Le paradigme de l’accès

Open access, by AJC1, licence CC

Open access, by AJC1, licence CC

Depuis la Budapest Open Access Initiative (BOAI), le mouvement en faveur du libre accès à la littérature scientifique en ligne se structure et progresse fortement.

Initiée en 2003, la Déclaration de Berlin pour le libre accès a été signée par 300 établissements dans le monde, mais par moins de 20 organismes français. La diffusion la plus large possible des résultats de la science est pourtant dans les missions et dans l’esprit des universités, depuis leur fondation. Il s’agit là d’un enjeu de société, touchant à la fois à des questions de culture et de citoyenneté, mais également à des questions strictement heuristiques et, enfin, à des questions d’impact.

Internet constitue une révolution de l’accès. L’ancien paradigme de la rareté, lié à la contrainte analogique, est aujourd’hui remplacé par un paradigme de l’accès. La révolution de l’accès, constitutive d’Internet, ne sera parachevée que lorsque les barrières à l’accès aux textes auront pu être levées les unes après les autres, pour tous, riches et pauvres, du Nord et du Sud.

Cela ne peut se faire dans la précipitation, sans méthode et sans inventer un nouveau modèle. Ce modèle s’appuie sur les deux voies, la voie dorée (édition électronique ouverte) et la voie verte (archives ouvertes). Dans tous les cas, il ne s’agira pas de gratuité, mais de libre accès. La nuance est d’importance, car la gratuité n’existe pas : il est nécessaire d’inventer des modèles amont de financement de l’édition scientifique, au lieu de maintenir de coûteuses et stériles barrières aval.

La science y gagnera en créativité. Le savoir en puissance. La culture en diversité. La démocratie en éclairages. Alors que le NIH, le MIT et l’université de Stanford ont mis en place des obligations (« mandats ») de libre accès pour l’ensemble des recherches qu’ils financent, il est plus que temps de se prononcer en faveur du libre accès à la littérature scientifique, et de chercher à la mettre en oeuvre progressivement, partout et chaque fois que cela sera possible.

Extrait d’une note de synthèse sur le libre accès, accompagnant une intervention au Conseil scientifique de l’Université de Provence en novembre 2009.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Stevan Harnad dit :

    LA LIBERTÉ LIBRE

    Il y a non seulement deux voies vers la liberté d’accès — la voie dorée de l’édition ouverte et la voie verte de l’autoarchivage ouvert — mais il y a deux formes ou degrés de la liberté d’accès. (Leurs traductions — maladroites — seraient le libre accès « «gratuit » [LAG] (« gratis open access ») et le libre accès « libre » [LAL] (« libre open access »).)
    http://openaccess.eprints.org/index.php?/archives/442-guid.html

    Le LAG est l’accès gratuit en ligne. Le LAL est le LAG plus certains droits de réutilisation, donc la « libération » d’un texte non seulement des barrières d’accès mais aussi des barrières de permission.

    Mais la cible principale du mouvement pour le LA est la littérature lectorisée (contrôlée par les comités de lecture): les 2,5 millions d’articles publiés chaque année dans les 25,000 revues scientifiques qui se publient sur notre plamète. Pour cette littérature-là, les auteurs/chercheurs ne souhaitenent que ce que leurs textes soient accessibles gratuitement en ligne à tout utilisateur pour pouvoir les rechercher, télécharger, lire, imprimer, analyser, citer — bref, pour utiliser leurs *contenus*– mais pas pour réutiliser ou republier ou autrement triptoter avec leurs verbatims dans les sortes de «mixage » que souhaitent le mouvement pour les biens communs créatifs ( « creative commons » ) tels que dans le cas des dessins animés de Disney, remixés par les ados pour ensuite afficher sur youtube.

    Donc vive la gratuité, le coeur du LA! Nous l’aurons dès que nos universités et nos subventionnaires de recherche adoptent des politiques obligatoires ( « mandats » ) tel qu’en font déja une centaine: http://www.eprints.org/openaccess/policysignup/

    Reportons la recherche de la liberté « libre » au lendemain de l’arrivée éventuelle de la gratuité pour laquelle nous sommes déja si longtemps en attente…

    Stevan Harnad
    American Scientist Open Access Forum

  2. Stevan Harnad dit :

    LA LIBERTÉ LIBRE

    Il y a non seulement deux voies vers la liberté d’accès — la voie dorée de l’édition ouverte et la voie verte de l’autoarchivage ouvert — mais il y a deux formes ou degrés de la liberté d’accès. (Leurs traductions — maladroites — seraient le libre accès « «gratuit » [LAG] (« gratis open access ») et le libre accès « libre » [LAL] (« libre open access »).)
    http://openaccess.eprints.org/index.php?/archives/442-guid.html

    Le LAG est l’accès gratuit en ligne. Le LAL est le LAG plus certains droits de réutilisation, donc la « libération » d’un texte non seulement des barrières d’accès mais aussi des barrières de permission.

    Mais la cible principale du mouvement pour le LA est la littérature lectorisée (contrôlée par les comités de lecture): les 2,5 millions d’articles publiés chaque année dans les 25,000 revues scientifiques qui se publient sur notre plamète. Pour cette littérature-là, les auteurs/chercheurs ne souhaitenent que ce que leurs textes soient accessibles gratuitement en ligne à tout utilisateur pour pouvoir les rechercher, télécharger, lire, imprimer, analyser, citer — bref, pour utiliser leurs *contenus*– mais pas pour réutiliser ou republier ou autrement triptoter avec leurs verbatims dans les sortes de «mixage » que souhaitent le mouvement pour les biens communs créatifs ( « creative commons » ) tels que dans le cas des dessins animés de Disney, remixés par les ados pour ensuite afficher sur youtube.

    Donc vive la gratuité, le coeur du LA! Nous l’aurons dès que nos universités et nos subventionnaires de recherche adoptent des politiques obligatoires ( « mandats » ) tel qu’en font déja une centaine: http://www.eprints.org/openaccess/policysignup/

    Reportons la recherche de la liberté « libre » au lendemain de l’arrivée éventuelle de la gratuité pour laquelle nous sommes déja si longtemps en attente…

    Stevan Harnad
    American Scientist Open Access Forum

  1. 26/11/2009

    […] This post was mentioned on Twitter by Silvae, Revues.org. Revues.org said: Le paradigme de l’accès http://bit.ly/7vheMk […]

  2. 26/11/2009

    […] This post was mentioned on Twitter by Silvae, Revues.org. Revues.org said: Le paradigme de l’accès http://bit.ly/7vheMk […]

  3. 23/12/2009

    […] l’intégralité de ce billet de Marin Dacos sur […]

  4. 23/12/2009

    […] l’intégralité de ce billet de Marin Dacos sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *