Il n’est pas de document scientifique qui ne soit citable

JPEG - 15.3 ko
Daddy Long Legs on Muscadine Leaf
CC by Old Shoe Woman

Il n’est pas de document scientifique qui ne soit citable. Dès lors, les efforts des archives ouvertes et des projets d’édition électronique s’appuieront sur une base fragile si le lecteur ne sait pas citer en tout certitude un document qu’il vient de lire. Cette question constituera d’ailleurs probablement un frein au dépôt, si les auteurs ne comprennent pas clairement à quoi sert leur dépôt. Pour servir la science (avant de servir les évaluateurs et les mesureurs à la sauce Shangaï), les dépôts doivent présenter une sûreté dans l’usage scientifique qui en sera fait (citer), bien avant tout autre chose (évaluer, stocker, conserver, indexer, etc.).

Pour lever cette incertitude il faudra que le document dispose d’un identifiant unique stable, très très stable, très simple, très efficace. L’OAI ne devrait pas servir à ça, mais on a tendance à le faire un peu, ce qui revient à formuler l’hypothèse d’un dépôt unique mondial, qui me semble relativement contraire à la logique distribuée de l’Open archives initiative. Le DOI sert à ça, mais il me semble présenter des défauts graves (et je suis content d’apprendre que je ne suis pas le seul à le penser). Conséquence : aujourd’hui, pour l’essentiel des Sciences humaines en France, point d’identifiant unique, seulement des URL. Mais même si elles sont l’objet de tous les soins des éditeurs électroniques, celles-ci ont tendance à bouger. Si leur valeur d’usage est très bonne, leur fiabilité l’est moins (même si on constate des évolutions notables et plus de rigueur dans leur gestion).

Mais ma préoccupation première concerne la diffusion des usages. Si nous adoptons un identifiant unique (IU), il faudra être capables de l’expliquer aux lecteurs, afin qu’ils l’utilisent pour citer la référence. Il faudra donc qu’ils comprennent comment marchent les résolveurs de noms. Qu’ils aient confiance dans leur fonctionnement. Que ce système ne leur apparaisse pas comme une enième péripétie issue d’une tutelle changeante, soumise au jeu des chaises musicales. Ce système devra donc avoir des chances d’être mieux que franco-français : il doit être -ou pouvoir devenir- un standard dépassant une discipline ou un pays. Cultiver notre exception nationale ne me semble pas vraiment pertinent.

Il faudra aussi que le système soit simple : je préfère des identifiants ressemblant à un numéro de plaque d’immatriculation plutôt que des identifiants ressemblant à une clé WEP 128 bits ! Les URL utilisées par lemonde.fr sont significatives de ce qu’un pilotage par la technique (et/ou le commerce) peut donner comme résultat (désastreux). Je préfère des identifiants courts, qui ne seront pas coupés dans les courriels, qui ne casseront pas la mise en page d’une note de bas de page, bref, qui s’insèrent dans des usages quotidiens sans provoquer de conflit, d’interrogation, d’effets secondaires.

Ma conviction est que l’URL est un excellent système, c’est d’ailleurs le seul qui soit aujourd’hui universel, mais qu’il est trop pauvre et fragile. Il n’est pas besoin d’expliquer la façon de s’en servir. D’où l’hypothèse d’un IU qui passerait par le protocole http. Et la tentation de chercher du côté des résolveurs de noms destinés à réduire la longueur des URL (tinyURL, par exemple). Cette solution permettrait de nourrir les textes de liens stables. L’adoption d’IU ignorant totalement l’hypertexte et http provoquerait un obstacle puissant à son usage dans les textes en ligne. Il y aurait, d’une part, la chaine de l’hypertexte, le monde réel, et, d’autre part, le monde idéal des normes parfaites, inutilisées (cf. le clavier Dvorak et l’esperanto). C’est bien d’une innovation que nous avons besoin, plutôt que d’une invention.

Idéalement, un bon système d’IU résoudrait le problème de la publication en ligne, d’une part, et du dépôt, d’autre part, c’est-à-dire des doublons. Même en unifiant les dépôts d’archives ouvertes, il faudra prendre en compte la diversité des plateformes d’édition électronique, qui ont plus vocation à se développer qu’à disparaître (Erudit, Persée, Cairn, Revues.org pour ne citer que certaines, qui relèvent des SHS). Il serait bon de penser à un système qui soit capable de signaler les dépôts sur l’archive nationale, d’une part, et la version éditée en ligne, d’autre part. Une expérience sera menée en ce sens entre Revues.org et HAL l’année prochaine, afin de faire en sorte que les dépôts et l’édition électronique ne se fassent pas concurrence, mais au contraire se soutiennent. Pour ça, le partage d’un IU entre les plateformes me semble indispensable.

Continuons à réfléchir à un système d’IU idéal :

- il serait très simple techniquement, donc très robuste

- l’obtention d’un identifiant serait gratuite

- son attribution ne nécessiterait pas de lourdes procédures

- il serait très simple dans sa forme, ce qui favoriserait son usage quotidien, et compatible avec des usages en PAO, traitement de texte, courriel, messagerie instantanée et dans des articles en ligne (IU cliquable)

- il ne nécessiterait aucun investissement technique de la part des chercheurs (pas de nouveau logiciel sur le poste du chercheur)

- il serait exploitable par les logiciels de bibliographie (Endnote, etc.), par les bibliothèques, par les éditeurs (et ce, quel que soit le support, ce qui impose un fonctionnement très souple et très rapide)

- il serait capable de distinguer les versions des documents et, éventuellement, leur support

- il s’appuierait sur un système relativement centralisé et serait interrogeable sur autant de systèmes distants que nécessaire (un système proche du DNS semble assez intéressant à creuser)

- il comporterait peu (pas ?) d’erreurs

- sa maintenance éditoriale serait relativement économe en moyens humains

- il permettrait de décrire des objets très divers (sources historiques, articles scientifiques, ouvrages, etc.)

- il permettrait de jouer, a minima, sur la granularité de l’information, c’est-à-dire de citer une subdivision du document. Je pense bien sûr au paragraphe, dont la prise en compte dans le système présenterait un intérêt immense. Mais j’ai conscience que les obstacles sont nombreux.

- il serait adoptable, à terme, par l’édition papier, au même titre que l’ISBN. On obtiendrait ainsi une continuité entre les éditions, et pas un hiatus voire un conflit entre les univers analogiques et numériques.

- il gèrerait les doublons, non par l’ignorance, mais par leur signalement (convergence des versions plutôt que conflit des versions, quel que soit le support, quelle que soit la plateforme).

Voici donc le début d’un « cahier des charges idéal », qui se construit en ignorant volontairement ce qui existe déjà. Viendra le temps de l’établissement d’un état de l’Art, qui devra déboucher sur un tableau comparatif des solutions existantes au regard de ce cahier des charges. Espérons que des solutions concrètes et applicables en sortiront.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *