Florilège de liens #10

Piracy - Jesus dit it

Piracy - Jesus dit it

Je reprends ma série de Florilège de liens. Sinon, pour ceux que ça intéresse, je twitte beaucoup d’autres liens : http://twitter.com/marind et j’en conserve encore plus publiquement : http://www.diigo.com/user/marind (mais attention à l’overdose!).

Notez que l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est très active sur ce secteur du repérage des ressources pertinentes et a ouvert un radar dédié à cet usage, le Cléoradar : http://cleoradar.hypotheses.org/ C’est une sélection collective dédiée à l’édition électronique, qui prend en compte l’ensemble des dimensions (techniques, éditoriales, scientifiques, juridiques, économiques…).

Trèves de bavardages, voici quelques liens sélectionnés rien que pour vous…

“C’est la seule industrie qui insulte ses clients” (Maître Eolas)

“Leur modèle économique reste le CD ou DVD, support obsolète, et s’agissant du DVD qui impose à celui qui voudrait regarder l’oeuvre qu’il a acheté fort cher 10 minutes de pub qu’il ne peut zapper, avant de lui infliger des messages menaçants, messages qu’il ne peut voir que s’il a acheté légalement ce DVD. C’est la seule industrie que je connaisse qui insulte et déclare la guerre à ses clients. Pourquoi pas, mais qu’elle ne s’étonne pas de voir ses ventes péricliter.”

Lire la suite…

Les 12 suggestions d’un chercheur à ses amis bibliothécaires (Le coin de Marlène)

“- Faire campagne publiquement pour plus d’ouverture
Vous pouvez le faire. Pensez chaque jour à quelque chose qui devrait être ouvert. Puis réfléchissez à comment vous pourriez y arriver. Rejoignez l’Open Knowledge Foundation. Aucun des Panton Principles n’est hors de votre portée. Ni le projet Open bibliography de l’OKF. Ni le CKAN
Engagez-vous dans des projets comme mySociety. Encouragez la démocratie numérique…

– Rendre la bibliothèque ludique
Certaines des innovations les plus intéressantes se basent sur une addiction ludique. Aucun problème avec ça. Rendez amusant l’usage de la bibliothèque – sous quelque forme que ce soit. Rendez-le gentiment concurrentiel. Rendez-le motivant, comme cela peut l’être sur internet.

Et sortez de la bibliothèque et venez discuter avec nous. Si vous lisez ce blog, vous savez où me trouver pendant la pause déjeuner.”

Lire la suite…

Rencontres Wikimédia France 2010

Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance, s’est beaucoup investie cette année dans des partenariats culturels. Le mouvement Wikimédia dans son ensemble a initié de nombreux partenariats culturels partout dans le monde. Nous avons tous à apprendre des uns et des autres : faisons-le autour d’une table ! Les Rencontres Wikimédia 2010 souhaitent réunir le plus grand nombre d’acteurs culturels autour de ces nouvelles pratiques collaboratives en ligne favorisant le libre accès à la connaissance.

Ces Rencontres Wikimédia 2010 s’inscrivent dans la série des conférences GLAMWIKI, dont ce sera la troisième édition, la précédente ayant lieu à Londres les 26 et 27 novembre 2010 (voir http://glamwiki.org pour plus d’information).

La plupart des interventions sont en français. Une traduction simultanée sera disponible pour celles en anglais.”

Lire la suite…

Soyons maîtres de nos annotations (Hubert Guillaud)

“James Bridle (blog) était à #TOC10 à Francfort et a fait une remarquable présentation qu’il a mise en ligne sur son site sur la forme du livre et de son aura. Pour lui, l’avenir du livre ne réside pas dans la copie (homothétique ou pas), mais dans son aura, son ombre, son double virtuel – l’ombre informationnelle qu’évoquait Mike Kuniasvksy… et qui le conduit à lancer Open Bookmarks, un projet de standard pour créer un cadre technique permettant d’enregistrer, de stocker, de partager des signets, des données et d’annoter des livres électroniques.”

Lire la suite…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/10/2010

    […] Marin Dacos partage ses signets sur l’édition électronique. Dans 12 suggestions d’un chercheur à ses amis bibliothécaires (reprise de Peter Murray-Rust), je relève celle-ci: Mettre en place un nouveau type de presses universitaires C’est une des plus grosses occasions manquées du siècle. Les universités auraient pu créer de nouveaux modes de publication académique. Les coûts sont bien moindres maintenant – ce n’est peut-être pas trop tard. Avant que, dans 5 ans, Google ou son successeur gère les systèmes d’information universitaires. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.