To be or note to be


Illustration : (c)<a href="http://morguefile.com/archive/?display=68479">Clara Natoli</a> via Morguefile
Avec l’ajaxisation du web, les logiciels en ligne se multiplient. Parmi eux, les traitements de texte font fureur. Writely est certainement le plus ergonomique et agréable à utiliser. On apprécie la présentation générale et la souplesse de fonctionnement. Surtout, Writely semble avoir compris mieux que d’autres que le principale intérêt de ce genre d’application, c’est l’écriture collaborative et le partage de documents. D’où l’important développement des fonctionnalités qui tournent autour de cette idée : invitations par mail, suivi par RSS des modifications du document, visualisation en direct des modifications effectuées au même moment par un co-auteur, tagging des documents que l’on peut rendre publics à plusieurs niveaux, etc. Au fait, il y a un truc absolument génial dans Writely -et pourtant, c’est tout simple, et c’est l’auto-sauvegarde toutes les 30 secondes. Avec les nouvelles applications, on prend de plus en plus l’habitude d’écrire directement en ligne dans son navigateur, et lorsqu’il n’y a pas de sauvegarde automatique, les catastrophes sont légions (c’est l’auteur épuisé d’une brève ayant sauté hier à 00h45 après près d’une heure d’écriture qui parle). De ce point de vue, Spip, à qui manque aussi une petite barre de mise en forme « à la Word », a pris un sacré coup de vieux.

Writely a des concurrents : Goffice, qui se veut en fait une suite bureautique complète, est plutôt orienté vers les présentations et les documents à mise en page complexe. Il fournit plusieurs modèles et permet de définir des en-têtes et pieds-de-page. Du côté des suites bureautiques, on trouve aussi Zoho, qui présente Zoho Writer. Petit dernier de la série, Ajaxwrite se présente explicitement comme un clône de Microsoft Office, avec une barre de menu absolument similaire.

Tous ces outils en ligne peuvent importer des fichiers au format traitement de texte (.doc, .rtf, .sxw quelquefois, voire.odt) et exporter dans les mêmes formats, outre le .html et le .pdf qu’ils proposent. Par ailleurs, on peut insérer des tableaux, des images, des liens hypertextes, exactement comme dans Word, appliquer des styles pré-définis et modifier la mise en page.

Tout cela est bien beau, mais il manque une fonctionnalité essentielle à l’ensemble de ces outils, et je m’étonne que personne ne s’en soit encore plaint ; il s’agit de la possibilité de création de notes de bas de page, systématiquement absente. Il est vrai que la plupart d’entre eux récupèrent les notes qui sont présentes dans un document importé, en les transformant très classiquement en liens sur ancres nommées. Mais pour ce qui concerne la possibilité de créer ou supprimer des notes, il n’en est pas question ; et la cause doit en être pour l’essentielle, technique. Car le HTML qui constitue en fait le format pivot de toutes ces applications est très peu adapté. Ajouter une note impliquerait de scanner tout le document à la recherche de balises et de suites de caractères spécifiques et ensuite d’intervenir à deux endroits du document sans garantie de réussite. On remarquera d’ailleurs que les barres d’outils javascripts qui s’insèrent dans les logiciels de publication en ligne, comme HTMLarea et FCKeditor n’en disposent pas non plus. Et là, pour le coup, le système de raccourci propre à Spip, qui ramène le corps de la note à l’endroit d’insertion entre double-crochet est une vraie trouvaille.

En attendant, l’absence de système de création de notes est un gros handicap pour l’utilisation de ces outils en milieu académique et, plus largement, pour l’écriture de textes un peu fouillés qui ont souvent besoin d’un système de notation complémentaire pour développer un raisonnement ou un exemple particulier sans perdre de vue l’argumentation principale.


Illustration : ©Clara Natoli via Morguefile


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *