K-sup et les « méta-pages »

Aujourd’hui, je suis en formation K-sup. Il s’agit d’un ENT (Environnement Numérique de Travail) commercialisé par la société Kosmos, que la plupart des universités françaises sont en train d’acheter.

Pour un utilisateur intensif de petits CMS comme Spip et Lodel, il y a un un air de déjà vu, en plus compliqué et moins abouti d’une certaine manière. On voit bien que tout le travail s’est concentré sur les développements informatiques ; les interfaces d’édition sont quant à elles assez peu ergonomiques, sans parler du vocabulaire descriptif, pas vraiment stabilisé. Le cas typique est sans doute la gestion du statut des documents. Le système intègre un système de suivi et d’archivage automatique des articles à chaque modification, ce qui est une bonne idée en soi. Le problème est que c’est l’action de prévisualisation de l’article en cours de rédaction qui déclenche ce dispositif. Pourquoi ? Mystère. Du coup, lorsqu’on a prévisualisé, le comportement de l’article change. On passe du binôme habituel « brouillon »/ »en ligne » à « à supprimer/sauvegarde automatique ». C’est assez confusionnant. De la même manière, les différentes versions d’un article sont ajoutées à la liste globale des articles édités sans qu’aucun indice visuel n’indique qu’il ne s’agit en fait que d’une étape intermédiaire d’un article dont la version finale se trouve déjà dans la liste.

Mais il y a quand même de véritables trouvailles. Je n’en cite qu’une, pour l’exemple : K-sup connaît un type d’objets particuliers appelé « pages libres ». Contrairement aux autre types d’objets, comme les articles, les actualités ou les fiches descriptives de structures ou d’offres de formation, les pages libres sont en fait des « méta-pages » à l’intérieur desquelles on peut ajouter autant de blocs que l’on souhaite, que l’on dispose comme on veut dans sa page. On peut ainsi composer une page sur plusieurs colonnes, plusieurs niveaux en ajoutant et disposant blocs sur blocs. Mais le plus intéressant est que chacun des blocs peut être « peuplé » pas des données que l’on puise à l’intérieur des autres pages du site. Ainsi, on peut composer une page qui intègre en son sein le contenu de plusieurs articles publiés sur le site. Evidemment, chaque mise à jour de chacune de ces pages sera répercutée au niveau de la page libre. Par le moyen de requêtes automatiques on peut aussi sélectionner des listes (d’actualité, d’articles, de personnes, de structures) qu’on pourra rassembler sur une même page au gré de sa fantaisie.

Certains rédacteurs peuvent ainsi rapprocher des informations qu’ils jugent pertinent de rapprocher, en composant, sans aucune connaissance html, des pages qui vont en quelque sorte « faire leur marché » de données dans le reste du site. Du coup tout le monde à intérêt à entrer le maximum de données, de matériaux de bases, dont on peut ensuite se servir pour mettre en place une véritable politique éditoriale au niveau des pages libres, qui ne soit pas pré-contrainte par la structuration administrative de l’établissement ou documentaire des types d’objets qu’il manipule. Bien joué !

Maj : il y a aussi des fils d’actualités. Mais attention : ces fils sont manuels. Chacun peut créer un fil en se faisant sa propre petite sélection à partir des articles ou des actualités à l’intérieur du site, selon une logique thématique ou autre. Ensuite, le fil peut être intégré à plusieurs endroits dans le site, au sein d’articles ou de pages libres par exemple. Du coup, on peut faire émerger un rôle d’éditeur qui peut avoir une responsabilité éditoriale sur ou plusieurs fils téhamtiques qui pourront ensuite être utilisés librement par d’autres personnes dans le site de l’établissement. Pas mal, ça aussi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *