Posthumanistic.org


Je viens de faire le tour des statistiques des différents sites Web auxquels je participe en plus ou moins grande part. Généralement, quand je regarde les statistiques de mes sites Web, je m’attarde très peu sur les données chiffrées qui donnent une information très pauvre -et biaisée en plus, pour me précipiter sur les referrers (c’est à dire la liste des pages web ayant mis en place des liens vers le site dont je regarde les statistiques). Et là, ce matin, quelque chose de nouveau frappe mon attention. J’ai la très nette impression d’une augmentation des citations en provenance de sites personnels et surtout de blogs, pointant, via un lien hypertexte, vers un article d’une revue, une communication d’actes en ligne, un dépôt dans notre archive E-prints, ou même un site de séminaire.

Voici quelques exemples significatifs :

Lorsque je regarde les statistiques d’Asterion, je suis frappé de voir, au milieu des habituels annuaires de revues, listes de liens et autres informations documentaires proposées souvent par les bibliothèques institutionnelles, des liens en provenance de

- Spinoza et nous (ce qui n’est pas totalement illogique vu le thème du dernier numéro)

- Le PhiblogZophe (dans le blogroll)

- Le blog de David Morganson

Quand je regarde maintenant les referrers du colloque Sciences, Médias, Société et de son séminaire, je vois une série de liens en provenance du site de Paul Thielen, du Monde en Question ou de Enro (très intéressant ce blog, d’ailleurs, hop ! je m’abonne)

Evidemment, le phénomène n’est pas encore massif, ni très visible ; mais je le sens monter en puissance sous l’influence de deux facteurs :

1. La multiplication des blogs qui donnent la possibilité à un public beaucoup plus étendu qu’auparavant de construire un discours rendu public sur le réseau

2. L’augmentation considérable du nombre d’articles et publications disponibles pour le public sans barrière, sans péage, libres (merci Revues.org, merci Persée, merci le CCSD, et merci nous, aussi, parce qu’il n’y pas de raison, après tout)

Pour moi cette évolution constitue une immense satisfaction. Parce qu’elle signifie que multiplier les ressources librement accessibles à différents stades de développement, en produire le plus grand nombre dans tous les domaines et donner ainsi accès au public à ce qui fait la vie des sciences et à la moindre parcelle des connaissances qu’elles produisent quotidiennement, tout ceci a un sens. Pour moi, ces premiers liens, sont comme les premiers filaments de matière végétale qui annonce la réussite d’une greffe. Ils signifient que le public fait quelque chose des connaissances que nous mettons à sa disposition, sans que nous puissions préjuger de ce qu’il en fait et encore moins imposer ce qu’il doit en faire, ce dernier point ne constituant pas la moindre part de ma satisfaction.

Mais arrêtons là l’autosatisfaction, car cette réflexion croise maintenant celle qui est en train de se développer via Affordance, sur l’outil dont la communuauté des biologistes et bioinformaticiens est en train de se doter. Postgenomic est un système qui analyse en permanence une base de blogs animés par des biologistes (il faut croire que cette communuauté est très blogueuse…comment ? pourquoi ? c’est aussi ce qu’il faudrait analyser) en travaillant surtout sur les commentaires qui y sont publiés à propos des articles scientifiques disponibles dans les grandes bases internationales comme Pubmed. Puisque les blogs sont des conversations, il est en effet intéressant de rendre accessible et visible l’ensemble des conversations que suscite immédiatement une publication (surtout dans ces disciplines où les avancées sont rapides). A partir de cette base d’information, Postgenomic offre toute une série de services permettant de suivre les conversations, de msurer les thèmes ou les revues dont on discute le plus, etc.

Maintenant, je me dis qu’appliqué au sciences humaines et sociales, ce système serait passionnant, non seulement pour analyser ce qui se dit sur les blogs de chercheurs patentés (peu nombreux), mais surtout pour visualiser les usages qui peuvent être faits au sein de la blogosphère générale (l’espace public blogosphérique si on veut) des publications qui sont citées (et on peut imaginer aussi des médiations où un blog de chercheur évoque et critique une publication, son post étant ensuite repris et commenté sur un blog non académique, etc). On aurait ainsi une sorte de « facteur d’impact sociétal », non pas seulement en nombre (ce qui a peu d’intérêt, j’y reviendrai), mais en qualité. Sans compter les effets de rétroaction permettant au chercheur de commenter les commentaires qu’un quidam fait de sa publication. Finalement, le dispositif serait un peu entre Postgenomic et Technorati.


Crédit : Public Library of Science’s Biology Journal January 2005 | Volume 3 | Issue 1 | e19 | e26, graphic ref. DOI : 10.1371/journal.pbio.0030026.g001. © cc-by 2.0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *