est comme cela que j’interprète l’émergence des partis pirates dans tous les pays développés, et j’ai évidemment très envie d’apporter mes forces à ce mouvement libérateur.

J’ai longtemps cru que les Verts porteraient avec eux une nouvelle culture politique qui nous sortirait enfin de l’étouffoir démocratique que constituent les institutions bonapartistes de la Ve République auxquelles le Parti Socialiste a fini par se rallier. Lest Verts avaient autrefois ce slogan de « faire de la politique autrement » qui a manifestement été jeté aux orties depuis… En réalité, il y a toujours eu deux cultures politiques presque contradictoires chez les Verts. Une culture scientifique d’abord, et je dirais parfois « scientiste », sur les questions d’écologie : les décisions doivent être prises sur la base de vérités scientifiques indiscutables et il n’y a pas de discussion possible. Il y a d’ailleurs beaucoup de scientifiques chez les Verts qui raisonnent de manière mécaniste sur les questions politiques : s’il y a un réchauffement climatique, s’il y a un problème démographique, si nous ne pouvons gérer correctement le nucléaire, alors…et s’ensuit un chapelet de mesures absolument logiques mais qui mettent juste de côté la variable que représente la volonté humaine, la matière même du politique. D’où un petit côté autoritaire quelquefois que l’on voir surgir en particulier sur les sujet environnementaux. On va dire que c’est la tradition René Dumont.  Et puis au sein des Verts, il y a une tradition absolument anti-autoritaire au contraire qui vient des années 60 via des intellectuels comme Félix Guattari. C’est ici une visée émancipatrice pour l’individu qui s’exprime et qui a développé toute une réflexion pratique au sein du parti pour contrer les mécanismes d’embrigadement, de domination et même de pouvoir dans le contexte politique.

Cette dernière tradition aurait très bien pu faire la jonction avec la nouvelle culture politique venue d’Internet dont je parlais précédemment. Je pense que cela pourrait même donner des pistes très intéressantes. Mais j’ai l’impression qu’elle a été laminée entre-temps par la normalisation des écologistes, contraints de se couler dans le moule institutionnel pour exister politiquement. Et comme par ailleurs le centre de gravité de la proposition politique des Verts s’établit nécessairement autour des questions d’environnement et d’écologie, ils ne se trouvent pas à la bonne position dans le champ politique pour identifier et porter la nouvelle culture démocratique qui vient d’Internet, du logiciel libre, de wikipédia.

Je vais dire les choses plus crûment : l’écologie politique a permis de rendre visible les insuffisance et les limites du système politique actuel : basé sur le principe de la souveraineté nationale et l’électoralisme court-termiste, ce système est incapable, on le voit bien, de répondre aux défis que posent des menaces aussi imposantes, transnationales et de long  terme que le réchauffement climatique et le nucléaire. L’écologie politique a l’immense mérite de poser le problème de la gouvernance. Mais elle s’est aussi avérée absolument incapable de proposer des solutions politiques à ce problème de gouvernance. Je peux bien sûr me tromper mais mon hypothèse est que les communautés techniques qui gèrent l’Internet, les communautés en ligne de type Linux ou Wikipédia, mais aussi les réseaux décentralisés peer to peer au sein desquels s’échangent des contenus, les communautés fortes et les réseaux faibles, parce qu’ils ont fait la preuve de leur capacité à rassembler et coordonner des dizaines de millions de personnes de manière totalement transversale aux frontières nationales et en les mobilisant sur des objectifs complexes et parfois très distants, ont montré qu’elles portaient en germe un ensemble de propositions politiques et je dirais presque institutionnelles très intéressantes pour changer de mode de gouvernance.

Voilà où j’en suis de ma réflexion sur le sujet et c’est pour cet ensemble de raisons que je me rendrai au  pique-nique des pirates demain – en dehors du soleil radieux promis par la météo. J’espère bien y retrouver – pourquoi pas – certains lecteurs de Blogo Numericus pour discuter de tout cela IRL, ce qui n’empêche pas de réagir en ligne en commentant ce billet.

Le  pique-nique francilien se déroule donc Place des Vosges à midi. Pour en connaître la liste dans les autres régions, c’est ici.

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Piotrr dit :

    Bonjour Jérôme,

    d’accord avec toi : aidons donc le pp à grandir (il y a des progrès à faire du côté de l’IRL effectivement 😉 ) . D’accord aussi avec l’idée d’ancrer le politique (plutôt que l’idéologique) dans le concret. Une chose qui était intéressante chez les Verts, c’était l’idée de ne pas attendre d’être en mesure de changer la législation pour commencer à changer de comportement. J’aime bien cette idée d’avancer sur deux pieds : porter un programme politique et développer dès maintenant des pratiques alternatives. On pourrait faire plein de choses : organiser des copy party par exemple, un réseau géolocalisé « pirate » de type Peuplade ; s’articuler d’avantage aux multiples associations de type LUG, fai alternatifs, etc. Mais ça demande des forces.

  2. Jérôme dit :

    Salut Piotrr,
    Bel article, je partage tout à fait ton point de vue. On en a succinctement parlé hier, mais le PP même s’il porte une véritable perspective sociétale est encore trop jeune pour avoir une véritable influence dans la vraie vie du quotidien, à la grande différence d’EELV… L’IRL chez le PP, c’est encore l’exception 😉
    A titre individuel, il me semble que l’idéologie ne doit jamais prendre le pas sur l’action politique et vice-versa… Il s’agit plutôt d’ancrer une dynamique idéologique dans une réalité, dans du concret, pour s’épargner des errances utopiques.

  1. 12/09/2011

    […] de l’interminable hiver juridique de la propriété intellectuelle. Visiblement, je ne suis pas le seul à franchir ce cap en ce moment et plus nombreux encore doivent être ceux qui le pensent sans […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search