La fin de l’imprimé

Une rapide réaction à la suite du billet “Changer nos façons de travailler” publié par Virginie Clayssen sur son blog teXtes. Je crois que le fond de la question n’est pas tellement celle du rapport à la technique, de la bonne distance à adopter pour un éditeur par exemple dans son rapport à la technique, qu’à sa capacité à gérer la transition d’un paradigme à l’autre. Parce qu’en réalité, le travail d’un éditeur est déjà très technique, dans sa manière de prendre en charge la préparation, la commercialisation, la circulation du livre imprimé. Le passage n’est donc pas d’un travail non technique à un travail technique, mais plutôt le passage d’un ensemble de compétences techniques exigées pour la réalisation du livre imprimé à un ensemble de compétences techniques demandées pour la réalisation de livres numériques. Du coup, je réagis à ce “on a des livres à faire !” évoqué par Virginie, qui dit que le livre numérique vient s’ajouter au livre imprimé. C’est du travail en plus, et donc qui passe après le travail normal que l’on fait tous les jours. Cette position me semble difficile à tenir, pour la simple raison que nous assistons à la disparition du paradigme dans lequel ce travail normal est effectué. Nous assistons à rien moins que la fin de l’imprimé.

Entendons-nous : lorsque j’évoque la fin de l’imprimé, c’est exactement de la même manière que JL Missika évoque la fin de la télévision, c’est-à-dire, pas la fin des écrans de télévision, mais la fin du paradigme télévisuel tel qu’on l’a vu se développer dans la seconde moitié du XXe siècle avec ses usages, son modéle économique, et surtout la manière dont la télévision formate les créations culturelles. De la même manière, lorsque je dis “fin de l’imprimé”, je n’évoque pas la fin de l’impression comme technique – comme les écrans de télévision, les documents imprimés se multiplient au contraire – mais la fin du livre imprimé, de la revue imprimée et du journal imprimé comme paradigmes culturels et intellectuels. Il est vrai que ce n’est pas dans le livre qu’on le voir le plus clairement. Je préfère évoquer pour l’instant la presse où l’évolution est beaucoup plus flagrante : l’apparition des pure players, le surgissement de sources totalement nouvelles comme Wikileaks, le développement du “journalisme de données” dont on parle tant sont en train de faire exploser le paradigme du journal imprimé : c’est-à-dire en particulier que l’imprimé impose de moins en moins ses contraintes propres au travail et à l’écriture journalistiques, et que ce sont au contraire les nouveaux supports numériques qui imposent aujourd’hui leurs contraintes à ce travail. L’article publié dans Owni sur l’émergence de ces profils hybrides de journalistes-programmeurs est tout à fait significatif il me semble (et il n’épuise pas tous les nouveaux profils qui surgissent d’ailleurs : le journaliste-community manager en est un autre).

Dans le secteur des revues, de sciences humaines en particulier, puisque je le connais mieux, il me semble qu’on commence à voir un frémissement, en particulier dans la manière dont les sources du travail de recherche sont convoquées. L’insertion de documents annexes, de documents multimédias, le renvoi vers des bases de données sont des éléments qui vont changer progressivement l’écriture scientifique elle-même. C’est d’ailleurs passionnant de voir comment certaines revues exclusivement numériques s’éloignent progressivement du paradigme original et se mettant à publier des documents, ou des textes très courts, ou des listes, bref, tout un ensemble de productions, d’écrits qu’on ne trouve pas dans les revues imprimées. C’est d’ailleurs aussi au niveau des rythmes de publication et de l’organisation documentaire de la revue elle-même que les choses se mettent à changer progressivement.  Il y aura donc toujours des revues imprimées bien sûr, mais je pense que ce seront de plus en plus des versions dérivées et secondaires de la version numérique qui portera de nouvelles manières d’écrire et de rendre compte de la recherche ou de la réflexion.

Dans le secteur du livre, c’est plus lent et moins évident. Virginie est justement une bonne observatrice de toutes les expérimentations qui foisonnent ici et là et elle en rend compte sur son blog. Je pense qu’on aurait tort de considérer ces expérimentations comme simplement marginales, parce qu’elles préfigurent des évolutions à venir. Dans certains secteurs d’ailleurs (livre pratique, guide de voyage, encyclopédies), elles sont déjà présentes. Je ne cesse de dire que Wikipédia, avec toute son ingénierie sociale et éditoriale en particulier, est pour moi un livre. C’est même sans doute le premier véritable exemple abouti de livre du paradigme numérique, et on voit bien qu’il a peu à voir, dans son mode de fonctionnement, dans sa réalisation, son modèle économique, ses usages et même son mode d’écriture, avec le paradigme du livre imprimé. Ce qui n’empêche pas qu’il en existe des version imprimées bien sûr. C’est ce que dit aussi, mais d’une autre manière, Bibliomancienne avec son billet sur la Bibliothèque du Congrès que je trouve très stimulant.

Alors voilà l’enjeu sans doute  pour un éditeur : comment passer d’un paradigme à l’autre. C’est-à-dire, comment, dans ses compétences, savoir abandonner progressivement (et l’adverbe est important) un certain nombre de celles qu’il possède aujourd’hui, parce qu’elles ne sont plus stratégiques,  pour dégager le temps d’en acquérir de nouvelles qui, elles, sont en train de le devenir. Comment identifier les tâches qui peuvent être externalisées, pour avoir la possibilité d’en prendre en charge, en interne, de nouvelles, sur lesquelles se concentreront demain l’essentiel de la valeur ajoutée d’un éditeur ? C’est là-dessus, que j’aimerais qu’on avance dans la réflexion. J’ai essayé de mon côté, d’explorer cette évolution dans “le livre et les trois dimensions du cyberespace“. Cet article n’a pas rencontré beaucoup d’écho. Je sais pour en avoir discuté avec certain éditeur de mes amis, qu’il dessine pour lui, un avenir à la fois improbable et détestable de son métier. Mais bon, je suis persuadé que c’est exactement à ce niveau que se situe le noeud du problème.


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. florent dit :

    Si je peux me permettre un commentaire je dirais que lorsque l’administration française souhaitait engager les français sur la voie de l’administration électronique rapidement et a du revoir ses prétentions à la baisse pour le moment.
    je pense donc que le tout imprimé électronique n’est pas pour demain et que les 2 formules cohabiteront encore pour quelques temps car les habitudes culturelles ne changent pas du jour au lendemain!

  2. fabienne Loup-Brunswick dit :

    Je viens de découvrir cet article et ses commentaires dans le cadre, justement, de mon humble réflexion mais grand intérêt pour l’édition numérique en tant qu’éditrice.
    Je ne délivre ici qu’un témoignage, manquant des compétences
    Je suis parfaitement d’accord avec l’analyse de Pierre Mounier quant au changement de paradigme qui n’a pas été intégré, particulièrement dans l’édition scolaire, secteur dont je suis issue.
    Celui-ci aurait dû/pu être anticipé. J’ai personnellement quitté Nathan en 1995 pour aller voir du côté d’internet et des cédéroms, considérant que je ne pouvais prétendre réfléchir à la transmission des connaissances en tant qu’éditeur scolaire (et ancienne prof) sans savoir de quels nouveaux outils on pouvait éventuellement disposer.
    Je me souviens de la réponse qui m’a été faite par la directrice éditoriale le jour où j’ai donné ma démission en en donnant les rasions : “Cela ne sert à rien, tu reviendras dans un an !”.
    Je suis effectivement revenue dans l’édition scolaire, notamment pour des raisons économiques, mais avec la conviction qu’il y a avait des choses à faire. Cela n’a intéressé personne. J’ai probablement eu tort, à l’époque, de ne pas suivre mes convictions mais nécessité fait loi…
    En 2010, soit 15 ans plus tard, je vais assurer en free lance l’édition d’un manuel scolaire papier. Quand j’ai posé la question d’un manuel/complément/outil numérique pour la même discipline et la même classe, on m’a répondu : “on verra après le BAT pour la version numérique”.
    Pour moi, c’est dramatique car la conception, ce que l’on peut attendre des auteurs, les intervenants et les compétences à mettre en œuvre ne sont pas les mêmes… et cela prouve que le changement de paradigme n’a pas eu lieu.
    Il n’y a eu encore la crise qui le permettrait peut-être.

    Pour répondre à Hubert Guillaud, très modestement, je dirais que l’éditeur ne doit pas avoir à déléguer, son métier doit évoluer et ce n’est pas la première fois. J’ai connu les bromures avant la PAO, même si le type de changement n’a rien à voir, ce dernier n’étant, pour le coup, qu’un changement technique.
    L’éditeur d’aujourd’hui a la chance d’avoir à sa disposition des moyens formidables pour diffuser les connaissances, pour amener les gens vers la lecture, pour enrichir de façon collaborative les savoirs, pour faire en sorte, dans le scolaire, que l’élève soit enfin au centre de la réflexion et ait envie d’apprendre. Tout cela ne signifie pas la fin de l’imprimé, ce n’est qu’une optimisation des outils et des supports en fonction d’un objectif.
    C’est ce que je considère être mon métier d’éditrice, et je le fais du mieux que je peux, mais en ayant un sentiment de frustation par rapport à tout ce qui est possible aujourd’hui et que je ne maîtrise malheureusement pas.
    Merci, en tout cas, de vos analyses qui m’apportent beaucoup.
    Bien cordialement,
    Fabienne Loup-Brunswick

  3. Réflexion très stimulante Pierre, oui. Je te rejoints tout à fait sur le parallèle que tu dresses avec le constat de Missika sur les écrans. Très intéressant également celui que tu fais sur la transformation en profondeur des revues, qui passent de l’expression d’un besoin de réplication à l’identique du papier à l’électronique à l’expression de besoins nouveaux, intrinsèquement numériques.

    Tu as tout à fait raison de vouloir regarder quelles sont “les charges, en interne, sur lesquelles se concentreront demain l’essentiel de la valeur ajoutée d’un éditeur”. Que doit-il rester de la compétence de l’éditeur ? Que doit-il déléguer ? Et ce de manière très concrète comme tu le dis… Que doit-il garder par devers lui ? Cela demande aussi de mieux comprendre ce qui se transforme entre l’imprimé et le numérique, entre Universalis et Wikipédia.

  4. Alain Pierrot dit :

    Au delà de la discussion (facilement oiseuse ?) sur la “fin de l’imprimé”, il me semble que les exemples de différence de pérennité cités par Bernard Majour et le point de vue de Pierre Mounier sur Wikipedia (qui me paraît expérimenter pratiquement une véritable génétique de la constitution d’un savoir) pourraient amener le débat sur le terrain de l’anthropologie et de la sociologie de la connaissance et de la communication, et des techniques mises en œuvre pour assurer leur fonctionnement, dans l’espace et dans le temps.

    Acquisition et transmission de connaissances requièrent des systèmes symboliques d’intermédiation, suffisamment durables dans le temps et dans l’espace pour abolir les distances qui séparent une expérience individuelle de son interprétation et de son usage par autrui (ou soi-même, à un autre moment).

    L’inscription du langage (sous la forme arbitraire de systèmes de signes) sur un support, un document, depuis l’écriture, s’est révélée un extraordinaire moyen de réplication de l’expérience. Mais tout document, toute expérience n’ont pas forcément le même horizon de pertinence, ni intrinsèquement, ni a fortiori pour chaque individu.

    Il n’y a guère de sens à investir autant de ressources (système symbolique, techniques d’inscription, instances de documents) pour pérenniser un échange de valeur ponctuelle, comme par exemple une observation météo, qu’un résultat scientifique, une expérience “exemplaire”, qu’on souhaite pérenniser et diffuser.

    Cela me semble ramener à une problématique d’édition et de publication : choisir le bon système symbolique en fonction de possibilités physiques et techniques, et en assurer la bonne “économie” dans le temps. À ce jour, il est vrai, les techniques numériques gagnent haut la main en terme de publication et de diffusion, mais paraissent (encore) extrêmement fragiles pour la pérennisation.

    Cela dit, elles mettent en évidence bien des usages où l’inscription pérenne sur du papier est un luxe sans objet pour une majorité écrasante d’usagers de la communication.

  5. Pierre Mounier dit :

    Bonjour,

    merci pour votre commentaire, très intéressant. Je suis d’accord avec la plupart des points que vous soulevez :

    – le passage de l’imprimé au numérique implique une instabilité du texte
    – le lien hypertexte se place dans la continuité de la référence bibliographique et a, par ailleurs, l’inconvénient de ne pas suivre le document qu’il pointe lorsque celui-ci est déplacé.

    Je ne vous suis pas en revanche lorsque vous vous appuyez sur ces constats pour développer une critique unilatérale des technologies numériques.

    1. A propos de l’instabilité du texte numérique : les logiciels d’écriture Wiki, comme celui qu’utilise Wikipédia, sont justement équipés de système d’historique permettant de retracer toutes les modifications qui ont été effectuées sur un texte. Dans ce cas donc, pas de risque de révisionnisme, bien au contraire. C’est intéressant comme on accuse le numérique d’être la cause à la fois de panoptisme -et dans ce cas on réclame le droit à l’oubli -, et en même temps de révisionnisme amnésique. On ne peut pas accuser une technologie de tout et son contraire. Ces critiques viennent à mon avis d’une méconnaissance des dispositifs. C’est le cas en particulier de Wikipédia qui est au centre d’uned réflexion et d’expérimentations très puissantes sur la questions de la stabilisation du texte.

    2. Le lien hypertexte a cette supériorité sur la référence qu’il permet au lecteur d’aller voir immédiatement la référence indiquée, ce qui n’est pas rien, croyez-moi ; surtout en ce qui concerne les publications scientifiques. Après, se pose le problème de l’erreur 404. La résolution de ce problème passe par le développement de bonnes pratiques (pour les documents qui changent d’adresse) et la prise en charge de l’archivage du Web (pour les documents qui deviennent indisponibles). Vous jugez absurde l’archivage du Web, mais pourquoi le serait-il plus que l’archivage de l’imprimé qui se fait depuis longtemps ? Et d’ailleurs, cette mission revient en partie aux bibliothèques pour certains documents, qui ont toujours eu ce rôle de conservation et d’accès non pas à l’imprimé comme vous le dites, car les bibliothèques ont existé bien avant l’imprimé, mais au livre, quelle qu’en soit la forme (tablette, rouleau, codex, imprimé, et maintenant numérique).

    Il faut voir que la stabilité et l’utilité de la référence bibliographique n’est pas “naturelle”, mais repose sur toute une construction avec des moyens, une organisation, des institutions qui la rendent possible. Ce besoin persiste évidemment avec le lien hypertexte aujourd’hui.

    Quelques précisions pour finir : si vous lisez bien mon texte, vous voyez que je n’annonce pas la fin de l’imprimé comme réalisation technique, mais comme paradigme. Je dis même que l’imprimé a tendance à se multiplier aujourd’hui. L’exemple du papier-monnaie que vous évoquez en est une bonne illustration : bien sûr que le papier-monnaie existe encore, et a de beaux hjours devant lui ; il est pratique dans bien des circonstances. Mais le système financier international repose aujourd’hui essentiellement, sur des transactions électroniques qui n’impliquent jamais de papier-monnaie. Pour les revues de sciences, vous avez l’air de considérer que c’est un bon exemple de persistance de l’imprimé. C’est en réalité tout le contraire : il y a fort longtemps qu ces revues sont passées au paradigme numérique…ce qui ne l’es empêche pas d’être imprimées.

    Bien cordialement,

    Pierre Mounier

  6. B. Majour dit :

    La fin de l’imprimé…

    alors discutons-en. 😉

    Je pourrais y répondre en beaucoup plus long.
    Mais je vais juste soulever deux ou trois points qui me semblent critiques sur le sujet.

    Qu’est-ce qu’un imprimé, sinon un document physique qui fige les mots, de manière irréversible. (document produit à grande échelle, diffusé largement, l’imprimé devient une référence durable et irréversible dans le temps.)

    Un tel document, un “imprimé”, peut alors servir de base de réflexion commune.

    Ce qui n’est pas le cas d’un document numérique non “imprimé”.

    Il suffit de regarder la Wikipedia pour s’apercevoir que des gens surveillent, en permanence, des articles pour les maintenir en l’état. (pour les figer ? les “imprimer” ?)
    Pour éviter leurs multiples réécritures (par des groupes particuliers des réseaux-sociaux)

    Ce que ne permettait pas l’imprimé papier, devient possible avec le numérique : réécrire l’histoire et le monde à sa convenance.

    C’est un premier point. Qui va à l’encontre de la fin de “l’imprimé”, ou même du rôle des éditeurs – garants temporaires de la version “définitive”, comme peuvent l’être les bibliothécaires, dépositaires eux-mêmes de ces versions définitives.
    Et pour les bibliothécaires, c’est même un de leur rôle primordial depuis des siècles et des siècles : préserver les imprimés, préserver les versions définitives des oeuvres.

    Ce qui est quand même une donnée fondamentale dans notre univers où chacun n’hésite pas à tirer la couverture à soi. Quitte à travestir la “vérité” si le besoin s’en fait sentir (Cf. toute bonne dictature qui se respecte, et aussi, accessoirement, 1984 de George Orwell… Oeuvre où on se demande bien pourquoi les fonctionnaires d’archives réécrivaient l’histoire jour après jour (sur du papier journal ! et pour quels lecteurs.)

    Le deuxième point qui m’interpelle, c’est bien sûr le livre hyper-texte, et donc l’hyper-lien qui devrait être la panacée absolue capable d’entraîner la disparition du papier imprimé (que l’on ne peut pas hyper-lié ?)

    Cependant, l’hyper-lien a toujours existé : il s’est appelé pendant des centaines d’années “référence” (référence bibliographique s’il est besoin de le rappeler, ou citation quand il s’agissait de citer un auteur connu.)
    La technique actuelle permet de jouer de manière plus fine et plus directe : on peut tout hyperlier. (Et même aller plus loin. Cf. http://www.cornu.eu.org/texts/ipv6-et-adressage, Adressage IPV6 capable d’indexer chaque grain de sable de la terre)

    Cependant (bis), force est de constater que l’hyper-lien est un piège à Schtroumpf isolé.
    Pour avoir voulu visiter des liens vieux de trois ans (sur un magazine), j’ai à peine pu en consulter 1 à 2 sur 10.
    Et je suis toujours hilare lorsque je vois des références hypertexte avec les mots “visité à telle date”. 😉

    Imaginons, juste un instant, ce que pourrait donner la référence : lu dans la gazette de Trifouillis les oies à l’époque du roi Louis Philippe, par dessus l’épaule du comte de X.

    Car c’est exactement ça qui va arriver, et qui arrive quand on cite un blog.

    Un lien hypertexte n’a aucune durée de vie fiable, ou stable (imprimé ?)
    Du jour au lendemain, d’un simple Suppr ou d’un déménagement de blog, ou de provider, tout l’hyperlien part dans le néant du web. (la fameuse erreur 404)
    Au point que Google a créé des caches, et que d’autres ont créés les Archives du Web. (Stocker plusieurs fois le Web dans le Web, bonjour l’ambition)

    Cependant (ter), il est encore pire :
    Rien n’étant imprimé, tout est modifiable à discrétion. Et d’un site pour enfant, on peut obtenir un site pornographique en remplacement… avec le même lien. (cas fréquent !)
    Sans aller jusqu’à cette extrême, rien n’empêche un auteur de la Wikipedia de modifier un texte pour lui faire dire son contraire, même temporairement. Ou encore le propriétaire d’un blog de changer tout son billet, rendant caduque tout lien basé sur l’ancienne version. (Que le lien soit Openurl ou pas)

    Là, je dirais bien que nous sommes dans le même cas que les éditeurs qui disent : “on a des livres à faire” et que créer des livres numériques est bel et bien une tache supplémentaire…
    durant le temps de transition.

    Oui, on ne transforme pas un paquebot en avion d’un coup de baguette magique.
    Le temps que les liens hypertextes deviennent fiables, que les auteurs scientifiques ne changent pas leur thèse au fur et à mesure de leurs recherches, empêchant toute discussion.

    Car, il s’agit bien de ça. Que ce soit en littérature ou dans le monde scientifique : chaque auteur peut réécrire son “livre” autant qu’il le souhaite. (autant qu’il le souhaite si personne ne valide, ne ferme les possibilités de modifications… empêchant l’1984 de la science).

    Et là, peut-on discuter d’une science si personne n’expose jamais ses expériences et conclusions ?
    Idem, si les exposants malgré tout, chacun change sans cesse son papier au fur et à mesure des remarques pour les accommoder au plus grand nombre.
    Ce plus grand nombre, dont on sait qu’il n’a pas toujours raison, et Einstein l’a démontré brillamment.

    En clair : comment réfuter une thèse qui évolue sans cesse ?
    Comment s’opposer si le blogueur change sans arrêt son texte.

    Et même comment éditer, lier ?, un texte que l’auteur réécrirait sans cesse ?

    “L’imprimé” est une strate permettant l’avancée.
    Sans strate, ni fondation, on ne peut plus rien construire.
    Peut-on alors reprocher aux éditeurs de ne pas accepter cet envol vers un monde plus marécageux qu’autre chose. Du jour au lendemain, tous les liens – construits avec soin et patience – pourraient tomber à vide, du jour au lendemain l’auteur peut dire l’inverse de ce qu’il a écrit mettant un éditeur dans l’embarras avec ses actionnaires.

    Certes, un esprit pur peut ne voir que le côté galaxie brillante et attractive d’autres ressources, mashup savant et encyclopédique du meilleur de l’homme. Mais cet esprit pur oublie tout le côté mercantile de l’homme… et qu’il suffit de bien peu pour ruiner toute une galaxie.
    Le simple trou noir d’une publicité peut anéantir la meilleure des réflexions. Imaginons simplement Einstein faisant de la publicité pour les préservatifs Durex… en plein milieu de sa théorie sur la relativité.

    Plus subtil : le lien vers une théorie fille (fille mais d’un autre) qui plaît mieux aux annonceurs.

    Ce qui pose la question :
    – de l’hyperlien,
    – de qui les pose,
    – de qui les finance,
    – et de qui les entretient.

    Avec l’imprimé, on sait de qui on parle, on connaît les références et le gage de sérieux de l’éditeur (même si c’est seulement à une époque donnée).
    Avec l’évanescent numérique, on ne sait plus.
    Et même s’il ne s’agit pas de 1984, on sent très bien que certains tentent de nous manipuler.

    Les médias ne vendent-ils pas du temps de cerveau disponible pour les annonceurs ?
    Le Net n’est-il pas une magnifique opportunité pour les annonceurs qui sont sur toutes les pages importantes ? du Web. (et bien malin l’éditeur actuel qui saurait sur quel site s’installer avec un public aussi volatil que l’Internaute.)

    De plus, avec le papier, le rachat d’un éditeur par un grand groupe ne pouvait en aucune façon modifier le passé imprimé, il n’en est plus de même avec passé le numérique.
    Et n’est-ce pas la confiance qui est à la base du Web et des réseaux sociaux ?

    Comme on fait confiance à son banquier ???
    Avec circonspection, il est vrai ;-), mais avec confiance quand même.

    Ce qui m’amène au dernier point de la “fin de l’imprimé”.

    Car je vais juste soulever, brièvement, un autre papier imprimé : le papier monnaie.

    Une bonne logique numérique voudrait la disparition complète et immédiate du papier monnaie (& des pièces), et pourtant TOUS les pays continuent à en utiliser.

    Alors la fin de l’imprimé ?
    J’ai un doute, surtout que “l’imprimé” c’est le papier monnaie de la culture, ou de la science.

    Surtout si j’en crois :
    http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/question_actu.php?langue=fr&id_article=1583
    Un autre indicateur témoin de la vitalité de la recherche française, positif celui-là, rassemble également acteurs du secteur et décideurs politiques. Il s’agit de la bonne tenue des publications scientifiques françaises dans les grandes revues internationales. Indicateur de performance particulièrement important puisqu’à lui seul il témoigne que la recherche fondamentale française est mondialement reconnue : elle produit des connaissances et des résultats.
    […]
    mais
    Globalement, il montre que les publications françaises sont moins citées que celles des chercheurs allemands et britanniques. Elles n’affichent cependant pas de difficultés particulières, puisqu’elles ont faiblement progressé de 2 % environ entre 1995 et 2000.

    Etrange n’est-ce pas, ce papier “monnaie” qui continue à circuler, alors que l’arrivée de la carte bleue aurait dû le faire disparaître ? (carte American Express 1957, déjà 53 ans.)
    1957 à rapprocher de l’explosion de la Bulle Internet en 2000, d’où la frilosité des éditeurs ? A moins que ce ne soit un problème de compétences, comme ces journalistes programmeurs (!) qui commencent à apparaître.

    Voilà déjà trois points qui m’interpellent sur la “fin de l’imprimé” que l’on, que vous considérez comme acquise.

    C’est comme si on me disait que, aujourd’hui, il n’y a plus de conteurs à travers le monde.
    Que demain, tous les auteurs écriront des never ending stories ! Des histoires sans fin.
    Ou encore que l’intelligence collective va apporter des solutions à tous les problèmes scientifiques du monde.

    C’est possible, transitoire, comme dans toute mutation.

    Comme la création d’un livre alliant écriture, art et multimédia, (en attendant l’odeur et le kinesthétique d’un casque olfactif et d’une combinaison sensitive), ou encore comme la transmission de pensée d’auteur à lecteur. (en alliant toutes ces technologies, on en sera proche, non ?)

    Mais là, parlera-t-on encore de livres ou de mondes virtuels personnalisés ?
    Les jeux informatiques sont-ils déjà les “livres” de demain, lorsqu’ils deviennent de plus en plus des films interactifs ?

    Parler de livres, de films ou de jeux, cela a-t-il seulement du sens si je ne peux partager la même “lecture”, le même parcours avec personne ?

    Mais peut-être que je me trompe, car que recouvre exactement le mot “imprimé” pour vous ?

    Avant d’en décréter la fin, ce serait bien de le savoir. 🙂

    La fin de l’imprimé, ou bien la fin de l’imprimatur ?

    En espérant que l’on ne tombe pas sur ceci (dont je conseille la lecture) :

    http://www.reunion.iufm.fr/dep/mathematiques/abracadabri/abraJava/Logique/Transfert.html
    Et en quelques génération[s], on voit les mathématiciens chinois écrire qu’ils ne comprennent pas les textes classiques du I° siècle avant JC [relatif aux baguettes], et peu à peu les supprimer des éditions ultérieures. Il est possible que ce transfert de support non préparé soit une des raisons pour lesquelles les mathématiques chinoises n’ont plus rien créé de nouveau à partir du XIV° siècle.

    Le changement de support n’est pas aussi neutre qu’il y paraît.

    Bien cordialement
    B. Majour

  1. 05/08/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by marie d. martel and Pierre Mounier, mtloureiro. mtloureiro said: RT @piotrr70: La fin de l’imprimé | Blogo-Numericus: Une rapide réaction à la suite du billet http://bit.ly/dsKjOz […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.