Création d’un observatoire des usages en sciences humaines et sociales


Observatoire des usages en SHS

Une des difficultés du numérique réside dans la partition entre pratiquants et non pratiquants. Les uns se plaignent sempiternellement du (faible) nombre des autres. Les autres ignorent totalement que des usages utiles existent, ou peuvent exister, et se concentrent sur leur métier, qui les occupe largement. Or, bien souvent, les usages n’ont d’intérêt que lorsqu’une masse critique de contenu et d’usagers est atteinte. Mais pour atteindre cette masse critique, la machine doit être initiée, ce qui se révèle particulièrement délicat, précisément parce que le nombre de contenus et d’usagers est trop faible… Ce cercle vicieux peut durer.

Afin de participer à la réduction de la fracture numérique dans le milieu des sciences humaines et sociales, je vais tenter de faire un point régulier sur les différents usages et de mettre en évidence des cas particuliers exemplaires, spécifiques aux disciplines des sciences de l’homme, afin de donner une dimension concrète à ce qui n’est, trop souvent, que virtuel aux yeux des chercheurs.

A tout seigneur, tout honneur : la première enquête portera sur la syndication de contenus. D’autres enquêtes suivront, sur le protocole OAI notamment, mais également sur d’autres critères que les lecteurs assidus découvriront progressivement. Si vous souhaitez participer avec moi à la mise au point puis à la mise à jour de cet observatoire, n’hésitez pas à me contacter.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *