Numérisons ! Numérisons !

On s’agite beaucoup autour des questions de numérisation actuellement. On numérise en masse ; on va numériser à la chaîne. Tâche ingrate, difficile et qui ne peut être menée que par de grosses institutions car nécessitant une lourde manipulation logistique (le mot qui revient le plus souvent dans les conversations est « volumétrie »).

Et puisqu’on parle de la presse du XIXème, ailleurs, on a commencé un travail de nature un peu différente : il y a numérisation, certes, mais pas seulement : car l’objectif est de profiter de la mobilisation autour de l’enjeu de numérisation pour mobiliser une équipe scientifique effectuant un travail historique sur le texte. Du coup, on aboutit à une double édition : à la fois numérisée (en mode image) et annotée (en mode texte).

Et tout cela finit chez Google bien sûr…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *