Bienvenue dans un monde meilleur

JPEG - 22.5 ko
Bienvenue dans un monde meilleur

L’arrivée d’un nouveau monomaniaque dans la blogosphère n’est pas un événement. Je commence à écrire dans blogo-numericus au milieu de la fantastique armée de blogs repérée par les médias récemment. Le phénomène est donc déjà passé de mode. Il deviendra simplement un puissant et durable phénomène de société. Il avait quitté le camp des pionniers il y a deux ou trois ans déjà. Puis rejoint celui des adoptants précoces. Aujourd’hui, c’est l’heure des adoptants tardifs (mais pas encore des retardataires). L’embouteillage estival est à craindre et Bison blogofuté aurait bien raison d’annoncer de radieuses journées de production de masse, exponentielle et foisonnante. Lorsque j’ai commencé à bloguer, c’était sous pseudonyme, pour traiter, d’une part de sujets professionnels, d’autre part de sujets personnels. En des endroits proprement séparés, cultivant la multiplicité des pseudonymes comme un adolescent adepte des jeux de rôle et des avatars typiques des jeux en ligne ou de la scène des hackers informatiques. Car s’exposer est risqué. On a dit et redit la difficulté d’assumer sur la durée un discours aussi public en utilisant son prénom, son nom, son matricule, son lieu de résidence, son numéro de Sécurité sociale. Les listes de discussion et leurs archives ont depuis longtemps montré les écueils qui guettent toute prise de position publique sur support électronique. Sans aller jusqu’aux problèmes liés à l’étalage de conflits interindividuels, il faut évoquer les prises de position politiques, religieuses ou professionnelles qui sont banales un jour et peuvent provoquer de graves difficultés quelques mois, quelques années, quelques décennies plus tard. Une vie de prises de position mémorisée scrupuleusement par le réseau. Une vie de casseroles, de sédimentation et de compressions césariennes. Le réseau permettra-t-il à quelqu’un de changer d’avis, de changer de vie, de changer de vice ? On peut en douter, si le citoyen n’a pas pris la constante précaution de se doter d’une deuxième peau en choisissant un pseudonyme. Et d’en changer aussitôt que sa vie entame un tournant significatif. Très vite, un pseudonyme désigne quelqu’un qui, sous sa nouvelle identité, est inséré dans un réseau, participe à des entreprises collectives, est connu pour certaines orientations, certaines positions, certaines lubies. Le réseau ne tisse pas que des liens entre les machines, il en déploie également entre les individus et les groupes. Dès lors, un individu utilisant un pseudonyme est un individu socialisé.

Dis-moi ce que tu bookmarkes, je te dirais qui tu es. Le social bookmarking donne un accès public à l’équivalent de votre bibliothèque, potentiellement celle qui est dans votre séjour (anciennes, actuelles et futures lectures), celle qui est dans votre cuisine (tiens, tu manges congelé ?), celle qui est dans vos toilettes (ça te fait vraiment rire, Soeur Marie-Thérèse des Batignoles ?), celle qui est dans votre chambre (sous la table de nuit, celle qu’on ne lit qu’à deux car elle traite de sujets pirouettiques), celle qui est dans votre garçonnière sexuelle, politique ou ludique. De la cave au grenier, de la tête aux pieds. Si vous n’y prenez garde, le social bookmarking vous révèle. Les blogueries aussi. Des propos de comptoir souvent rapides, qui comptent peu en théorie, mais pourront être mis un jour à votre débit, tout autant qu’à votre crédit. Ce qui fait l’unité de votre personnalité et sa richesse n’est-il pas le compartimentage méticuleux que vous établissez entre les parties de la journée, de la semaine, de l’année, de la vie ? Faut-il autant de pseudos et de lieux d’expression bookmarkienne ou blogosphérique que de pièces dans votre appartement ? Autant que de facettes de votre personnalité et de périodes dans votre vie ? Ou allons-nous voir apparaître des être publics globaux ? Nous dirigeons-nous au contraire vers l’émiettement électronique de l’individu, n identités méticuleusement étanchéisées ?

Autrefois, seuls les résistants et les écrivains se dotaient d’identités secondes. Il en allait de la survie des premiers. Les seconds avaient parfois besoin de liberté pour écrire et pour être lus, sous peine d’être enfermés dans un personnage. Que ce soit le besoin de gagner facilement de l’argent en toute discrétion. Ou de s’amuser à goûter de genres jugés moins nobles, ou simplement de tenter une expérience d’écriture jugée trop audacieuse. La comparaison entre les écrivains et les blogueurs utilisant un pseudonyme est particulièrement valide parce que les écrits restent. Sans doute même persistent-ils davantage sur Internet, car leur fragilité relative est compensée par leur incroyable et quasi universelles accessibilité, indexabilité, reproductibilité. Elle se poursuit parce que les deux types d’auteurs prennent des risques professionnels et judiciaires : toute prise de position publique peut entraîner incompréhension, licenciement, placardisation ou procès. Elle ne peut tenir toute la longueur, cependant, parce que l’écrivain faisait partie de l’élite. Les blogueurs, partageurs de liens préférés, participants à des listes de discussion ou à des forums, ne sont plus des membres de l’élite culturelle. S’ils ne sont pas encore tout le monde, ils sont déjà Monsieur tout le monde.

Si tu utilises un pseudonyme, c’est sans doute que tu as quelque chose à cacher. Ainsi parlent ceux qui défendent les lois liberticides qui, sous prétexte de lutte contre le terrorisme et la criminalité cherchent à nous doter d’un numéro de série unique, traçable comme des vaches dingues, localisable, filmable, archivé. Tout ce que vous ferez et ne ferez pas, tout ce que vous direz et ne direz pas, tout ce que vous penserez et ne penserez pas, tout ce que vous aimerez et n’aimerez pas pourra être retenu contre vous. Bienvenue dans un monde meilleur.

Bienvenue dans la blogosphère sans pseudonyme, Marin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *