La syndication de contenus : ça progresse (janvier 2006)


Le 29 août dernier, je publiais un premier billet sur la syndication de contenu. J’y évoquais les progrès et, surtout, les limites des usages de ce type d’outil de veille en sciences humaines et sociales. Etant par ailleurs chargé, entre autres, de la constitution d’une archive ouverte dédiée à l’EHESS, je me suis penché sur HAL-SHS.

Il n’était pas question de constituer une archive concurrente, mais plutôt de travailler avec l’équipe de Franck Laloë et Daniel Charnay, qui travaillent depuis des années pour la communauté scientifique et commencent à en récolter les fruits. Cependant, pour convaincre les chercheurs de déposer leurs articles dans HAL-SHS (ou dans le dépôt de l’EHESS, ce qui revient au même), je souhaitais qu’ils puissent capitaliser immédiatement leur investissement dans ce nouvel outil. Ils oeuvrent pour la postérité et pour le bien commun, soit, mais il est toujours plus facile de se motiver lorsqu’un travail est sanctionné par un bénéfice immédiat et palpable. En l’espèce, il semblait particulièrement intéressant que les sites de centres de recherche et les sites personnels puissent répercuter immédiatement tous les ajouts effectués dans HAL-SHS. Ainsi, cette archive ouverte permettrait de composer rapidement des bibliographies toujours à jour, sans avoir à faire appel à nombre d’intermédiaires pour chaque mise à jour bibliographique sur les sites dans lesquels le chercheur est impliqué.

Il était bien entendu possible de moissoner HAL-SHS via le protocole OAI et de répercuter ces informations sur les sites de l’EHESS. Mais cela constitue une opération lourde, à la portée d’un établissement d’enseignement et de recherche comme l’EHESS, mais cela compliquait artificiellement les choses et bridait la diffusion de l’information (dit autrement, la démocratisation du processus de diffusion était enrayée). C’est de ce point de vue que la syndication de contenus est apparue, à bien des égards, comme une solution supérieure :

- elle est plus simple à implémenter, car il existe des centaines de parseurs RSS/ATOM en PHP, ASP, etc. Cela signifie, en clair, que des sites faiblement dotés de moyens peuvent afficher le contenu de ce type d’information.

- elle permet aux chercheurs et étudiants de se tenir au courant via leur agrégateur de fils RSS favori.

- elle reporte la charge de tri sur un serveur correctement dimensionné (celui du CCSD).

Après un rapide échange avec Franck Laloë et Daniel Charnay en octobre, il a été convenu que j’enverrai un document présentant ma demande. Le message que j’ai envoyé avait pour objet la multiplication des flux de syndication de contenus en SHS [18].

Le message a été envoyé le 6 novembre. Je n’ai pas eu le temps d’envoyer les spécifications techniques plus précises que je souhaitais rédiger. Daniel Charnay et Laurent Capelli ont produit dès décembre des flux thématiques. Plusieurs échanges ont permis d’améliorer certains points, et d’autres sont encore à affiner. Mais ça avance. Et c’est là l’essentiel.

Vous pouvez par exemple consulter le flux rss du Shadyc et du Lhivic (les laboratoires auxquels j’appartiens). Ma page sur le site du CEDEL est alimentée par la liste des publications venant de HAL-SHS. Les autres sites auxquels je suis associé afficheront bientôt ces informations dynamiquement, sans que je doive les répéter partout. Dans mon cas, le gain reste faible. Mais pour un chercheur plus âgé et ayant beaucoup plus publié, l’impact est considérable.

Moralité : il est inutile de se plaindre des lacunes actuelles des sites en SHS. Lorsqu’on a des interlocuteurs constructifs comme le furent les gens du CCSD, une bonne proposition vaut mieux que dix critiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *