Jongler

mario_groleau - 3518757118

Les évolutions numériques de la science sont marquées par la vitesse. La mutation des usages et des enjeux s’opère à une vitesse inédite, bousculant en profondeur les représentations et déstabilisant l’organisation institutionnelle, construite pour stabiliser l’académie en tant que productrice de savoir, d’autorité et d’enseignements.

Parallèlement, la science continue à progresser très vite et il est difficile pour les chercheurs de lire tout ce qui paraît dans leur domaine de spécialité. On comprend que les promoteurs des Digital humanities, dont je fais partie, soient quelquefois déstabilisés de constater des écarts vertigineux entre les prises de conscience par les acteurs (chercheurs, éditeurs, universités) selon les endroits et les moments. De 1999 à 2009, dix ans de rencontres permanentes n’ont cessé de me donner le sentiment que la puissance des évolutions était imprévisible. Dès lors, préparer une conférence sur les enjeux de l’édition électronique reste une mission impossible, si l’on n’a pas eu la chance de rencontrer la communauté scientifique qui invite.


Au congrès Elpub, rencontre internationale annuelle sur l’édition électronique, on ne discute plus, depuis longtemps, de la pertinence du libre accès (OA). On s’interroge sur le façon de le structurer, de le rendre possible, de l’améliorer, etc. On discute de fédération d’outils, de modèles économiques innovants, de stratégies en tous genres pour faire mieux.

Au Conseil scientifique puis au Conseil d’administration de l’université de Provence, on m’invite pour présenter la question de l’Open Access, afin que je défende l’idée d’une signature de la Déclaration de Berlin. Nombreux ont déjà participé à des débats sur le sujet, mais il est complexe et toujours marginal par rapport aux préoccupations disciplinaires. Il faut donc des digital activists, qui viennent présenter le dossier, en réaliser une synthèse, pousser les arguments, résumer le débat, annoncer les discussions à venir sur le « mandat OA ». Je fais une synthèse : 300 établissements ont signé la Déclaration de Berlin, depuis 2003. La France n’est pas bien représentée, car les signataires ne sont que 17…


L’Université de Provence va-t-elle relancer le mouvement de signatures françaises de la Déclaration de Berlin?

Signataires français de la Déclaration de Berlin

Université Blaise Pascal
Institut National Polytechnique de Grenoble
Université de Haute-Alsace
Université Paris-Sud 11
Université Montpellier 2
European Research Consortium for Informatics and Mathematics
Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement
Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts
Université Lumière Lyon 2
Institut de Recherche pour le Développement
Ecole Pratique des Hautes Etudes
Institut National de la Recherche en Informatique et Automatique
Institut National de la Recherche Agronomique
Institut Pasteur
European Geosciences Union

Pour obtenir un vote quasi-unanime, il faut encore distinguer le libre accès et les archives ouvertes, le premier étant plus facile à comprendre pour certains que le second, effrayés par l’objet nouveau et son apparente absence de régulation. Et c’est dommage. Evoquer les établissements qui ont adopté le mandat, l’obligation de dépôt pour toutes leurs productions, l’Université de Stanford, le MIT, le National institutes of health, apaise les inquiets et permet le vote d’une décision forte en faveur de la Déclaration de Berlin, avec le soutien sans ambiguïté du Président (Jean-Paul Caverni) et du Vice-Président (Denis Bertin).


Au World science forum (WSF), à Budapest, le débat s’ouvre à peine. Cela semble paradoxal pour la ville qui a accueilli dès 2001 le Budapest Open Access Initiative (BOAI), mais c’est manifeste. L’activiste digital qui vient expliquer les vertus du libre accès doit faire assaut de pédagogie, ne doit pas introduire la notion de cyberinfrastructure ni engager le débat en direction des difficultés liées à la main-mise de Crossref sur le « marché » des identifiants uniques DOI et du Crosslinking (liens croisés). Il faut redire, avec simplicité, l’efficacité scientifique, éditoriale et politique de l’open acces. Préciser clairement que l’open access ne doit pas être confondu avec la gratuité… car il faut bien que quelqu’un paie, quelque part. L’orateur qui me suit présente les difficultés des jeunes chercheurs africains à faire émerger des pôles de recherche forts en Afrique. Ce message, sans doute préparé par des décennies de prise de conscience politique, est audible et trouve un fort écho. Mais peu de gens, dans l’assemblée, semblent en mesure de relier la question de l’open access à la question des relations Nord/Sud.
Pas facile, de jongler entre les publics, dont la conscience des enjeux est si inégale.

En expliquant les fondements de la réflexion sur le libre accès, débattus depuis 10 ans, on risque d’endormir le public avec un propos trop général, trop philosophique et politique, qui a été ressassé. Mais, en précisant l’argumentaire, en l’actualisant et le contextualisant, c’est-à-dire en entrant plus en détails dans les enjeux de gouvernance de l’écosystème numérique universitaire (Science commons, DOI, OAIster, OAI-PMH, …), on risque de donner une teinte excessivement technologique au propos, et, ce faisant, de le disqualifier, en le rendant inaudible.
La suite à Alexandrie en avril 2010.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.