La conversation silencieuse


Dans mon intervention « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ? », donnée à l’ENSSIB au début du mois, dans le cadre de la journée « Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques (INTD – enssib – URFIST)« , j’ai commencé à tirer quelques enseignements de l’enquête actuellement en cours auprès des lecteurs de Revues.org (il est toujours temps d’y répondre !). J’ai également formulé quelques hypothèses sur la fidélité des lecteurs de blogs scientifiques, sur la base d’une analyse rapide des logs des serveurs.

Les observateurs ont parfois tendance à mesurer la réussite du modèle du carnet de recherches en comptabilisant le nombre et la longueur des commentaires. Il s’agit d’un indicateur quantitatif trompeur et largement inadapté, car on devrait aussi mesurer les usages de citations, qui sont en général exploitables grâce aux rétroliens, ces backlinks qui font partie du coeur de l’économie d’écriture et de lecture des carnets. Cela ne permettrait de noter qu’une infime minorité de réactions, au sein de l’écosystème homogène des carnets. Dans les publications proprement dites, le blog n’a pas acquis une légitimité suffisante pour y obtenir un large droit de cité. Il faut, alors, que l’auteur d’un article multiplie les contorsions pour citer un carnet sans le citer vraiment, puisqu’il ne s’agit pas d’une véritable publication… tout en restant un puissant réservoir d’idées. Plus encore, il ne faudrait pas négliger la conversation silencieuse qui se noue entre l’auteur et ses lecteurs.

Le comportement du lectorat des carnets de recherche, pour ce qui en est connu à l’heure actuelle, semble confirmer cette hypothèse : le carnet de recherche n’est pas un lieu de publication classique. Il semble que le lectorat des carnets soit plus concentré et plus fidèle que celui des revues. C’est, du moins, ce que laissent penser la comparaison des données de fréquentation des revues les plus consultées de Revues.org, le portail de revues en sciences humaines et sociales, et des carnets les plus fréquentés d’Hypothèses, une plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales. Techniquement et statistiquement, les mesures ont été réalisées dans des conditions strictement identiques. Elles sont donc comparables. On établit, pour chaque site, un « taux de fidélité », qui est le nombre de visites divisé par le nombre de visiteurs. Plus le taux est proche de 1, plus il est rare de voir un visiteur revenir sur un site dans le même mois. Plus le taux s’élève au-dessus de 1, plus le nombre de retours s’élève. Une telle mesure met en évidence des comportements de consultation des revues faiblement fidèles (de 1,2 à 1,5), et des consultation des carnets à la fois plus faibles quantitativement et plus denses qualitativement, le nombre de personnes revenant régulièrement consulter le carnet étant apparemment plus élevé (de 1,9 à 4,4).

Visiteurs uniques
(mai 2009)
Visites
(mai 2009)
Taux de fidélité
Politbistro (carnet) 1000 4400 4,4
L’édition électronique ouverte (carnet) 5000 17000 3,4
Evaluation (carnet) 3000 7500 2,5
Quanti (carnet) 2600 5500 2,12
Culture et politique arabe (carnet) 10000 19000 1,9
Cultures & conflits (revue) 26000 39000 1,5
Cybergeo (revue) 40000 58000 1,4
Balkanologie (revue) 4200 5400 1,3
Clio (revue) 36000 43000 1,2
Nuevo mundo (revue) 85000 98000 1,2

Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. 23/11/2009

    […] avons même découvert une conversation silencieuse qui se produit en […]

  2. 03/01/2011

    […] manifester et à commenter les billets, et à faire de ce site non seulement le lieu d’une conversation silencieuse (selon la formule  de Marin Dacos) mais également un espace de partage d’information et de […]

  3. 29/01/2011

    […] conversation scientifique décentrée », Lieux de savoir 2, p. 348 ; voir également cet autre texte). L’expression me sert ici à désigner, plus largement, l’effet comparatiste que […]

  4. 04/12/2011

    […] analyse des fréquentations qu’il attire, en repartant des remarques de Marin Dacos sur la conversation silencieuse. Il ressort des statistiques que Rumor est lu par un public non négligeable et divers – […]

  5. 05/12/2011

    […] ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin […]

  6. 13/02/2012

    […] billets sont à l’origine de conversations silencieuses, les carnetiers deviennent parfois lecteurs les uns des autres, entrent en relation par […]

  7. 13/02/2012

    […] billets sont à l’origine de conversations silencieuses, les carnetiers deviennent parfois lecteurs les uns des autres, entrent en relation par […]

  8. 30/04/2012

    […] prends toute son importance la notion de conversation silencieuse proposée par Marin Dacos, car souligne une tendance forte des lecteurs de blogs à rester […]

  9. 07/05/2012

    […] Dacos Marin, « La conversation silencieuse », [En ligne] Blogo Numericus, 2009. URL : http://blog.homo-numericus.net/article191.html. […]

  10. 27/06/2012

    […] certaine satisfaction à sentir un intérêt pour ce que j’écrivais (voir l’idée de conversation silencieuse développée par Marin […]

  11. 30/06/2012

    […] questions, et nous donne à penser sûrement, pas toujours directement en commentaire. Une forme de conversation silencieuse s’installe, dont les auteurs des billets ne perçoivent pas toujours la […]

  12. 03/07/2012

    […] Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent. […]

  13. 17/10/2012

    […] […]

  14. 07/01/2013

    […] Retour d’E.V. sur les échanges nés d’un billet. Il remarque que la communication s’établit peu par les commentaires laissés au bas d’un billet, mais beaucoup plus par des signalements du billet, par des échos qu’un billet suscite, ou bien tout simplement par des conversations (de visu ou par courriel) engagées avec les lecteurs intéressés. Signalements et échos font partie de ce qu’un billet de Marin Dacos appelle « la conversation silencieuse » : http://blog.homo-numericus.net/article191.html […]

  15. 27/10/2013

    […] pro­posé, en 2009, la notion de conver­sa­tion silen­cieuse pour décrire le méca­nisme invi­sible qui mène les lec­teurs à être plus fidèles à des […]

  16. 31/10/2013

    […] du blogging et d’écriture numérique. Réflexivité qui s’est matérialisée par une discussion silencieuse pour reprendre les termes de Marin DACOS mais aussi des discussions réelles pour reprendre les […]

  17. 22/04/2015

    […] Marin Dacos, La conversation silencieuse, Blogo-numericus, 23 juillet […]

  18. 09/10/2016

    […] bienveillante qui lit et commente les billets à distance, souvent sur les réseaux sociaux, entre conversation silencieuse et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *