Aujourd’hui, j’essaie Google


Certains s’en sont peut-être rendus compte : depuis quelques jours, le « prurit » des Google ads orne les pages d’Homo Numericus et de ce blog. Ces publicités ciblées remplacent les liens sponsorisés vers les livres vendus chez Amazon et qui n’ont jamais rien rapporté.

Il faut dire, avec le recul, que le système de rémunération à l’achat est loin d’être avantageux pour l’affilié. Aussi loin que je me souvienne, je n’ai moi-même jamais acquis de livre chez un libraire en ligne via un lien direct. Il y a toujours un temps entre le moment où je découvre l’existence d’un livre, et le moment où je l’achète. C’est suffisant pour que mon achat ne soit pas crédité au compte du site qui me l’a fait découvrir.

Alors bon. L’été étant propice aux expérimentation de toutes natures, me voici en train de truffer consciencieusement mes pages de codes javascript. Le système de publicité mis en oeuvre par Google a beaucoup d’avantages : il est textuel, ce qui assure paradoxalement un nombre plus important de clics (phénomène de « ad blindness » aux bannières visuelles), il rémunère relativement bien, dit-on (à vérifier car il il y a une omerta décrétée par Google sur son taux de rémunération), et surtout, les publicités sont contextuelles.

Il y aurait beaucoup à dire sur ce type de publicités, qui sont choisies en fonction d’une analyse automatique du contenu des pages où elles s’affichent. Dans un nombre important de cas, l’analyse de pertinence aboutit à des résultats absurdes, comme, par exemple, un article très critique à l’égard d’un logiciel affublé d’une batterie de liens vers les sites vendant ce même logiciel… Mais il s’agit clairement d’exceptions ; en général, les liens proposés sont plutôt intéressants ; trop même, car je découvre par leur intermédiaire des offres que je ne connaissais pas. J’aurais bien envie de cliquer, mais je ne peux pas, de peur de voir mon compte supprimé pour utilisation déloyale…

Interdiction de révéler ses gains, interdiction de cliquer sur ses propres liens, il est clair que tout est loin d’être « cool » au royaume de Google. Je n’irai pas cependant jusqu’à faire de l’entreprise américaine la cible de mes critiques, comme cela semble être devenu le jeu à la mode ces derniers temps. Je reviendrai un peu plus tard sur cette soudaine googlephobie.

Il y a pourtant un effet de réseau créé par Google qui est loin d’être anodin : je suis souvent alerté d’un certain nombre d’événements via Google news ; j’effectue la totalité de mes recherches d’informations sur Google ; une part importante du trafic de mes sites vient du même Google, trafic qui alimente les clics que me rémunère Google Ad sense. J’ai bien sûr la tout nouvelle Google toolbar installée sur mon Firefox et j’ai failli faire gérer l’indexation de mes fichiers personnels par Google desktop (mais j’ai abandonné cette solution qui ralentissait considérablement mon ordinateur). Bref, je me sens progressivement pris dans les mailles d’un filet qui ne serait pas gênant s’il n’était unique.

Au fait, est-ce que quelqu’un peut me parrainer pour ouvrir un compte Gmail ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *