Grassroot journalism : un concept d’avenir ?

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Dan Gillmor est un des journalistes vedettes de Mercury News, où il écrivait jusqu’à peu une chronique hebdomadaire sur les nouvelles tehnologies.

Récemment, Dan Gillmor a publié un livre intitulé We, the media , où il montre comment le champ médiatique est appelé à être totalement reconfiguré par la démocratisation et la diffusion des moyens de production de l’information. En gros l’idée, pas très neuve, mais qui prend une certaine consistance avec la montée en puissance des médias communautaires et des blogs, est que l’on est en train de passer du modèle communicationnel de la conférence (« lecture »), à celui de la conversation. Pour Gillmor, cette métamorphose est la meilleure chose qui pouvait arriver à la démocratie américaine, d’où le titre de son ouvrage, clin d’oeil à la formule fondatrice de la nation américaine : « We, the people… ». Pour un résumé très clair (comme toujours) du livre, en français, lire Jean-Pierre Cloutier

Mais là n’est pas l’essentiel ; car le livre de Dan Gillmor a eu un tel succès qu’il lui a permis de se jeter à l’eau : il y a quelques mois, il a tout simplement démissionné de son poste de chroniqueur pour fonder sa propre société, nommée « Grassroots Media Inc ».

Voici ce qu’il écrit sur son nouveau blog

« For the first time in two decades I’m not on the payroll of a large media corporation. As of today I’m on the payroll of a one-person company, comprised of me, but media is still on my agenda.

As many of you know I’m going to work hard on a project to inspire, enable and create what many have been calling a new kind of journalism. In the new world that I and many others believe is coming, the grassroots will have a fundamental and crucial role in the process — a change that I tried to outline in my book, We the Media, which appeared in the second half of 2004. « 

Que va proposer exactement cette société ? personne ne le sait vraiment, et même pas forcément lui, semble-t-il. Mais un certain nombre de personnes croient en lui, certains d’entre deux disposant de fonds suffisamment importants pour lui donner une chance de mettre en application son credo.

Point d’américanolâtrie ici. Remarquons simplement qu’on a :

  1. quelqu’un d’assez courageux pour prendre le risque d’accorder ses actes avec ses idées en quittant une position comparativement protégée
  2. un mélange assez étonnant rassemblant à la fois une analyse de l’innovation technologique, un positionnement politique fort et une démarche visant à concrétiser tout ce qui précède au niveau économique
  3. des financiers assez parieurs pour soutenir une idée qui prend à contre-pied l’état actuel du rapport de forces dans le champ médiatique, soutenue par un homme plus tout jeune n’ayant à ma connaissance pas vraiment d’expérience pratique des affaires.

On peut se demander si on n’a pas là, très concrètement, un exemple remarquable de la manière dont fonctionne le moteur de l’innovation dans cette partie du monde depuis plus de vingt ans.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *