Google et notre servitude volontaire


« Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même,
pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose,
mais de ne rien lui donner. Pas besoin que le pays se mette en peine de faire rien pour soi, pourvu
qu'il ne fasse rien contre soi. Ce sont donc les peuples eux-mêmes qui se laissent, ou plutôt qui
se font malmener, puisqu'ils en seraient quittes en cessant de servir. C'est le peuple qui s'asservit
et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d'être soumis ou d'être libre, repousse la liberté et
prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutôt qui le recherche... »

En 2014, la Presse, du moins telle que nous la connaissons, n'existera plus. En 2014, Google et Amazon auront fusionné et offriront à l'utilisateur une interface unique de consultation de l'information qui reléguera le New York Times au rayon des antiquités. L'Evolving Personalized Information Construct fonctionnera comme une matrice géante, nourrie des informations publiées en continu par des millions de blogueurs, agrégées par des milliers d'éditeurs spontanés et servies à des centaines de millions d'utilisateur en fonction de leurs goûts, de leurs préférences et de leur profil socio-démographique. En 2014, nous serons tous à la fois source et récepteur de l'information, mais surtout nous accéderons chacun à une information personnalisée, remixée et remâchée en fonction de nos propres particularités, à la fois semblable parce que puisée à la même matrice et différente de celle que connaîtra chacun.

EPIC 2014, c'est l'histoire que nous racontent Robin Sloan et Matt Thompson, deux anciens membres du Poynter Institute, sous la forme d'un petit film diffusé au format Flash. Images dégradées sur fond noir, musique inquiétante, voix off lugubre, tout nous indique dans le film que le futur que nous prépare Google n'est pas rose. Et d'ailleurs, les commentaires qu'il n'a pas manqué de susciter vont dans ce sens. Pourtant, à lire le texte seul du récit que narre la voix off, l'appréciation est plus mesurée :

« Au mieux, assemblé pour les lecteurs les plus perspicaces, EPIC présente un panorama mondial - plus profond, plus large, plus nuancé qu'aucune présentation disponible auparavant.
Mais au pire, et pour trop de gens, EPIC n'offre plus que des faits divers.
Presque tout est faux, tout est restreint, superficiel et sensationnel.
Mais EPIC est ce que l'on a voulu, ce qu'on a choisi, et son succès commercial a préempté tous débats par les médias et la démocratie concernant l'éthique du journalisme. »

Faits divers, faux, restreint, superficiel et sensationnel ; la définition s'applique au moins autant au 20 heures de tf1 , à RTL, à Voici et Gala, qu'aux nouvelles en provenance de blogs. Pourtant, c'est bien à la réflexion qu'incite le film, par son pouvoir d'évocation. Contestable sur bien des points, il a l'avantage d'avancer des hypothèses, d'annoncer un avenir possible à partir duquel on peut faire des propositions d'actions. Car il est une chose véritablement incontestable : les conditions dans lesquelles l'information est fabriquée, circule et est utilisée changent à grande vitesse. Et plutôt que céder à la tentation de tirer la prise, peut-être vaut-il mieux se demander d'abord quelle est la validité de certaines de ces anticipations, et ensuite comment retrouver une maîtrise sur ces évolutions.

« La Presse, telle que vous la connaissiez, n'existe plus. Les forces du "Quatrième Pouvoir" ont décliné. Les organisations de Presse du 20ème siècle ne laissent qu'un vague souvenir, les restes épars d'un passé encore proche. »

Cette prédiction représente très certainement la manière dont une part importante des professionnels de l'information se représente encore la révolution en cours. Comme dans tous les autres secteurs d'activité, la numérisation de l'information menace les positions acquises en contraignant ceux qui les détiennent à remettre en question leur pratique professionnelle. Est-il pour autant raisonnable d'en déduire que la Presse n'a pas les ressources pour se repositionner et est condamnée à disparaître brutalement comme les dinosaures, par incapacité à s'adapter ? Il est certain qu'il lui sera de plus en plus difficile de vendre de la compilation de dépêches d'agence, parce que les robots font cela très bien, de la fabrication d'opinion par éditoriaux, parce que la blogosphère le fait bien mieux (et de manière plus démocratique), ou encore de la relation brute et multimédia de fait divers, parce que les « snaparazzi » sont déjà sur le coup. En revanche, des reportages en condition dangereuse, des enquêtes de fond, longues et coûteuses qui mettent en perspective les points de vue des acteurs, du dévoilement d'informations bien cachées par ceux qui n'ont aucun intérêt à la transparence, il semble bien que seuls des journalistes professionnels soient capables de les assumer. Et qui pourrait se plaindre que la presse se recentre sur ces activités là ?

« Utilisant un nouvel algorithme, les ordinateurs de Googlezon composent dynamiquement de nouvelles histoires, à partir de phrases et de faits qui proviennent de multiples sources. L'ordinateur produit une histoire adaptée à chaque utilisateur. »

Difficile de souscrire à cette affirmation ; non pas que sa réalisation soit techniquement impossible - les technologies de traitement du langage sont très avancées -, mais surtout parce que cela n'a aucun intérêt. On l'a dit et redit, la blogosphère fonctionne sur le principe d'une reprise et répétition des mêmes informations, mais présentées de manière singulière par chaque blogueur. C'est bien la différence de ton, de personnalité, l'inventivité personnelle qui plaît dans la lecture des blogs ; tenter de fabriquer des récits mélangeant des phrases issues de sources aux styles si différents aboutirait à la constitution d'une écoeurante bouillabaisse informationnelle dont personne ne voudrait. Ce que fait Google bien au contraire, c'est
composer automatiquement (par ordinateur) une liste d'informations, une série de récits provenant de sources différentes. L'unité éditoriale du récit est préservée. Descendre en dessous est tout simplement absurde. Plus encore, on peut avancer que cette idée ne peut venir que d'une survivance d'une régime médiatique antérieur où les acteurs produisent des discours si semblables (y compris dans le ton), qu'on peut facilement les mélanger : une phrase de tf1, trois mots de France 2, un zeste de Canal+ pour relever la sauce, et tout est parfait.

Ce qui est vrai en revanche, et sur ce point Googlezon n'est que le point d'aboutissement d'une évolution qui existe depuis les débuts du réseau, c'est que dans la mesure où l'utilisateur a la possibilité de sélectionner ses sources d'informations, de choisir ses sujets à l'exclusion d'autres, chacun d'entre nous construit pour lui-même une représentation particulière et différente de toute autre de la réalité qui l'entoure. Nous ne disposons plus dès lors de représentation commune, de récit commun qui donne une unité à un collectif stable dans le temps et l'espace ; typiquement une société. C'est en tout cas l'analyse que répète souvent Dominique Wolton par exemple, pour le déplorer dans son cas. L'importance grandissante du réseau comme source d'information et le développement d'outils de plus en plus sophistiqués pour gérer, choisir, trier, filtrer cette information, représente le risque que plus personne n'ait d'agenda commun, qu'il n'y ait plus de conversation globale possible au sein du corps social.

On peut le déplorer. On peut s'en réjouir, en particulier si on analyse le mode de fonctionnement du champ défini par les anciens médias comme traversé par des opérations de manipulation qui ont pour résultat fréquent de renforcer les mécanismes de domination. L'éclatement du champ médiatique, l'autonomie gagnée par les individus et les collectifs informels dans la maîtrise de leur ordre du jour peut aussi être un processus de libération. Dans le cadre défini par cette évolution, il y a un enjeu de taille, celui de recréer un lien social d'une nature nouvelle sur les décombres de l'ancien monde. En effet, la disponibilité pour l'utilisateur d'outils de traitement de l'information de plus en plus puissants constitue une menace pour des sociétés dont le lien a été pensé dans un contexte technologique particulier : les médias de masse délivrant un message unique à l'ensemble d'une population. Mais ce n'est pas parce que le contexte change que tout est perdu. Le lien social tel que l'histoire récente de nos sociétés l'a défini n'est qu'une possibilité parmi d'autres. Des centaines d'autres sociétés organisées différemment et appuyées sur des régimes informationnels très différents nous sont connues. L'Etat-nation appuyé sur les mass-media est un modèle qui commence à prendre l'eau. A nous de nous donner les moyens d'inventer une autre manière de vivre ensemble en faisant circuler l'information différemment entre les collectifs qui composent notre société.

« Google et Amazon unissent leurs forces pour fonder Googlezon. Google fournit la technologie de Google Grid, une performance inégalée dans la recherche. Amazon apporte le moteur de recommandations personnalisées et son énorme infrastructure commerciale. Ensemble, ils appliquent leurs connaissances détaillées de tous les réseaux sociaux de l'utilisateur, leurs données démographiques, leurs éléments concernant les habitudes de consommation et zones d'intérêts pour produire une customisation totale des contenus et de la publicité. »

A ce niveau, on est au coeur du sujet, en plein dans une problématique mélangeant enjeux politiques, économiques et culturels. Car ce qui est annoncé est clairement une situation de monopole sur le système d'information de la planète, avec son cortège de menaces sur la démocratie, la liberté d'expression et le pluralisme d'opinions.

Rappelons tout d'abord, à propos de la question du monopole , que l'entreprise n'a jamais été convaincue de pratiques anti-concurrentielle ; elle n'a jamais été accusée de vouloir étouffer ses concurrents ou de dominer le marché par des méthodes répréhensibles. De ce point de vue, la comparaison avec Microsoft qu'on lit quelquefois paraît largement abusive.

Par ailleurs, toute la démonstration des deux auteurs d'EPIC 2014 repose sur l'hypothèse d'une fusion entre Google et Amazon - vous avez remarqué ? on ne parle pas de Yahoo ! ; autrement dit sur la nécessité qu'aurait ce marché d'évoluer naturellement vers le monopole. Mais la question est bien de savoir ce qui pourrait pousser les deux entreprises à la fusion. L'appétit de l'ogre Google ? mais jusqu'à présent la politique d'acquisition de la société a concerné uniquement des entreprises complémentaires fournissant des services particuliers que Google peut orienter de manière à les faire interagir avec son propre coeur de métier qui est la recherche d'information. de ce point de vue, Amazon, qui vient d'un autre point de départ que Google, la vente de livres, se positionne comme concurrent, avec le développement de son moteur A9.

N'est-il pas plutôt plausible d'imaginer à terme un marché dominé par trois ou quatre acteurs de taille s'appuyant sur des centaines de petites entreprises spécialisées, dont les services seraient agrégés au sein de ces énormes machines à brasser de l'information ? Google, Amazon, Yahoo !, Microsoft, parmi d'autres, voici les grands acteurs économiques qui joueront un rôle prépondérant dans la distribution de l'information de demain. Est-ce vraiment beaucoup plus horrible qu'AOL-Time Warner, Vivendi Universal, Disney, Viacom, ces media borgs dont on craignait la domination avant l'éclatement de la bulle ? Il me semble que non, car les opérateurs techniques ont manifestement moins de prise sur les contenus, et surtout, bâtissent certainement leur modèle économique sur une diversité importante des sources d'information.

D'ailleurs, les deux auteurs du film reconnaissent eux-mêmes que leur propos se situe à un certain niveau de généralité. Il ne s'agit pas tant pour eux d'annoncer une éventuelle fusion entre les acteurs que d'attirer l'attention sur le déplacement du centre de gravité informationnel de la presse classique vers des opérateurs techniques, parmi lesquels Google occupe une place prépondérante.

Mais finissons maintenant sur la prétendue hégémonie de Google sur son secteur. On dénonce souvent l'appétit et la domination de Google sur Internet et les pratiques de recherche d'information : parce qu'il est le passage obligé par lequel on accède aux sites Web, le moteur acquiert une importance considérable dans la fréquentation, c'est-à-dire la visibilité, de ces sites. A ce stade, il est peut-être nécessaire de s'attarder un instant sur la réalité des chiffres : selon les instituts et les méthodes, la part de marché détenue par Google aux Etats-Unis s'établit entre 36 et 46%, la part détenue par Yahoo ! se stabilisant entre 22 et 30%.
Examinons maintenant l'équivalent français, publié par Stats report pour la même période : Google : 83%, et tous les autres sus la barre des 10%. L'exception française aurait-elle frappé ? Pas sûr, car les chiffres fournis par WebsideStory pour le mois de juin indiquent que si Google a -temporairement- pu atteindre 52% de part de marché aux USA, c'est près de 91% qu'il occupe en Allemagne, 80% en Australie, 73% en Grande-Bretagne et, seulement 41% au Japon. En Italie, il ne prend que 47%. Il pourrait être très intéressant (et long) de collecter ces données sur un plus grand nombre de pays et de tenter de trouver des explications à chacun d'eux. On se contentera ici d'en conclure que l'hégémonie de Google au niveau mondial est toute relative et ne représente bien une menace qu'en Allemagne et...en France.

Pourquoi le marché français est-il à ce point dominé par un seul moteur de recherche et que pouvons-nous y faire ? Je me demande pour ma part s'il ne s'agit pas avant tout d'un problème d'éducation aux (nouveaux) médias. Tant que nous n'utilisons Google que comme un moyen, parmi d'autres, de trouver de l'information pertinente, tout va bien. Google est très efficace dans un certain nombre de cas, moins dans d'autres. Il ne couvre pas tous les domaines et son interface ne convient pas à tout le monde. Le problème commence à apparaître lorsque nous considérons Google, ou tout moteur de recherche en fait, comme autre chose qu'un moteur de recherche ; comme une place publique où le collectif se représente à lui-même. Suis-je sur Google ? M'as-tu trouvé sur Google ? Que dit-on de moi sur Google (et même, que dit Google de moi) ? Nous avons tous entendu, dit ce genre de phrases symptomatiques : Google comme place publique, agora, forum, Google comme juge de l'importance de chacun et de ce qui est dit sur tous les sujets. Voilà une dérive particulièrement dangereuse dont nous, et nous seuls, devons être tenus responsables. De la Servitude volontaire ; c'est nous qui, collectivement, créons le tyran dont nous nous plaignons, en lui donnant tout pouvoir.

La question dépasse donc le simple cas Google. La question est de savoir si nous souhaitons continuer à chercher à reconstituer un espace public, un lieu spectaculaire unique, y compris dans un environnement technique qui n'est pas fait pour cela, ou si nous prenons partie de la fragmentation de cet espace public en une myriade de cercles spécialisés qui s'ignorent plus ou moins complètement. Si nous choisissons la première hypothèse, il est certain qu'il faut s'interroger rapidement sur la nature de l'acteur qui constitue et maîtrise cet espace. Et il est certain qu'il est plutôt effrayant de considérer qu'il puisse l'être par une société privée qui plus est, horresco referendi, nord-américaine. On peut aussi considérer que c'est de l'unicité de l'espace public que vient le problème, espace à conquérir et à maîtriser, système médiatique favorisant une lutte politique pour la domination dans un premier temps, une société hiérarchique dans un second, et qu'il est bien préférable que chacun apprenne à construire son espace de débats, à multiplier les zones d'autonomie et de résistance, à s'insérer et naviguer entre plusieurs espaces, au sein desquels il tiendra des places qui peuvent être très différentes.

Pour cela, il est nécessaire que chacun connaisse et maîtrise les outils qu'il a à sa disposition, parmi lesquels les moteurs de recherche et les différents services qu'ils offrent constituent des ressources stratégiques. Il n'y a pas que les moteurs de recherche d'ailleurs. Les signets partagés, les blogrolls, les listes et espaces de discussion, ou tout simplement le bouche à oreille sont d'excellents moyens de trouver de l'information autrement que via un moteur de recherche. Difficile d'ignorer aujourd'hui que la liberté politique passe par la connaissance et la maîtrise technique des outils d'information (dans les deux sens : pour recevoir et émettre de l'information). Ce que nous sommes en train de vivre au contraire, ce sont les conséquences de l'illusion selon laquelle la sauvegarde de la démocratie informationnelle (définie en particulier par la notion de pluralisme) puisse être entièrement déléguée à des organismes régulateurs. C'est bien au contraire désormais à chacun de nous de constituer, agrandir et enrichir une multiplicité d'espaces de débats qui s'interconnecteront, s'entrecroiseront ensemble pour former un réseau dont personne ne pourra finalement prétendre avoir la maîtrise.

A l'ère du journal imprimé, on pensait qu'il suffisait de savoir lire pour être un citoyen averti. A l'ère de la télévision, on estimait qu'il suffisait de savoir tourner un bouton pour connaître le monde. Nous savons que ce n'est vrai ni dans un cas ni dans l'autre. Aujourd'hui, il est hors de question de laisser croire qu'on en sait assez lorsqu'on peut utiliser un navigateur. Google ne sera jamais que ce que nous en ferons.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

8 réflexions sur “ Google et notre servitude volontaire ”

  1. Au moment même où j'écrivais ce texte, Hubert guillaud écrivait le sien et le publiait sur Internet Actu.

    Je vous incite fortement à lire son billet, très intéressant sur, à la fois, les réussites et les dangers du phénomène Google.

  2. Y'a pas de trackbacks sur BlogoNumericus ?

    Il y a un début d'implémentation non abouti. A chaque fois que j'essaie de comprendre comment fonctionne un trackback, j'ai mal à la tête. Ca va venir donc, quand je serai arrivé à m'approprier le truc...

  3. Ami blogueur, des billets aussi longs ne mériteraient-ils pas d'être traités en 3 ou 4 billets séparés, avec une sorte de numérotation, éventuellement un feuilleton quotidien, ou quelque chose de ce genre ?

    Il n'y pas de taille idéale pour un billet dans un blog, mais il existe tout de même des rythmes de lecture assez brefs, me semble-t-il.

  4. oui oui, je sais, c'est trop long ; je me suis laissé déborder par mon sujet...je suis à la dure école des blogs. Et dire que j'ai fait une maîtrise de latin sur l'épigramme...je suis encore loin du compte :-(

    Je retiens l'idée de publier par épisodes. C'est bon pour mon business model, ça : ça fait monter la pression, on attend la suite, ça crée un buzz.

  5. Encore une remarque "désobligeante" : comment s'abonne-t-on aux excellents quickies (via RSS) ?

  6. Pour l'instant on ne peut pas. Je me demande s'il faut absolument placer un fil RSS sur ces épigrammes (pour le coup) ; doit-on rssifier le monde ? Moi, je m'en tiendrais là pour l'instant. Pour moi, les quickies, c'est un peu des petits bonbons qui viennent surprendre le lecteur. Ile ne doit pas y avoir de côté attendu ; c'est un supplément.

    Mais je peux me tromper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">