La «french touch» des archives ouvertes


Conférence de presse
La semaine dernière, les représentants des principaux organismes de recherche et de l’enseignement supérieur en France, on fait une conférence de presse pour présenter la plate-forme nationale d’archives ouvertes qu’ils sont en train de mettre en place. En fait, quand on creuse un peu, on se rend compte que ce n’est pas tellement la plate-forme en soi qui est nouvelle (elle existe en effet depuis 2001), que le protocole d’accord, signé par tous, qui lui donne un statut de plate-forme nationale unifiée pour les archives ouvertes en France.

Ce protocole d’accord, et l’approche des archives ouvertes qu’il soutient, est très particulier, et mérite quelque explication. Les bons connaisseurs de la question n’ont en effet pas manqué de remarquer à quel point le texte, mais surtout la notion même de plate-forme nationale, est en décalage par rapport à la réalité et au mode opératoire du mouvement à l’échelle internationale. Comme on le voit écrit souvent, la notion d’archive ouverte signifie beaucoup de choses. Historiquement cependant, elle est liée à l’implémentation d’un protocole d’interopérabilité permettant à des dépôts locaux d’articles scientifiques d’être indexés par des moteurs spécialisés indépendants de ces dépôts. L’objectif est la simplicité et la proximité. Il s’agit, à l’origine du mouvement, de permettre à des acteurs proches des équipes de recherche, de mettre très simplement et facilement à leur disposition des outils de mise à disposition des publications tout en satisfaisant à des critères minimaux de description de ces publications leur permettant d’être facilement agrégés au niveau d’outils de recherche et d’exploration d’information scientifique. Ce mouvement s’appuie donc sur une articulation local-global directement congruente avec les propriétés de l’information numérique. Dans cette perspective, on voit fleurir sur la surface de la planète une multiplicité d’archives ouvertes basées sur la proximité institutionnelle (l’archive de telle ou telle université, ou même de tel département de telle institution de recherche) ou disciplinaire (en physique des hautes énergies, en économie, en sciences cognitives, etc.).

Ici, en France, les choses ne sont pas aussi simples. La prégnance d’une culture politique idiotique (attention, je n’ai pas dit idiote), rend très difficile le développement et la pérennisation d’initiatives locales non relayées par le pouvoir central. On peut toujours s’agiter autour des slogans de la déconcentration, de la décentralisation, des processus de prise de décision bottom-up et de la gouvernance responsable, la réalité quotidienne de l’exercice banal du pouvoir est encore essentiellement inverse : top-down, centralisé, cloisonné dans les limites d’une société de caste. Non pas que toute innovation en soit bannie. On pourrait citer mille exemples de projets innovants, venus des acteurs de terrain et ayant connu un certain développement. Ces projets connaissent d’ailleurs souvent une certaine popularité : petits, marginaux, créatifs, ils sont sympathiques. Le drame vient après, lorsqu’il s’agit de grossir, d’avoir prise sur son contexte, lorsque l’innovation doit changer véritablement quelque chose dans son champ. A ce moment, la quasi-totalité des projets se heurte au mur en béton armé du conservatisme et des positions établies…et dépérit. Pour résumer un constat fait dans de nombreux domaines, nous savons concevoir des projets innovants, nous savons faire perdurer des institutions, mais lorsqu’il s’agit que l’innovation ait prise sur l’institution et, pour le dire simplement, la réforme, la bataille est très souvent perdue.

Ce passage par lequel l’innovation placée, du fait même de ses caractéristiques, dans un statut relativement marginal prend une position plus centrale et change les choses, est très exactement ce qui est en train de se dérouler pour cette plate-forme particulière, mais aussi, plus généralement pour le mouvement des archives ouvertes en France. La conférence de presse de la semaine dernière, ne serait-ce que pour sa mise en scène symbolique, à l’Académie des sciences au coeur du 6ème arrondissement parisien avec son protocole de prise de parole, en est l’éclatante manifestation. Et évidemment, pour en arriver là, c’est-à-dire un soutien officiel des représentants institutionnels au mouvement, il a fallu le teinter fortement de cette culture nationale centralisée si étrangère en fait au mode d’organisation fédératif des archives ouvertes dans le monde. Ce serait un bel exercice de sociologie politique appliquée que de prendre HAL pour objet d’étude et d’en décortiquer les traits distinctifs sous cet angle d’analyse ; comme un objet-frontière, à l’interface entre des environnements hétérogènes, ayant pour fonction de résoudre une série de contradictions. Je n’ai malheureusement pas le temps de pousser cette analyse ici, mais peux simplement indiquer des pistes, comme l’invention du « tampon » qui est propre à cette plate-forme, véritable coup de génie techno-politique et qui mériterait un article à lui tout seul.

Dire que le mouvement des archives ouvertes est aujourd’hui au point critique de son institutionnalisation, de son passage de la marginalité à la centralité et que HAL est l’outil de ce passage en France n’est ni optimiste ni pessimiste ; ni critique ni favorable à l’égard de HAL. C’est simplement désigner le lieu où vont s’exercer à partir de maintenant et de manière de plus en plus puissante les rapports de force entre des acteurs différents et parfois opposés, poursuivant chacun des objectifs discordants : chercheurs CNRS, universitaires, communautés disciplinaires, documentalistes, administratifs et politiques de la recherche (directions de ministère/CNRS/ANR), directeurs d’établissement, responsables de laboratoire, et je dois en oublier, tout le monde se retrouve dans HAL et chacun n’y voit évidemment qu’une partie de l’ensemble. Les choses auraient été évidemment différentes, les forces de pression bien moins fortes dans une contexte national différent engendrant plusieurs archives disséminées à plusieurs endroits et plusieurs niveaux. Mais voilà, nous sommes en France, il ne sert à rien de s’en lamenter, nous ne pouvions donc faire autrement que produire une archive unique conformément à notre génie national. Il est à cet égard très instructif de lire le véritable dialogue de sourds qui a pu s’engager entre le britannique (mais bon connaisseur des particularités françaises) Stevan Harnad et Franck Laloe sur ce sujet. L’argument de la proximité sur lequel Harnad revient en permanence est sans doute valable un peu partout dans le monde ; il ne l’est certainement pas en France où nous avons besoin, pour des raisons sociologiques et politiques bien identifiées, d’un lieu spectaculaire unique où chacun vient se représenter sa position dans la société (savante ici) .

On peut être cocardier, fier, comme on l’a souvent été, de ce que nous sommes et croire à l’excellence de notre modèle comparativement à ce qui se fait ailleurs dans le monde, sans voir qu’actuellement, la particularité française est plutôt un handicap qu’autre chose. On peut aussi se haïr soi-même et regretter de n’être pas né ailleurs, comme c’est aujourd’hui le cas pour beaucoup de gens de ma génération. On peut enfin accepter son héritage politique et tenter de voir ce qu’on peut faire avec. Mettre en place l’archive commune n’est pas renoncer à l’esprit des archives ouvertes, mais placer son action dans un contexte donné de manière à lui donner prise. Reste à s’organiser.

Crédit Photo : Marin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *