1000 fois mieux


« 1000 fois mieux », c’est ce que prétend faire Emmanuel Hoog, président de l’INA quand Libération l’interroge sur Google video, le projet de numérisation lancé par l’« ogre de Mountain View ».

En gros, la réponse de l’INA se positionne sur le même registre que celle de la BNF-Gallica à Google Print (la dramatisation en moins) : « pourquoi ne parle-t-on que de Google alors que nous faisons mieux, plus, plus sophistiqué depuis plus longtemps ? ». Et tout le monde d’aller répétant l’antienne selon laquelle Google n’est pas si bien que cela, très primitif, une sorte de fast-food de la société de l’information n’arrivant pas à la cheville de nos belles réalisations nationales en plus de menacer notre souveraineté par la seule puissance de ses moyens [5].

Sur tous ces points, l’opinion commune a totalement raison : Google fait beaucoup moins bien, beaucoup moins gros, beaucoup plus rudimentaire ; et c’est évidemment le secret de sa réussite…

Jason Fried, fondateur de la société 37 Signals mise à l’honneur cette semaine par Salon :

« We have this big thing about embracing constraints. When you have constraints — less time, less money — people care about every dollar they spend. Customers ask us, ‘How does Basecamp [6] compare with other project-management tools ?’ We say it does less. Our products do less, and that’s why they’re successful. People don’t want bloated products, and constraints force us to keep our products small, and to keep them valuable ».

Il est probable que la même leçon puisse être tirée de l’histoire de Google : un service simple, un simple service, mais bien rendu, et sans multiplier les à côtés, fonctions avancées et autres fioritures (ce que faisaient les moteurs de recherche concurrents lorsque Google a vraiment pris son envol). Il y a là une apparence d’injustice : car le monde entier se précipite sur le rudimentaire en délaissant le plus sophistiqué, le « mille fois mieux » [7], la crème de la crème qu’apparemment, il ne comprend pas.

Flickr, Del.icio.us, Google, autant de services très simples qui ne prétendent pas faire plus que ce pour quoi on les utilise. Autant de services conçus et lancés rapidement, avec peu de moyens, par un petit nombre de personnes. Bref, d’un côté on mobilise des présidents de la République, on écrit des tribunes, on colloque, on disserte, on sort les trompettes d’airain, on va voir ce qu’on va voir…de l’autre, on fait sans trop se poser de question ; on a une idée, on la lance, on voit ce que ça donne. Dans un contexte à cycles d’innovations rapides, les deux méthodes n’aboutissent pas au même résultat : d’un côté, on aboutit enfin, au bout de plusieurs années, à de beaux produits, bien conçus, sophistiqués…et dépassés car conçus en fonction d’un contexte devenu obsolète. De l’autre, on dispose immédiatement d’objets simples, voire simplistes, mais constamment adaptables, en raison de cette simplicité précisément, et donc constamment en phase avec leur contexte d’usage. Premier point donc : on ne travaille pas sur cahier des charges, mais sur validation a posteriori de l’expérimentation en situation. Chez Google, c’est le rôle de Google labs, que Yahoo se met aujourd’hui à copier

Deuxième point : il ne suffit pas de lancer des services basiques pour réussir, ni surtout pour perdurer ; ce serait trop facile. La grande réussite de Google, c’est d’avoir multiplié les produits basiques pour les combiner, les agréger, les mettre en communication le moment venu : Google, Google print, Google maps, puis earth, Google news, Google adsense, Gmail, sans oublier Blogger et Picasa, sont des services qui se nourrissent et se renforcent mutuellement en formant un cercle vertueux dont nous connaissons seulement le début. C’est tout simplement génial [8]. En face, on a de superbes pyramides isolées, dont les concepteurs ignorent manifestement jusqu’à la notion de réseau. En face, on a du « mille fois mieux », mais pour une petite élite triée sur le volet, ou tout simplement inutile, invisible, parce qu’incapable de communiquer.

On peut toujours brandir le drapeau national, défendre notre belle tradition d’excellence et d’élitisme, et mourir sur place, momifiés dans notre fascination pour la culture morte. Je pense pour ma part avoir beaucoup à apprendre de Google [9].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *