Le Complexe du Cyclope. Le Centre national du Livre et les revues

JPEG - 8.9 ko
Wasserspiegel
Image par froodmat. Licence CC.

Sophie Barluet a rendu un rapport en avril 2006 suite à la mission que lui avait donné en mai 2005 Eric Gross, alors Président du CNL, le Centre national du Livre [30] Il s’intitule Les revues françaises aujourd’hui : entre désir et dérives, une identité à retrouver. Long de 146 pages, ce rapport se décompose en quatre parties : Un modèle historique, Un modèle éclaté, Un nouveau modèle ?, Quelle politique pour un nouveau modèle. Je ne m’étendrai pas sur la partie historique, ni sur la question des revues de création, qui est très spécifique et dépasse mes compétences, et concentrerai mes remarques sur la question des revues en Sciences humaines et sociales.

L’enquête est provoquée par une volonté de modernisation et de rationnalisation de l’aide du CNL aux revues, alors que le nombre de titres soutenus a augmenté, que le modèle historique des revues a évolué et tandis que leur situation générale se dégradait : baisse de la visibilité médiatique, dégradation de l’équilibre économique et émergence du support numérique (pp. 8-10).

Sophie Barluet liste les principaux organismes qui fournissent une aide aux revues en Sciences humaines et sociales : le Ministère des Postes et des Télécommunications (Commission paritaire des Publicatins et Agences de Presse, CPAP), Le Ministère des Finances (TVA réduite), le Ministère des Affaires sociales (Fonds d’Action et de Soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, FASILD), le Ministère des Affaires étrangères (abonnements, traductions sur le site du Quai d’Orsay), le Ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche (CNRS, presses universitaires, portails, bibliothèques universitaires), le Ministère de la Culture et de la Communication (CNL, Entr’evues). Le Ministère de la Justice finance et les Régions auraient sans doute également pu être citées. Je m’interroge, en particulier, sur la nature, la qualité et la cohérence de l’aide apportée par les régions. Les deux poids-lourds sont cependant le CNRS et le CNL. En 2004, le CNL a accordé 1 616 129€ de soutien aux revues, qu’elles soient de création ou SHS (aides à la publication, aides à la traduction en français, aides à la numérisation). Les Sciences humaines et sociales représentent 45% des aides apportées par le CNL à la création et au développement des revues (p.113). Le CNRS apportait en 2002 un budget de 3 517 000 euros aux revues SHS. Il soutenait alors 193 revues, soit 18 222 euros par titre (p. 112). « Ce total inclut des subventions directes (450 000 euros) ainsi que des aides indirectes par la prise en charge d’agents et de chercheurs (77 équivalents temps plein) » précise Sophie Barluet. [31] Le CNL a, en dix ans, doublé le nombre de titres aidés, avec une forte tendance à la reconduction des soutiens, années après année. Si la subvention est théoriquement plafonnée à 25% des frais de fabrication et de diffusion, ce taux est dans la pratique variable, notamment pour les petites revues, dont le CNL finance parfois plus de 50% de leur budget (pp. 120-121).

Il me semble inutile de paraphraser les principales recommandations qui sont proposées dans le rapport. Je les ai donc recopiées et placées en annexe de ce billet, telles qu’elles apparaissent des pages 137 à 139.

Rappelons qu’il ne s’agit, ici, que de recommandations, qui pourront ne pas être adoptées ou qui pourront être amendées. Mais, en l’état, elles sont révélatrices d’une démarche du CNL qui reste centrée sur l’édition papier, et confère au numérique le rôle d’éclaireur-défricheur, pas beaucoup plus. C’est une avancée réelle, mais la force de séduction du support papier, dont les qualités ne peuvent être contestée, exerce toujours une forte emprise sur les raisonnements et les systèmes de valeur. Lors d’une réunion de présentation de ce rapport, d’autres acteurs de premier plan ont également manifesté leur attachement presque exclusif au support papier. Certes, le temps n’est plus à l’anathème contre la lie électronique [32]. Les temps des dénonciations du numérique comme « fossoyeur des revues » semble également derrière nous. Pour autant, dans bien des esprits, le numérique reste un appendice de la grande édition, celle de Gutenberg. Sans doute les mêmes défendront-ils l’édition électronique traditionnelle dans vingt-cinq ans. Nous verrons. Il reste qu’une telle politique rend difficile l’exploration des pistes nouvelles que permet l’édition électronique.

Les préconisations de ce rapport qui intéressent le plus les revues sont cependant ailleurs. En affirmant que les revues publiques ne doivent pas recevoir d’argent public, le CNL ferme la porte à de nombreuses revues SHS. Le rapport ne précise pas les raisons de ce choix, mais Benoît Yvert, Président du CNL, a répondu que cette injonction venait de Bercy. Puis par le fait que les éditeurs privés prennent un plus grand risque que les éditeurs publics. Le premier argument de Benoît Yvert provient, me semble-t-il, du risque de concurrence déloyale faussant les règles du marché. Mais les revues en Sciences humaines relèvent-elles vraiment du même type de marché que les chewing-gum et les tubes cathodiques ?

Il semble de plus en plus urgent que la problématique du libre accès aux données scientifiques soit intégrée aux réflexions qui guident les politiques publiques. En décidant de s’appuyer exclusivement sur la diffusion payante, le CNL donne priorité à des raisonnements qui viennent du papier. Quand des cartons de numéros s’accumulent dans les stocks des éditeurs, quand la mise au pilon semble l’inéluctable issue des plus anciens numéros, quand la diffusion gratuite fausse totalement les chiffres de diffusion générale et ne permet pas de révéler le moindre désir (pour reprendre le mot de Sophie Barluet) et encore moins le moindre usage, on peut s’interroger sur ce complexe du Cyclope. Comment expliquer l’absence de prise en compte de l’hypothèse de la Longue traîne, si fréquemment citée par les professionnels réfléchissant au marché du numérique ? Comment expliquer la mise à l’écart de la problématique des usages et des mesures des pratiques de lecture ? Ne lit-on vraiment que dans les bibliothèques universitaires et les appartements des derniers particuliers abonnés aux revues, au coin du feu ? Les lectures numériques ne peuvent-elles pas être mesurées et comparées aux lectures analogiques ? Ne peut-on, ne doit-on pas, un jour, confronter les deux univers, les combiner, étudier leurs complémentarités, mesurer l’efficacité réelle de chaque diffusion ? Ne peut-on, ne doit-on pas, très vite, réfléchir aux passerelles entre électronique et papier ? Il faut applaudir le courage du rapport qui défend l’idée d’un soutien aux créations numériques [33]. Mais s’inquiéter de la conception péjorative qu’elle revèle, définissant une hiérarchie entre ce qui semble relever du bac à sable ou du bouillon de culture, d’une part, et ce qui est érigé sur l’autel du papier, d’autre part. Il faut sortir de l’opposition des supports (papier/électronique) et des modes de diffusion (vente/libre accès) pour parvenir à défendre la seule chose qui nous tient à coeur, l’édition. C’est-à-dire l’émergence, la formalisation, la sélection puis la diffusion de la pensée. Car seuls les écrits restent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *