Last blog day after

JPEG - 10.7 ko
Encore le professeur McHale ?
©Meneldur, CC BY-SA

Quand on blogue, l’essentiel est de se distinguer, tout en restant inséré dans la blogosphère. Impossible donc d’échapper au fameux blog day, cette opération incitant chaque blogueur à recommander à ses visiteurs 5 blogs de son choix ; mais, tant qu’à y participer, autant le faire de manière originale en s’y collant non pas en même temps que la masse des blogs du commun, mais avec beaucoup plus de chic, quelques jours après.

Et puis tant qu’à faire, autant ne pas se livrer à ce vulgaire système électif qui ressemble trop au jeu stupide de l’île déserte. J’ai donc décidé d’évoquer plutôt mes dernières lectures bloguesques : L’Economie sans tabou, de Bernard Salanié, par exemple. Pour moi, ce blog représente très bien un genre possible du blog scientifique ou académique, à savoir le blog de vulgarisation. Gérard Salanié est un économiste, enseignant actuellement à Columbia et auteur d’un essai, de vulgarisation aussi, publié l’année dernière aux éditions Le Pommier. Ce qui est intéressant, c’est qu’il intègre très bien la dimension autobiographique de l’écriture du blog et s’en sert comme d’un ressort dramatique lui permettant de conduire son lecteur dans les difficultés quelquefois arides du raisonnement économique. Déménageant de Paris à New-York, le voici confronté à toute une série de petits tracas (avec les déménageurs, les opérateurs de téléphone mobile) qui lui sont autant de prétextes à exposer tel topos de la théorie économique ou tel article intéressant sur le sujet. Comme l’ensemble est judicieusement agrémenté d’une certaine dose d’ironie, le résultat est très plaisant : placere et discere.

Évidemment, que Salanié enseigne n’est pas étranger à sa rhétorique. On sent bien la maîtrise de l’excellent prof et on se prend à regretter de n’avoir pu assister à ses cours. Parmi les blogs renommés en sciences humaines et sociales – et dans la zone francophone – le blog de Jean Véronis constitue lui aussi une certaine réussite rhétorique : partant d’un sujet grand public, les moteurs de recherche, et singulièrement Google, il réussit à populariser avec succès une discipline extrêmement pointue : l’informatique de traitement automatique des langues. Véronis est un professeur chevronné aussi et, encore une fois, ceci n’est pas tout à fait étranger à cela.

Du coup, il me semble que le blog se prête assez bien à la posture pédagogique qu’implique toute entreprise de vulgarisation. Je l’ai dit ailleurs, l’écriture du blog repose sur la construction d’un masque, d’une posture, d’un personnage, tout comme la posture pédagogique qui demande des dons d’acteur. Professeurs, acteurs, blogueurs donc, toutes ces fonctions demandent aussi une certaine dose de narcissisme qui, lorsqu’il est judicieusement employé, peut produire des étincelles.

La perspective est assez excitante tout de même ; parce que de bons profs, on en connaît un certain nombre dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, et on sait que ces disciplines ont un mal énorme à alimenter le débat public (ce qui est une de leurs fonctions tout de même) dans des conditions raisonnables : pour un chercheur, intervenir dans l’espace public, c’est, ou bien publier un essai – avec difficulté et qui n’aura de chances de toucher qu’un lectorat restreint-, ou bien « s’engager », avec des risques importants de dévoiement et de manipulation, ou bien confier sa parole à des intermédiaires, des journalistes par exemple, dans des conditions qui sont rarement satisfaisantes.

De ce point de vue, un blog bien mené comme celui que je viens d’évoquer, constitue sans doute une voie complémentaire à explorer. Ce ne serait pas mal tout de même de disposer de quelques dizaines de blogs de spécialistes, éclairant l’actualité dans des conditions de diffusion et de circulation de la parole savante mieux maîtrisées (par eux). Jean Véronis faisait d’ailleurs remarquer dans une table-ronde récente que le blog était aussi pour le chercheur un aiguillon profitable du fait du dialogue franc et sans concession qui s’établissait avec ses lecteurs. Et d’ailleurs, le fait que ces blogs puissent être relativement bien fréquentés et lus assidûment manifeste l’existence d’une véritable curiosité, d’un besoin de comprendre sans facilité ni caricature qui n’a pas été satisfait jusqu’ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *